Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

21 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  vendredi 17 août 2018
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 21 241 222
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Le site sens-de-la-vie.com et ses forums » » Perles du Forum - Ch 2 - Quels enfants laisserons-nous à notre TERRE ?
    2 pages [ 1 | 2 ]
    AuteurPerles du Forum - Ch 2 - Quels enfants laisserons-nous à notre TERRE ?
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 23-08-2012 08:24

    Perles du forum

    2. Quels enfants laisserons-nous à notre TERRE ?


    Plan du chapitre

    2.1 Quelques constats de société


    a) La culture de la peur, de la violence, et du sadisme, qui règne en Occident
    Une société anxiogène qui cultive la peur et la haine

    b) Le besoin de paraître : cette maladie mentale qui rend fou
    Les Méfaits de la recherche de singularité

    c) Le manque de maîtrise de soi (source, conséquences et remèdes )
    Névroses actuelles et styles de communication.

    d) L’esprit de Démesure et autres origines du merdier actuel. Comment y remédier.


    2.2 Quelques effets observables concernant les enfants

    a) La corruption des enfants dès leur plus jeune âge.
    (Les mini Miss France et autres concours de beauté pour enfants
    Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans - le projet des candidats Présidents !)

    b) Des enfants cruels et sadiques dès l'école maternelle.
    L'Enfant tyran : un phénomène qui préoccupe les psychiatres
    La dégradation pathétique du respect, et du soutien, dus aux enseignants


    2.3 Comment (re)venir à une éducation plus juste ?

    a) Il y a eu rupture d’éducation
    Baser l'éducation sur la compétition, les récompenses et les punitions, est une erreur.

    b) Les bases d'une éducation juste par rapport au 'système' actuel
    Les bases d’une éducation juste.

    c) Le respect est la valeur première

    d) L'acquisition des huit qualités fondamentales

    e) Acquérir une parfaite maîtrise de soi, c’est possible. Voici comment.

    f) La compréhension durable passe toujours par l'expérience personnelle

    g) - Apprendre à vivre dans la nature
    - L'oeil du chasseur pour développer l'attention
    - La chasse, SEUL mode de vie qui RESPECTE les animaux

    h) - La solitude est un précieux trésor
    - Apprendre le 'ne pas faire'

    i) Soyez à vous-même votre propre guide
    Comment apprendre à VOIR et PENSER par soi-même

    j) L’éducation à la maîtrise sexuelle


    k) Sortir de la dualité et des jugements négatifs systématiques.


    2.4 Un tour chez d’autres peuples

    a) Les bases de l'éducation chez les Amérindiens d'Amérique du Nord. Un texte à lire impérativement

    b) Education physique et morale des Indiens d'Amérique du Nord

    c) La femme dans les sociétés amérindiennes

    d) L’éducation chez les Thaïs


    ********






    Continuons cette aventure passionnante avec un second chapitre qui se construira au jour le jour quitte à modifier l’ordre de présentation au cours du rassemblement des textes. Les textes d’Alain sont présentés en couleur.

    Perles du forum

    2. Quels enfants laisserons-nous à notre TERRE ?

    2.1 Quelques constats de société


    a) Une société anxiogène qui cultive la peur et la haine
    La culture de la peur, de la violence, et du sadisme, qui règne en Occident.


    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2

    Introduction : Quant on baigne constamment dans une ambiance – qui de plus était déjà présente à notre naissance – on manque de recul et on ne s’aperçoit pas forcément d’emblée de que c’est !!
    Avant donc de voir comment en sortir et (re) prendre un autre chemin, il est important de faire des constats et de voir comment et à quel point : « La civilisation anglo - saxonne, et plus généralement occidentale, est une fabrique industrielle de fous ! »




    Cette image fait partie d'une campagne contre le sida




    Depuis longtemps je suis frappé de stupéfaction devant les flots ininterrompus de haine et d'angoisse que génèrent les sociétés "occidentales". Lorsque l'on lit, sur internet notamment, les opinions des lecteurs sur n'importe quel sujet ou n'importe quelle personnalité, comme il est désormais d’usage pour les magazines de leur demander, on constate qu’ils n'émettent presque que des commentaires négatifs, pessimistes et très souvent insultants. Les commentaires positifs ou optimistes sont quasi inexistants.

    Tout est critiqué sans la moindre indulgence. Pour ne citer que 2 exemples(…) , voici :

    1° - Jean Claude Gaudin, maire de Marseille (69 ans) – sans doute épuisé par son travail – s’est endormi avant-hier au volant de sa voiture qui est sortie de la route, le blessant légèrement.

    Commentaires:

    Un lecteur le traite de :
    « Momie qui parle » !

    Un autre dit :
    " Vous pensez bien que si l'alcootest avait été négatif, le résultat aurait été brandi sur toutes les chaînes de télé et les stations de radio. Ce silence est un aveu."

    Alors que pour ma part j’ai simplement pensé que s’il avait utilisé son chauffeur comme tous ses prédécesseurs, ceci ne lui serait sans doute pas arrivé.

    2° - Alain Delon accompagne sa fille Anouchka, 18 ans, au bal des débutantes:

    Réaction:
    "Ce vieillard dont la fille devrait être sa petite fille".

    Alain Delon est né en 1935. Il a donc 73 ans (depuis le 8 novembre). Sa fille est née en 1990 (à une date que j'ignore), de son union avec Rosalie van Breemen. Comme la grossesse dure 9 mois, son père avait sans doute 54 ans quand elle a été conçue. Selon ce lecteur, il serait donc coupable d'avoir fait l'amour à cet âge !

    Ma parole, ils sont tombés dans le vitriol, à moins qu'ils n'y aient déjà baigné dans l'utérus de leur mère ? ..

    Voici encore une autre image délibérément anxiogène à propos du SIDA:







    Associer la Joie de l'amour physique et la procréation, à la Mort !
    Imaginez les dégâts que cela fait dans les esprits, surtout des personnes jeunes.




    Lorsque l'on sait que les émotions sont contagieuses, cela équivaut à vouloir que les émotions négatives se répandent comme une traînée de poudre. Il y a de quoi être inquiet. De plus ce n'est certes pas par ces méthodes que l'on pourra retrouver l'équilibre émotionnel et physique, et donc le bien-être et la santé.

    Selon moi, seule une nouvelle génération d'hommes hautement éduqués sur des bases philosophiques et scientifiques justes - comme il convient - pourra maîtriser notre futur et faire renaître une véritable civilisation sur la terre. Sans cette révolution de l'Éducation - à laquelle nous devons ajouter la dimension spirituelle de la règle de Maât (1) nous échouerions dans cette œuvre de salut.
    ………….




    Posté par Françoise

    < A propos des campagnes "contre le SIDA", il est à remarquer que le signe de ralliement choisi :



    tout comme dans le cas du soi disant "symbole de la paix"



    est un signe de vie inversé, soit un signe de mort et de défaite ! (2)

    Curieux choix , non ?
    …………

    A ceci il convient d'ajouter le signe de croix des chrétiens, qui est lui aussi un symbole de mort (au sens premier).

    La croix étant comme chacun sait un supplice mortel. Son usage fut si répandu au temps de l'Empire Romain, que lors du siège de Jérusalem par le Général romain Titus (qui devint empereur par la suite), en l'an 70, celui-ci tua tant de Juifs par ce moyen que les forêts des collines aux alentours en furent entièrement déboisées, et qu'il finit par manquer de bois pour construire de nouvelles croix.

    Enfin remarquons que les tenues de la police sont devenues volontairement anxiogènes dans beaucoup de pays au monde.


    °°°°°°°°





    La civilisation anglo - saxonne, et plus généralement occidentale, est une fabrique industrielle de fous !

    La réputation de la «Navy» britannique a subi un coup très dur (en Novembre 2005) avec la diffusion d'une vidéo montrant de jeunes Royal Marines contraints de participer à un rite d'initiation particulièrement humiliant et violent. (3)
    ………

    La sodomisation est un moyen de domination, elle est employée depuis des siècles, notamment par les religieux.

    Mais ce n'est pas avec cela que l'on forme des guerriers véritables.
    ………….

    Et voici qui est pas mal non plus sur les distractions proposées à la jeunesse en France ... où on l'incite au culte de ce qui la dégrade !

    Et de plus ils se demandent si les mineurs peuvent participer à ceci !?







    Capture d'écran du site du festival métal Hellfest.




    La confédération des associations familiales catholiques (CNAFC) a demandé (en 2010 ) au tribunal de Nantes d’interdire aux mineurs «The Hellfest». Ces associations ont par ailleurs réclamé à ce que les textes des chansons soient distribués au public. Elles se sont expliquées dans un communiqué. La CNAFC considère que les paroles peuvent «inciter à la haine raciale, relever de l'injure raciale, constituer des provocations au suicide ou diffuser un message violent accessible à un mineur». (4)

    Ils trouvent que ça se discute...
    ……….

    Selon l’expérience de ma vie, ceux qui sont pourvus d’énergie pure et sereine de haut niveau vibratoire, sont calmes, perspicaces, intelligents et efficaces, tandis qu'à contrario ceux qui sont pourvus d’énergie grossière et sale, de bas taux vibratoire, sont d’esprit lent et sot, avec un mental agité, constamment perturbé par ceci ou cela....et de plus, sont souvent malades.

    Comme la lune se reflète mal dans l’eau souillée, lorsque l’énergie d’un homme est souillée, la vue et l’ouïe ne peuvent communiquer avec l’esprit. Il ne pense la plupart du temps qu'à lui-même et à sa jouissance selon de multiples formes. En conséquence il ne voit pas les liens qui unissent toutes choses et donc ne comprend pas les faits de sa vie et du monde (ou beaucoup trop lentement). Non seulement temporairement, mais aussi de façon constante. Tout ceci est très facile à constater.

    Alors que l’homme non souillé est, lui, doté de la capacité de Voir et de comprendre vite toutes choses, ce qui lui permet - en n'importe quelles circonstances - d’avoir la vraie maîtrise de soi qui permet d'agir (ou non) comme il se doit. La plupart du temps, cela le rend joyeux. Il est très rarement malade.

    Confucius, et le grand maître zen japonais Takuan (1573-1645) moins connu, expriment aussi tous deux que ce principe est clair et net.

    En résumé personne n'a intérêt à abaisser son taux vibratoire et à se polluer lui-même.

    Si beaucoup de gens en sont assez conscients à propos de la nourriture ou de l'air, très peu par contre perçoivent que les pensées ou les émotions induites par une influence sur nous, tout comme les vibrations sonores (de n'importe quelle source) sont potentiellement très dangereuses aussi.

    Voici la raison pour laquelle je considère que ce type de concert et de «fête satanique» est très nuisible à tous ceux qui s’y abandonnent ou les organisent. Rien à voir avec les religions, Dieu et le Diable, ou les concepts de Bien et de Mal, ce qui se perçoit aisément par celui qui a dépassé la dualité.

    Comprenons bien enfin, qu’il ne s’agit pas de condamner autrui, ni de se culpabiliser pour ceux (et ils sont nombreux) qui aiment cela. Il s’agit seulement de savoir que ces pratiques ne sont clairement pas souhaitables du tout pour notre santé mentale et physique, et ce aussi bien au plan individuel que collectif. Elles sont incompatibles avec le développement humain véritable. (5)

    Amitiés à tous. Namasté

    ………..


    Texte posté par Chenoa

    (…) Il ne faut pas oublier que toutes passions, que ce soit pour le Christ et les saints ou pour Satan et les démons, reviennent en fait à la même chose : s’éloigner de la réalité et à la maîtrise de soi et à se placer le plus souvent sous une autorité.

    Je n’ai jamais écouté de « métal », mais si je me réfère juste à l’affiche, voici ce que j’y vois : un homme morbide avec les dents taillées en pointe, du sang sur sa bouche, un regard haineux et le nom du concert signifiant littéralement « la fête des enfers ».

    Or promouvoir l’enfer et la mort, tout en s’agitant sur des musiques d’un volume très élevés, ne permet pas, selon moi, de développer en nous des qualités individuelles si importantes pour l’harmonie de la société entière telles que : l’apprentissage du silence, le respect, la maîtrise de soi ou encore la pratique de l’attention juste.

    Il ne s’agit pas ici de s’attaquer au « métal » mais de mettre en avant des comportements qui favorisent la culture de la peur, de la violence, et du sadisme et qui contribuent donc de fait à leur dégradation. Ce qui, parmi les temps qui courent, est d’autant plus grave que cela met en péril les solutions qu’aurait l’humanité pour s’en sortir car il est clair qu’un changement matériel seul serait vain sans changement spirituel.

    ***




    (1) Maât, déesse de la Vérité, de l'Intégrité, et de la Justice

    Les anciens Pharaons vénéraient la puissance de la Lumière et respectaient la Règle de Maât. Leur devoir était d'enseigner aux hommes la droiture et de les détourner de l'égoïsme et de la vanité.

    Sans leur rôle de parfaits exemples vivants - tels que celui de Ramses II - le "Double Pays", dont la haute civilisation défia le temps durant plusieurs millénaires, aurait rapidement sombré dans l'anarchie et la bassesse inhérentes à la nature humaine.

    (2) Pour les abonnés, voir :
    L'inversion des significations de la Swastika et du symbole "Peace and Love" du New Age.
    -> http://www.sens-de-la-vie.com/membres/portail.php?page=fcsw


    (3) Le reportage auquel fait référence cette réflexion n’est plus en ligne.
    (4) SOURCE


    (5) NOTA : pour mieux approfondir cette conception, et comprendre que rien n'est anodin, je vous suggère de vous intéresser en plus de sens de la vie notamment à : Carlos Castaneda et à la physique quantique.

    (a) Carlos Castaneda (25 décembre 1925 à Cajamarca, Pérou - 27 avril 1998) est un anthropologue américain connu pour ses ouvrages relatant ses expériences qu’il dit être issues de l'enseignement d'un Yaqui, don Juan Matus.L'ensemble de son œuvre découle des expériences et des enseignements tirés de cette rencontre, dont la réalité est toujours vivement discutée.

    (b) La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques nées au xxe siècle. Avec la relativité, cette branche de la physique marque une rupture par rapport à ce que l'on appelle maintenant la physique classique, qui regroupe l'ensemble des théories et principes physiques admis au xixe siècle , cette dernière ayant échoué dans la description de l'infiniment petit — atomes, particules — et dans celle de certaines propriétés du rayonnement électromagnétique.


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Moderateur : 03-12-2012 19:44 ]

      Profil  
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 24-08-2012 03:25





    Bonjour les amis,

    Chère Françoise, comment te remercier pour ce si excellent travail !

    C'est un pur régal que de lire cette compilation de réflexions.

    Merci beaucoup et hâte de voir la suite



    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 24-08-2012 03:27 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 24-08-2012 07:27

    Merci, chère Chenoa

    Comme je l'ai dit sur l'autre post, c'est un bonheur partagé car je suis très heureuse de faire ce travail qui me replonge dans toutes les richesses de VSV !

    Voici la suite....

    ***




    2.1

    b) Le besoin de paraître : cette maladie mentale qui rend fou
    Les Méfaits de la recherche de singularité


    Lien original de référence1

    Lien original de référence 2


    Que le besoin de paraître soit une maladie mentale qui rende les gens ridicules ou obscènes, et souvent névrosés, n'a pas à être démontré. Cela saute aux yeux et est omniprésent car elle s'est répandue partout dans le monde.
    ………..

    Ce besoin maladif d'attirer les regards d'autrui ne passe pas. Ce qui importe n'est pas l'extravagance vestimentaire, mais ce qu'elle implique dans l'esprit qui l'a créé…/… Se juger soi-même d'après le regard que les autres portent sur vous, c'est être cinglé tout simplement.
    ………


    Posté par Chenoa

    Le sujet m'a fait repenser à cette citation tirée des écrits de Carlos Castaneda :

    Don Juan : " La confiance en soi d'un guerrier n'est pas celle de l'homme moyen. L'homme moyen cherche la certitude dans les yeux d'un spectateur et nomme cela confiance en soi. Le guerrier cherche à être impeccable à ses propres yeux et appelle cela humilité. L'homme moyen est suspendu à son semblable, tandis que le guerrier n'est suspendu qu'à lui-même. " Histoires de pouvoir, p.19 (1)
    ………..

    En effet le lien (..) avec l'enseignement de Don Juan est exactement ce qu'il fallait ajouter à ce sujet.

    J'ajoute que non seulement un guerrier n'est suspendu qu'à lui-même, mais qu'en outre il est indifférent aux flatteries et même aux compliments les plus sincères. Aimer les compliments c'est se laisser enfermer dans un piège, notamment car c'est accorder à autrui le droit de définir qui nous sommes et qui nous ne sommes pas. Instinctivement je l'ai toujours su.

    Alors que je n’avais que 7 ans, ma mère m’appela pour me présenter au cercle des amies qu’elle venait de se faire dans ce petit village de Seine et Marne où nous venions d’arriver. Après quelques échanges de banalités les compliments à mon sujet fusèrent :


    « Mon Dieu qu’il est beau ! »
    « Oh qu’est-ce qu’il est intelligent ! »
    « Il est fort pour son âge »

    Entendant cela je me renfrognai. Devant ma mine fermée, une dame me demanda qu’est-ce qui n’allait pas ? En me précisant de ne pas être timide. Elle n’avait rien compris.

    Je lui répondis : « ne me dites pas qui je suis, ne m’enfermez pas dans des boites », et je partis en courant.

    Je détestais déjà et je déteste toujours, que l’on me juge en termes de généralités, autant en bien qu’en mal. (2) Cela équivaut à me dicter ma conduite en m’imposant des limitations. Or j’estime ne pas avoir à limiter ma conduite à « ce qui est bien » (selon quels critères ?). Selon moi, l’emploi de telle ou telle énergie dépend des circonstances.


    Ceci étant dit, je rappelle qu'adhérer aux idées contenues dans sens de la vie ne suffit pas, même si elles sont parfaitement comprises.


    En effet, cela ne peut nous être d’aucune utilité
    si on ne les applique pas en termes concrets dans la vie quotidienne.
    Une fois expérimentées elles deviennent durablement une partie de nous-mêmes.
    Dans le cas contraire, elles se perdent.




    ……..



    Porter un jugement sur un fait, sur une œuvre, ou sur des idées, est légitime. Je le fais moi-même (sens de la vie en est un exemple caractéristique) et l'accepte volontiers de la part d'autrui au sujet de mes actes, de mes créations ou des idées que j'exprime. C'est normal et positif.

    Tandis que porter un jugement global et définitif sur une personne, (que ce jugement soit élogieux ou critique) équivaut à s'arroger le droit de décréter qui elle est (3). C'est anormal et négatif. Il s'agit la plupart du temps de jugements hâtifs sur des bases incertaines, et de toutes les façons, qui pourrait prétendre pouvoir définir ce qui change constamment, ce qui est le cas de toute personne ?

    Je ne le fais pas moi-même (sens de la vie ne comporte rien de tel). C'est du reste pour cette raison que je précise dès l'entrée du site, dans la SYNTHÈSE du CHALLENGE de SENS-DE-LA-VIE :

    "De même, il (le site) évite d'attaquer les personnes (qu'elles soient physiques ou morales) au sujet d’elles–mêmes, (mais non de leurs comportements s'il y a lieu). Ce qui est tout aussi nécessaire. Tout le monde sait qu'une même personne peut avoir tantôt un comportement louable, et tantôt un comportement blâmable. Encourager le premier ne doit pas empêcher de réfréner le second et vice versa. "

    Et donc je ne prends pas en considération les jugements d'autrui à mon sujet (en termes de généralités, mais uniquement dans ce cas).

    Voilà ce que j'ai voulu signifier par l'expression "je déteste.. etc", ce n'est rien d'autre, et n'implique de ma part aucune émotion.
    ……….

    (…) le fait que je ne sois pas impliqué personnellement dans l'inextricable bourbier de la société actuelle, qui en outre ne m'affecte pas émotionnellement, ne me dispense pas d'aider ceux qui le sont car cela peut les aider dans la mesure où ils appliquent mes conseils.

    Avoir des idées justes acquises sur sens de la vie libère ceux qui vivent au milieu des timbrés. Cela a déjà aidé de nombreuses personnes qui m'en ont remercié.



    "Le don de la vérité surpasse tout autre don"
    Walpola Rahula.



    ………..



    Voilà encore un exemple de ce à quoi conduit le désir de paraître. Ca a l'air anodin, et même drôle, c'est vrai. Mais si on prend en considération ce qu'implique le fait de s'exhiber ainsi, comme le modèle d'état d'esprit contagieux qui est diffusé à travers cette "mode", laquelle sera suivie par les jeunes filles, ça cesse de l'être. La preuve en est que vendu 73 euros, c'est déjà en rupture de stock.







    Conçu par la marque brésilienne Sanna's




    Voici un autre exemple du même acabit


    La mode Cul Nu








    Notez que ce n'est pas désagréable à regarder....



    (Lors des rencontres photographiques d'Arles de 2009) , les thèmes de cette quarantième édition étaient : 40 ans de rencontres et 40 ans de ruptures, avec pas moins d'une soixantaine d'expositions, dont celle de:


    Martin Parr – Photo








    Dubaï, Emirats Arabes Unis, 2007




    Adepte de la photographie documentaire, Martin Parr a employé la dérision et l'ironie pour montrer l'ostentation des gens riches. Traditionnellement, la représentation de la pauvreté est le domaine du « photographe engagé », mais Parr a employé le même esprit pour photographier la richesse.

    Notez les savoureux détails dont s'affuble la dame au premier plan.

    °°°°°°°°




    La volonté délibérée de se différencier d’autrui, de vouloir paraître original, de se faire remarquer à n’importe quel prix, et pas seulement en terme d'apparence physique mais aussi de comportements et d'environnement, autrement dit de cultiver son égo coûte que coûte dans tous les domaines et ce, évidemment, par volonté de se grandir est l’une des plus importantes erreurs qui soit . A mes yeux, il n’y a rien de plus CON!

    L'anticonformisme a été élevé au rang d’une religion, un fait de société qui est souvent utilisé par les formateurs en développement personnel, qui insistent sur les bienfaits de stages ou de lectures (4) qui incitent encore et toujours sur le fait d’oser être différent, ce qui abouti au fait paradoxal que dans ce but les gens n’osent plus adopter ce qui serait « la norme », grâce à quoi inconsciemment ils en suivent une autre.

    Il n’y a rien de plus con car la recherche de singularité conduit à écarter de sa vie d’excellentes choses au prétexte qu’elles sont trop anciennes, ou trop communes, ou ont été utilisées par d’autres.

    - Si je me rase mieux avec une lame, pourquoi devrais-je me raser avec un rasoir électrique ?
    - Si j’achète une maison dont la disposition et les meubles me plaisent, pourquoi devrais-je en changer ?
    - Si j’achète une entreprise qui fonctionne parfaitement bien, pourquoi devrais-je modifier sa gestion ?
    - Si mon voisin réalise un beau jardin où ses plantes prospèrent, pourquoi devrais-je m’interdire de planter les mêmes ?

    C’est ainsi que j’ai agi toute ma vie car c’est logique, mais pourtant la plupart des gens font le contraire. Je l'ai constaté notamment pour avoir vendu ma maison et mon entreprise à des gens qui ont détruit ce qui était harmonieux et presque parfait (5). Autrement dit l’hypertrophie de l’ego entraîne l’atrophie des capacités de jugement. La sagesse, selon moi, n’est ni de suivre le troupeau bêlant, ni de vouloir s’en distinguer par des artifices, mais d’être à soi-même son propre guide en développant nos capacités de perception par l'Attention juste ce qui permet de suivre - ou d’imiter- les exemples utiles qui doivent l’être, et de rejeter ce qui est néfaste, que ce soit « in » ou non.

    Qu’en pensez-vous ?

    Enfin j’ajoute qu’il convient de distinguer nettement la désinvolture de bon aloi, la fantaisie, l’humour ou un peu d'excentricité, qui embellissent la vie, de la recherche maladive de singularité et de reconnaissance sociale qui, tout au contraire, la pourrissent.
    ……..

    On pourrait ajouter qu'un être humain véritable ne désire pas être quoi que ce soit. Il EST tout simplement.

    Toutefois le désir de se singulariser est assez normal dans la jeunesse au moment où la personnalité s'élabore, souvent en se cherchant. C'est particulièrement vrai dans les sociétés répressives qui veulent formater les humains dès la petite enfance. Ici cela l'est beaucoup moins car les enfants sont libres des pressions que nous avons tous reçues par nos familles et notre environnement en général. C'est du reste pour cela que les Thaïs ne jugent pas, et donc ne se sentent pas jugés par autrui.

    Quoi qu'il en soit cette recherche de singularité devient une grave marque de stupidité quand ce comportement persiste à l'âge adulte.


    Nota : comme ici ! (6)

    ***




    (1) -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=368&forum=14&a_p=1#last-post
    (2) Ce qui est constant chez les Français.
    (3) Par contre je tiens toujours compte des critiques en analysant objectivement si elles sont fondées ou non.
    (4) Un livre exemplaire est "Jonathan Livingston le goéland" de Richard Bach qui s’est vendu à plus de 40 millions d'exemplaires.
    (5) Dans le cas de l’entreprise, la volonté de changement a fait chuter le chiffre d’affaires de 40% en seulement 2 ans.
    (6) -> http://au-bout-de-la-route.blogspot.be/2011/04/epouvantails-modernes.html


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 24-08-2012 07:40 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 24-08-2012 18:01

    2.1

    c) Le manque de maîtrise de soi (source, conséquences et remèdes )
    Névroses actuelles et styles de communication.


    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2

    Nota :L’ordre de certaines interventions a été modifié par rapport au lien original afin de grouper ce qui a fini par faire une suite.





    (Nicky Loh/REUTERS)



    Cette photo montrant, en juillet 2010 , des parlementaires taïwanais s’échauffant suite à l’opposition d’un des parlementaires à un accord commercial avec la Chine, jusqu’à déclencher une bagarre générale avait amené Chenoa à écrire :

    « Comment tirer les hommes vers le haut quand le haut est déjà bas ? Malheureusement la maîtrise de soi sans parler des autres qualités nobles font défaut à la plupart des dirigeants. »
    ……..

    Les personnes qui s’abandonnent à la colère, et à leurs passions en général, se croient souvent fortes, alors qu’en vérité, elles sont faibles et pitoyables de vulnérabilité. Les vaincre est un jeu d’enfant pour qui est maître de soi, je le sais d’expérience.

    C’est pourquoi ...

    Un guerrier doit être maître de lui-même.
    Ceci est vrai aussi pour tous les êtres humains et surtout les rois et dirigeants.







    Image issue du film le dernier samouraï





    Sans nécessairement vouloir être soi-même un dirigeant ou un guerrier, savoir comment devenir maître de soi est possible à tous ceux et toutes celles qui le désirent vraiment. L’intérêt de l’être est si grand et si évident - notamment lorsque nous avons à affronter des situations délicates ou dangereuses -, qu’il n’est pas besoin de développer davantage pourquoi. A contrario les gens qui ne le sont pas gâchent leur vies de multiples manières, et certains - très nombreux - en arrivent à se détruire eux-mêmes en cas d'excès majeurs. La destruction de leur vie peut se produire par l’accumulation de fautes dans la durée, mais aussi en une fraction de seconde. Ce comportement inepte provient de plusieurs causes principales, auxquelles il est cependant possible de remédier.

    Ce sont :

    1° - L’identification à l’ego, autrement dit à une fausse conception de ce que nous sommes.
    A cet égard il est bon réfléchir au fait que l’idée que nous avons de la structure de nous même est fausse.

    2° - Une éducation fondée sur de fausses valeurs. A cet égard, il est bon de connaître ce qu’est une éducation juste
    comme nous les découvrirons plus loin sur ce post .

    3° - Une incompréhension totale de la façon dont naissent nos pensées et nos émotions, qui de ce fait deviennent hors contrôle. A cet égard, lisez et pratiquez ce qu’est l’Attention juste.

    4° - La maladresse dans la communication avec autrui, qui obéit à des lois méconnues pour la plupart des gens. A cet égard, lisez et pratiquez le cadeau qui va embellir vos relations humaines : la parole Juste.

    5° La croyance en des idées erronées, que ces gens cherchent, de plus, à imposer au monde. Pour éviter cela, la Pensée Juste est le cadeau qui peut vous sortir de la ‘mouise’ .

    6° - Le réflexe du refus d’admettre nos erreurs, ce qui un obstacle incompatible avec le développement personnel. Ceci doit être impérativement corrigé en nous tous (car) nos erreurs sont nos meilleurs guides !

    7° - L’idée fausse que se maîtriser serait impossible. A cet égard, il vous suffit de pratiquer
    ce que vous découvrirez un peu plus bas sur ce post : acquérir une parfaite maîtrise de soi, c’est possible !

    8° - Enfin pour réussir vous devez apprendre ce qu’est le Wu-Weï ou voie du non-agir, qui n’est pas inaction, et vous entraîner à sa pratique. (1)

    Le contenu de ces conseils est d’une importance majeure pour tous les dirigeants, du plus petit au plus grand, ainsi que pour vous-même, surtout si vous êtes au début de votre vie. Diffusez ceci aussi largement que vous le pourrez. MERCI.(2)
    ……….

    L'importance de la maîtrise de soi coule de source.

    En effet, la vie des personnes manquant de maîtrise d'elles-mêmes, au pire tourne à la catastrophe, et au mieux est comparable au destin d'un bouchon porté par les vagues, qui de ce fait est incapable d'aller dans une direction choisie. De plus elles ignorent totalement où elles vont. Les serf-veaux sont réellement pathétiques.
    ……….

    Je reviens sur Le manque de maîtrise de soi (…) pour développer mon point de vue que voici sur cette carence grave.

    Certaines personnes, idiotes il faut bien le dire, voient en sens de la vie, un site mystique ou tenant des propos mystérieux. Rien n’est plus faux ! Je pense, sans ambiguïté, que la démarche à adopter pour résoudre la crise de civilisation actuelle repose sur un raisonnement très simple qui est celui-ci: aucun des facteurs négatifs qui pèsent sur notre civilisation n'est pour l'instant d'origine naturelle; ils sont tous notre œuvre propre et c'est eux qui dès à présent altèrent gravement la qualité de vie de nombreux humains et menacent à assez brève échéance notre survie en tant qu’espèce (sans parler de toutes les autres).

    En conséquence, vouloir remédier efficacement à ces dangers ne pourra être atteint que si cette cause unique est dénoncée et supprimée. C'est pourquoi nous devons changer nos façons de penser et d'être, pour adopter les normes d'une Civilisation Authentique. C'est pourquoi aussi nous devrons choisir les enfants les plus doués et leur donner une formation particulière dans ce sens, pour disposer de nouveaux enseignants et dirigeants intègres et efficaces.

    Or ce qui se passe sous nos yeux est l’inverse, à savoir que les connaissances, et les bases de l'Humanité Elle-même, "foutent le camp ", comme il est dit dans la page de présentation du site. (3)



    Selon moi qui, à 70 ans, suis fort d’une longue et riche expérience de vie, la façon d’être et d’agir actuelle est largement névrotique, presque partout dans le monde. Le développement spectaculaire des médicaments et drogues psychotropes le prouve. Cette névrose incontestable règne dans tous les comportements que l’on peut observer autour de soi : de la famille au travail en passant par la scolarité, l’armée et l’administration, de même dans ceux que l’on voit sur les écrans et scènes de spectacles. Tout un chacun peut le constater: très peu de gens sont détendus et les rapports avec autrui sont pourris (même quand ils ne sont pas conflictuels) ce qui rend la vie peu agréable et pour certains insupportable. Or ce n’est pas une fatalité car j’ai connu un monde où les rapports étaient beaucoup plus sains, et l’humeur joyeuse. La comparaison des films tournés il y a cinquante ans ou plus avec les films actuels le prouve.


    Evolution de la psychose en France illustrée par VSV






    Tenues de maintien de l’ordre en France.
    A gauche 1941 à droite 2010




    Je me suis dit que pour en prendre conscience, il n’y a rien de mieux que de tourner nos regards vers d’autres époques et d’autres cultures. Pour des raisons de facilité évidente je vais commencer en évoquant la mienne qui puise ses racines en Méditerranée. Je vous laisse juge des différences entre mon récit et ce que vous observez quotidiennement autour de vous.

    Par mes origines j’appartiens à une culture où il est hautement respecté de traiter les sujets sérieux, voire dramatiques, sur un ton léger et humoristique (les Sioux eux aussi agissent ainsi), et les sujets amusants et légers sur un ton faussement sérieux, voire grandiloquent, particulièrement quand il s’agit de soi-même, ce qui est la preuve qu’on ne se prend pas au sérieux. C’est une des marques distinctives de sens de la vie.

    Cette façon d’être provient de notre joie de vivre proverbiale, mais est aussi une de nos manières de montrer que l'on est à l'aise (c’est- à -dire détendu) face aux crises de l’existence et/ou que l’on aime se moquer de soi. Ces deux comportements - qui ont en commun d’être fondés sur un humour très fin -, sont considérés en Provence comme des preuves de savoir vivre car cela rend la vie plus agréable en société et pour nous-mêmes, ainsi que de maîtrise de soi (ce dont tout le monde n’est pas capable). Curieusement il en est de même en Thaïlande. A bien des égards cette légèreté est très aristocratique, mais en Provence elle est commune jusque dans le petit peuple.

    Le comportement inverse c’est- à - dire tout prendre au sérieux -qui est actuellement si commun – ou pire se prendre soi-même au sérieux est méprisé en privé (sans qu’on le montre et sans méchanceté) comme étant significatif de l’inverse, c’est - à- dire d'un manque total de savoir vivre, de maîtrise de soi, et pour tout dire d’intelligence, surtout pour les gens qui insistent lourdement sur tout ce qu’ils disent.

    Cette attitude est souvent l’objet de railleries chez nous. Une expression commune le résume, ils disent "il - ou elle - se croit". Or faire rire de soi involontairement est ce qu’il y a de pire pour les Marseillais et Provençaux. C’est la pire forme d’insulte car elle exprime le manque de considération. Quiconque agit ainsi se place de lui-même à l’écart, et se créée des difficultés relationnelles en raison du dédain que cela occasionne. Pontifier face à des Provençaux est un risque certain pour l’orateur, j’en ai été témoin maintes fois.

    Je sais que ceci choque les « gens du nord », ou tout au moins leur déplait et donc doit aussi choquer certains lecteurs de sens de la vie car je vois bien qu’ils ne le comprennent pas et se sentent déroutés par cette désinvolture, mais je l’accepte car à mes yeux toutes les cultures sont respectables, (bien que de valeurs inégales pour l’épanouissement humain). De même que je n’embête personne à propos de son style de communication sur le forum (dès lors qu’il est correct), je demande à tous de bien vouloir admettre le mien sur Sens de la Vie. (4)

    Ceci dit, étant donné cette différence impressionnante entre le passé et le présent, il ne peut selon moi s’agir que d’un changement comportemental global d’origine sociale. Ce changement doit être d’ordre quantitatif plutôt que qualitatif, puisque la nature humaine change trop lentement pour que cela puisse être le cas

    Je vois quatre principaux aspects, qui doivent en être responsables, ce sont :

    1° L'égocentrisme qui génère notamment l’absence d’empathie et l’impolitesse.

    2° L’esprit de suffisance qui génère notamment irréflexion et idiotie.

    3° La peur qui génère notamment la nécessité de « dominer l’autre » afin d’éviter qu’il nous domine et la dépendance envers le regard d’autrui.

    4° L’agitation mentale qui génère notamment l’incapacité de percevoir.
    ……..
    Si vous êtes capable d'objectivité (c'est- à - dire de penser comme un scientifique), vous trouverez nécessairement ces quatre traits de comportements parmi les personnes de votre entourage et sans doute en vous-même aussi, au moins partiellement. Comme ces 4 traits de caractère sont la CAUSE de tous les conflits et de presque toutes les erreurs humaines il me parait très utile d'en prendre conscience pour s'en défaire et d'y consacrer toute l'énergie qu'il faut.

    (…) Je sais bien que par définition les personnes contentes d'elles-mêmes en sont difficilement capables, mais on se sent tellement bien quand on en est libre de ces fléaux, que cela vaut la peine d'essayer. Ne croyez-vous pas ?
    ………….

    Je me dois aussi de préciser le mode de fonctionnement particulier qui est le nôtre. Quand un ami (ou une amie) trahit, ou manque de respect à quelqu'un chez les gens du nord, ceux-ci basculent aussitôt dans la colère et la haine, comme je l'ai constaté. Pas chez nous.

    Un Marseillais dira sobrement "il (ou elle) m'est tombé du coeur" . Cette déclaration signifie que la bienveillance dont bénéficiait cette personne jusque là a pris fin pour toujours. Selon la gravité de la faute commise, les gens qui entendent cette phrase mettront elles aussi le fautif au ban de leurs relations, voire puniront le coupable sans que l'offensé n'ait rien à faire, ni même à demander, je l’ai observé maintes fois.

    Après avoir été victime moi-même de ce genre d'indélicatesse en 1994 je témoigne que tous mes amis voulaient punir sévèrement l'intéressé. Il m'a fallu être très pressant pour réussir à les en empêcher.

    En conséquence de cela et en général, les offenses sont très rares (5) contrairement à ce qui se passe "ailleurs" (6). Ceci est le fruit de notre civilisation qui a plus de deux mille ans d'avance sur la leur (7). Ceci étant dit non pour offenser quiconque, en particulier mes amis d'une autre origine que la mienne, mais pour rappeler certaines valeurs utiles pour tous.

    Revenir ou parvenir à des valeurs similaires ne pourrait que faire le plus grand bien à nos sociétés. Comme je l'ai déjà dit maintes fois, il s'agit der ramener le monde de la confusion actuelle résultant des rapports de Force et de Profit, à l'ordre qui naîtra spontanément de l'Harmonie résultant de l'éducation à la Maîtrise de soi et à des rapports de Respect. Je sais que dire cela déplait à beaucoup de gens (8), mais l'exprimer est mon devoir.
    ………

    Je vous invite à nouveau à réfléchir sur le manque de maîtrise de soi qui règne du plus bas au plus haut niveau de la société actuelle
    avec les quelques exemples ci-dessous :

    Dans l’exemple ci-dessous Le président français Nicolas Sarkozy discute avec le Premier ministre irlandais Brian Cowen (G) et son homologue danois Lars Rasmussen (D) lors d'une réunion des chefs d'état européens à Bruxelles, Belgique, le 17 décembre 2010.


    Le Pt Sarkozy à Bruxelles, le 17 décembre 2010







    Vu sur http://www.20minutes.fr/



    Qui pourrait imaginer le Général de Gaulle, ou tout simplement Gaston Defferre, avec une mimique pareille ? L’autorité réelle ne s’impose pas. Elle est induite naturellement par un comportement digne, sobre et habile qui - de plus - ne se laisse jamais submerger par l'émotion. Sur cette photo nous en sommes loin. Actuellement à force de désacraliser toutes les fonctions - dont celle du chef de l’état – plus personne ne respecte personne, y compris soi-même.

    Quel gâchis !



    Le Prince Charles contrarié par une bourrasque
    Victime d'un coup de vent lors d'une garden party à Hillsborough, Irlande du Nord.






    Un mauvais coup de vent pour les personnes qui n'acceptent pas d'être chauves




    C'est évidemment l'ego qui l'empêche d'avoir une coupe de cheveux adaptée à sa calvitie.
    Il n'est pas le seul dans ce cas.

    Et tant d'autres cas analogues sur :
    « Petite méditation sur des portraits de célébrités » ! (9) (10)


    Posté par Chenoa



    Le manque de maîtrise de soi
    Quand les dirigeants politiques font des doigts d’honneur...






    Henri Emmanuelli, député PS des Landes
    et ex-président de l’Assemblée nationale…




    Comment vouloir rétablir respect, sens de l’État et citoyenneté à l’échelon national et auprès des jeunes en plein désarroi lorsque ceux qui nous représentent dans le temple de la République se permettent le geste le plus vulgaire qui soit ?

    C’est navrant. Je me demande dans quel monde vivront nos enfants…

    Je vous conseille de voir cette vidéo sur les gestes déplacés en public des personnalités politiques (11) et de lire : « Un doigt d’honneur à l’exemplarité ? » (12)
    ……….

    Malheureusement ces comportements de guignol sont très communs aujourd’hui , il suffit de regarder la « Petite méditation sur des portraits de célébrités » (9)

    Dire «Actuellement à force de désacraliser toutes les fonctions - dont celle du chef de l’état – plus personne ne respecte personne, y compris soi-même. » , est très juste. Entre le fait que notre président (13) se fasse insulter de « trou du cul » sur Internet, ou la une des magasines comme « honte d’être français ? », la population est mal dans ses baskets.

    Mais il n’y a pas que ça ! (…) les fonctions les plus importantes sont aussi dévalorisées comme celle des instituteurs, les premiers à s’occuper de l’éducation des jeunes ! Aujourd’hui leur autorité (si elle existe encore) est contestée et que ce soient les parents ou les élèves, le respect est moindre. Il suffit de regarder des films anciens (pas tant que ça, de la première moitié du siècle dernier) pour voir comme cela a évolué.

    C’est terrible que de voir cet écroulement de manque de savoir-vivre !

    ***



    (1) -> http://sens-de-la-vie.com/Archepages/ampewi_numpa_02_cours1.htm#wu-wei
    (2) Nota : cette série de recommandations donnés par Alain a été adaptée du lien original de référence 1.
    Le détail de chaque conseil , soit se trouve sur` le chapitre 1 des ‘Perles du forum’ soit se trouvera un peu plus loin ci dessous.
    (3) -> http://sens-de-la-vie.com/Archepages/007_presentation.htm
    (4) -> http://sens-de-la-vie.com/

    (5) Dans mon milieu je peux jurer n'avoir jamais entendu personne dire à quelqu'un d'autre: "vas te faire enculer" (ou l'équivalent), une expression qui est devenue aujourd'hui si commune qu'on la répète à tout bout de champ et pour n'importe quoi, y compris au plus haut niveau de la société. Quelle décadence abjecte ! Néanmoins, ceci ne veut pas dire que cette injure n'était pas pratiquée par les basses classes sociales.

    (6) Ailleurs où l'arrogance des imbéciles ne connaît pas de limites. Comme le disait Michel Audiard: "Les cons ça ose tout! C'est même à ça qu'on les reconnaît". Quant à moi ayant été hautement respecté toute ma vie depuis la petite enfance, et n'ayant eu de contacts approfondis qu'au sein de notre culture, j'avoue avoir été stupéfait de découvrir sur le tard l'idiotie et la bassesse actuelles qui m'ont longtemps paru aussi inconcevables que méprisables. De plus ce que ces gens sont, est pour nous, c'est- à - dire les vrais humains, une source de souffrances, et/ou d'inconfort, permanents, notamment car ils tentent constamment de nous rabaisser à leur niveau.

    (7) A titre indicatif j'ai possédé dans le Var un domaine sur lequel il y avait les vestiges d'une villa du 1er siècle de notre ère. Celle-ci était équipée du chauffage central par le sol, d'eau courante et d'évacuation des eaux usées par des tuyaux de plomb, ainsi que d'une baignoire (avec eau chaude) de 3m.70 x 2m. Les Européens du nord n'ont réellement commencé à se civiliser qu'au XVème siècle, et au XIXème la plupart d'entre eux ne connaissaient pas encore l'usage des baignoires.

    Cette villa et ses caractéristiques sont mentionnées aux pages 13 et 14 de l'ouvrage "Maisons rurales et vie paysanne en Provence" des Éditions Berger-Levrault, publié en 1979 - ISBN 2.7013.0335.4. Une œuvre magistrale de référence pour qui s'intéresse à ce sujet.

    (8) Comme le disait Montesquieu: "Un homme simple qui n'a que la vérité à dire est regardé comme le perturbateur du plaisir public. On le fuit, parce qu'il ne plaît point ; on fuit la vérité qu'il annonce, parce qu'elle est amère ; on fuit la sincérité dont il fait profession, parce qu'elle ne porte que des fruits sauvages ; on la redoute, parce qu'elle humilie, parce qu'elle révolte l'orgueil, qui est la plus chère des passions, parce qu'elle est comme un peintre fidèle, qui nous fait nous voir aussi difformes que nous le somme"

    (9) Qui commence ici

    (10) NOTA : Le prince Charles, prince de Galles (Charles Philip Arthur George) né 14 novembre 1948, est un membre de la famille royale britannique. Il est le fils aîné du prince Philippe, duc d'Édimbourg et d'Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Prince héritier du Royaume-Uni ainsi que des royaumes du Commonwealth, il occupe donc la première place dans l'ordre de succession au trône.

    (11) Voir la video

    (12) Lire l’article ici

    (13) Sarkozy


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 25-08-2012 06:40 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 26-08-2012 07:55

    2.1

    d) L’esprit de Démesure et autres origines du merdier actuel. Comment y remédier.

    Lien original de référence


    Feriez-vous partie de ceux qui s’interrogent sur l’origine du bordel actuel ?

    Si oui, il y a de fortes chances que vous ayez déjà trouvé qui est coupable. Selon vos croyances religieuses et politiques cela peut être, au choix :

    A) les juifs (thèse très populaire chez les chrétiens et les musulmans),
    B) les Arabes (thèse très populaire chez les chrétiens et les États - Uniens),
    C) les Francs maçons et autres Illuminati (thèse très populaire chez les conspirationnistes),
    D) les multinationales (thèse très populaire chez les altermondialistes),
    E) le gouvernement des États - unis (thèse très populaire chez tout le monde),
    sans oublier Satan, les extraterrestres et j’en passe.

    Et bien si c’est votre cas, vous avez TOUT FAUX !

    Voici de quoi se désentartrer les méninges :


    L’esprit de Démesure, origine du merdier actuel, et comment y remédier








    Peinture de Siudmak




    Redevenons sérieux.

    Comme le savent nos lecteurs (mais pas qu’eux), nous sommes arrivés à une situation tellement grave sur notre planète que désormais c’est la vie dans son entier que nous mettons en péril (1). Cette idée exprimée depuis toujours sur sens de la vie est aussi la conclusion à laquelle sont parvenu le 30 janvier 2009, plus de 150 océanographes de premier plan réunis à Monaco. Leur déclaration, qui a reçu le soutient du Prince Albert II de Monaco dit notamment ceci :


    "Dans le coup de dé qui a présidé à l’apparition de la forme de vie que nous connaissons sur terre, l’équilibre complexe et variant des forces de la « macro-chimie » à l’oeuvre sur la planète a joué un rôle déterminant. Ayant désormais acquis grâce à notre maîtrise de l’énergie qui décuple nos forces et notre empreinte - et la multiplie par notre nombre - une capacité à modifier en profondeur ces réglages fins, résultats de processus s’étant déroulés sur des millions d’années et sur lesquels le vivant avait patiemment construit son empire, c’est la vie dans son entier que nous mettons en péril."

    Ce point de vue est de plus en plus largement partagé. Voici par exemple l’extrait d’un article de Robin McKie, dans The Observer, du 7 octobre 2009 :

    "Nous nous sommes crus « Maîtres et possesseurs du monde ». Nous n’en sommes en réalité que les bourreaux implacables et inconscients, incapables de comprendre et respecter le miracle de la vie, ce gigantesque et multiforme réseau d’interactions et d’équilibres dynamiques d’innombrables êtres dont nous ne connaissons qu’une infime partie. En massacrant allégrement des pans entiers du vivant, c’est la vie elle-même dans sa totalité que nous mettons à l’agonie, nous les furieux barbares, toujours aussi incultes finalement, mais que l’évolution, puis nos sciences et le déchaînement de notre technique, pilotée désormais par la seule avidité sans borne, ont promu au rang de nuisibles suprêmes. L’humanité était pourtant porteuse d’autres promesses. Combien de temps reste-t-il pour nous en souvenir, et les ressaisir ? "

    C’est à un point tel que les scientifiques ont inventé un nouveau terme : l'Anthropocène pour désigner une nouvelle ère géologique, qui aurait débuté avec la révolution industrielle au moment où l'action de l'espèce humaine est devenue la principale force géophysique agissant sur la planète, avec les conséquences que l’ont sait. Mais quelle est l’origine de l’incroyable situation de cette planète dont nous sommes directement responsable ?

    Selon moi c’est l’esprit de démesure : dans la recherche de profits, dans la soif de pouvoir, dans la soif de consommation et de possession, dans la soif de paraître, en un mot dans la Soif d’avoir ou d'être sans limites, qui est responsable de tous les maux de cette planète (2).

    Il engendre de multiples fléaux, allant du désastre écologique en cours, jusqu’à l’exploitation cynique des travailleurs de toutes catégories (3), en passant par la faim qui concerne 1 milliard d‘êtres humains sur terre (alors que les productions agricoles sont suffisantes). La recherche du profit est devenue assassine.

    Cet esprit de démesure doit être ramené à la raison, car il n’y a pas d’autres solutions.


    NOTA: voir un exemple qui montre que même les énergies "propres" ne pourront pas résoudre la crise écologique. (4)


    L’esprit de démesure a des origines très lointaines, mais dans le passé cet état d’esprit était combattu, et la modération prônée. J’en ai été le témoin à la fois par les comportements dans ma famille (pourtant aisée), ou d'autres ayant une mentalité analogue, mais aussi de façon plus générale chez tous les petits agriculteurs, chasseurs traditionnels et forestiers, notamment. Chez les Grecs de l’antiquité, ce comportement était érigé en règle car deux enseignements majeurs ornaient les frontons de leurs temples, comme je l’ai vu moi-même. C’étaient :

    - RIEN DE TROP

    - CONNAIS TOI TOI-MÊME


    "Rien de trop" voulant dire ne rien faire avec démesure. Cette démesure il la nommait Hybris. La religion grecque antique ignorait la notion de péché tel que le conçoit le christianisme, mais il n'en reste pas moins que l’hybris constituait la faute fondamentale dans cette civilisation.

    L’hybris (aussi écrit ubris, du grec ancien (…) est une notion que l'on peut traduire par démesure. Voir les synonymes (5). C'est un sentiment violent inspiré par les passions et plus particulièrement, par l'orgueil. Les Grecs lui opposaient la tempérance, ou modération (sophrosune). Dans la Grèce antique, l’hybris était considérée comme un crime. Le châtiment de l’hybris est la némésis
    (« destruction »), le châtiment des dieux qui a pour effet de faire se rétracter l'individu à l'intérieur des limites qu'il a franchies.


    Et c’est bien ce qui nous pend au nez.






    Je vous ai épargné une image plus morbide



    Voici quelques citations pour illustrer l’esprit de mesure préconisé par des anciens :


    "Le premier des biens est la mesure". Platon dans Philèbe

    "La démesure en fleurissant produit l'épi de la folie, et la récolte est une moisson de larmes". Eschyle

    "Il faut éteindre la démesure plus encore que l'incendie". Héraclite d'Ephèse

    "La démesure est fille de l'impiété." Eschyle

    « Ne soyez pas plus sage qu'il ne faut, mais soyez sobrement sage » (Montaigne, Essais, I, 30)

    "Les Blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous édifions nos tipis, nous faisons de petits trous. Nous n'utilisons que le bois mort. L'homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L'arbre dit « Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal ». Mais il l'abat et le débite. L'esprit de la terre le hait. Il arrache les arbres et les ébranle jusqu'à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les Indiens ne font jamais de mal, alors que l'homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol. La roche dit « Arrête, tu me fais mal ». Mais l'homme blanc n'y fait pas attention. Quand les Indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu... Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc?... Partout où il la touche, il y laisse une plaie."

    Vieille sage Wintu (Indiens de Californie) extraits du livre de T.C.Mac Luhan,
    "Pieds nus sur la terre sacrée"



    Remarquons que toutes les formes de démesure ne sont pas mauvaises en soi, ainsi celle des artistes, peintres, écrivains, aventuriers en tout genre, etc, sans laquelle aucune œuvre ou action de génie ne verrait le jour. Mais celle-ci doit être une « folie contrôlée » et non n’importe quoi.

    Ainsi agir avec mesure, même dans la démesure, c’est distinguer la bonne de la mauvaise démesure. Ayons conscience que toute démesure qui menace l’existence même des générations futures et de la vie en son entier, ne peut être que mauvaise.


    C’est pourquoi l’humanité n’échappera pas à la nécessité de réduire ses besoins
    ce qui implique de refondre entièrement nos modes de fonctionnement mentaux.




    Et en particulier nos rapports avec le pouvoir et l’argent, actuellement considérés comme étant des
    « valeurs » suprêmes. Ce qui je l’avoue ne sera pas simple, car la soif d’argent et de pouvoir des personnes riches s’appuie sur la soif de posséder des autres, autrement dit de tout le monde !
    Y remédier demande un effort collectif, mais – vu l’urgence - un consensus au sein des dirigeants du N.O.M. serait le bienvenu. Mais en attendant celui-ci (6), les « puissants » pourraient fort bien donner l’exemple d’un comportement simple et sans affectation.

    Il y a 26 siècles, Lao Tseu (7) faisait observer dans le Tao Te King:"Il n'y a pas de plus grand malheur que de ne pas savoir se suffire. Il n'y a pas de plus grande calamité que le désir d'acquérir" (Verset 46). C'est toujours d'actualité.

    Autrement dit le « Bling Bling » c’est fini, vous verrez on se sent mieux sans ...




    Lire : C’est la vie dans son entier que nous mettons en péril
    ………….



    Intervention de Patrick

    C'est également cette Soif que Bouddha a décrite comme étant la source d'une souffrance interminable pour les êtres humains, et ce à tous les niveaux. Mais si la Soif est la condition d'un être sur Terre, la soif exagérée que nous voyons aujourd'hui est une folie totale. Elle n'est que la face visible d'un psychisme qui n'est pas équilibré et auquel il manque un rapport sain avec la nature. Autrement dit, c'est la coupure avec notre essence qui conduit à un tel état.

    Enfin grâce à l'Attention Juste, on peut percevoir l'action de cette soif et s'en défaire.

    Et pour paraphraser le propos de DR Dhiravamsa sur l'esprit prospère (8) , dans son livre "La Voie du Non Attachement - Pratique de la méditation profonde" :

    L'esprit de démesure est l'inverse de l'esprit prospère – c-a-d qu'il est pauvre ! CQFD

    Citation:

    " Un esprit qui n’est ni serein ni libre est un esprit pauvre. Par ses faims et ses soifs, il s’invente d’incessants tracas. Il réclame sans cesse de la nourriture. Parfois, il éprouve un besoin de connaissances et, pour le satisfaire, se tourne vers la lecture. D’autres fois, il s’agite et vous pousse à l’activité, alors que vous êtes tranquillement assis à ne rien faire. Il lui faut bouger à tout prix. Il ne sait pas ce qu’est l’état de passivité, d’où son déséquilibre. Du reste, la plupart du temps, il le craint ; ce qui l’occupe c’est la satisfaction de ses désirs. "
    ……

    Autrement dit, c'est un esprit en perpétuelle souffrance. Sa condition (triste) l'entraîne à vouloir toujours plus de satisfactions, lesquelles ne le comblent pas. En fait, il n'a plus de satisfactions réelles mais il ne s'en rend pas compte. S'il croit contrôler son existence tout autant que contrôler la vie sur Terre, il est en vérité le tributaire et l'esclave de son système de pensée et de valeurs, et il détruit l'une comme l'autre.
    ……..

    Je désire (…) compléter par une analyse de la source de cette soif démesurée. Analyse qui m’est venue récemment à l’esprit à propos de ce que m’a écrit, il y a quelques jours un de nos amis sur VSV :

    "Comme tout le monde le sait, la vie se termine par la mort. Même les arbres finissent par mourir. Donc il est facile de comprendre que ça ne sert a rien de vivre. Mais comme on dit, en attendant de mourir essayons de profiter de la vie."

    Il n’est pas seul dans son cas: beaucoup de gens pensent ceci. Le point de vue qui consiste à vouloir profiter de la vie le plus possible avant la mort est très commun. Je l’ai entendu maintes fois. Un autre ami me disait en 1992: « Nous sommes si longtemps morts, et si peu de temps vivants ! » voulant par là exprimer la sagesse suprême selon lui. A mes yeux, cette fausse sagesse est très destructrice car c’est elle qui est, sans doute, à l’origine du cynisme et de la démesure actuels. L’erreur de cette affirmation est assez dure à comprendre car en fait elle est relativement vraie pour nous-mêmes, mais uniquement en tant que personne individuelle appelée à disparaître.

    Toutefois cela n'est certainement pas vrai pour la totalité des composants qui constituent un "être". De même que notre corps s’est construit progressivement avec des matériaux pré-existants à lui (9), de même après la mort aucune des particules élémentaires dont l’assemblage avait constitué notre corps ne disparait. Développer pourquoi serait trop long, surtout si l’on pense comme moi et certains scientifiques (comme Jean Étienne Charon – voir " Mort voici ta défaite" chez Albin Michel.) que l’information acquise durant notre vie ne disparaît pas.

    De toutes les façons c’est une évidence au plan matériel.

    Et dire que ça ne sert a rien de vivre, n’est pas vrai non plus vu sous un autre angle: pour la Vie elle-même, vivre doit bien servir à quelque chose puisqu'elle ne cesse d'évoluer en progressant ! Et il s'agit d'une force puissante puisque le désir de vivre anime tout.(11)

    Enfin j'ajoute que la mort est un processus constant: nos cellules meurent et se renouvellent, notre corps et notre esprit changent, constamment ! Tant et si bien qu'entre l'enfant que nous étions, et ce que nous sommes devenus plusieurs décennies plus tard, tout a changé en nous tant physiquement que mentalement, même la vague sensation de "je suis" car on ne se perçoit plus de la même manière.(12)
    ………..


    Quant au fait "de profiter de la vie", il est bénéfique à cet égard de s'intéresser à beaucoup de choses . La curiosité et l'esprit d'exploration et d'aventure, envers ce monde où nous sommes (et dont nous faisons partie), multiplient nos sources de joie et de Bonheur, comme nos connaissances. Ainsi l'homme à l'esprit ouvert jouit de plaisirs sans cesse renouvelés et se développe mentalement. A contrario l'attitude de ceux qui pensent "je n'en ai rien à foutre" - à propos de tout et de n'importe quoi - génère en eux l'ennui et la pauvreté de l'esprit. Hélas, l'égocentrisme fait qu'ils sont nombreux ! Ceci dit l'égocentrisme n’explique pas tout. Certains naissent curieux de tout et d’autres non. Selon moi cela provient surtout de notre tempérament à la naissance. Pourquoi est-ce ainsi ? Je l'ignore.

    A cela il faut ajouter que le terme "beaucoup de choses" implique en fait toutes les activités positives du corps comme de l'esprit, particulièrement si celles-ci nous enrichissent en nous transformant de façon bénéfique. Mais tout désir ou toute activité qui nous attire n'est pas forcément bénéfique pour "profiter de la vie" (au sens large), ou pour nous-mêmes, ce qui est notamment le cas quand nous sommes mus par un désir de possession excessif (13).

    Savoir bien profiter de la vie, implique donc aussi l'esprit de discernement entre ces deux catégories.

    Autrement dit sans discernement la volonté de jouir de la vie le plus possible et de toutes les manières possibles, associée à la peur de la mort, conduit nécessairement à la démesure quand le sujet atteint de cette conjonctivite en a les moyens matériels.
    ………


    Posté par Françoise

    En fait, (en ce qui concerne la mort), il "suffit" de se dire que , étant donné que rien ne se perd dans l'énergie, même s'il y a dissolution et redistribution , en travaillant à la restituer dans le meilleur état possible , nous travaillons de toute façon pour Le Tout, et donc pour tous et du même fait pour "nous" - quelque soit ce que ce "nous" puisse signifier . Dans cette optique il n'y a plus de soucis, de craintes ni de questions inutiles !

    Ce qui finalement est plutôt de nature à réjouir qu'à attrister... étant donné qu'un "moi" permanent et immortel serait probablement très ennuyeux et manquant de variété...


    …………

    Continuons ce boulot de fourmi. Pour compléter ce sujet, à savoir : "L’esprit de Démesure et autres origines du merdier actuel. Comment y remédier", il me parait indispensable d’évoquer ce qui se passe dans les hautes sphères du pouvoir, notamment politique.
    Un sujet à la fois distrayant et affligeant.

    Commençons par le coté ludique.

    En politique, les pires ennemis ne se trouvent pas toujours là où l'on croit. Certains combattent côte à côte, dans la même famille, tout en se détestant viscéralement. Chirac-VGE, Rocard-Mitterrand, Fabius-Jospin, Juppé-Séguin, Royal-Aubry, Sarkozy-Villepin... De trahisons en coups bas, retour sur ces duels où tous les coups sont souvent permis.

    Comment en sont-ils arrivés là ? Une galerie amusante de l’Internaute.com analyse leurs comportements. Un excellent désentartrage de méninges !


    Les pires ennemis de la politique









    L'histoire commençait pourtant bien. En "lâchant" Jacques Chaban-Delmas en 1974, Jacques Chirac, déjà "bulldozer" de la droite selon les mots de Pompidou, avait permis l'élection de VGE à l'Elysée. C'est donc en toute logique qu'il est nommé Premier ministre la même année. Mais très vite, des désaccords apparaissent : sur fond de crise économique, Chirac est persuadé que VGE n'est pas compétent. Quand Giscard prône la modernisation, il s'érige en gardien du gaullisme et finit par claquer la porte en 1976.

    Dès lors, le duel Chirac-VGE ne cessera de défrayer la chronique. En 1981, Chirac se présente contre le chef de l'Etat sortant et au second tour, ne donne pas de consigne de vote. VGE racontera dans ses mémoires avoir téléphoné au QG de campagne chiraquien incognito et avoir entendu : "Il ne faut pas voter Giscard. Il faut voter Mitterrand". La limite est franchie. Même retraités, les deux anciens chefs d'Etat, qui siègent côte à côte au Conseil constitutionnel, s'envoient encore aujourd'hui des amabilités par médias interposés.
    (14)

    Un autre exemple est illustré par ce cartoon :

    Pasqua dans le pastis







    Dessin de Burki paru dans 24 Heures



    Lu sur courrier International :

    « L'ancien ministre de l'Intérieur et très ancien représentant de la maison Ricard a été condamné à un an de prison ferme dans l'affaire de l'Angolagate, un trafic d'armes remontant aux années 1990. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il ferait appel de cette sentence. Une dizaine de personnes ont été condamnées à des peines de prison ferme dans cette affaire, dont Arcadi Gaydamak et Pierre Falcone (six ans chacun), accusés d'avoir vendu entre 1993 et 1998 à l'Angola, alors en pleine guerre civile, des armes provenant de l'ancien bloc soviétique sans avoir reçu d'autorisation de l'Etat français ».


    Ce que Charles Pasqua conteste. (15)


    Voici ce qui est IMPORTANT à constater:

    Les 25 exemples - les plus marquants - cités dans ce dossier, comme le cas ci-dessus, aident à comprendre pourquoi il n'y a pas (ou si peu) de dirigeants ayant de hautes qualités de maîtrise de soi et d'empathie. En effet il n'y a aucun homme réellement éveillé (ou si vous préférez équilibré et sage, car ayant vaincu les pensées et émotions parasites en lui) qui puisse supporter l'ambiance qui règne en politique, et même pourrait-on dire dans tous les groupements humains qui y participent de près ou de loin. Je le sais d'expérience personnelle. Un taux vibratoire très élevé leur rend la fréquentation de ces égos hypertrophiés tout à fait IMPOSSIBLE.

    Et donc, pour leur paix, ils ne briguent pas ces charges – préférant s’engager ailleurs, loin des luttes de pouvoir -, ce qui paralyse tout le système qu'ils seraient pourtant les mieux aptes à diriger, ainsi que la naissance d'une véritable gouvernance. C'est fort dommage pour les électeurs, et cela pose d'autre part un problème majeur quant au bon fonctionnement de nos institutions, et amène à se demander: "Dans de telles conditions la démocratie véritable est-elle seulement possible"?

    Il faut remarquer que ces luttes pour le pouvoir et les richesses existent depuis le tout début de la civilisation et qu'elles ont marqué de leurs empreintes tous les régimes politiques, de la monarchie au communisme en passant par tous les autres. Il en fut pareillement dans l’ensemble des activités économiques et commerciales. Autrement dit elles sont partout, et même parfois chez les petites gens. En soi ces luttes ne seraient pas vraiment gênantes si elles n’en étaient arrivées à menacer l’existence de notre espèce, et même dans une certain mesure celle de notre planète.

    Sans proposer de solutions hâtives, on voit bien à la vision de ce constat que l’humanité ne pourra survivre qu’au prix d’une mutation totale de ses valeurs, à la fois spirituelles et matérielles.

    NOTA : comprenons bien qu’il ne s’agit pas là d’une quelconque critique des ces personnes, mais de l’analyse des comportements qui nous ont mené là où nous en sommes.
    ……..


    Pour illustrer l’esprit de démesure qui ne cesse de croître j’ai encore choisi une simple image de ce qui se passe actuellement sur terre. La voici (16) :


    La machine à effacer les montagnes







    Credit & Copyright: ThyssenKrupp Technologies, SwapMeetDave



    Explanation: Please wait while one of the largest mobile machines in the world crosses the road. The machine pictured above is a bucket-wheel excavator used in modern surface mining. Machines like this have given humanity the ability to mine minerals and change the face of planet Earth in new and dramatic ways. Some open pit mines, for example, are visible from orbit. The largest excavators are over 200 meters long and 100 meters high, now dwarfing the huge NASA Crawler that transports space shuttles to the launch pads. Bucket-wheel excavators can dig a hole the length of a football field to over 25 meters deep in a single day. They may take a while to cross a road, though, with a top speed under one kilometer per hour.

    Cette pelleteuse est employée pour creuser des mines à ciel ouvert, remarquez la taille des gens qui l’entourent.

    Soupçonniez-vous que de telles machines existent ? Et bien pas moi !

    L’esprit de démesure actuel est une tournure d’esprit. Tout à l’opposé est l’esprit de mesure des êtres humains véritables. Je rappelle ici les paroles de cette vieille indienne Wintu extraites du livre de T.C.Mac Luhan, "Pieds nus sur la terre sacrée" :


    "Les Blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours. Lorsque nous, Indiens, cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous édifions nos tipis, nous faisons de petits trous. Nous n'utilisons que le bois mort. .../.... Quand les Indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu... Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc?... Partout où il la touche, il y laisse une plaie."

    J’ajoute que l’homme blanc défigure la terre constamment. Quand ce n’est pas pour satisfaire sa cupidité - comme l’exemple de cette machine à araser les montagnes ou avec ses éoliennes – c’est pour donner libre cours à sa folie mystique fruit de la peur. Voici la preuve.


    La plus haute statue du Christ au monde







    Elle est à à Swiebodzin en Pologne



    La statue mesure au total 36 mètres, contre 33 mètres pour celle de Rio de Janeiro. Elle repose sur une butte de terre haute de 16 mètres. Comme le Christ de la Concordia en Bolivie et le Christ du Rio de Janeiro, la statue de Swiebodzin, ville de 40.000 habitants, est toute blanche, la seule différence, le Christ y porte une couronne dorée, haute de trois mètres.

    Citation :
    "C'est l'oeuvre de ma vie. (...) Il sera le plus grand catéchiste. L'Europe a besoin de catéchistes comme le Christ", a déclaré à Sylwester Zawadzki, curé de la paroisse de la Miséricorde divine à Swiebodzin, à l'origine de ce projet lancé il y a cinq ans. » (17)

    RAPPEL de VSV : Jésus lui-même prônait la simplicité et avait interdit à ses disciples de se faire appeler "Père" selon l'Évangile.

    L'esprit actuel de cette religion ne vient pas de lui, mais de Paul qui est le réel fondateur du
    « christianisme », c’est lui qui instaura le vouvoiement et le faste. En ce temps là, on tutoyait même César qui ne souffrait pas qu'on l'appelât Monseigneur" (Dominus). Ce ne fut que très longtemps après que les chrétiens s'avisèrent de se faire appeler vous au lieu de tu, comme s'ils étaient doubles (duplicité ) et d'usurper les titres impertinents de "Sainteté", "Éminence", "Votre Grandeur", "Très Saint Père" (Voltaire, Lettres Anglaises).

    C’est là l’origine de l’esprit de démesure qui est la cause de cette statue géante laquelle n’a rien à voir avec le fils de Joseph et de Marie. (18)

    C.Q.F.D !



    ……….

    Voici encore un autre exemple de démesure absolue.

    Tous unis contre le barrage






    5 000 indiens vont être déplacés à cause de la boulimie énergétique moderne



    Le barrage hydroélectrique de Belo Monte dans l'Etat du Para devrait bientôt voir le jour sur la rivière Xingu, au coeur de l'Amazonie. Après de multiples péripéties et suspensions du projet élaboré en … 1975, l'Ibama (Institut brésilien de l'environnement) a finalement autorisé, le 1er juin, le consortium d'entreprises Norte Energia à débuter les travaux. Un chantier pharaonique lancé en dépit de la forte opposition des Indiens traditionnels, des activistes et des écologistes.

    Le projet est vivement critiqué à juste titre par les populations autochtones et de nombreuses organisations environnementales au Brésil. Il aura un impact considérable sur l'environnement entrainant une réduction importante de la biodiversité et la destruction d'espèces rares et l'engloutissement du territoire de tribus indiennes qui obligerait à déplacer plus de 25 000 indigènes, principalement des municipalités d'Altamira et de Vitoria do Xingu en raison d'un réservoir de 6 140 km2. Sachant que 1 Km_ équivaut à 100 hectares, le plan d’eau va engloutir 614.000 hectares. A titre de comparaison, la superficie de la ville de Paris est de 10.500 hectares. La surface de la partie inondée permettrait donc de construire 58 villes de la taille de Paris. (19)

    C’est encore un fois l’esprit de démesure qui est la cause de ce projet fou.


    Nota : A cette date (26/08/12), une seconde suspension des travaux (ordonnée par voie judiciaire) concernant ce barrage vient d’intervenir, mais fait déjà – comme on peut s’y attendre – l’objet d’un dépôt de recours. Pour suivre les nouvelles à ce sujet voir (20)

    ***




    (1) Pour reprendre le titre d’un des sujets du forum: « Écologie, les menaces sur le vivant”.
    (2) Cette condamnation de l’esprit de démesure, ne concerne que l’exagération sans limites de ces soifs et non ces soifs elles-mêmes, car elles sont des moteurs actuellement indispensables à l’économie.
    (3) Dans son nouveau film "Capitalisme : une Histoire d’Amour", Michael Moore raconte la face cachée du rêve américain. Et identifie le coupable. La recherche effrénée du profit, éventuellement jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il y dénonce notamment ceci : des pilotes si peu payés qu’ils utilisent des coupons alimentaires, les entreprises qui souscrivent en secret des polices d’assurance-vie sur leurs employés en espérant qu’ils meurent jeunes afin qu’elles puissent en bénéficier, des juges percevant des commissions occultes des prisons privées en y envoyant des innocents (des gamins). Etc...
    (4) En supposant que nous voulions remplacer la totalité des centrales nucléaires de France par des centrales solaires comme le préconisent certains, il nous faudrait y consacrer une surface égale à la bagatelle de 13.376.000 Km_. Soit plus de 24 fois la surface de la France . (La surface de la France métropolitaine est de 543 965 Km_.)
    (5) Synonymes : exagération, excès, outrance, exubérance, immodération, intempérance, abus
    (6) Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre.
    (7) Lao Tseu ou Laozi est un sage chinois dont la tradition fait un contemporain de Confucius, du milieu du VIe siècle av. J.-C. au milieu du Ve siècle av. J.-C.
    (8) Lire : « l’Esprit Prospère »
    (9) Aussi anciens que l’Univers en fait.
    (10) En fait beaucoup de choses qui paraissent « nous faire profiter de la vie » sont en réalité très néfastes.
    (11) Lire dans le sujet "Sciences et religions sont incompatibles" : La preuve de l’évolution des espèces
    (12) Lire : « Qu’est-ce que la mort ? »
    (13) En fait beaucoup de choses qui paraissent « nous faire profiter de la vie » sont en réalité très néfastes.
    (14) Voir ici
    (15) Lire l’article ici
    (16) Vue le 24 octobre 2010 sur l'image du jour de la NASA
    (17) Lire l’article ici
    (18) Lire : Il n’y a pas de bonne religion
    (19)Voir : Le Brésil autorise la construction du barrage de Belo Monte
    (20) Les barrages menacent les grands fleuves
    -> -> http://raoni.com/

    Nota :
    Se procurer le livre : "Comment sortir du merdier actuel : petit manuel à l'usage des maîtres du monde




    Lien sur Facebook






    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 14-09-2012 21:02 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 27-08-2012 06:35

    2.2 Quelques effets observables concernant les enfants

    a) La corruption des enfants dès leur plus jeune âge.

    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2

    Lien original de référence 3

    La corruption des enfants dès leur plus jeune âge.



    Introduction : Suivant cet état de fait, le monde actuel fait fi de toutes les qualités qu'il faudrait inculquer aux enfants dès leur plus jeune âge pour obtenir une société harmonieuse -qui seront détaillées ci-dessous- et la plupart des parents enseignent aux enfants ce qu'il y a de pire !!!



    C'est –à- dire:

    Le narcissisme, l'égocentrisme, l'esprit de compétition impitoyable, le cynisme, la cupidité, les désirs de consommation sans freins, l'absence de bienveillance et de respect envers tout ce qui vit, auxquels s'ajoutent la notion que le corps est une marchandise (qu'il conviendra de vendre le plus cher possible quand c’est possible). C'est -à -dire, en fin de compte l'exacerbation du faux concept de "moi" ou ego, qui conduit aux comportements égoïstes et agressifs, à la méchanceté, à la stupidité, et en conséquence, à la souffrance et à toutes les maladies mentales et psychosomatiques.

    Pour ne citer que deux exemples :


    - Le narcissisme leur est inculqué dès l'âge de 5 ans, j'en veux pour preuve la vogue des concours de Mini Miss.

    Alors que l'élection de la nouvelle Miss France, Chloé Mortaud faisait encore polémique, se déroulait à Paris, de façon confidentielle, l'élection de Mini Miss France 2009. Au programme, 56 candidates âgées de 7 à 12 ans qui tentent de convaincre un jury à coup de chorégraphies et de "talent show", plus ou moins réussis. Allons voir de quoi il s'agit.


    L'élection de Mini Miss France 2009

    Ou comment les mères transmettent la Vipère à leurs filles.









    Et si on reparlait de l'amour maternel et de l'innocence des enfants ?





    Ce que je nomme la Vipère pour simplifier, c'est, chez les filles, notamment: le narcissisme, la coquetterie, l'égocentrisme, l'esprit de compétition impitoyable, la notion que leur corps est une marchandise (qu'il conviendra de vendre le plus cher possible), le cynisme, la cupidité, les désirs de consommation sans freins, l'absence de bienveillance et de respect envers tout ce qui vit. C'est -à - dire, en fin de compte l'exacerbation du faux concept de "moi" ou ego, qui conduit aux comportements égoïstes, à la méchanceté, à la stupidité, et en conséquence, à la souffrance et à toutes les maladies mentales et psychosomatiques.

    Tout ceci fait partie d'une méthode (inconsciente le plus souvent, mais pas toujours) d'éducation de la fillette, qui lui est donnée, bien sûr, au nom de l'amour. Le plus souvent la jeune fille qui se sent flattée et choyée, sera incapable par la suite de sortir de la toile que son araignée de mère a tissée autour d’elle. Heureusement il y a des exceptions, mais elles sont rarissimes ! (1)
    ………..

    J’ai découvert que les concours de Mini Miss il y en a partout !
    Ils sont répandus dans plusieurs pays et il y a même une Mini Miss Monde !
    Ca me fait bizarre de penser que la corruption des enfants est si répandue.
    Voici une nouvelle photo de ces Mini Miss.





    Elle a cinq ans !



    Voir aussi les mini miss USA (2)


    - Dito pour le culte du luxe, et donc la convoitise pour les vêtements griffés, objets et jouets luxueux. Sachez que malgré la crise, la Russie s'est doté d'un magasin de luxe pour enfants !

    Dans "La galerie pour enfants Iakimanka", qui a ouvert ses portes début décembre au coeur de Moscou rien n'est laissé au hasard. Des Pères Noël mécaniques rappellent aux parents qu'en fin d'année, il faut casser sa tirelire, même si la poupée en porcelaine coûte la bagatelle de 50.900 roubles (1.275 euros) et la voiture à pédale, Ferrari bien sûr, 115.000 roubles (2.875 euros) ou un manteau Galliano à 61.000 roubles (1.525 euros). Etc etc .. (3)


    Il est clair que le désir de paraître, la volonté de puissance et la cupidité sans limites, "boostent" la croissance économique, certes, mais ils n'en sont pas moins les CAUSES essentielles du cataclysme en cours qui affecte notre planète et l'humain, notamment en l'aveuglant sur sa nature réelle avec ses capacités d'évolution spirituelles remarquables.


    Il est donc impérieux de rejeter ces bases erronées et d'adopter un mode d'éducation juste tel que décrit dans sens de la vie. Je suis très conscient que cela sera extrêmement difficile, voire impossible, mais je suis certain que sans cela l'humanité répéterait indéfiniment les mêmes fautes. Ce qui serait concrètement irréaliste au vu de l'état de la planète.
    …………


    Je placerais aussi dans la corruption des enfants la volonté affichée depuis quelques années en Occident de ficher à vie toute prétendue « déviance » repérée dès les trois ans d’un petit !
    Cela ne peut bien entendu aboutir qu’à un seul résultat : l’enfermer dans un fait passé qui n’a peut-être existé que dans l’imagination d’un adulte et s’assurer qu’il n’en sorte plus jamais !

    Posté par Françoise

    Le pouvoir veut mettre en place un système lui permettant de repérer toute « déviance » à une norme établie à partir de trois ans (voire avant la naissance ( !!) et donner des médicaments aux plus récalcitrants à partir de 6 ans . Il n’est pas difficile de comprendre que c’est à la dignité, à la vitalité et à l’âme même de l’être humain qu’on s'attaque là ! Sincèrement, je me demande s’il n’est pas devenu immoral de mettre des enfants dans ce monde pour le moment car bientôt ils ne pourront plus être que des zombies.

    Des professionnels de la santé tirent la sonnette d’alarme! ! (4)



    ***







    (1) Voir la galerie d’images
    (2) Voir : Mini Miss aux USA
    (3) Lire : Malgré la crise, Moscou se dote d'un magasin de luxe pour enfants

    (4) -> http://www.pasde0deconduite.org/
    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=5305&forum=5&a_p=1



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 30-08-2012 07:52 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 28-08-2012 07:23

    2.2.

    b) Des enfants cruels et sadiques dès l'école maternelle.
    L'Enfant tyran : un phénomène qui préoccupe les psychiatres
    La dégradation pathétique du respect, et du soutien, dus aux enseignants


    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2

    Lien original de référence 3


    Une société de malades mentaux, où toute notion de respect a disparu et qui encourage l'agressivité de multiples manières, ne pouvait qu'en arriver à cela: des enfants cruels et sadiques dès l'école maternelle.

    Pour la première fois, une enquête, réalisée en France par TNS Healthcare Sofres l'été 2008 auprès de 489 enfants âgés de 7 à 17 ans et de 578 parents, donne une idée de l'ampleur d'un phénomène principalement répandu dans les cours de récréation.

    Ces jeux dangereux comprennent les jeux d'agression où un élève est pris comme cible pour être frappé, parfois humilié : le petit pont massacreur ou la canette (une variante), la mort subite ou jeu de la couleur (qui le désigne). Et les jeux de strangulation ou de non-oxygénation, auxquels on attribue plusieurs décès par an, comme le jeu du foulard.

    Ce phénomène affecte vraisemblablement au moins un enfant sur quatre.(1)

    "Votre" société est une usine à produire des fous furieux.

    ………



    Enfant tyran : un phénomène qui préoccupe les psychiatres (2)





    Photo : Pierre BESSARD/REA



    Pour prendre l'ascendant sur ses parents, le jeune enfant alterne moments de colère et de chantage affectif avec des phases de câlins durant lesquelles il va tenter de se faire pardonner. Juristes, psychanalystes et psychiatres s'alarment du phénomène de l'enfant roi, de plus en plus fréquent aujourd'hui. Et insistent sur la nécessité de réapprendre aux parents la valeur des limites et des interdits.

    Tout le monde paraît avoir oublié qu'éduquer un enfant, c'est aussi ne pas hésiter à lui déplaire, à le contrer, à savoir affronter sa colère. Il paraît essentiel de réhabiliter et de réapprendre aux parents la valeur des limites et des interdits, sans exagération toutefois. Sans exagération signifie sans intransigeance déplacée, avec souplesse. Par exemple: bien qu'il convienne de ne pas céder du tout à un enfant tyrannique voulant dominer son entourage, il faut savoir aussi satisfaire (parfois) ses demandes lorsqu'elles sont poliment et gentiment formulées. Ceci dit, le cas des enfants les plus difficiles peut exiger d'être temporairement très dur envers eux.
    ……..


    (Education, problèmes avec l'alimentation ultra raffinée, manque d'espace , TV et jeux videos , problèmes d'ondes électro-magnétiques artificielles, suppression des maladies d'enfance, enfermement forcé (école) de jeunes qui devraient être dehors en train de se dépenser et d'apprendre tout ce qu'un être humain doit savoir, chantage affectif qui est le "système éducatif" de base de bien des parents….)

    Tout cela est juste, toutefois les enfants tyranniques et odieux, du simple fait de leur nature, cela existe aussi.

    Au temps où je vivais à Marseille, dans un immeuble, mes voisins de palier avaient un enfant de ce type, il se nommait Alexandre et était du même âge que mon fils Philippe, soit 6 ans environ. Ce charmant bambin hurlait du matin au soir pour imposer sa volonté à ses parents qui n'en pouvaient plus de lui, et il incommodait tous les voisins.

    Un jour, rentrant à la maison, ma femme - qui était occupée à cuisiner -, me dit qu' Alexandre était chez nous quelque part attendant Philippe pour jouer. Je le trouvais dans notre chambre ayant entièrement vidé une commode contenant mes chemises, et d'autres vêtements légers, qui étaient éparpillés sur le sol.

    Je lui dis que c'était mal d'avoir agi ainsi, et lui demandai sans aucune colère de tout remettre à sa place. Il me répondit en criant "NON !" et son ton signifiait: "JAMAIS !". Je lui mis une claque magistrale - qui l'a à moitié assommé - et lui dit: "MAINTENANT FAIS LE !"

    Il me répondit sur un ton humble: "je ne sais pas comment faire", et à la suite de cela je lui appris à plier les chemises et le reste. Je lui dis "tu ne sortiras pas d'ici jusqu'à ce que ton travail soit fini", ce que tu viendras me dire. Cela lui demanda beaucoup de temps.

    A la suite de cet incident il devint envers nous d'un politesse exquise et se comportait chez moi de façon parfaite, mais chez lui il était resté le même petit tyran continuant à hurler constamment, soit pour refuser de faire quelque chose, soit pour imposer ses désirs.

    Un jour sa mère vint me voir pour me dire : "c'est étrange chez vous Alexandre est totalement silencieux alors qu'à la maison (chez elle) il ne cesse de crier. Qu'avez-vous fait pour le rendre si gentil ?".

    Je lui répondis: "peu de choses, mais je comprends la psychologie des enfants"

    A toutes fins utiles, pour ceux qui ne me connaissent pas, je certifie que ceci est vrai.
    ……..


    En complément pour bien comprendre la situation décrite ci-dessus avec cet Alexandre

    - Sa famille était très aisée, car il fallait l'être pour vivre dans cet immeuble de luxe.

    - Sa mère qui ne travaillait pas à l'extérieur restait sagement au foyer en attendant le retour de son mari, et le couple paraissait n'avoir aucun problème particulier.

    De plus le comportement parfait d'Alexandre envers moi après la gifle (3), démontrait à l'évidence qu'il était parfaitement capable d'être poli et calme s'il le voulait bien.

    Cet enfant n'était nullement caractériel ou agité en dehors de chez lui.

    Tout ceci est la PREUVE que la volonté de puissance et l'esprit de domination existe naturellement chez beaucoup d'êtres humains qui naissent ainsi. Les enfants - en règle générale - ne sont pas plus innocents que les adultes, et sans une éducation adéquate, ils donnent volontiers libre cours à leurs mauvais penchants quand ils en ont. Cela peut aller très loin.
    ………..


    La dégradation pathétique du respect, du soutien et de la protection dus aux enseignants



    Est parfaitement illustrée par la tragique histoire récente (4) de la professeur Mme Karen Montet-Toutain poignardée de façon préméditée par un de ses élèves lycée Louis-Blériot à Étampes. Elle y survécut par miracle.

    Lisez son histoire et vous constaterez que les professeurs sont couramment l’objet en plein cours d’injures et de menaces de viol. (5)

    Le 5 décembre 2005, elle du souffrir de ces élèves-voyous qu'ils fassent en cours l'apologie du vol et du trafic de drogue, estimés plus rémunérateurs en un soir qu’un "minable salaire mensuel de prof". En guise de réponse à ses objections, viennent des menaces de mort :


    "T’inquiète pas, Madame, lui dit l’un de ces élèves civilisés, l’index sur la tempe, on trouve ton adresse, et une balle dans la tête. Si t’es avec ton mari, tes enfants, vous y passerez tous."

    Elle rend compte de cette situation et demande de l'aide à sa hiérarchie qui s'en fout et laisse faire.

    Pourtant l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, modifié par la loi n° 96-1093 du 16 décembre 1996 - art. 50 dit:


    « La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. [...] »

    Pourquoi ne l'ont-ils pas protégée ?

    J'ai honte d'être Français.


    ***





    (1) La source dans le journal « Le Monde » n’est plus actuellement disponible en ligne
    (2) Lire l’article ici
    (3) Pendant plusieurs années et il resta ainsi jusqu'à mon départ.
    (4) En 2008
    (5) Lire l’article ici


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 28-08-2012 07:32 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 29-08-2012 06:30

    2.3 Comment (re)venir à une éducation plus juste ?

    a) Il y a eu rupture d’éducation
    Baser l'éducation sur la compétition, les récompenses et les punitions, est une erreur


    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2


    Voici comment je vois les choses.

    Dès que l'humanité a commencé à se dégager de l'animalité - il est impossible de dire quand et sous l'effet de quelles causes, mais c'est probablement sous l'influence des sujets les plus âgés -, elle a dû considérer ceci comme un acquis précieux qu'il fallait transmettre.

    De là vint le principe de l'éducation des jeunes à une vision spirituelle du monde pour à la fois maintenir l'harmonie au sein du groupe et favoriser le développement individuel des qualités les plus hautes. Education qui, primitivement fut considérée comme sacrée, d'où le caractère initiatique et très dur de celle-ci.

    En un mot l'homme, sous l'influence de la "Conscience-Vie-Energie", choisit de s'écarter du comportement animal, pour développer en lui des aptitudes supérieures, donc de s'hominiser lui-même.

    Je suis totalement convaincu que les rites d'Initiation des enfants - par des épreuves physiques et morales sévères - avant de les intégrer dans la communauté des adultes et donc de les autoriser à se marier, était aussi une volonté d'auto sélection génétique (qui dû être indispensable au temps lointain où plusieurs espèces différentes du genre homo co-existaient sur terre, ce qui n'est plus le cas actuellement), associée à une volonté de maintenir les liens de cohésion de la société.

    C'est un effort impérieux pour chaque génération que de maintenir ceci, or à un moment donné cela a cessé d'être.

    Car parallèlement à l'hominisation, il y aussi une tendance récessive à "l'animalisation" chez l'homme, et l'évolution n'est pas un processus à sens unique: il y a aussi des régressions de l'humain et de la civilisation. On l'observe tous les jours actuellement et depuis des millénaires. La négligence de l'observation de leurs devoirs par les adultes a fait naître une rupture d'éducation entre deux générations. La rupture étant accomplie il devint très difficile de remonter la pente pour les générations suivantes.

    Selon moi au moment où ces auteurs écrivent (1) la rupture s'est déjà produite depuis fort longtemps, sans doute 10000 ans auparavant à partir du dernier des très grands cataclysmes.

    Nous en souffrirons jusqu'à ce que des bases d'éducation saines soient restaurées.

    Vous êtes là pour cela.
    ………….


    Ce que vous allez lire, ici, va probablement beaucoup vous surprendre, tant cela est contraire - surtout si vous êtes occidental - à ce qui vous a été inculqué depuis votre naissance. Je dois ajouter en préambule (car c'est indispensable) que je "ne donne pas de leçons", bien au contraire, car ce que je vous offre, ce sont des cadeaux.



    HISTORIETTE et ENSEIGNEMENT




    Près de chez moi, il y a 6 ans, s'installa un excellent restaurant français qui connu une grande réussite commerciale, hélas compromise par le comportement de son propriétaire envers les Thaïs. En effet ceux-ci n'obéissent pas aux règles qui s'appliquent en Occident: ils veulent bien se dévouer pour un patron, SAUF si ce dernier fait qu'ils cessent d'aimer travailler à son service, car pour eux, l'argent - bien qu'important - est secondaire.

    J'avais déjà constaté son caractère autoritaire et sa propension à crier ses ordres, et lui avait dit : " ne commande pas les Thaïs ainsi, ton personnel va te quitter". Il ne me fit pas confiance, me disant que "dès lors qu'il les payait ils devaient lui obéir", mais sur un seul incident (un simple coup de gueule en fait) tous ses collaborateurs le quittèrent immédiatement.

    Après en avoir embauché d'autres, au second incident identique qui le fit à nouveau se retrouver sans personnel, c'est lui qui renonça et il rentra en France.

    Pourquoi cet échec ?

    En voici les raisons:

    - Ici les parents ne frappent jamais leurs enfants.
    - Ici les enseignants ne punissent jamais leurs élèves.
    - Ici les patrons ne réprimandent jamais sévèrement leurs employés.
    - Ici on ne "hausse" pas le ton, sauf en cas de situation extrême.

    En fait ici les règles de la carotte et du bâton ne fonctionnent pas.

    Si les maîtres veulent corriger un élève, ils lui font remarquer qu'il leur a fait de la peine, et ça marche !

    Je l'ai expérimenté moi-même avec beaucoup de gens.

    La société fonctionne ainsi à merveille (ce qui est très surprenant pour les blancs).

    Demandons-nous POURQUOI ?


    Et bien tout simplement parce qu'elle se base sur le désir universel de reconnaissance sociale des êtres humains
    qui aspirent à s'intégrer dans une société où ils se sentent heureux.




    Les Thaïs désapprouvent vivement le mode d'éducation des enfants blancs fondé sur la contrainte, et ils me l'ont dit.

    Ceci est à comparer avec l'éducation traditionnelle amérindienne:


    " La répugnance envers l'utilisation de la contrainte et des punitions est un point commun à toutes les nations indiennes. Les adultes qui ont la faiblesse de s'y livrer sont méprisés ou pris en pitié. Les punitions "tordent l'esprit des enfants". Lors de l'expédition de 1804 Lewis s'étonnait du fait que les Shoshones ne corrigeaient jamais leurs enfants. "Ils en donnent pour raison que fouetter un garçon le rend timide et brise son courage, et qu'il ne retrouve jamais son indépendance d'esprit." (2)

    Ces moyens de contrôle peuvent sembler bien faibles à un occidental , et bon nombre de commentateurs contemporains ne voient chez les indiens qu'une éducation de laisser-faire où chacun agit sans frein à son désir. C'est un contresens énorme. Si les contes et les histoires édifiantes suffisent à donner aux enfants une excellente éducation sans avoir recours aux contraintes ni aux punitions, c'est parce que les comportements de générosité, de courage, de droiture et de bonté sont constamment loués et récompensés, alors que sont systématiquement tournés en ridicule et méprisés tout ceux qui se comportent de mauvaise manière. La pression sociale et l'importance de l'honneur sont des contraintes très fortes.

    L'évolution de l'enfant est ponctuée des fonctions et des tâches qu'on lui confie et qui sont à chaque fois une récompense immense : avoir l'honneur de servir le peuple. Se voir confier la responsabilité de la garde des chevaux est l'une des ces étapes importante dans les nations nomades.


    "Under supervision, the boy is shown how to water, graze, and guard the herd. After he has learned to respect their supernatural power and their worth, he his given his first horse."(3) (4)


    Cela fonctionne bien car l'enfant est bien plus durement réprimandé par un regard qui le désapprouve, que par n'importe quelle autre punition qui, éveillant son ego, va en faire un être hostile aux monde des adultes et asocial ensuite. En conséquence baser l'éducation sur la compétition, les récompenses et les punitions, est une erreur qui génère toutes les folies et névroses actuelles. L'éducation doit être principalement fondée sur le fait que l'amour et le respect engendrent le désir d'intégration. L'occident est hélas actuellement aux antipodes de ces valeurs.

    NOTA: Il est bien dommage que (pour la plupart d'entre vous) vous ne veniez ici que pour vous distraire et non pour oeuvrer avec nous. Désolé, je ne suis pas aveugle.


    ***




    (1) le premier en 2000 Av JC – voir le lien original 1
    (2) .i.LEWIS & CLARK;, 1993, p.359
    (3) .i.THOM;, 1992, p.22
    (4) Lire : Le silence dans l'éducation et dans la formation spirituelle de la personne chez les indiens d'Amérique du nord



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Francoise : 29-08-2012 06:33 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 30-08-2012 07:31

    2.3

    b) Les bases d'une éducation juste par rapport au 'système' actuel
    Les bases d’une éducation juste.


    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2


    Beaucoup de gens pensent que prôner l'amour suffirait à mettre fin à la haine génératrice des conflits que l'on constate en tant d'endroits actuellement, pour ma part je pense différemment.

    A mes yeux la solution durable ne réside pas là, car l'amour et la haine ne sont que les deux facettes d'un même phénomène émotionnel subjectif, et il n'y a rien de plus facile que de basculer du premier au second. De plus, la haine est une composante fondamentale de nos sociétés malades de la cupidité, et de l'orgueil des dirigeants, depuis au moins 90 siècles. C'est cette culture de la "volonté de puissance" illimitée qui doit être éradiquée, car elle en est la CAUSE. (Dois-je rappeler l'histoire terrible du "Croissant fertile" de Sumer à l'Egypte, avec ses guerres, destructions et déportations de population, incessantes, ou bien encore celle des Guerres européennes et des conquêtes coloniales, qui ont entraîné la destruction de tant de peuples ?)

    La SOLUTION est dans l'éducation, dès le plus jeune âge, principalement au respect, à la maîtrise de soi, au courage et à la générosité. Cette éducation doit être fondée sur l'exemple, la logique, et le contact avec la nature qui seule éveille une connaissance authentique en nous.


    COMMENT PROCÉDER ?

    S'il est une chose qui ne naît pas spontanément, c'est bien l'éducation dont l’un des buts est de développer les capacités humaines (1), ce qui demande de la part des éducateurs des efforts constants. C'est pourquoi tous les peuples premiers lui ont accordé la plus haute importance. TOUTEFOIS si cet effort n'est pas maintenu, ne serait-ce que par une génération, l'acquis éducatif se dégrade puis se perd de plus en plus à chaque nouvelle génération, ce qui nous a conduits à la situation actuelle qui est devenue une anti-éducation (voir ci-après).

    Revenir à de bonnes bases implique - évidemment - de revoir de fond en comble notre “système éducatif officiel” et son rôle, de former les éducateurs à ceci, à commencer par les parents et tous les acteurs de la société civile, et enfin d'écarter les superstitions religieuses - telles que le créationnisme - et leurs tenants, de même que les intérêts privés ou corporatistes, du champ de l'enseignement. A vrai dire, j'ignore si cette tâche est possible au sein d'une société qui a coupé ses liens avec la nature, mais on peut esquisser à quoi elle ressemblerait.


    COMMENT ÉDUQUER ?

    Donner aux enfants une nouvelle éducation excellente est un travail prioritaire, qui ne doit pas avoir recours aux contraintes ni aux punitions pour être mis en oeuvre. Cette responsabilité est collective.

    Les comportements de générosité, de courage, de droiture et de bonté doivent être constamment loués et récompensés et donnés en exemples vécus par les adultes, alors que doivent être systématiquement tournés en ridicule et méprisés tout ceux qui se comportent de mauvaise manière. La pression sociale et l'importance de l'honneur sont des contraintes très fortes qui suffisent, comme on a pu le constater notamment dans les sociétés amérindiennes du passé. L'évolution de l'enfant doit aussi être ponctuée de fonctions et de tâches qu'on lui confie, et qui sont à chaque fois pour lui une récompense immense : avoir l'honneur de servir le peuple, ainsi que la marque de son intégration sociale au sein des adultes. (2)


    POURQUOI EST-CE INDISPENSABLE ?

    L'éducation occidentale (quand elle existe encore) fondée sur la crainte, brise le courage des enfants (qui ne retrouvent plus jamais ensuite leur indépendance d'esprit) et souvent les rend haineux parce qu'ils ressentent de l'injustice. D'autre part, les sources de culture: la T.V. principalement (3) par les films et la publicité des multiples produits proposés à leur convoitise, et la plupart des dirigeants eux-mêmes, sont des contre modèles qui incitent indirectement les jeunes à la violence, à la perversité et à la malhonnêteté, et leur inculquent aussi (dès le plus jeune âge) qu'il n'y a que l'argent et la consommation qui comptent. Autrement dit c'est une fabrique industrielle de voyous.

    Dans un tel contexte, les parents eux-mêmes ne peuvent plus éduquer convenablement leurs enfants..

    Il n'y a nullement besoin d'un brain storming mondial pour comprendre que tant que les principes justes seront écartés de l'éducation de la jeunesse, la haine persistera, et que le seul moyen d'y mettre un terme est celui indiqué ci-dessus, car cela fera naître une nouvelle génération qui à son tour enseignera ces principes. Il reste simplement à l'appliquer.

    Mais comme cela remet en cause de grandes parties de la chaîne économique, cela ne sera pas une mince affaire.



    °°°°°°°°



    Les bases d’une éducation juste.
    Mettre fin à la corruption des enfants dès leur plus jeune âge.





    La seule et unique SOLUTION que l'humanité a à sa disposition pour sortir de sa voie autodestructrice actuelle (ou qu’auront ses survivants si destruction globale il y a), est donc de faire apparaître une nouvelle génération d'hommes et de femmes éduqués sur des bases justes, autrement dit donner naissance à des êtres humains véritables, lesquels sont dotés de ce fait d'un lien fort avec la terre et de la capacité de VOIR. Ceux-ci ne pourront - dès qu'ils seront en mesure de le faire -, que rompre d'eux-mêmes avec le mode de vie suicidaire qui nous a conduits au bord du gouffre.

    C'est parce qu'ils éduquaient correctement leurs enfants, sans violence et dans le respect de toutes choses, que les Amérindiens ont été capables de prospérer pendant plus de 40.000 ans sans dégrader leur environnement, lequel a été gravement saccagé par les Européens en seulement 5 siècles. Si ce résultat a été obtenu, ce n'est pas seulement parce que cette éducation était centrée sur le caractère sacré de la terre, c'était aussi, et surtout, parce que les comportements de générosité, de courage, de droiture et de bonté étaient constamment loués et récompensés, tandis que les comportements égoïstes étaient systématiquement tournés en dérision. Nota: je ne crois pas au mythe du bon sauvage, mais ceci est un fait. (Référence "LEWIS & CLARK" 1993, p.359). (2).

    Je rappelle à toutes fins utiles et à nouveau que l'éducation - tant des filles que des garçons -, doit être fondée principalement sur :

    1° - L'apprentissage de la Maîtrise de soi parfaite, grâce à l’Attention Juste . (4)

    2° - La prise de conscience de la nécessité d'être en parfait accord avec la Terre et d’être équilibré sur nos trois pôles principaux que sont les intuitions (ou ressentis instinctifs), les émotions et les pensées.(5)

    3° - L'acquisition des huit qualités majeures qui sont: le Courage, la Patience, la Fidélité, la Générosité, l'Intégrité, l'Humilité, la Réceptivité et le Détachement. (6)


    Or le monde actuel, faisant fi de tout cela, la plupart des parents enseignent aux enfants ce qu'il y a de pire.

    C'est à dire ,
    comme nous l’avons vu plus haut :

    Le narcissisme, l'égocentrisme, l'esprit de compétition impitoyable, le cynisme, la cupidité, les désirs de consommation sans freins, l'absence de bienveillance et de respect envers tout ce qui vit, auxquels s'ajoutent la notion que le corps est une marchandise (qu'il conviendra de vendre le plus cher possible quand c’est possible). C'est à dire, en fin de compte l'exacerbation du faux concept de "moi" ou ego, qui conduit aux comportements égoïstes et agressifs, à la méchanceté, à la stupidité, et en conséquence, à la souffrance et à toutes les maladies mentales et psychosomatiques.
    ……………..


    Il est clair que le désir de paraître, la volonté de puissance et la cupidité sans limites, "boostent" la croissance économique, certes, mais ils n'en sont pas moins les CAUSES essentielles du cataclysme en cours qui affecte notre planète et l'humain, notamment en l'aveuglant sur sa nature réelle avec ses capacités d'évolution spirituelles remarquables.

    Entre deux maux il faut choisir le moindre: la réduction des richesses est moins grave que la perte du support de la vie avec les souffrances que cela entraînera (y compris pour les gens puissants). Il est donc impérieux de rejeter ces bases erronées et d'adopter un mode d'éducation juste, tel que décrit dans sens de la vie. Je suis très conscient que cela sera extrêmement difficile, voire impossible, mais je suis certain que sans cela l'humanité répéterait indéfiniment les mêmes fautes. Ce qui serait concrètement irréaliste au vu de l'état de la planète. Atteindre cet objectif, implique avant tout la motivation des femmes, la raison "tombe sous le sens".

    ********






    (1) On le sait avec certitude depuis l'observation des enfants élevés par des loups en Inde - incapables de parler et même de marcher - et qui même placés dans les meilleures conditions, après leur sauvetage, n'ont jamais pu redevenir humains.

    (2) Texte inspiré de "LE SILENCE DANS L'EDUCATION ET DANS LA FORMATION SPIRITUELLE DE LA PERSONNE CHEZ LES INDIENS D'AMERIQUE DU NORD" de Pascal GALVANI - Communication au Groure de Recherche en Anthropologie Poétique des Pratiques Educative Université ParisVIII

    Selon l'amérindien Laine Thom - qui est issu de 3 tribus Shoshone, Goshiute, et Paiute -, voici les notions essentielles de la formation d'un être humain :
    - Respecter le monde, les autres, et soi.
    - Ecouter (être intérieurement silencieux),
    - Pratiquer et transmettre les traditions (le cercle).
    Voir- La formation spirituelle de la personne chez les Indiens d'Amérique du Nord.

    (3) 85 % de ce que les gens voient provient d'Hollywood qui - dans la plupart de ses productions - exalte la vulgarité comportementale considérée comme une affirmation de soi (parler en hurlant sans nécessité, gestes obscènes etc...), l'agressivité, le meurtre, le cynisme, et la sexualité dépravée.

    + Note de Françoise Vous remarquerez qu’actuellement , on essaye de rendre la vision de tout cela omniprésente et de briser la moindre possibilité de calme et de silence pour les enfants via la possibilité de regarder des films n’importe où sur des »tablettes » !

    (4) l'Attention Juste.

    (5) C'est ce qui résulte de la lecture de l'ensemble de sens de la vie.

    (6) Lire : La Faculté du Cosmos



    [ Message édité par : Francoise : 30-08-2012 07:34 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 31-08-2012 06:54

    2.3

    c) Le respect est la valeur première







    « Il est bien évident que l'éducation de la jeunesse au respect doit être au centre de chaque civilisation véritable car tout est lié, aussi nuire à autrui par manque de respect, c'est nuire à nous-mêmes et à l'ensemble de notre collectivité. »

    Lire la page : Le respect est la valeur première

    ********




    d) L'acquisition des huit qualités fondamentales (*)

    Lien original de référence





    L'acquisition de huit qualités fondamentales est, et devra être, la base première de toute l'éducation humaine: la vôtre, comme celle de vos enfants. Le fatras intellectuel inutile, dont vous encombrez actuellement vos cervelles et celles de vos étudiants, est dangereux car il vous rend indisponibles pour percevoir la Réalité, et vous empêche de distinguer clairement l'importance de ces facteurs comportementaux dans votre Destin.

    L'enseignement et l'entraînement à cette acquisition est un processus long qui implique que toute la société collabore dans ce sens.

    Telle doit être la base de la formation de votre caractère, ainsi que de l'éducation de vos enfants qui fera de vous des guerriers invincibles.
    …………






    Ou, si besoin est, comment transformer en lion, le minet que vous êtes.

    Progresser dans le bien implique, non de combattre nos défauts - pour les raisons déjà commentées (dans la Faculté du Cosmos) - mais d'acquérir les qualités qui amèneront spontanément la disparition de ces défauts.

    Quand la branche ne reçoit plus de sève, elle se dessèche, meurt, et finalement tombe de l'arbre. Il en est de même de nos défauts : si notre faux ego cesse de les nourrir de sa sève, ils meurent et se détachent de nous comme la branche morte de notre arbre. Donc cessez de stresser sur vos imperfections, et voyons plutôt ensemble les qualités qui doivent être acquises.

    Ces qualités sont toujours doubles - celles que je cite, mais également toute autre vraie qualité - car sans cette gémellité qui associe deux aspects contraires, elles deviendraient des erreurs. N'oubliez jamais ceci : tout progrès est basé sur la force constructive de l'opposition des contraires à l'image du Monde lui-même.

    Détournez vous aussi de tout enseignement religieux ou philosophique basé sur une seule face d'une ou de plusieurs qualités préconisées, car il est gravement erroné de penser ainsi.

    --------



    Les quatre qualités d'attitude face au Monde Extérieur, ou monde objectif :




    LE COURAGE

    Pour toutes les raisons déjà développées avant, et aussi car sans lui toute tentative serait vaine. Le courage est basé sur un sens de la vie juste, et il s'acquiert en acceptant d'affronter concrètement le danger ou même plus simplement ce qui nous déplaît. Sa pratique doit être quotidienne, en commençant par de petites choses, qui permettent les premiers succès, encourageant ainsi l'homme à poursuivre.

    Il doit être associé à l'audace qui est son aspect extérieur, mais surtout à la Prudence, qui est son aspect intérieur. Sans quoi il devient la témérité inconsciente du danger qui, elle, conduit à l'échec.
    Il a pour effets : d'abolir toutes les peurs en nous - en commençant par la peur de la mort - de nous rendre forts et confiants en nous-mêmes - de nous rendre confiant dans la vie - d'attirer les gens désireux de se mesurer à nous par défi, ce qu'il ne faut pas accepter - de nous donner la force d'entreprendre et de risquer - de nous donner la force d'affronter et de vaincre l'adversité et les douleurs de l'existence.

    Il permet d'éliminer en nous : la lâcheté - la paresse - le mensonge - l'apathie - la faiblesse morale.

    Le Courage procure la Sagesse et l'Abandon à notre SOURCE-Mère.


    LA PATIENCE

    Sans laquelle aucune réussite n'est possible, car la hâte comme état permanent conduit invariablement à l'infortune. La patience s'acquiert par la pratique d'actions et de sports qui exigent cette qualité.

    Elle doit être associée à l'Esprit de décision instantané, c'est -à-dire au sens de l'instant juste et à l'absence d'hésitations quand le moment de l'action est venu. L'attente doit être conduite dans l'état de Wu-Wei. Le Wu-Wei est indispensable car sans lui la réflexion mentale répétée conduit invariablement au doute. Lequel doute conduit à l'hésitation fatale quand le moment d'agir arrive en nous prenant au dépourvu. L'hésitation fait que nous laissons échapper la chance de succès parce qu'elle nous amène soit à agir trop tard ou à contretemps, soit à prendre une décision timide erronée. La patience s'acquiert en se détachant intérieurement du résultat recherché de nos actes.
    Elle a pour effets : de procurer la durée à nos actions - de développer en nous le sens de l'observation et l'esprit de finesse - d'écarter de nous les gens impulsifs et impatients.

    Elle permet d'éliminer en nous : l'impulsivité - l'impatience - la frustration - la colère - les pulsions passionnelles.

    La Patience procure la Persévérance et la Maîtrise de soi-même.


    LA FIDÉLITÉ

    Qui implique la constance dans nos entreprises, nos idées et nos relations, mais aussi la loyauté envers notre parole, nos amis, nos amours, envers nous-mêmes. La fidélité s'acquiert par l'amour d'autrui et de soi-même.

    Elle doit être associée à la Fermeté, car être fidèle ne signifie pas que l'on doive tolérer d'être pris pour un imbécile, ou de se laisser mener par "le bout du nez".

    Elle a pour effets : d'accroître le respect de nous-mêmes et d'autrui envers nous-mêmes - de nous responsabiliser dans nos actes - de nous procurer la persévérance en pensées, en paroles, et en actes - l'acquisition de l'esprit de loyauté - d'attirer et de conserver un bon entourage humain - de permettre l'accomplissement de nos devoirs.

    Elle permet d'éliminer en nous : la versatilité - l'inconstance - la luxure - le désir d'adultère - l'esprit de trahison à soi-même et envers autrui.

    La Fidélité procure la "Force d'âme" et une Image intérieure positive de nous-mêmes.


    LA GÉNÉROSITÉ

    Qui implique de savoir donner et partager tout ce que nous possédons, qui implique aussi la confiance en nous-mêmes et en Dieu. Nous ne sommes en effet propriétaires de rien - pas même de notre corps - et n'avons pas à nous inquiéter car tous les êtres ont part à l'abondance de la vie, mais voudraient-ils la retenir pour eux-mêmes qu'ils seraient voués à la mort. La richesse est mise à notre disposition comme une énergie que nous devons partager, ce qui implique de ne pas vouloir agir pour nous-mêmes uniquement. La générosité s'acquiert par la compréhension des lois spirituelles qui régissent l'Acquisition.

    Elle doit être associée au Discernement, car la générosité ne doit pas être confondue avec la faiblesse qui agit à mauvais escient. La générosité ne doit être accordée qu'à ceux qui le méritent. Le cas contraire serait en effet favoriser la mendicité, le mensonge, la duplicité et la paresse, ce qui n'est en rien conforme à la volonté du Ciel.

    Elle a pour effets : d'attirer la chance - d'attirer la richesse - de faire le bien - d'améliorer notre Karma - d'attirer un entourage intéressé qu'il convient d'écarter.

    Elle permet d'éliminer en nous : La cupidité - l'avarice - la peur de manquer.

    La Générosité procure le Détachement envers les biens matériels.

    --------



    Les quatre qualités d'attitude face au Monde Intérieur, ou monde subjectif :


    L'INTÉGRITÉ

    Implique de bannir le mensonge envers soi-même d'abord - notamment la tendance à créer de nous-mêmes une image fictive valorisante et sécurisante - envers les autres ensuite, par manque de courage à les affronter ou par duplicité. Elle est synonyme d'honnêteté au sens large. Les seuls mensonges acceptables sont: le mensonge par politesse - le mensonge par compassion - le mensonge à la guerre, par stratégie de ruse pour vaincre un adversaire mauvais et trop puissant, et dans ce dernier cas, uniquement si cette attitude doit être temporaire. L'intégrité s'acquiert par la quête intérieure de la vérité.

    Elle doit être associée au scepticisme lucide sur autrui : ne pas mentir n'implique pas de tomber dans les pièges tendus par les mensonges d'autrui. Etre honnête n'implique pas de se faire escroquer.
    Elle a pour effets : de rendre possible l'acquisition du savoir - de pouvoir conserver nos biens, qui sont dilapidés ou se perdent dans le cas contraire - d'attirer le respect d'autrui - d'attirer les tentatives d'escroquerie, car les hommes actuels confondent honnêteté et bêtise - de nous éviter beaucoup d'ennuis - de nous permettre de nous voir tels que nous sommes, et non tels que nous aimerions être.

    Elle permet d'éliminer en nous: le mensonge - l'hypocrisie - la duplicité - la malhonnêteté - les tendances au vol et à l'escroquerie.

    L'Intégrité procure l'Honnêteté et l'Aptitude qui permet de distinguer en nous-mêmes et à l'extérieur de nous-mêmes le Vrai du Faux.


    L'HUMILITÉ

    Implique la reconnaissance de faits évidents : les imperfections de notre corps - de nos sens - de notre intelligence - de notre pouvoir, tous faibles et éphémères face au Pouvoir Mystérieux dont les Energies Eternelles tant Matérielles que Spirituelles sont incommensurables, et rendent tous nos plans vains. L'humilité s'acquiert aisément par la contemplation de "Dieu en acte" : la nature et le Cosmos. L'acquisition de l'humilité est facile au contact de la nature, mais elle est très difficile en ville, où le milieu entièrement artificiel dissimule aux yeux des hommes la fragilité de leurs oeuvres, et où tous les comportements humains tendent vers l'orgueil.

    Elle doit être associée à la Fierté, c'est- à -dire non pas l'orgueil, bien sur, mais le respect de soi-même, aussi petit que nous soyons face à cet Univers qui nous dépasse. Car la Fierté nous donne la Foi en nous-mêmes, en nos capacités, ce qui est indispensable en toutes choses, y compris le progrès spirituel. L'humilité associée à la fierté engendre une attitude digne, sans cela l'humilité bascule facilement dans la servilité.

    Elle a pour effets : de permettre la réceptivité - l'acquisition du sens de notre juste place dans le Cosmos - de nous rapprocher de ce que les premiers hommes, dans leur ignorance craintive, ont naïvement appelé Dieu, car le Ciel aime les humbles et déteste les orgueilleux - de nous permettre de nous fixer des limites justes - de nous permettre de sortir victorieux des périodes de pertes et de diminution, en acceptant la baisse de nos moyens et de nos ambitions - d'éviter les conflits - de susciter chez autrui la volonté de nous dominer, ce qu'il ne faut pas laisser faire - de rendre l'action pondérée dans le respect de tout ce qui est.

    Elle permet d'éliminer en nous : l'orgueil - le faux-égo - la volonté de puissance - l'esprit de domination - le désir d'égaler les autres - l'ignorance - l'athéisme.

    L'Humilité procure la Réceptivité et la Foi authentique.


    LA RÉCEPTIVITÉ

    Qui implique la disponibilité pour recevoir d'autrui et du Ciel ce qui nous est constamment donné, mais que l'orgueil nous empêche généralement de voir et d'accepter. La réceptivité s'acquiert en prenant l'habitude de vivre l'instant présent et en interrompant le flux stérile permanent de nos regrets sur le passé, et de nos rêveries ou de nos appréhensions sur le futur. En comprenant aussi que la mort du corps peut survenir à n'importe quel moment.

    Elle doit être associée à la Vigilance. En effet il faut être attentif pour pouvoir percevoir les événements, les signes, et leur nature exacte dans notre destinée. Soyez donc présent dans l'instant: ne pensez plus au passé, ne pensez au futur que dans la mesure ou c'est réellement nécessaire. Attachez vous à vivre pleinement le présent, demain est un autre jour ! Mais surtout augmentez votre sensibilité et votre disponibilité intérieures : soyez influençable au bons sens du terme, c'est- à- dire réceptif sans faiblesse.

    Elle a pour effets : d'attirer à nous les personnes et les expériences positives - d'écarter de nous les expériences et les personnes négatives, car nous cessons de les attirer - de nous permettre de nous mettre en conformité avec la volonté du Ciel - d'atteindre au comportements innocent qui nous protège des dangers et favorisent le succès - de nous permettre de déceler ce qui nous permettra de sortir victorieux des périodes d'adversité - de développer les pouvoirs chamaniques de la Conscience.

    Elle permet d'éliminer en nous : la volonté naïve de vouloir gouverner nous-mêmes nos vies - de choisir nous-mêmes nos relations et toutes choses, au gré de nos désirs changeants, et le plus souvent mauvais - l'arbitraire.

    La Réceptivité procure de pouvoir laisser la Vie vivre en nous, et donc le Détachement.


    LE DÉTACHEMENT

    Qui implique la liberté et la connaissance, car être attaché dans les filets du monde extérieurs par les sens et les désirs est quelque chose d'extrêmement dangereux qui nous aliène à jamais et nous empêche d'acquérir la véritable connaissance.

    Agir sans être attaché par ses actes est facile : il suffit de ne pas agir pour soi-même. Jouir de ses sens sans y être attaché est facile : il suffit d'être conscient que Dieu seul nous l'accorde, et d'accepter intérieurement qu'à tout instant Il ait le droit de nous le retirer. Etre détaché enfin, c'est aussi aimer l'autre pour lui-même et non pour soi-même. L'amour de l'autre dans le détachement est possible, c'est même le seul amour véritable. Bien sur, il est à l'opposé de la passion sexuelle égoïste, aveugle et destructrice.

    Le détachement s'acquiert surtout en prenant conscience du Vrai Moi, de La Conscience éternelle qui est nous, c'est pourquoi il est plus commun en Asie qui croit en la réincarnation et en l'enseignement Bouddhiste, qu'en Occident qui n'y croit pas. Il s'acquiert aussi en évitant les situations passionnelles.

    Il doit être associé à la Maîtrise de la pensée et des émotions ; ce qui est facilité par un contrôle réciproque de ceux-ci, comme indiqué précédemment.

    Il a pour effets : de nous donner la paix et la joie intérieure - de mettre fin aux passions destructrices - de mettre fin aux désirs et aux appréhensions - de mettre fin aux souffrances - de nous donner l'équanimité - de mettre fin au "samsara" - c'est à dire à l'obligation de se réincarner - de développer les pouvoirs bodhisatviques - de nous libérer du monde matériel.

    Il permet d'éliminer en nous définitivement: la concupiscence - le désir d'exister - la peur de mourir - la jalousie - l'envie - tous les défauts.

    Le Détachement procure la dissolution du faux ego. Il est la base à partir de laquelle votre Conscience va pouvoir évoluer et accéder au Monde Spirituel ; il est le But de notre évolution ici.

    --------



    A chaque fois que vous serez confronté à un problème - mais aussi dans votre vie quotidienne - veillez à appliquer ces comportements. Après l'action, faites le point de vos succès et de vos échecs dans cette application. Notez vos erreurs - au besoin écrivez les - ne vous en faites pas une montagne, et avec de la persévérance, vous acquerrez de nouvelles habitudes dont les automatismes positifs remplaceront vos automatismes négatifs actuels.

    Vous remarquerez également que ces huit couples de qualités duelles sont toujours formés d'une qualité mâle Yang et d'une qualité femelle Yin. Par exemple le courage qui est Yang avec la prudence qui est Yin, ou l'humilité qui est Yin avec la fierté qui est Yang.


    C'est en cela que réside leur efficacité et leur invincibilité.

    Vous remarquerez enfin que ces huit qualités n'en font qu'une, et que donc elles ne peuvent se développer séparément les unes des autres.

    Qu'en pensez-vous ?

    ***



    (*) Extrait de la Faculté du Cosmos (membres), une partie de la page:
    -> http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/ampewi_numpa_03_cours2.htm



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 31-08-2012 07:10 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 01-09-2012 07:03

    2.3

    e) Acquérir une parfaite maîtrise de soi, c’est possible. Voici comment.

    Lien original de référence

    Introduction : il a déjà été très précisément question de l’acquisition de la maîtrise de soi plus haut sur ce post au point 2.1.c . Cette section en est un complément. D’autres notions ont été abordées dans le chapitre 1. Mais ce n’est pas grave :il ne s’agit pas ici d’un livre et quelque répétition – s’il s’en trouve - ne peut faire aucun tort, bien au contraire ! :O)


    ATTENTION, ceci peut changer toute votre vie en mieux! ******************************************************************





    Acquérir une parfaite maîtrise de soi, c’est possible.
    Voici comment.



    Notre esprit est constamment troublé par deux choses – associées entre elles ou non - qui sont :

    1° - les productions mentales.
    2° - les projections émotionnelles.


    Quiconque a pratiqué, un tant soit peu, la méditation dite Dhyana, qui vise à obtenir le vide mental , sait à quel point c’est difficile à réaliser car notre cerveau ne cesse de produire des pensées inopportunes et pour tout dire parasites (1). Que celles-ci concernent un passé révolu à jamais, ou un futur qui n’existe que dans notre imagination (2), ou soient incohérentes, elles nous paralysent et occultent notre perception de la Réalité.

    Il en est de même pour les émotions qui jaillissent spontanément, que celles-ci soient positives ou négatives, car emportés par elles nous nous coupons aussi de la seule chose qui compte : la Réalité.


    Ces deux facteurs nous rendent aveugles, nous font commettre des fautes, et en fin de compte sont la cause de multiples erreurs qui nous écartent de notre vrai chemin de vie, tout en nous faisant souffrir, et en nous amenant (parfois) à faire souffrir autrui. (Développer pourquoi serait trop long, mais c’est une évidence pour qui a un brin de sagesse.)

    Etant aveuglés par cela nous ne pouvons pas avoir une perception JUSTE de la Réalité, laquelle est indispensable dans ce combat qu’est la vie.


    Comment se débarrasser de ceci, qu’il est convenu d’appeler une tare ?

    C’est très simple : en pratiquant constamment l’ATTENTION JUSTE sur notre état intérieur. (3)

    Qu’est-ce à dire ?

    Et bien voici, par quelques exemples, en termes personnels, ce que nous devons faire.


    A) Sur les productions mentales :

    - Si dans une conversation avec une personne qui évoque un acte qu’elle a bien accompli, ou une connaissance que j’ignore - qui me "fait de l'ombre" en somme -, ce qui me vient aussitôt à l'esprit c'est de lui rétorquer : «moi je….» (4), suivi d’un exemple destiné à valoriser ce que je suis, pour montrer que je suis à égalité avec elle, voire plus important qu'elle. Je dois immédiatement penser : «l’esprit de suffisance vient d’entrer en moi». Pensant cela l’esprit de suffisance disparaît aussitôt, ce qui me permet de tirer profit de ce qu’elle vient de dire, ce qui serait impossible dans le cas contraire, car en ce cas mes pensées resteraient centrées sur moi-même.

    - Si dans une conversation avec une personne, celle-ci mentionne une erreur que j’ai commise, et que cela me vexe. Je dois immédiatement penser : «l’esprit de la vexation vient d’entrer en moi». Pensant cela l’esprit de la vexation disparaît aussitôt, ce qui me permet de voir mon erreur - si erreur il y a effectivement - et de la corriger immédiatement. Ce qui serait impossible dans le cas contraire, car dans ce cas la vexation m'empêcherait d'admettre que j'ai commis une erreur.


    B) Sur les projections émotionnelles :

    - Si dans une conversation avec une personne, celle-ci m’agresse par une insulte, et que je me mette en colère en réaction, je dois immédiatement penser : «l’esprit de la colère vient d’entrer en moi». Pensant cela l’esprit de la colère s’atténue, puis finit par disparaître car je ne m’y suis pas identifié. (Les maîtres Japonais disent : « le dieu de la colère vient d’entrer en moi »). Ce qui me permet généralement d’éviter un conflit violent avec elle, et souvent de ne pas m'en faire un(e) ennemi(e), (5), alors que cela surviendrait de façon quasi certaine dans le cas contraire.

    - Si dans une conversation avec une personne que j’aime, celle-ci me demande de l’argent sans raison valide certaine, et que je sois tenté de lui céder, je dois immédiatement penser : «c’est l’esprit de l’amour qui me pousse à agir ainsi». Pensant cela l’esprit de l’amour fait place à la lucidité et cela me met en mesure de prendre la décision juste sans passer pour un pigeon, ce qui aurait de fortes chances de se produire dans le cas contraire.


    Je précise qu'il ne s'agit pas de lutter contre les pensées ou les émotions parasites. Il suffit d'en prendre conscience sans rien faire de plus, car la prise de conscience suffit à les dissoudre par le détachement, tandis que combattre les renforceraient. Cette pratique doit être constante pour porter des fruits durables, c'est à dire qu'elle doit commencer dès notre réveil et ne cesser qu'à notre sommeil. Au début cela nous est difficile, puis petit à petit, à force de pratique, cela devient une habitude qui débouche sur une maîtrise de soi PARFAITE.

    Il va de soi qu'une telle pratique est aussi extrêmement bénéfique sur beaucoup d'autres plans, notamment celui de la santé qui ne sera plus troublée par les maladies psychosomatiques provoquées par le stress, du fait de la disparition (à terme) de celui-ci. Cela vous permettra aussi de VOIR à quel point les comportements préjudiciables dus à l'aveuglement - ne serait-ce que par la nervosité qu'ils engendrent - sont fréquents chez autrui.


    Mais cela va bien au-delà de ceci, car:

    - La pratique régulière de l'Attention Juste procure l'équanimité, qui atténue tous les aléas de la vie.

    - L'équanimité dans la durée amène la sérénité, qui procure le bonheur simple au quotidien.

    - La sérénité conduit au Détachement parfait.

    - Le Détachement parfait créé les conditions qui conduisent spontanément à l'Eveil

    Autrement dit à la Libération définitive.

    C’est ce que je vous souhaite d'accomplir, si cela vous tente.
    ……….




    Intervention de Patrick

    (…) insister sur le fait de ne pas devoir lutter contre les émotions et pensées parasites me paraît important, car il s'agit d'un réflexe (instinctif ) fortement ancré en nous, du fait de notre éducation et de l'environnement.

    La lutte contre celles ci les entretiennent en les alimentant (en importance). Tandis que la non-lutte, tout en cherchant de façon positive à cultiver les 8 qualités majeures les fait disparaître.

    C'est l'essence même du combat qu'on apprend dans l'Aïkido, qui est un non-combat, du fait qu'il n'y a aucune opposition à l'adversaire. (….) Ce qui se passe entre deux individus en Aïkido est la même chose dans l'individu avec ses émotions et pensées parasites.

    Ne pas lutter contre elles revient, en fait, à garder notre centre individuel qui de façon empirique représente cette énergie du vide. Tout comme l'aïkidoka conserve son centre individuel physique pour garder l'équilibre et la coordination corporelle dont le but de ne fournir que l'énergie du vide à l'adversaire.

    Ce "centre", on peut l'envisager comme étant à la fois le centre et la circonférence d'un cercle - image symbolique de notre totalité comme de la Totalité de la manifestation.

    Les mandalas sont des illustrations de ceci
    ……..

    Je vais légèrement modifier le texte initial pour préciser - bien que cela aille de soi - que toutes les pensées ne sont pas inopportunes, au contraire ! Ainsi que le fait que les productions mentales et les projections émotionnelles sont souvent associées.
    ……


    Posté par Françoise

    Ne pas s'identifier à des pensées parasites - autrement dit au mental - , non seulement correspond à la réalité, mais rend les choses beaucoup plus faciles.

    En effet, adopter la formulation (…) : "l'esprit de .... vient d'entrer en moi..." permet, d'une part, de nous observer nous-même sans nous condamner et, de l'autre, introduit la distance nécessaire à mieux prendre conscience qu'il s'agit là d'un "esprit" extérieur qui nous "possède", d'une sorte de "programme" (au sens informatique du terme) qui a été comme téléchargé en nous.

    De cela, il a été question, je crois, dans toutes les traditions et, à de multiples reprises sur ce forum : l'esprit du prédateur. (6)

    Et à partir du moment où nous installons petit à petit cette distance "contre-programme", les fils de la toile par laquelle il nous tient prisonniers se coupent et par là même son emprise sur "ce monde" s'en trouve affaiblie.

    Voilà pourquoi cela nécessite le travail de chaque être en particulier.

    Voilà aussi sans doute pourquoi nous assistons à une recrudescence générale de la tentative d'installer des "programmes de possession renforcés" qui nous font parfois penser que nous vivons dans un monde de zombies.

    ********




    (1) Bien que la plupart des pensées soient inopportunes, cela ne signifie pas que toutes le soient, bien au contraire ! Il en est aussi de très positives, notamment dans l’inspiration qui nous arrive spontanément lors d’un acte créateur, comme la rédaction de ce texte. La pratique indiquée ci-dessus permet de voir immédiatement la différence. Généralement ces pensées positives surviennent facilement lorsque l'on pense à autre chose que nous-mêmes dans un état d'esprit altruiste ou créatif.

    (2) Ce qui ne signifie pas que l’on ne doive pas penser au passé, si c’est pour en tirer des leçons, ni que l’on ne doive pas penser au futur, si c’est pour élaborer une stratégie.
    (3) Lire : Le cadeau, qui va vous procurer une sérénité parfaite : l'Attention juste
    (4) Il convient d'éviter autant que possible d'employer, en paroles ou en pensées, l'expression: "moi je".
    (5) Ce qui ne signifie pas que l’on doive tout accepter, et s’il devenait nécessaire de se battre l’absence de colère devient alors un atout incomparable.
    (6) Lire : Nous sommes en territoire occupé
    Un texte très important !


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 02-09-2012 09:22 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 03-09-2012 09:35

    2.3

    f) La compréhension durable passe toujours par l'expérience personnelle


    Lien original de référence


    Un fameux proverbe chinois dit:

    « J'écoute et j'oublie, je lis et je me souviens, je fais et JE COMPRENDS. »

    Mon grand-père, un homme d'action, disait plus sèchement: "Entre un imbécile qui ne sait pas quoi faire et un homme intelligent qui le sait, mais ne le fait pas, il n'y a aucune différence".

    Quant à moi, à chaque fois que j'ai découvert, ou reçu, un enseignement qui me plaisait, je l'ai immédiatement mis en pratique. La liste de ce que j'ai appris ainsi est trop longue pour être énumérée, mais je vais citer un exemple: celui du Wu-Weï (1) - découvert dans un ouvrage sur la pensée chinoise - et dont je parle dans la Faculté du Cosmos
    ………..
    Comprenant que, si ce que j'avais lu était vrai, cette maîtrise de soi (2) serait du plus grand intérêt pour moi dans la plupart des aspects de la vie (et notamment pour la chasse à l'arc) je me suis attelé à la tâche d'apprendre concrètement l'Art du Non-Agir. Les débuts furent difficiles, mais je persévérai jusqu'à ce que cet état de Wu-Weï soit devenu chez moi une seconde nature.


    SOUVENONS-NOUS, QUE TOUTE CONNAISSANCE NON MISE EN PRATIQUE S'OUBLIE ET N'EST D'AUCUNE UTILITÉ.


    °°°°°°°°



    1) Généralités : -> http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/ampewi_numpa_02_cours1.htm
    Wu-Weï : -> http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/ampewi_numpa_02_cours1.htm#wu-wei

    (2) NOTA: Si vous êtes dans un état d'hésitation et de doutes sur vos capacités, ou si vous connaissez dans votre vie des échecs fréquents, c'est parce que vous ne savez qu'agir sous la direction du faux-égo. Il vous faut apprendre le Non-Agir ou Wu-Weï. Il s'agit tout simplement de passer les commandes à vous-mêmes: au vrai Moi. Par sa nature, le vrai Moi - la Conscience qui est Vous (…) est infaillible, omnisciente et omnipotente. Comment y arriver est indiqué dans les liens ci-dessus.


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 03-09-2012 09:41 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 04-09-2012 06:11

    2.3

    g) Apprendre à vivre dans la nature


    Lien original de référence


    Introduction : Apprendre à vivre dans la nature devrait être l’une des priorités de toute instruction visant à faire grandir des êtres humains debout ! Ce n’est hélas plus du tout le cas et l’enseignement actuel produit des jeunes humains de plus de 20 ans ne sachant absolument plus RIEN – ou presque - de ce qu’un être humain doit savoir et savoir faire pour simplement survivre hors de la « matrice » artificielle. Une véritable tragédie ! Voyons quelques exemples pratiques de ré-apprentissage de ces savoirs essentiels.

    Texte posté par Chenoa


    Les stages de survie ou comment se sentir libre




    En ces temps difficiles et après les deux récentes tempêtes qui ont frappées la France et les catastrophes naturelles qui se multiplient, il me semble pertinent de vous présenter un stage de survie que nous avons récemment fait avec Pat.

    Loin de jouer les « rambos » dans la nature, ce stage avait pour vocation de nous apprendre les bases de la survie telles que : faire du feu, purifier de l'eau, les premiers gestes de secours, les plantes comestibles et utiles à utiliser dans la nature, à faire son abri et beaucoup d'autres choses encore.

    En plus du fait d'avoir passé un week-end dans un endroit magnifique qu'est le Vercors, ce stage nous a appris comment interagir avec la nature. Le plus souvent, lorsque l'on fait des randonnées, notre activité principale est la marche et la contemplation de ce qui nous entoure. Ici c'était vraiment différent puisqu'on devait répondre à nos besoins primaires en se débrouillant avec les moyens du bord (1), le tout dans le froid et la neige.

    C'est ça qui était beau. La nature, ce n’est pas comme dans les dessins animés avec tous les animaux gentils et un soleil éclatant. La nature peut être violente et a son caractère, ses dangers, ses mystères et ce pouvoir que l'on peut appeler Wakan Tanka comme certains Amérindiens pour ceux qui le perçoivent.

    Par ailleurs, en passant du temps dans la nature, on se rend compte à quel point nous avons besoin d'objets inutiles et polluants. Je peux vous dire que lorsque l'on se retrouve dans la nature avec nos déchets, on réalise qu'ils ne disparaissent pas mais se retrouvent dans les océans, sur la terre et sous terre comme nous l'avons évoqué dans le forum. L'illusion des villes empêche certaine personne de percevoir ce fait.

    Aujourd'hui, ceux qui vivent en France, ont encore la possibilité d'apprendre à vivre dans la nature et les techniques passées grâce aux nombreux stages qui y sont donnés.(2)

    Je vous le conseille hautement!

    Un être humain véritable, une fois retourné dans son élément ne peut plus s'en passer...car la nature fait partie de lui.

    ********



    Texte posté par Patrick

    C'est une expérience formidable que d'avoir fait ce stage. D'abord, nous avons passé de très bons moments - même quand ils étaient difficiles - eh oui ! on trouve du plaisir et de la joie dans tout après - ensuite nous avons appris des choses extrêmement utiles.

    ! Tout ceci constituait une base dans l'éducation des jeunes enfants. Nous avons la chance d'avoir en France ce genre de stage, et ouverts aux adultes !

    J'ajoute que c'est aussi excellent pour le caractère on ne peut pas avoir d'ego dans la Nature.

    ********



    Pour continuer dans notre registre "Apprendre à vivre dans la nature",

    Voici un site sur un tailleur de silex qui s'appelle Bernard Ginelli(3)

    Il est certain que le silex ne remplacera pas un bon couteau de cuisine pour préparer les plats. Mais c'est extrêmement bien tranchant, ludique à créer et en plus franchement bon marché.

    Imaginez qu'on offre des ateliers à des enfants sur la taille du silex, faire du feu, tir à l'arc traditionnel (ou préhistorique ) - ils seraient ravis. Lorsqu'on cherche un peu, on trouve quantité de choses intéressantes à faire ou à apprendre.

    Ne pensez-vous pas qu'on pourrait facilement concilier l'apprentissage de toutes ces choses à l'éducation moderne ?

    L'Homme fait partie de la Nature. Il est son fils. C'est une joie quasiment magique de vivre auprès d'Elle.

    ********



    J'ai tout particulièrement apprécié le site du tailleur de silex qui réalise des reproductions magnifiques, et qui me paraissent fonctionnelles. A titre d'exemple, voici deux couteaux tentants pour un chasseur:


    Couteau KN09-005
    Longueur totale 17,6 cm, lame de 5,6 cm








    Le manche est en bois de renne. Son prix sans étui est de 50 €
    Un chasseur n'a pas besoin de plus pour dépouiller et débiter un cerf.

    °°°°°°°°



    Couteau KN08-062
    Une dague redoutable
    Longueur totale 33,4 cm, lame de 20,7 cm





    Le manche est en bois de cerf. Ligature en fibres de tendons imprégnées de colle de peau.
    Son prix sans étui est de 420 €



    En dehors de cela, ce gars produit aussi des arcs, des propulseurs, des pointes de flèches et bien d'autres choses. Des pages retracent l'historique de Bernard Ginelli.

    Extrait:

    "La passion de la préhistoire lui vient très tôt et on peut dire qu'à l'instar d'un personnage célèbre: "il est tombé dedans étant petit". La curiosité, les expérimentations et les rencontres aidant, Bernard deviendra au fil des années l'un des meilleurs tailleurs de silex au monde et formera toute une génération de professionnels ainsi qu'un grand nombre d'amateurs.

    Bien que totalement autodidacte, il joue depuis 20 ans un rôle certain dans la médiation culturelle et travaille étroitement avec plusieurs équipes scientifiques." (4)
    ………

    En complément....

    A certains égards le silex est supérieur à l'acier.

    Il tranche mieux et plus longtemps car il n'a pas besoin d'être aiguisé. Il faut savoir que le fait de s'interrompre plusieurs fois pour aiguiser sa lame d'acier quand on dépèce un animal est extrêmement désagréable. De ce fait le chasseur équipé d'un couteau en silex travaille beaucoup plus vite.
    ……..

    Les flèches équipées de pointes en silex ont - à poids égal - un pouvoir de pénétration supérieur à celui des flèches équipées de pointes en acier.

    Une chose très peu connue est que les couteaux en silex sont restés en usage très longtemps dans la pratique de la circoncision chez les Juifs (ce n'est que depuis peu que l'emploi de l'acier est autorisé), et pour des taches plus ordinaires dans les campagnes. Certains disent qu'il y en avait encore au XIXème siècle.

    Par contre il est cassant ou finit par s'émousser, ce qui n'est pas très grave vu que dans beaucoup de régions on en trouve gratuitement partout. Dans mon enfance il était fréquent que je trouve des pointes de flèches dans les champs.

    Evidemment, l'acier forgé ou coulé permet beaucoup plus d'usages.
    …….

    En rangeant ma bibliothèque j'ai retrouvé un livre précieux qui m'avait été offert et dédicacé par son auteur, Alain Saury en 1985.

    Dans la période actuelle c'est:


    Un livre indispensable






    Faites lui confiance ;O)



    Alain Saury fut poète, sculpteur, peintre, journaliste, écrivain, naturopathe. Président-fondateur de l'association Les Mains vertes en 1977, et académicien de l'Académie tibérine de Rome en 1979.

    Ce grand livre encyclopédique de 447 pages traite de tous les sujets à connaître (et à savoir pratiquer) pour survivre dans la nature. Cette image est celle de l'édition originale de 1981, que je pense être introuvable, mais heureusement - et malgré la mort de son auteur qui fut un homme remarquable -, vous pourrez l'acheter car il a été réédité.

    Alain Saury fut poète, sculpteur, peintre, journaliste, écrivain, naturopathe. Président-fondateur de l'association Les Mains vertes en 1977, et académicien de l'Académie tibérine de Rome en 1979.

    Ce grand livre encyclopédique de 447 pages traite de tous les sujets à connaître (et à savoir pratiquer) pour survivre dans la nature. Cette image est celle de l'édition originale de 1981, que je pense être introuvable, mais heureusement - et malgré la mort de son auteur qui fut un homme remarquable -, vous pourrez l'acheter car il a été réédité. Pour connaître son contenu et l’acheter (5)

    ……….

    Posté par Chenoa

    Puisque ce post « Apprendre à vivre dans la nature » s’est particulièrement porté sur les couteaux, nous nous devons de parler des chefs d’œuvre réalisés par Michel Blum qu’Alain a bien connu et qui m'a rendue admirative en le découvrant aujourd’hui. (6)

    ********



    A SUIVRE…


    (1) Le stage étant pour débutants nous avions bien sûr de quoi nous protéger et nous nourrir.
    (2) Les stages de survie de David Manise

    Les stages de François Couplan sur les plantes comestibles et autres apprentissages

    La liste n'est pas exhaustive, cherchez vous-même et faites nous partager vos découvertes.

    (3) L’atelier du tailleur de silex

    (4) Lire son histoire :
    -> http://www.ginellames.fr/fr/accueil/bernard1.php

    (5) -> http://www.amazon.fr/Manuel-vie-sauvage-Revivre-nature/dp/2703302215

    (6) Voyez vous-mêmes les photos sur son site internet
    -> http://www.blum-knives.com/index.html



    [ Message édité par : Francoise : 05-09-2012 07:05 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 05-09-2012 06:46

    2.3.g .... SUITE

    Introduction: quelques exercices amusants pour développer notre attention!

    L'oeil du chasseur pour développer l'attention

    Lien original de référence

    Sur cette peinture de Robert Bateman, les cervidés que vous voyez sont des Wapitis :



    L'oeil du chasseur pour développer l'attention
    Exercice n°1 : la peinture de Robert Bateman









    Voici mes questions sur cette scène :

    - Combien il y a t-il de Wapitis, identifiés comme tels avec certitude ?

    - Combien il y a t-il probablement de Wapitis en tout dans cette harde, et pourquoi ?

    A vous de jouer
    …….

    Il ne s'agit pas du regard d'un enfant, mais du regard d'un guerrier.
    ………….




    Voici la réponse à la première question: il y a 7 wapitis identifiables avec certitude, le plus grand à gauche, plus 6 autres que je vous montre




    Les voyez-vous ?

    (…) il y a (…) en lisière à droite un homme debout à coté de son cheval.
    Il y a aussi 2 biches en haut à gauche, mais vous ne pouviez que le supposer.

    Ceci étant, sachant que cette harde n'est composée que de mâles, et que les plus jeunes marchent en tête, ceux d'âge moyen ensuite et le plus âgé en dernier, quel est le nombre total de wapitis en incluant ceux que l'on ne voit pas ?
    ……..


    Réponse de Patrick

    Difficile à dire quand on ne connaît pas les wapitis.
    Il y a une harde complète ... allez je dirais 20 individus
    ................

    Posté par Chenoa

    Comme le montre l’exemple qui suit du moniteur de survie David Manise (vu plus haut) , les citadins ont perdu leur faculté d’attention : il lui arrivait de rester immobile en bordure de chemin et que des promeneurs passent à côté de lui sans le voir.

    En effet contrairement à l’œil du chasseur attentif à son environnement, l’œil du citadin est essentiellement orienté vers lui-même. Sa vision est limitée par les murs de bétons qui l’entourent et la monotonie des paysages urbains.

    C’est d’autant plus triste que le fait de se déconnecter de soi pour regarder ce qui nous entoure comme en étant dans la nature, dans un musée, ou même en marchant en ville, permet de s’oublier. Qui dit s’oublier dit mettre une pause dans la tyrannie de l’ego (pour ceux qui la subissent) et connaître un bonheur véritable non basé sur les désirs qui eux ne sont jamais satisfaits.


    Pour entraîner votre attention, voici cette image :


    L'oeil du chasseur pour développer l'attention
    Exercice n°2







    Source : Maxisciences




    N’y a-t-il qu’un tronc sur la photo ?!

    Amusez-vous bien
    ……..

    (Cette image) comporte bien un animal, mais même en le sachant il est pratiquement impossible de distinguer ses contours. Toutefois dans la nature si celui-ci venait à bouger nous le verrions immédiatement. C'est vrai réciproquement pour nous, notamment à la chasse. Si l'animal a parfois du mal à reconnaître les formes (1), par contre il décèle tout de suite le moindre mouvement, ne fut-ce qu'un clignement d'yeux s'il est assez près de nous. Ce qui en général entraîne sa fuite ou son départ discret.

    C'est pourquoi l'on découvre beaucoup plus de choses, et de gibier, en restant immobile qu'en se déplaçant.

    Un facteur important de camouflage tient à l'usage intelligent de la lumière. S'asseoir sous un arbuste par temps ensoleillé nous rend invisible par les ombres portées de ses feuilles. Les Apaches étaient devenus maîtres dans cette technique (2). A contrario le meilleur des camouflages devient inefficace à contre jour. Comme ici :





    Le chasseur (un ami) se croit invisible, mais il ne l’est pas.




    Le chasseur très camouflé pris à 30 mètres au téléobjectif est néanmoins vu car il est à contre jour ; souvenez vous que votre silhouette ne doit jamais se découper, par contraste, du fond dans lequel vous êtes, ce qui est souvent difficile lorsque il faut se déplacer. A savoir aussi : il vaut mieux être assis DEVANT un arbre que derrière, car la moindre partie de nous-même qui dépasserait sera immédiatement perçue comme incongrue (3). Voici une autre image pour illustrer ce qui doit être fait :





    Ici le chasseur est décelable car la photo a été prise à 3 mètres seulement.




    Le chasseur assez peu camouflé peut à peine être vu sur une photo prise à 3 mètres (et que si l'on regarde attentivement, car un homme ou un animal distrait ne le verrait même pas) à 10 mètre cela ne se peut plus. Autrement dit dans des conditions réelles vous ne le verriez pas.

    Ceci dit, il existe deux formes fondamentalement différentes de camouflage :

    - Se rendre invisible, c’est- à - dire se fondre dans le milieu, autant qu’il est possible. L'inconvénient étant qu'en changeant d'endroit l'invisibilité disparaît.

    - Se rendre visible, mais sous une forme familière à la proie, ou à l’ennemi, pour ne pas susciter sa méfiance (4). Tant qu’à devoir traverser une zone à découvert autant prendre l’allure et le comportement, voire la tenue, d’un promeneur inoffensif (5).

    A cela il convient d’ajouter, comme le disent les Indiens, qu’à la chasse (ou à la guerre) il convient de ne pas penser (les maîtres d'arts martiaux japonais utilisent l'expression "no mind") faute de quoi on va à l’échec. Penser à soi - ou à autre chose sous l'influence du "je" - est incompatible avec l’Attention juste, et donc incompatible avec la perception de la réalité (aussi bien intérieure qu’extérieure), et donc tend à nous faire agir de façon inadéquate. Donc non seulement "mettre une pause dans la tyrannie de l’ego" comme tu as dit, procure la seule forme de Bonheur véritable, mais de plus c’est la condition SINE QUA NON (6) du succès et de la survie.

    Évidemment - à contrario - l’agitation constante de la plupart des gens font d’eux des proies faciles et des guerriers minables. Ils ne voient rien, tandis que tout prédateur (humain ou animal) les voit. De plus avec leur habitude de parler constamment - quand ils ne sont pas affublés de baladeurs et autres Walkman -, ils n’entendent pas non plus ! Autrement dit ils n’ont ni conscience de leur environnement, ni d’eux-mêmes.
    Et bien sûr cette vulnérabilité excite leurs prédateurs ! Ils sont pathétiques...
    …….


    Posté par Chenoa

    (…) Ces précieux apprentissages sur le camouflage peuvent être appliqués dans de nombreuses situations aussi bien en ville que dans la nature et pourront être très utiles à connaître dans le futur en cas de bordel.

    Pour revenir à l’image, il y a bien un animal qui, comme tu l’as dis Alain, est presque impossible à voir car étant immobile et se fondant parfaitement parmi les couleurs du tronc d’arbre. Cet animal est un gecko qui a la tête en bas sur la photo.

    Les geckos originaires d'Australie ou de Madagascar excellent dans le domaine du camouflage.Voici d’autres exemples pour illustrer :



    L’art de se rendre invisible
    Uroplatus phantasticus, le gecko satanique à queue en feuille








    Cette autre espèce de gecko peut se fondre sur une branche, même de profil







    Impressionnant, non?
    ……….

    Je trouve passionnant ces exercices d'attention juste par l'observation des images.

    Voici un nouvel exercice (facile) :


    L'oeil du chasseur pour développer l'attention
    Exercice n°3 : le Sniper sauteur






    (AP/SIPA)



    Que voyez-vous sur cette photo ?
    …….

    Vous pouvez observer :

    - En premier plan, cela saute aux yeux, un sniper de l’armée indienne qui se jette sur le sol avant de prendre position

    - Son coéquipier déjà prêt à faire feu à sa gauche

    - Mais aussi - et c'est là où cela devenait plus compliqué - un véhicule en haut à droite de l'image

    Pour la petit histoire, cette manœuvre a été organisée dans le Rajasthan, non loin de la frontière avec le Pakistan. En dépit du ridicule apparent de leur tenue, ces tireurs d’élite utilisent le même dispositif que les armées du monde entier. Cet assemblage de tissus, adaptable à tous les terrains, constitue actuellement le meilleur camouflage au monde. Même les drones s’y perdent.

    En proposant l'exercice sur VSV Facebook, nous nous sommes rendu compte que tout le monde voyait le sniper en premier plan, peu le coéquipier, et personne n'a dit avoir vu le camion !

    Comme quoi, l'observation d'images sur un poste d'ordinateur est la preuve que notre capacité de perception est très diminuée car peu utilisée.

    Dans la nature, ou à la guerre, cela poserait de graves problèmes.

    ********



    A SUIVRE….



    (1) Cette capacité de reconnaissance des formes provient de l’intellect qui est moins développé chez l’animal que chez l’homme.
    (2) Ainsi qu’il est dit dans « Géronimo » un roman biographique sur la vie de ce grand chef.
    (3) Ne serait-ce que parce que pour voir il faut bien que notre tête dépasse de l’arbre
    (4) Comme les hommes-calao du Caméroun.
    (5) Un conseil très précieux à la guerre
    (6) Sine qua non = Indispensable.




    [ Message édité par : Francoise : 05-09-2012 06:55 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 06-09-2012 08:08

    2.3.g SUITE


    La chasse, SEUL mode de vie qui RESPECTE les animaux !

    Lien original de référence (3 pages)


    POURQUOI ?
    …….

    Les deux modes de chasse (seul ou en groupe) sont très agréables et conviviaux, car même pour les chasses à l'approche, où l'on est habituellement seul, les chasseurs se regroupent après pour le plaisir d'être ensemble.

    Ici je ne chasse plus depuis 12 ans (1) , et ne prend plus la vie.

    Je me suis transformé intérieurement à un tel point que désormais j'accepte de cohabiter avec des serpents venimeux plutôt que de les tuer. Ceci dit, je continue de faire l'éloge de la chasse.
    …….


    Commençons d’abord par méditer, pour comparaison, les élément objectifs sur l'autre choix, à savoir l'élevage des animaux de chair, tel qu'il est pratiqué dans les conditions actuelles.

    REMARQUE: J'ai lu dans le texte du ROC (2) , que les grives,pigeons ramiers, ou autres oiseaux sauvages, libres, tués par les chasseurs y sont nommés "victimes".

    Question: comment doit-on nommer ceux que l'on élève comme ci-après ?

    LISEZ


    « L’Union européenne produit plus de 5 milliards de poulets chaque année ! La majorité de cette production se fait de façon intensive. La France élève plus de 800 millions de poulets chaque année. 80% de cette production est conduite de manière intensive dans des hangars où sont entassés des dizaines de milliers d’oiseaux à 24 par m2 (moins que la surface d’une feuille A4 par animal). Les animaux n’ont jamais accès à l’extérieur.

    Les poulets utilisés dans les élevages industriels sont le fruit d’une sélection génétique qui a conduit à accélérer toujours plus leur vitesse de croissance. Cette croissance rapide « entraîne surtout une forte morbidité des animaux : d’après des études scientifiques faites en élevage intensif, entre 75 et 90% des animaux ont une démarche altérée, et entre 26 et 30% ont une démarche sévèrement altérée 26; » Aujourd’hui, les poulets d’élevage intensif sont abattus à l’âge de 42 jours, soit 2 fois plus rapidement qu’il y a 30 ans pour un même poids d’abattage. » (3)

    Elevage, transport et abattage des animaux destinés à la consommation humaine. (4)

    L'aberration de l'élevage intensif des poulets.

    « En France, plus de 630 millions de poulets sont victimes de l’élevage intensif. Entassés dans des hangars surpeuplés, forcés de grandir à une vitesse démesurée, ils souffrent à tel point que nombre d'entre eux ont du mal à se déplacer » (5)
    …………

    Voici un complément sur l'élevage des animaux que l'on mange.

    Chaque année, dans l’ensemble du monde, 45 milliards d’animaux sont tués pour nourrir les hommes. En France p.ex., il s’agit de 771 961 000 gallinacés, 25 852 827 porcs, 78 483 000 dindes et canards, 5 708 544 ovins, 843 276 caprins et 36 645 équidés, soit un total de 928 996 923 animaux

    En simplifiant on peut dire un milliard de vies torturées et sacrifiées... rien que pour la France.

    Lisez "Manger de la viande est un acte cruel."
    ………

    Les enseignements que la nature nous donne, nous obligent à remettre en cause notre vision du monde et l'organisation économique de la société qui en découle, car tout est vivant, car tout a un esprit d'une nature identique au nôtre, car toutes les formes de vie ont - selon moi - le droit d'évoluer d'elles-mêmes vers leurs destins propres.

    Il convient de remarquer que l'homme chasseur - qui respecte ses proies et ne tue que ce qui lui est strictement nécessaire - participe comme les autres prédateurs d'un équilibre naturel dont il n'entrave pas l'évolution par la mise en captivité des animaux, contrairement à ce que font l'homme paysan et le citadin (voir site, lien ci-dessous).

    S'arroger le droit de soustraire, un animal quelconque, à son milieu naturel pour le domestiquer est déjà en soi une grave nuisance pour la biodiversité: j'en veux pour preuve que les chevaux sauvages, les dromadaires sauvages, les ânes sauvages, et les éléphants sauvages d'Asie ont pratiquement disparu de leurs milieux respectifs du seul fait des captures en vue de les domestiquer.

    La domestication est en soi un viol des lois naturelles, et devient un processus fondé sur l'irrespect, si elle ne constitue pas une association réciproquement bénéfique entre l'homme et l'animal. Remarquons clairement d'emblée, que le fait d'élever un animal - c'est -à - dire de le nourrir et d'en prendre soin - n'est acceptable que si l'animal, qui partage sa vie avec l'homme et le sert - que ce soit comme collaborateur, ami, monture, ou fournisseur de nourriture par son lait ou ses oeufs - est aimé et respecté comme un membre de la famille.

    Tandis que l'élever, et donc faire naître en lui de l'amour pour son maître, dans le but de le tuer ensuite pour le manger, ou bien pis encore: le faire vivre avant sa condamnation à mort dans la captivité étroite des élevages en batterie, sont des monstruosités intolérables, même si elles sont couramment admises par des humains ayant actuellement aussi peu de coeur que de cervelle.

    Une occasion de lire ou de relire : Les animaux, nos frères sacrés et un tout autre mode de vie.
    …….

    Ce qui "m'amuse", c’est que bientôt
    (ceux qui sont contre la chasse et non contre l’élévage dans les conditions décrites ci dessus) ne pourront plus rien manger de la nourriture produite par le système, et qu'ils achètent dans leurs supermarchés.

    Notamment car en Europe, plus de 31 000 élevages de bovins sont touchés par la maladie de la langue bleue. Selon le décompte du ministère français de l'agriculture, l'épizootie poursuit sa progression : on recensait 7 296 foyers dans l'Hexagone au 26 octobre, contre moins de 6 000 la semaine précédente. (6)

    Ceci vient à point pour nous rappeler que TOUTES les filières de production de nourriture doivent être revues.
    ……..


    Posté par Françoise

    Le texte Dix mille années de crise de Paul Shepard m’a tout simplement enthousiasmée. Il est très rare d’avoir accès à une réflexion si vaste, faisant remonter l’erreur d’aiguillage dont nous subissons les conséquences aujourd'hui aux débuts même de l’agriculture et de ce qu’on appelle l’élevage.

    Comme le dit l’auteur , nous n’allons pas retraverser à reculons. Plus de six milliards d’humains ne vont pas, dans les situations de dégradations actuelles, se remettre à vivre en « chasseurs-cueilleurs ». Nous devrons faire à partir de la situation actuelle.

    Pour cela , il faut (re)générer une toute autre manière de réfléchir et d’envisager la place de l’humain sur la planète . Tout cela est très bien expliqué sur « Sens-de-la-vie », notamment dans la seconde partie de « Faculté du Cosmos » ! (7)
    …….

    Voilà un texte admirable ! Comme l'a dit un lecteur :
    "Il est temps de reconsidérer la place de l'humain sur cette planète".

    Pour ma part les origines de l'agriculture et de l'élevage intensifs demeurent un pur mystère dans mon esprit. Et ce dans la mesure où ces deux activités demandent un travail considérable qui - a priori - paraît parfaitement inutile. Par exemple: élever des vaches dans une ferme européenne implique de cultiver du foin et de leur construire une étable pour qu'elles puissent se nourrir et être abritées du froid l'hiver. Sans ces soins et d'autres, tels que l'aide à l'accouchement (mise bas), elles mourraient.

    Alors que leur ancêtre l'auroch se moque du froid et se démerde pour se nourrir en toutes saisons, tout comme le bison d'ailleurs.

    De ce fait le paysan travaille comme un esclave pour ses vaches, là où le chasseur libre comme l'air prend un immense plaisir en traquant et tuant aurochs et bisons. Sachant qu'un relativement petit groupe de chasseurs tuait en un seul jour assez d'animaux pour que leur communauté ait de la viande (séchée) pour une année (8), on se demande où est l'intérêt d'élever des bovins ?

    Je n'en vois qu'un: avoir du lait et donc des fromages

    Quand j'imagine les derniers chasseurs qui furent envahis en Europe du nord par ces fermiers il y a environ 6000 ans, je pense qu'ils ont du se dire - en les voyant trimer comme des damnés - qu'ils avaient affaire à des fous furieux. Des fous qui, de plus, abattaient les arbres pour défricher les forêts. Compte tenu du fait que la forêt est indispensable au gibier, pourquoi donc ne les ont-ils pas tués ? Vraisemblablement, comme les premiers Américains envers les blancs, pour faire du troc avec eux dans le but de se procurer ce qu’ils n’avaient pas, notamment en termes de nourritures nouvelles. Il est possible aussi que ces fermiers venus du Moyen Orient aient emmené avec eux des haches de bronze, un autre objet de convoitise pour les chasseurs.

    Ceci dit, je suis particulièrement heureux de voir que les idées exprimées dans sens de la vie gagnent du terrain.
    ……
    En complément:
    après avoir pu lire la totalité de ce texte: "Dix Mille Années de Crise" de Paul Shepard. Je n'ai pas de mots pour dire à quel point je suis heureux de voir que cette œuvre juste existe, ainsi que ce qu'est la chance (…) de pouvoir le lire.

    Voici un bref extrait :


    "Cette persécution des non-paysans, vieille de 10 000 ans, ne se réduit pas à quelques incidents d'outre passement de territoire ou à quelques disputes à propos de l'abattage de bétail; ce n'est pas un conflit culturel, lié à des différences de langage et de coutumes, et qui engendrerait des incompréhensions. C'est une guerre menée contre les chasseurs-cueilleurs. La propagande qui nourrit cette guerre unilatérale est si répandue, et fait tellement partie intégrante de notre paradigme civilisé, qu'elle s'est insinuée dans les théories religieuses et psychologiques quant à la nature de l'homme et qu'elle se traduit dans le langage de toute activité humaine."

    .../....

    "La haine culturelle portée aux chasseurs, avec ses suppositions à l'emporte-pièce “d'avantages intrinsèques” de l'agriculture, ses images d'Epinal de la barbarie et de la brutalité des hommes des cavernes, est une conspiration de calomnies perverses à l'image de la propagande de guerre inventée pour justifier les massacres. Il est toujours nécessaire de montrer la sous-humanité de l'ennemi afin de motiver et de justifier de l'agressivité et de la cruauté à son encontre."

    Lisez intégralement ce texte
    …….



    "la chasse n'est pas le SEUL moyen de respecter les animaux", a écrit une lectrice.

    C'est un peu vrai. Mais la chasse est l'expression d'un respect beaucoup plus grand.

    POURQUOI ?

    Et bien parce que s'arroger le droit de soustraire, un animal quelconque, à son milieu naturel pour le domestiquer est déjà en soi une grave nuisance pour la biodiversité: j'en veux pour preuve que les chevaux sauvages, les dromadaires sauvages, les ânes sauvages, et les éléphants sauvages d'Asie sont pratiquement disparus de leur milieux respectifs du seul fait des captures en vue de les domestiquer.

    La domestication est en soi un viol des lois naturelles, et devient un processus fondé sur l'irrespect, si elle ne constitue pas une association réciproquement bénéfique entre l'homme et l'animal. Remarquons clairement d'emblée, que le fait d'élever un animal - c'est à dire de le nourrir et d'en prendre soin - n'est acceptable que si l'animal, qui partage sa vie avec l'homme et le sert - que ce soit comme collaborateur, ami, monture, ou fournisseur de nourriture par son lait ou ses oeufs - est aimé et respecté comme un membre de la famille.

    Tandis que l'élever, et donc faire naître en lui de l'amour pour son maître, dans le but de le tuer ensuite pour le manger, ou bien pis encore: le faire vivre avant sa condamnation à mort dans la captivité étroite des élevages en batterie, sont des monstruosités intolérables, même si elles sont couramment admises par des humains ayant actuellement aussi peu de coeur que de cervelle.
    ……..


    Ajoute

    En 2010, la France a signé une convention avec la FNC (9) pour que les chasseurs puissent partager leurs connaissances dans les écoles, reconnaissant ainsi officiellement la valeur éducative de la chasse. Comme nous l’avons vu sur le post : Naissance et progression d'une nouvelle façon de penser juste

    Voir différentes actions positives des chasseurs (10)

    ********





    1) Ecrit en 2007. Aujourd’hui donc depuis 17 ans.
    (2) ROC : Ligue ROC anti-chasse
    (3) Lire : L'aberration de l'élevage intensif des poulets
    -> http://www.notre-planete.info/actualites/actu_858_elevage_intensif_poulets.php
    (4) -> http://solis.pagesperso-orange.fr/ferme.htm
    (5) -> http://www.poulets.fr/page.php?id=pages/carte.php
    (6) Faisait référence à un article du journal « Le Monde », qui n’est plus en ligne aujourd’hui.
    (7) -> http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/ampewi_numpa_01_soi.htm
    (8) Lien de référence 2 pour cette partie
    (9) Fédération Nationale de laChasse
    (10) -> http://www.chassons.com/news/chassons/mag/archives/0909/actu.htm


    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 06-09-2012 08:13 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 07-09-2012 07:08



    2.3.h

    Introduction : Deux points de base essentiels dans toute éducation visant à aider à construire des êtres humains solides sont l’apprentissage de la solitude et du silence. A quoi nous ajouterons l’apprentissage de ‘ne pas faire’ ! Vous constaterez facilement par vous -même que, de nos jours, TOUT est fait pour rendre cet apprentissage extrêmement difficile, voir impossible …. L’avènement des « tablettes » permettant de « surfer », de regarder des films et de jouer à des jeux video partout et à tout moment ne va pas simplifier la donne .

    Lien original de référence 1

    Lien original de référence 2

    - La solitude est un précieux trésor

    Posté par Chenoa

    Pour la plupart d’entre nous, la solitude est un vrai problème. C’est pour cette raison qu’au lieu de l’accepter telle qu’elle est, nombreux (sont ceux qui) cherchent à la rompre le plus vite possible.

    Ceci est quelque chose qui m’a toujours étonnée notamment ces dernières années. Souvent il m’est arrivé d’être invitée chez des amis qui allumaient systématiquement la télé alors que nous en train de discuter. Ma mère elle-même me dit qu’elle en a besoin pour garder « un bruit de fond »…

    En réalité ces personnes ne supportent pas le fait de se retrouver confrontées avec elles-mêmes. Le silence leur fait peur et elles cherchent alors désespérément à le combler inconsciemment ou non.

    Pourtant savoir rester seul, et pour les tout-petits s’amuser seul, procure des avantages sur le bien-être mais aussi sur la qualité d’être. En fait


    La solitude est un précieux trésor








    La solitude du cavalier bouriate
    (Laurent Masurel/AQUASHOT)




    Citation :

    « Il y a donc de nombreuses façons de faire face à la solitude. La plus courante (mais pas vraiment la meilleure) c’est d’aller chercher à l’extérieur toute la sécurité qu’on ne trouve pas en soi.

    Cette stratégie est employée par tous ceux qui manquent profondément d’estime de soi. Ignorant toutes les immenses richesses dont ils disposent déjà, ils deviennent véritablement dépendants de quelques chose d’extérieur à eux-mêmes.

    Parmi ces personnes on retrouve :

    • les intoxiqués (du tabac et de l’alcool par exemple)
    • les cyberdépendants ( Accros au net : Facebook , Twitter par expemple)
    • les drogués du jeu
    • les personnes qui attendent qu’on s’occupe d’elles
    • les personnes manquant cruellement de créativité
    • toutes celles qui veulent constamment se faire des amis

    De façon générale toutes les personnes qui cherchent à PRENDRE au lieu de DONNER

    Une deuxième stratégie pour rompre la solitude est de se satisfaire du moment présent et donc de QUI on est et de CE QUE l’on a. Les personnes qui optent pour cette stratégie se distinguent des précédentes par une très forte estime de soi.

    En général elles se connaissent parfaitement ou sont en passe d’y arriver à la suite d’un important travail personnel et d’une constante remise en question. Plus que de vouloir rompre la solitude celles-ci l’acceptent telle qu’elle est voire même éprouvent un grand plaisir de se retrouver avec elles-mêmes.

    Elles ont compris avant d’autres qu’une des façons d’être bien seul est de choisir d’être son meilleur ami et d’agir en conséquence.

    Les personnes qui savent apprécier les instants où elles se retrouvent seules en profitent pour développer leur créativité. Elles ont ainsi pour objectif d’embellir le monde ou d’apporter du bonheur grâce à ce qu’elles créent ou ce qu’elles sont. Toutes ces personnes cherchent à DONNER avant de RECEVOIR.

    Ces personnes sont par exemple capables :

    • d’avoir une activité bénévole
    • de ne rien faire quand elles en ont envie
    • de méditer
    • de lire et d’écrire
    • de s’occuper d’elles
    • de vivre l’instant présent…

    Dans une société ou tout va de plus en plus vite, ces personnes ont compris que la solitude est un précieux trésor. » (1)


    La solitude, quand elle sous-entend des moments de repos et de calme, permet de développer notre créativité car notre esprit est alors libre de rêver et de créer. Malheureusement ce genre d’activité est devenue un luxe avec des travails qui bien souvent nous laissent peu de temps pour cela. A ce sujet voici les paroles d’un amérindien Smohalla : « Mes jeunes gens ne travailleront jamais. Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver ; et la sagesse nous vient des rêves ». (2)

    Il va aussi de soi que la vie en ville ne favorise pas l’acceptation de la solitude bien que paradoxalement elle pousse à l’individualisme. Internet, les portables, les mails, en bref la culture de l’immédiateté fait que beaucoup d’entre nous vivons dans l’urgence et sommes plus ou moins habitués à un certain niveau de stress considéré comme normal. De fait, dans ces moments où nous nous retrouvons seuls pour méditer, rêver, lire… bien souvent le réflexe de « consommer la vie » revient et nous nous agitons sans même que nous en ayons vraiment besoin.

    En fait, c’est ce qu’appelle le vénérable moine bouddhiste Diramvamsa « l’esprit pauvre » :

    « Un esprit qui n’est ni serein ni libre est un esprit pauvre. Par ses faims et ses soifs, il s’invente d’incessants tracas. Il réclame sans cesse de la nourriture. Parfois, il éprouve un besoin de connaissances et, pour le satisfaire, se tourne vers la lecture. D’autres fois, il s’agite et vous pousse à l’activité, alors que vous êtes tranquillement assis à ne rien faire. Il lui faut bouger à tout prix. Il ne sait pas ce qu’est l’état de passivité, d’où son déséquilibre. Du reste, la plupart du temps, il le craint ; ce qui l’occupe c’est la satisfaction de ses désirs. »

    Comment apprendre à gérer « les soifs de l’esprit » ? me direz-vous. Pour cela, je vous conseille de lire cette page. (3)
    ……

    - Apprendre le 'ne pas faire'

    (…) BRAVO, mais au - delà de ce que tu enseignes, tu constateras pour toi-même à quel point on est bien dans le silence.

    Ne regardant plus jamais la télévision depuis 10 ans, et n'écoutant que très rarement de la musique, je me sens bien. En paix avec moi-même et en paix avec le monde. J'aime le silence, ou plutôt les sons naturels de la nature. Les autres m'importunent, y compris le jacassement des gens qui parlent pour ne rien dire.

    ********



    SACHEZ BIEN QUE :

    - Si vous voulez être en bonne santé,

    - Si vous voulez vous libérer de l'illusion,

    - Si vous souhaitez expulser la Vipère,

    - Et enfin si vous souhaitez l'Éveil

    CE QUI EST IMPORTANT N'EST PAS CE QUE L'ON FAIT, MAIS CE QUE L'ON NE FAIT PAS.

    Pour cela, il n'est pas besoin d'apprendre à faire (4), mais au contraire à ne pas faire. Il suffit de cesser d'agir pour se nuire à soi-même, cela ne nécessite aucune "action" puisque c'est simplement l'absence de pensées et d'actes pernicieux qui nous guérit et nous délivre. (5)

    Cessez de croire que vous avez besoin d'agir, hormis contre ceux qui voudraient vous empêcher de réaliser cela !
    …………

    Mon petit discours sur l'utilité du « ne-pas-faire » n'est qu'une vérité de Lapalisse, mais si je l'ai placé tout de même, c'est que, étonnamment, la nécessité du « ne-pas-faire » n'est presque pas du tout perçue, et encore bien moins appliquée.

    Face à n'importe quoi, y compris dans le domaine dit "spirituel", croire en l'obligation de "faire" est tellement automatique chez la plupart des gens !

    Ceci dit, très souvent, par exemple lorsqu'il s'agit de déraciner de mauvaises habitudes, le « ne-pas-faire » est beaucoup plus difficile à appliquer que le "faire".

    Demandez aux fumeurs qui veulent s'arrêter de fumer!

    C'est la même chose dans certains cas pour l'abstention d'agir. Par exemple quand on doit ne pas se laisser séduire sexuellement et tomber amoureux d'une personne attirante, mais que l'on sait mauvaise.

    Demandez aux érotomanes ruinés par leur passion des putes !

    ********




    (1) Source de l’article : Rompre la solitude
    (2) Smohalla est issu de la tribu des Wanapams, très liée à celle des Nez-Percés, vivant sur le cours supérieur de la rivière Columbia, dans l’est de l’actuel état de Washington. Lire la page 62 de l'ouvrage « Pieds nus sur la Terre Sacrée » de T.C. McLuhan.
    (3) L’esprit prospère Extrait de "La voie du non-attachement.
    Pratique de la méditation profonde, selon la tradition bouddhique " V.R. Dhiravamsa
    (4) Pour d'autres choses, comme dans l'acquisition de compétences nouvelles, qu'elles soient intellectuelles, artistiques, sportives ou autres, c'est différent.
    (5) L'ego déteste cette idée, car il s'est habitué au concept que progresser passe par une augmentation (une croissance) or, paradoxalement à la fin de ce processus d'individuation le saut qualitatif final conduisant à l'Éveil passe par une "DIMINUTION".



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Francoise : 07-09-2012 07:10 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 08-09-2012 08:04

    2.3.

    i) Soyez à vous-même votre propre guide
    Comment apprendre à VOIR et PENSER par soi-même


    Lien original de référence


    A tous les lecteurs qui très souvent me posent amicalement des questions dont les réponses sont déjà dans le livre "Vers un sens de la Vie", je fais observer ceci:

    Je pourrais vous donner, certes, beaucoup de réponses pertinentes à vos questions.

    Mais vous devez les découvrir vous- même, en y réfléchissant à partir de bases saines, ainsi vous les assimilerez.

    Ce n'est pas ma démarche que "d'enseigner", car cela ne vous serait pas utile. Ma démarche est de donner à mes lecteurs les outils pour se libérer eux-mêmes, qu'ils deviennent leur propre guide !

    ° La première étape nécessaire dans ce but est d'acquérir des bases de réflexion justes (car vérifiables), et vous les avez déjà à votre disposition! (Mais cela ne se peut sans vos efforts personnels).

    Pour cela le mieux est que vous lisiez entièrement le livre "Vers un sens de la Vie" (1) , s'il le faut plusieurs fois.

    Il ne parle sans doute pas QUE de ce que vous souhaitez, mais il est impossible de progresser sans comprendre parfaitement qui nous sommes, et le contexte où l'on est, ce qui implique un long TRAVAIL, car la pilule à avaler les connaissances n'existe pas encore !

    En complément lisez le site et le forum, vous avez déjà TOUT CE QU'IL VOUS FAUT.

    ° La seconde étape sera dans le plaisir de découvrir VOUS-MÊME ce que vous cherchiez.

    ° La troisième étape sera d'appliquer concrètement à votre vie ce que vous aurez découvert pour l'expérimenter et ainsi progresser peu à peu dans VOTRE VOIE PROPRE. La montagne n'a qu'un seul plus haut sommet, mais les pistes qui y mènent sont nombreuses.


    Soyez persévérant ...
    RÉFLÉCHISSEZ ...
    pour découvrir ce que vous cherchez ... puis
    APPLIQUEZ CE QUI DOIT L'ÊTRE, selon VOUS ! !
    Cessez de CROIRE, Crédiou !

    ********

    Comment apprendre à VOIR
    et PENSER par soi-même





    Voici ma recette en quatre étapes pour créer l'outil qui ensuite vous permettra de penser juste


    Il faut d'abord réaliser deux conditions préalables, qui conduisent à deux autres, elles essentielles.


    1° Le SILENCE

    Chez moi je n'allume jamais la télévision, ni n'écoute de musique, sauf (rarement) si j'ai décidé de consacrer un moment à une oeuvre qui me plaît. Les seuls sons qui m'entourent sont ceux de la nature au sein de laquelle je vis, et là où je suis c'est un enchantement.(2)

    Le silence doit aussi être intérieur. Pour cela il faut cesser les "réflexions" vaines, surtout celles d'un discours permanent sur soi-même, et ne pas s'encombrer l'esprit de choses inutiles.

    Le Silence est le fondement de l'éducation de soi-même, parce que sans lui il est impossible d'être calme et de développer l'Attention.


    °°°°°°°°




    2° Le CALME

    L'agitation et la hâte sont aussi des obstacles insurmontables pour le développement de l'Attention. Nous devons vivre selon nos rythmes biologiques. Je ne porte pas de montre et ne m'inquiète jamais du moment de faire quelque chose. Pour ceux à qui cela n'est pas possible il demeure que tout doit être accompli sereinement, y compris (et surtout) les actes demandant une extrême rapidité. Le Calme évite la dispersion, les erreurs, et les pertes de temps dues au stress.


    Ces deux conditions réalisées permettent de devenir attentif.

    °°°°°°°°




    3 ° L'ATTENTION

    L'Attention est la faculté d'être présent dans l'instant, en état de réceptivité constante à tous les messages communiqués par nos sens et par notre intuition. Un guerrier ne se laisse jamais surprendre. L'Attention implique la concentration, mais sans effort, elle doit devenir une seconde nature.

    L'Attention étant acquise il devient possible de Percevoir.


    °°°°°°°°




    4° LA PERCEPTION

    En étant silencieux, calme et attentif, la Perception vient d'elle-même.

    Percevoir c'est d'abord voir comme distinctes des choses qui sont fusionnées en une seule dans l'esprit des gens ordinaires. Ce pouvoir séparateur multiplie les objets de notre observation et nous les montre sous un relief plus juste.

    Percevoir c'est ensuite voir les liens qui unissent toutes choses entre elles.

    De ces liens découlent des constatations aisées sur les lois naturelles.

    A partir de ce stade, la VRAIE réflexion sur ce que nous percevons - ce que nous nommons PENSER - devient possible (3) .

    Il faut aussi que le cerveau ne soit pas rouillé hé hé ...



    °°°°°°°°

    J'ai sans doute oublié certaines choses, mais là est le plus important.

    Actuellement les gens pensent et agissent faussement car ils ne perçoivent pas.


    °°°°°°°°





    Voilà, cela plus cinquante années de travail sur soi et des milliers d'heures passées dans la nature, sans parler d'une centaine de femmes pour lui briser les c...., entre autres, vous donnent (avec de la chance) un Ampéwi Grand Cru
    ……

    Toute personne sensible constate qu'il existe un moment privilégié où toutes les vibrations bénéfiques se font plus puissantes: c'est à la fin de la nuit à l'approche du lever du jour et jusqu'à celui-ci.

    Cette énergie naturelle, quel que soit le nom qu'on lui donne: Chi, Ki ou Prâna, est alors aisément perceptible.

    Son pic se situe ici vers 5 heures du matin.

    Il n'empêche que l'on ne peut s'empêcher de penser qu'il coïncide avec le creux de l'activité humaine, et donc que celle-ci - d'une manière ou d'une autre - doit affecter négativement la vitalité de la planète et de toutes formes de vie. Essentiellement par les pensées et aussi sans doute par les champs électromagnétiques émis par les machines.

    Cette supposition est fortement étayée par le fait que là où j'allais chasser le grand gibier (Centrafrique - Namibie - Australie - Nord du Québec) dans des zones désertes d'être humains et de constructions artificielles, cette énergie était à un niveau très élevé, alors qu'elle est quasi nulle dans les mégalopoles.


    ********





    (1) Ce livre en ligne peut être commandé ICI
    (2) Lire: le silence dans l'éducation et dans la formation spirituelle de la personne chez les indiens d'Amérique du nord par Pascal Galvani
    (3) Si ces quatre conditions ne sont pas réunies, la pensée n'est qu'une forme d'agitation mentale TOTALEMENT VAINE.)






    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous





    [ Message édité par : Francoise : 09-09-2012 08:57 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 10-09-2012 06:29

    2.3

    j) L’éducation à la maîtrise sexuelle


    Lien original de référence (2 pages)


    Si vous pensez: "celle là j'me la ferais bien" (ou celui là j'me le ferais bien) , vous devez comprendre qu'il n'y a en réalité aucun "je" dans cette phrase. Ce n'est pas vous qui pensez ou désirez.

    L'homme (comme les animaux) au plan de son enveloppe charnelle n'est en somme qu'un robot biologique, soumis à tout un jeu complexe d'hormones qui créent en lui des pulsions de désirs ou de peurs. La fascination des hommes pour le corps des femmes (et réciproquement pour les femmes) n'est qu'un programme biologique et rien d'autre.

    S'identifier à ce qui est issu de ce programme est la FAUTE d'incompréhension par excellence.

    De plus, ce corps que l'on désire n'est - quand il est vu sous un juste relief - que de la chair, de la graisse, du sang, des liquides divers, des viscères, des os, des tendons, des nerfs, des tuyaux en tout genre et un cerveau, mais aussi des excréments et de l'urine, sans compter les glaires, les mucus, les bactéries et beaucoup d'autres joyeusetés répugnantes, le tout enveloppé dans une peau qui parait jolie quand on la regarde superficiellement, mais qui, vue sous un autre angle est couverte de poils, de pores, de sueur et d'impuretés. C'est donc une illusion. Débarrassés de cette illusion, nous ne pourrions même plus nous accoupler.

    D'autre part ce programme biologique est lourd de conséquences.

    Je le vois bien là où je vis, car c'est sans doute le lieu au monde où il y a la plus forte densité de jolies femmes au Km . Le résultat est que dans cette situation - nouvelle pour eux, et qu'ils croient paradisiaque - les Occidentaux perdent tout contrôle d'eux-mêmes la plupart du temps.

    Il faut savoir que, contrairement à nous, les Thaïs apprennent très jeunes à maîtriser leurs pulsions et leurs émotions, de sorte que, aussi souriantes qu'elles soient, cela fait de leurs demoiselles des prédatrices redoutables qui contribuent avec une grande efficacité à l'enrichissement de leur pays par les transferts de capitaux en leur faveur qu'elles suscitent.

    NOTA JAMAIS une jeune femme Thaï ne "tombe amoureuse".
    Elle devient amoureuse peu à peu après beaucoup de temps et si l'homme lui en paraît digne.
    ……………..
    Je (ne dis pas) que les femmes Thaïs ne sont jamais amoureuses.

    J'ai utilisé l'expression "tomber amoureuse" (*), ce qui implique (au sens commun du terme) de céder soudainement à une impulsion sexuelle, sans aucune autre considération, ce que les jeunes femmes de bonne éducation ne font pas. Mais le cas est différent pour les filles de bar, précisément, car elles peuvent se le permettre. Sans doute aussi pour les filles de paysans Issan avec leurs copains. Pour les filles de bar: qu'elles tombent amoureuses de leur client est plus fréquent qu'on ne le penserait à priori.
    ……………

    En général ici, le blanc qui tombe dans le piège de ses pulsions sexuelles y laisse tout ce qu'il possède et s'auto-détruit moralement, il est pathétique à voir. Beaucoup se suicident. Est-ce bien raisonnable de payer un tel prix pour quelques orgasmes ?

    Cela n'a pas été mon cas fort heureusement, car - à peine arrivé - quand j'ai vu ce spectacle, j'ai considéré comme un défi de ne pas me comporter de même, sans pour autant me sevrer. C'est une maîtrise très dure à acquérir pour ceux qui vivent dans la frustration sexuelle par manque, mais pour ceux qui ont la chance de ne pas être pas dans ce cas, elle est plus rapide à acquérir.

    DONC ce que dit (un participant) à propos des pulsions sexuelles:

    "S'en débarrasser n'est pas possible, mais les relativiser pour les maîtriser OUI"
    est INDISPENSABLE à appliquer.

    Voici ci-après une formule magique (…) , selon moi la meilleure, mais il y en a aussi d'autres.

    Selon moi, la meilleure façon d'acquérir cette maîtrise est au sein des relations sexuelles elles-mêmes: par la pratique et non dans une chasteté mal vécue car forcée. MAIS à la condition d'avoir une vigilance constante sur nous-mêmes et sur autrui. Autrement dit à la condition d'avoir un contrôle PARFAIT de soi. Cela implique de ne pas s'autoriser à être amoureux au sens d'être dépendant, et cela même si d'un certain point de vue c'est temporairement dommage. Il est permis, par contre, d'être bienveillant.

    Pourquoi refuser d'être amoureux ?

    Réponse: parce que c'est un boulet au pied dont on a forgé la chaîne soi-même.

    Lorsque l'expérience a été vécue suffisamment bien et longtemps, la maîtrise parfaite survient d'elle-même.

    Elle survient spontanément comme un aboutissement lorsque l'on prend conscience de ce que sont en réalité les relations sexuelles qui enchaînent les hommes dans un cycle sans fin de désirs et de souffrances liées à celles-ci.

    Quand arrive le moment où on en a marre de ces tribulations, la Voie Royale de la Libération s'ouvre enfin devant nous.

    C'est un expert qui vous parle
    ……….

    Certes l'énergie sexuelle peut être canalisée de différentes manières, et dit-on pourrait servir à l'éveil

    Mais est-ce cela qui pour autant détruirait le bien fondé de mon propos initial ?

    Cela ne se peut pour deux raisons :

    - Les exemples concernant des cas si rares de gens sachant gérer leur énergie sexuelle, ( et éventuellement prendre celle de leur partenaire) m'ont font penser à celui de ce gars qui ayant entendu les propos de la personne qui avait lu un article de la femme, qui elle-même avait connu le témoin, qui lui-même avait rencontré un villageois, dont le voisin lui aurait dit qu'il avait connu le chasseur qui en 1907 aurait tué un merle blanc, contestait (en quelque sorte à juste titre) que les merles soient noirs.

    - Ces exemples, déjà fort rares, n'invalident pas du tout mon constat car quand bien même saurait-on gérer son énergie sexuelle qu'elle n'en demeure pas moins une cause de tribulations sans fin, et ce en raison de la nature humaine et du caractère illusoire des relations fondées sur le sexe. Il suffit de regarder autour de soi et en soi

    Par contre savoir la gérer permet aisément de se recharger les batteries, et ce d'autant plus si la femme est jeune et enthousiaste.



    (*) FALL IN LOVE en anglais



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 10-09-2012 06:35 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 11-09-2012 07:29

    2.3

    K) Sortir de la dualité et des jugements négatifs systématiques.


    Lien original de référence



    Comment dépasser les poisons de la dualité et des jugements négatifs systématiques.




    Décidément beaucoup de gens sont si enracinés dans la dualité au quotidien, qu'ils ne comprennent pas sens de la vie ou très imparfaitement.

    Écoutez SVP très attentivement, cela va vous être très utile.

    Je suis frappé du fait que où que j'aille sur Internet ou dans la presse, les critiques haineuses y pullulent. A contrario, vous ne trouverez NULLE PART dans mon oeuvre un jugement de valeur négatif sur des personnes , c'est tout à fait contraire à ma façon de penser et d'être, tandis que vous y trouverez des jugements positifs sur des faits, des comportements ou enfin des idées afin de les encourager. Cette attitude provient de ce que j'établis une distinction NETTE, entre ce que sont les personnes en général (dans la mesure où il serait possible de le connaître), et un fait, un comportement, ou une idée précise, qui proviennent d'elles.

    Voici ce qu'il en est:

    - « Sens de la vie » analyse et juge les faits, les comportements, les actes et les idées dominants, qui actuellement sont pour la plupart erronés hélas ! Ceci conduit à lutter contre eux quand c'est nécessaire, ce qui est fréquent comme vous le savez, pour déraciner durablement ces erreurs. Mais cela n'implique aucune émotion négative contre leurs auteurs ! Cela n'a pas lieu d'être, et serait un obstacle majeur aux changements de comportements que nous souhaitons induire dans le bon sens.

    - Sens de la vie ne se borne pas aux critiques, il s'efforce aussi - tant que faire se peut - d'encourager les initiatives objectivement positives (lorsque nous en découvrons, mais elles sont rares), où qu'elles soient, et de qui qu'elles proviennent, car c'est indispensable. Mais ceci n'implique aucune adhésion globale aux valeurs de leurs auteurs.

    Un exemple est celui de la suppression de la publicité sur les chaînes de télévision publiques préconisée par notre Président. (*)

    Dire (comme je l'ai fait) que "c'est bien" ne fait pas de moi un "Sarkoziste", pas plus que si je dis "Picasso a été un peintre de génie" fait de moi un communiste.

    De plus cela ne signifie pas non plus que j'approuve tout ce qu'il fait, et n'a strictement aucun rapport avec de quelconques émotions, ou arrières pensées, envers lui.


    Si vous n'encouragez pas les comportements justes, surtout chez ceux que vous n'aimez pas, vous les freinez et cela tend à décourager en eux les initiatives positives et à faire naître de la haine.

    Cela équivaut au fait d'être aveugle sur le fait que la haine ne résout JAMAIS aucun problème.

    La haine doit, au contraire, être apaisée par la sympathie et la bienveillance.

    De plus, je vous conseille d'éviter toute condamnation globale telle que :
    "Tous les politiciens sont des menteurs et des manipulateurs" ou d'autres affirmations négatives sans preuves réelles qui sont fausses dans leur essence même. Certes c'est partiellement vrai, mais tous les politiciens ne sont pas ainsi, d'ailleurs je le sais d'expérience pour en avoir connu beaucoup. Par ailleurs il faudrait être un sot pour ne pas voir que ce sont la plupart des hommes et des femmes qui sont égoïstes, menteurs et manipulateurs.

    Enfin je rappelle pour mémoire que se battre contre un ennemi (ou une personne considérée comme telle) de cette manière verbale me paraît être un non sens puisqu'agir ainsi a très peu d'utilité et procure à l'évidence plus de dégâts que de bénéfices. Si ennemi réel il y a, la meilleure solution est de le convertir en ami et allié quand c'est possible. Si ce n'est pas possible il n'y a que deux choix : soit on est trop faible et en ce cas il ne faut pas le provoquer; ce qui conduirait à notre perte, soit on est suffisamment fort et en ce cas il faut le rendre impuissant, ou le faire disparaître comme tel. CQFD !


    En simplifiant, le point de vue de « sens de la vie » est que les attaques dirigées contre les personnes, tout comme l'esprit critique négatif systématique si commun, pourrissent les rapports sociaux et bloquent toute évolution positive. Ce sont des poisons de l'esprit dont il importe de se défaire d'URGENCE.

    (*) Sarkozy




    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 11-09-2012 07:29 ]

      Profil  
    Francoise
    10265       

    Francoise
      Posté : 12-09-2012 07:26

    2.4 Un tour chez d’autres peuples

    a) Les bases de l'éducation chez les Amérindiens d'Amérique du Nord.
    Un texte à lire impérativement


    Lien original de référence


    Introduction
    Ce texte, que nous avons déjà évoqué ici à diverses reprises, est très long, mais il jette les bases d'une parfaite compréhension des valeurs amérindiennes dont nous devrions nous inspirer, notamment dans l'éducation et les relations humaines.


    LE SILENCE DANS L'EDUCATION ET DANS LA FORMATION SPIRITUELLE
    DE LA PERSONNE CHEZ LES INDIENS D'AMERIQUE DU NORD



    par Pascal GALVANI

    Communication au Groupe de Recherche en Anthropologie Poétique des Pratiques Educative Université Paris VIII


    Nous envisagerons successivement l'éducation de l'enfant et la formation de l'adulte. Il ne faudrait pas en effet réduire l'étude de l'apprentissage à l'enfance comme on le fait trop souvent. Si l'éducation des enfants est une activité si importante qu'elle est dévolue aux "anciens" plutôt qu'aux parents directs, elle n'épuise pas l'évolution de la personne. En, fait en matière de formation personnelle tout commence réellement avec la fin de l'adolescence et les premiers actes autonomes d'adulte.

    En effet, dans les récits de vie indiens l'autoformation de la personne commence à l'age adulte. Dans son analyse des récits autobiographiques traditionnels, David Brumble remarque : "Le fait le plus manifeste est peut-être l'absence de tout événement relatif à l'enfance. (...) il nous est difficile d'imaginer une autobiographie qui ne prenne pas en compte d'une certaine façon ce que des générations de psychologues nous ont appris à concevoir comme étant Les Années de Formation. (...) En concevant ainsi l'histoire de sa vie, (l'indien White Bull) est pareil aux autres Indiens non acculturés -et probablement à tous les gens sans écriture. L'histoire de sa vie est l'histoire de ses actes, de ses actes d'adulte." (.i.BRUMBLE;, 1993, p.70).

    Avant de présenter la place du silence dans l'éducation des peuples natifs de l'Amérique du Nord, il faut souligner qu'il y a dans un tel projet une contradiction de taille. Non pas tant par le fait de parler du silence, mais surtout parce que les cultures traditionnelles indiennes semblent très réticentes à conceptualiser les phénomènes. Les indiens abordent plutôt les êtres de manière pratique et symbolique. "Dans les cultures amérindiennes, le processus est plus important que le contenu. Les Amérindiens «apprennent en faisant» à partir de la conviction que nous avons en nous les énergies nécessaires pour faire face à tous les aspects de la vie." (.i.PEELMAN;, 1991, p.155).


    Education de l'enfant

    "I am descended from three tribes : the Shoshone, Goshiute, and Paiute. I am what is known by many tribes as an old people's child because I spend much of my childhood with the elders. I was brought up to respect the earth, nature, elders, and myself. I was brought up to listen, practice, and carry on the tribal customs and traditions they left me. At age four I was Given a legendary name by my grand-grandmother. She called me Tu-wah-oz, child of the stars, a brother of the seven sisters, the stars." (.i.THOM;, 1992, p.21).

    Voici comment Laine Thom se présente, de manière très traditionnelle, au début de son livre "Becoming Brave". Il annonce ainsi ses "sources" et sa légitimité à parler d'un tel sujet. Le fait d'être un "enfant d'anciens" c'est- à -dire d'avoir passé l'essentiel de son temps auprès des anciens (grand parents et arrière grand parents) est une double référence. C'est la garantie qu'il a reçu une éducation indienne traditionnelle. C'est aussi, à notre époque, l'indication qu'il a reçu la tradition de personnes qui n'était pas acculturées puisqu'elles sont nées à la fin du siècle dernier.

    Dans ce court chapitre de présentation, aucune parole n'est anodine. Chaque mot peut être médité.

    Après ses sources, Laine Thom introduit les notions essentielles de la formation d'un être humain :

    - respecter : le monde, les autres, et soi (Ecoformation, Hétéroformation, Autoformation Cf. .i.PINEAU;, 1986),

    - écouter (être intérieurement silencieux),

    - pratiquer et transmettre les traditions (le cercle).

    Le fondement de l'éducation indienne traditionnelle nous est donné immédiatement après.

    "In the Indian world, all aspects of a man's direction are passed from person to person and génération to generation throught consistent detailed, oral history and repeted ritual. An unending circle." (.i.THOM;, 1992, p.21).

    Les enfants sont sous la conduite des anciens. La plupart du temps, ils jouent librement ensemble. Il accomplissent parfois de petites tâches pour les anciens qui, en retour, leur confectionnent de petits jouets. Les jouets sont essentiellement des répliques miniatures des objets possédés par les adultes : armes et poneys pour les garçons, tipis et poupées pour les filles. C'est par le jeu et graduellement par une pratique de plus en plus "réelle" que les enfants vont acquérir les compétences de leur vie adulte. Ces jeux sont le plus souvent pratiqués seuls, entre enfants.

    Les anciens observent beaucoup ces jeux et l'évolution de chaque enfant, surtout ceux qui, par affinité, se sentent un devoir d'enseigner tel ou tel des petits. A certains moments privilégiés (le temps indien) et toujours parce que l'enfant aura montré dans son comportement qu'il était prêt, l'ancien le prendra à part et lui enseignera telle ou telle technique particulière, souvent associée d'un cadeau.

    A d'autres moments, ce sont les enfants qui viennent autour d'un ancien toujours prêt à conter l'une des nombreuses légendes par lequel se transmettent les valeurs morales et les connaissances sacrées. "The morals of these stories help to shape his character, and the stories are used as disciplinary tools instead of physical punishment." (.i.THOM;, 1992, p.21).

    La répugnance envers l'utilisation de la contrainte et des punitions est un point commun à toute les nations indiennes. Les adultes qui ont la faiblesse de s'y livrer sont méprisés ou pris en pitié. Les punitions "tordent l'esprit des enfants". Lors de l'expédition de 1804 Lewis s'étonnait du fait que les Shoshones ne corrigeaient jamais leurs enfants. "Ils en donnent pour raison que fouetter un garçon le rend timide et brise son courage, et qu'il ne retrouve jamais son indépendance d'esprit." (.i.LEWIS & CLARK;, 1993, p.359). Ces moyens de contrôle peuvent sembler bien faibles à un occidental , et bon nombre de commentateurs contemporains ne voient chez les indiens qu'une éducation de laisser-faire où chacun agit sans frein à son désir. C'est un contresens énorme. Si les contes et les histoires édifiantes suffisent à donner aux enfants une excellente éducation sans avoir recours aux contraintes ni aux punitions, c'est parce que les comportements de générosité, de courage, de droiture et de bonté sont constamment loués et récompensés, alors que sont systématiquement tournés en ridicule et méprisés tout ceux qui se comportent de mauvaise manière. La pression sociale et l'importance de l'honneur sont des contraintes très fortes.

    L'évolution de l'enfant est ponctuée des fonctions et des tâches qu'on lui confie et qui sont à chaque fois une récompense immense : avoir l'honneur de servir le peuple. Se voir confier la responsabilité de la garde des chevaux est l'une des ces étapes importantes dans les nations nomades. "Under supervision, the boy is shown how to water, graze, and guard the herd. After he has learned to respect their supernatural power and their worth, he his given his first horse." (.i.THOM;, 1992, p.22).

    La dimension spirituelle de toute activité est très tôt inculquée.
    "His religious discipline is introduced early, since daily family life and religion are closely interwined." (.i.THOM;, 1992, p.22).

    Mais c'est à l'adolescence que commencera activement le chemin spirituel par la "quête de vision" qui se compose d'un jeûne solitaire et de prières durant plusieurs jours (souvent quatre).

    Formation de l'adulte

    Le silence de la vision


    La quête de vision est "ce rituel ascétique et méditatif, qui permettait autrefois aux adolescents de trouver leur place dans leur tribu et dans l'univers amérindien, (il) est devenu aujourd'hui un véritable rituel pan-indien, pratiqué par un nombre croissant d'adultes. Le vision quest est devenu le chemin presque «universel» par lequel les Amérindiens entrent en relation avec le Grand Mystère au moyen d'une vision durable qui donne un sens à leur vie. Basil Johnson écrit à ce propos : «Aucun homme ne commence à être, tant qu'il n'a pas reçu sa vision». (.i.PEELMAN;, 1991, p. 143).

    Pour situer la place de la vision dans le processus de formation, nous emprunterons un court extrait de l'excellent article d'Eric Navet pour l'Encyclopédie Philosophique Universelle des PUF.

    "Cette philosophie, ou ce mode d'être ou de penser amérindien, est une religion selon la signification première du concept issu du latin religio, de re, et ligare, lier. Il s'agit bien, pour l'homme, de se «re-lier» aux autres créatures . Car toutes les religions amérindiennes reconnaissent un agent et un processus de Création, mais contrairement aux conceptions occidentales (...) ce phénomène ne renvoie pas à un passé révolu, il est permanent. L'homme a le choix de son destin, mais là où les philosophies occidentales voient souvent le signe de la liberté propre à notre espèce, les Amérindiens parlent plutôt d'une contrainte, d'une aliénation : cette «liberté» nous amène à rompre avec le monde, donc -puisque nous sommes parties intégrantes de cette création- à nous désunir. Si ces cultures accordent la plus grande importance au rêve, à la vision, (...) c'est que l'homme est en rupture de ban avec cela même qui donne un sens à son existence, la Vision primordiale et l'émergence du monde" (.i.Encyclopédie Philosophique Universelle;, 1992, p.4195). »

    Alors que les blancs disent avoir des idées, les indiens reçoivent des rêves et des visions. Pour eux "l'invention de quiconque n'est pas le fruit d'un génie créateur humain , mais le don d'un Esprit qui a révélé à "l'inventeur" comment l'appareil devait être construit. L'inventeur humain ne mérite pas de louange, et les actions ou les merveilles d'en haut sont conçues comme la norme de la vie vécue dans la foi. (...) Les Indiens des plaines attachaient une importance cruciale aux visions parce qu'ils pensaient qu'elles sont données par Dieu." (.i.MAILS;, 1972, p.129). La plupart des adultes entreprennent donc souvent des quêtes de vision pour obtenir des révélation divines sur la conduite de leur vie et le bien-être du peuple.

    Le témoignage de White Bird nous permet de percevoir le lien entre la quête de vision et la quête spirituelle de soi. On entrevoit ici le lien ontologique et métaphysique qui existe entre la formation comme mise en forme de soi par l'esprit, la vocation comme nom secret et comme appel à être (quête de soi) et les formes, images symboliques qui nous parlent.

    "La quête de vision est une recherche spirituelle qui se pratique chez les Indiens depuis toujours, depuis la nuit des temps. En tant que révélateur de notre dimension humaine, elle constitue en soi une part importante de notre tradition, un cap à franchir.

    Quand après s'être purifié dans une Sweat -Lodge, on se retrouve seul là-haut, c'est pour se donner aussi bien physiquement -en renonçant à boire, à manger, à fumer- que spirituellement en priant et en appelant les esprits, émotionnellement et mentalement en rompant tout contact avec le monde et en oubliant son corps et ses besoins. Au fil des heures, des journées et des nuits passées dans la solitude, on est véritablement transporté ailleurs. C'est un phénomène qu'il faut accepter si l'on veut parvenir à la conscience spirituelle, à la révélation de son esprit, ce quelque chose qui crée en nous une cohésion, qui nous maintient ensemble ; parce que ce n'est pas seulement notre coeur qui bat qui fait de nous ce que nous sommes, ni notre mental qui pense, ni nos émotions qui fluctuent, même si portant tous travaillent ensemble. Ce qui les relie c'est l'esprit. Et quand il nous quitte, alors le coeur s'arrête, et avec lui les pensées et les sentiments." (...)

    Nous prions pour que le pouvoir vienne en nous, et c'est comme s'il se manifestait à l'image de notre volonté et de notre sincérité, se révélant dans les limites de ce que nous pouvons comprendre. Nous recevons ce que nous demandons, un signe qui n'est pas une réponse mais une incitation à aller plus loin, une clé vers d'autres clés. (...) Nous sommes à l'écart de tout et pourtant nous voyons loin, nous savons qui nous sommes, quel est l'objet de notre vie (...) Cette existence qui est là nôtre et elle prend sens quand nous ouvrons les yeux sur ce qui nous entoure et apprenons à en lire les signes. (...)

    La seule chose qui compte vraiment, je le répète, c'est d'être prêt à accueillir les esprits et à comprendre ce qui est exprimé à travers les signes qui se manifestent.

    Il n'y a pas de «grande vision» ou de «petite vision», il y a un message pour nous et nous seul, correspondant à une étape spirituelle. Libre à nous de la franchir pour être en mesure d'aller plus loin et de nous rapprocher toujours un peu plus de ce que nous sommes appelés à faire." (.i.WHITE BIRD;, 1994, pp. 210-212, c'est nous qui soulignons).

    La quête de vision est une des rituels les plus communs aux indiens d'Amérique du nord. On retrouve ainsi une démarche similaire au Sioux lakota chez les Wendats (nord est du Québec). "Pour les Wendats, l'existence de chaque individu était l'effet de la volonté d'êtres spirituels (...). Chaque individu était unique et portait un mystère que lui seul ou elle seule pouvait et devait comprendre. Les peuples algiques avaient une institution, la «Quête de la Vision», par laquelle les jeunes hommes (ou les plus vieux qui n'avaient pas encore eu cette révélation du secret de leur vie) étaient placés sur la voie de la découverte du sens profond de leur vie personnelle.(...) la vénération religieuse du rêve et de la vision paraît donc comme une clef pour la compréhension de la plupart des aspect mystérieux de la vision du monde des Wendats. Une personne est avant tout l'incarnation d'un monde d'esprits dont le pouvoir, vital pour les humains, n'est accessible à ceux-ci que par le respect le plus intégral de leurs désirs et volontés. Celles-ci se manifestent essentiellement par les rêves et les visions, obtenus entre autres par le jeûne, la méditation et la prière." (.i.SIOUI;, 1994, p.295-298). On peut dire que le fondement de l'autoformation et de son respect intégral par les autres (hétéroformation) se fonde dans une relation auto/théo. Chaque personne est porteuse d'une expression du créateur, elle est et elle vit un processus de révélation d'elle-même.

    Elan Noir, l'un des plus important saints hommes et prophètes du monde indien au vingtième siècle, a dicté l'essentiel de la tradition spirituelle des Lakota dans un livre qui est devenu une référence canonique pour l'ensemble des nations Indiennes d'Amérique du Nord . Dans sa description de l'imploration d'une vision, on entrevoit la place fondamentale que tient le silence dans les modes de formation spirituelle des Indiens. "L'imploration d'une vision (...) est en quelque sorte le centre de notre religion" (p.72). L'implorant prie sans répit "soit à haute voie, soit silencieusement en lui-même, car le Grand-Esprit est partout et par conséquent Il entend tout ce qui est dans nos pensées et dans nos coeurs ; Il n'est pas nécessaire de Lui parler à haute voix. L'implorant n'est pas obligé d'utiliser toujours la prière que j'ai indiquée ; il peut rester silencieux avec toute son attention concentrée sur le Grand-Esprit ou sur un de ses Pouvoirs. Il doit éviter soigneusement les pensées distrayantes, mais d'autre part il doit rester en éveil pour reconnaître tout messager que le Grand-Esprit pourrait lui envoyer." (.i.ELAN NOIR;, p.86). Le silence et l'attention sont les conditions de la contemplation. "Le pouvoir d'une chose ou d'un acte est dans sa signification, et dans la compréhension que nous en avons" (.i.ELAN NOIR;, 1992, p. 66).



    Mais cette contemplation n'est pas opposée à l'action. Au contraire, dans la spiritualité indienne, la contemplation est au coeur de l'action. "Pour eux, il n'y a jamais eu de vie purement séculière. Chasser est une aventure spirituelle. Même les activités artisanales ou artistiques sont une prière en acte (are prayed into being) , et ce mode de vie a conduit à un profond respect et une révérence envers la nature." (.i.FOOLS CROW & MAILS;, 1991, p.17).

    Une étude plus approfondie des rites les plus communs à l'ensemble des nations indiennes que sont : le rite de la pipe, la quête de vision, le bain de sueur ou la danse du soleil, nous montrerait qu'ils visent toujours la réception d'une révélation, d'une in-formation.

    A travers la notion de cercle, le processus implique toujours une conception tripolaire de la formation par soi (auto-formation), les autres (co-formation), le monde (éco-formation) (.i.PINEAU;, 1986).

    Le cercle de la personne, c'est l'intégrité, l'autonomie et le mystère dont est porteur chaque être humain. C'est pour chacun, la nécessité d'être toujours attentif aux révélations intérieures du Grand-Mystérieux que transmettent les esprits alliés, proches de la notion d'anges gardiens.

    Même si la quête de la vision est le rituel le plus centré sur l'autoformation, il faut comprendre que tous les rites comportent cette dimension. Mais la quête de vision est aussi une co-formation par les prières d'accompagnement de la communauté (.i.POWERS;, 1993) ; et une éco-formation par les messages que transmettent les éléments et les êtres du monde naturel.

    Les cercles sont inclus les uns dans les autres. Le cercle de la collectivité est fondé sur le cercle de vie de chacun, ou, autrement dit sur la mise en harmonie de chaque personnalité, et le cercle du peuple n'existe que dans la mesure de son harmonie avec le grand cercle du monde.


    Le silence comme attention aux signes

    Le silence est, chez l'indien, une attention aux signes. Le message "«sois attentif ! » exprime fort bien un état d'esprit qui est caractéristique des Indiens ; il implique que dans chaque acte, dans chaque chose, et à tout moment, le Grand-Esprit est présent, et qu'on doit être continuellement et intensément «attentif» à la Présence divine." (.i.ELAN NOIR;,1992, p.92).

    La formation de l'être humain est conçue comme une in-formation dont la vision et la prière sont les modalités principales. La quête de vision marque l'entrée dans la vie adulte. D'une certaine manière nul n'est adulte sans une vision qui lui indique sa voie. Le silence de l'esprit et l'attention sont constamment nécessaires pour percevoir et comprendre les signes que nous adresse le Grand-Mystère. Celui qui a imploré une vision "devra toujours se souvenir de Toi, ô Wakan-Tanka, quand il marchera sur le sentier sacré de la vie, et qu'il doit prêter attention à tous les signes que Tu nous as donné." (.i.ELAN NOIR;, 1992, p.94).


    Le silence, harmonie de l'être et voix du Grand-Esprit

    Dans son livre "L'âme indienne" Charles Eastman, écrivain Sioux Santee, développe à plusieurs reprises l'idée que le silence est autant la manifestation de l'harmonie interne de la personne que la voie même du Grand-Esprit.

    "Si la nature est le grand livre du Grand Mystère, il s'agira d'en lire les enseignements dans le recueillement silencieux qui correspondait sous d'autres cieux au climat de la méditation." (.i.EASTMAN;, 1992, p.16).

    "L'américain des temps anciens mêlait à sa fierté une remarquable humilité. L'arrogance spirituelle était étrangère à sa nature et à son enseignement. Il ne prétendit jamais que le pouvoir de la parole articulée fût une preuve de supériorité sur la création muette ; d'autre part, c'était pour lui un don dangereux. Il croyait profondément au silence - la marque d'un équilibre parfait. Le silence c'est l'équilibre parfait, l'harmonie entre le corps, le mental et l'esprit. L'homme qui demeure toujours maître de soi, calme, non perturbé par les orages de l'existence -pas une feuille ne bouge sur l'arbre, pas une ride sur la surface étincelante d'un plan d'eau- est bien, pour le sage illettré, le modèle d'attitude et de comportement dans la vie.

    Si vous lui demandez :«Qu'est-ce que le silence ?», il vous répondra : «C'est le Grand Mystère ! Le saint silence est sa voix !» Si vous demandez : «Quels sont les fruits du silence ?», il dira : «Ses fruits sont le contrôle de soi, le courage authentique, l'endurance, la patience, la dignité et la vénération. Le silence est la pierre angulaire du caractère.». «Gardez votre langue quand vous êtes jeunes, disait le vieux chef Wabashaw, et avec l'âge il se peut que mûrisse en vous une pensée féconde pour votre peuple !»." (.i.EASTMAN;, 1992, p.94).

    C'est dans le silence intérieur que parle le symbole

    Cette capacité contemplative que donne le silence est cohérente avec la vision symboliste indienne du cosmos "qui se fonde sur la nature essentielle -ou la transparence métaphysique- des phénomènes, plutôt que de les couper de leurs prototypes" (.i.SCHUON;, 1990, p.6).

    Pour Joseph Epes Brown, professeur à l'université du Montana , "La signification généralement admise du symbole -à savoir une forme représentant ou indiquant quelque chose d'autre que la forme ou l'expression par elle même- est incompréhensible pour un Indien. Selon l'orientation cognitive de celui-ci, les significations sont perçues le plus souvent intuitivement et ne sont pas interprétées de manière indirecte à travers l'analyse; il tend à y avoir une unité entre la forme et l'idée, ou le contenu. Dans ce cas, le «symbole» devient ce à quoi il fait référence. L'arbre situé au centre de la loge au cours de la Danse du soleil ne représente pas seulement l'axe du monde, mais il est cet axe et est le centre du monde. L'aigle ne symbolise pas le soleil, mais d'une certaine manière est le soleil ; de la même façon le soleil n'est pas un symbole du Principe Créatif, mais est ce Principe tel qu'il se manifeste dans le soleil." (.i.BROWN;, 1990, p.105).

    La conséquence de ce principe symbolique, qui n'est pas une simple représentation mais bien un mode de présentification du signifié, c'est une inscription centrale et une liaison vitale de l'être humain avec la création. Cette conception traditionnelle du symbole a des conséquences énormes sur la formation en dépassant par exemple la séparation classique de la théorie et de la pratique. "Nous avons à faire avec les Indiens d'Amérique, à un type de culture dans laquelle l'action et la contemplation sont intégrées et liées l'une à l'autre. (...) on peut dire que certains rituels et cérémonials -au même titre que la routine de la vie quotidienne- constituent des actes de méditation qui offrent,(...) la possibilité d'accéder à une pure contemplation. Le chasseur, par exemple ne fait pas que participer à une activité de subsistance strictement mécanique (..). Black Elk qualifiait l'acte de chasser comme étant -et non comme représentant- la quête vitale de l'ultime vérité." (Ibid. p.107).

    De fait le monde spirituel indien ne se fonde pas sur un dogme, un verbe, mais sur une révélation prophétique perpétuelle, sur une inspiration, un information constante de l'Esprit. Cette inspiration prophétique trouve son support dans les formes de la création et des rituels reçus. De nombreux anthropologues ont soulevé la difficulté de parler des conceptions religieuses indiennes. En effet si l'on trouve une remarquable unité dans les pratiques et les rituels, les interprétations recueillies par les anthropologues sont très variées. Ce paradoxe est principalement dû à la lecture symbolique qu'ils font du monde comme de la religion. "In symbolic representations or religious objects and acts which are meant to represent things of religious importance, we encounter considerably more variation than is evident in beliefs about the nature of power and the way it behaves during the dance. For several years I was perplexed by the many interpretations I heard about the meanings of such things as the center pole [in the Sun Dance],(...). The cause of the variety of interpretations is partially explained by the following comment from a middle-aged Northern-Ute dancer : «No one person knows the true meaning or what the whole dance means. Even the chiefs who have danced for a long time know only parts of it. They are always learning more about it through the dreams that that Man gives them.» These new interpretations, revealed in dream are additive rather than replacements for old interpretations." (.i.JORGENSEN;, 1972, p.210).

    Cette capacité à percevoir la qualité symbolique des choses et des événements reste aujourd'hui très vivace, si l'on en croit ce témoignage collecté auprès d'un indien Lakota contemporain par le père Steinmetz pour son travail de thèse de doctorat : "Nous autres Indiens vivons dans un monde de symboles et d'images où le spirituel et l'ordinaire ne font qu'un. Pour l'homme blanc, les symboles ne sont que des mots qu'on dit ou bien qu'on écrit dans les livres. Pour nous ils sont une partie de la nature, une partie de nous-mêmes; la terre, le soleil, le vent et la pluie, les pierres, les arbres, les animaux, même les petits insectes comme les fourmis ou les sauterelles. Nous essayons de les comprendre non pas avec la tête mais avec le coeur, et une simple indication suffit à nous en révéler le sens." (John Lame Deer cité par .i.STEINMETZ;,1992 p. 41).


    Suivre le sentier rouge

    Etre indien est avant tout une démarche spirituelle. (.i.PEELMAN; 1991, p.150).

    Dans son livre classique "The Mystic Warriors of the Plains" Thomas Mails considère que beaucoup d'aspects de la vie indienne ont été étudiés sauf le plus important d'entre eux : "leur superbe processus de préparation mentale à la vie, et la manière dont ce processus affectait et embellissait tout ce qu'ils faisaient" (.i.MAILS;, 1972, p.68).

    Fondamentalement il s'agit d'une profonde observation de la nature et des anciens. Aujourd'hui encore, le mode traditionnel d'apprentissage reste d'écouter et d'observer. Voici quelques pensées tirées de ce mode de développement spirituel.

    "Ce n'est pas sans raison que nous les humains, sommes bipèdes comme les oiseaux ; car vous voyez que les oiseaux quittent la terre avec leur ailes, et que nous les hommes, nous pouvons également quitter ce monde, non pas avec des ailes, mais dans l'esprit. Ceci vous aidera à comprendre en partie comment il se fait que nous regardons tous les êtres créés comme sacrés et importants : chaque chose possède une influence -wochanghi- qui peut nous être donnée et grâce à laquelle nous pouvons acquérir un peu plus de compréhension si nous sommes attentifs." (.i.ELAN NOIR;, 1992, p.86).

    "Nous voyions la main du Grand esprit dans presque tout : le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes. parfois nous l'approchions à travers toutes ces choses.(...). Les indiens qui vivent près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas dans l'obscurité." (TATANGA MANI, in .i.MCLUHAN;, 1974, p.29).

    "la Terre est votre Grand-Mère et Mère, et elle est sacrée. Chaque pas qui est fait sur elle devrait être comme une prière." (.i.ELAN NOIR;, 1992, p.31).

    Tahca Ushte décrit ainsi le mode de formation des wicasa wakan (homme du mystère, saint homme) : "Le wicasa wakan tient à être seul. Il veut demeurer wicasa (homme) à l'écart de la foule et des affaires au jour le jour. Il se plaît à méditer, appuyé à un tronc d'arbre ou contre un rocher, sentant la terre bouger sous ses pieds, sentant au-dessus de lui la pesanteur du grand ciel enflammé. (...) Le wicasa wakan aime le silence ; il s'enveloppe en lui comme dans une couverture -un silence lourd, avec une voix semblable au tonnerre, qui l'entretient de nombreux sujets. Un tel homme se complaît en un lieu où l'on n’entend rien, que le bourdonnement des insectes. (...) Il écoute les voix des wama kaskan - celles de toutes les créatures animales de la surface de la terre. Il est à l'unisson avec elles. De tous les êtres vivants, une émanation incessante le gagne et il transmet cette force. Je ne peux dire d'où elle vient ni en quoi elle consiste mais il en est ainsi. Et je sais ce dont je parle." (.i.TAHCA HUSHTE;, 1977, p.173).

    Auto-co-écoformation silencieuse plutôt qu'hétéroformation dogmatique et savante

    Le silence dans l'éducation indienne, c'est aussi l'absence d'explication. Les Amérindiens répugnent à dire les choses pour ne pas les figer dans un point de vue qui voudrait les épuiser. Les idées sont plutôt suggérées indirectement par un symbole, une histoire, un acte. Elles sont recréées à chaque fois par celui qui les pense.

    C'est peut-être à cause de cela que les indiens des plaines utilisent volontiers le langage par signes même à l'intérieur du cercle tribal ou familiale; pour le plaisir de savourer une histoire ou un mythe.

    Wilfried Pelletier de la nation Odawas est responsable de l'école indienne de Rochdale. Une bonne partie de son ouvrage "Le silence d'un cri" (!) évoque les questions d'éducation comparée. Les indiens n'imaginent pas qu'enseigner soit le fait de transmettre des idées, il s'agit plutôt de mettre en contact avec des influences spirituelles. Les Indiens ne donnent pas d'enseignements systématiques. Ainsi plutôt que de "faire la leçon" à un enfant qui ne se lave pas les pieds, on lui raconte l'histoire de ce héros dont les pieds refusèrent de le porter alors qu'il était poursuivi ; et qui ne pu s'échapper qu'après avoir promis de prendre soin d'eux. "Le fait que nos parents n'interviennent pas s'explique par leur attitude même devant la vie. Ils n'enseignent pas comme les hommes blancs ; ils laissent les enfants prendre leurs propres décisions; Les récits qu'ils nous racontent sont peut-être ce qui se rapproche le plus de l'enseignement structuré.». (.i.PELLETIER;, 1985, p.54).

    "Cette attitude était étroitement reliée à la religion (...) L'un des principes moraux mis en pratique dans la collectivité était la non-ingérence. Personne ne s'immisçait dans les affaires des autres. (...) Observez un groupe d'Indiens : ils sont immobiles et ne prennent la parole qu'après avoir été présentés. S'ils participent à une séance de groupe, ils ont la même attitude. Ils s'assoient et écoutent ; ils parleront lorsqu'ils en auront la possibilité, mais jamais ils ne vous interrompront ni ne s'interposeront. La base même du système d'enseignement consistait donc à observer et à ressentir des impressions. Voilà comment les enfants faisaient leur apprentissage." (.i.PELLETIER;, 1985, p.49).

    Ce silence intérieur constant imprègne évidemment la langue. "Cette langue imagée où l'on ne vous dit que le début et la fin, où vous devez combler l'espace entre les deux et où on vous laisse éprouver les sentiments que vous désirez. (...) On ne fait que répondre aux questions que vous posez. C'est à vous d'aller chercher les renseignements qui vous intéressent. Nous perdons cette façon de voir à l'école." (.i.PELLETIER;, 1985, p.53).

    La méthode d'enseignement indienne traditionnelle privilégie donc toujours l'autoformation sous forme de révélation personnelle. On n'enseigne pas en expliquant ou en donnant à l'autre le sens des choses que l'on perçoit (hétéroformation) parce que l'on ne confond pas le sens perçu et le sens de la chose. Au contraire lorsque les anciens enseignent, c'est plutôt par une mise en contact avec l'influence spirituelle (contenue dans le mythe, dans la nature ou dans le rite), là où chacun reçoit une information intérieure.

    Dans son compte-rendu des rencontres entre prêtres et hommes-médecine Sioux Lakota, William Stolzman relate un exemple magnifique de cet état d'esprit. Suite aux interrogations répétées des prêtres concernant la position des esprits Lakota par rapport au Christ, les hommes-médecine finirent par répondre : "Si vous avez des questions à propos des esprits, vous devriez mettre en place une cérémonie et posez ces questions aux esprits eux-mêmes" (.i.STOLZMAN;,1992, p.125).

    On retrouve cette même idée à l'origine de la tradition chrétienne. Dans sa première épître, saint Jean montre que la réception personnelle de l'Esprit Saint dans le baptême rend caduque toute forme d'enseignement sur la vérité entre les êtres humains. "Quant à vous, vous possédez l'onction qui vient du Saint, et vous êtes tous gens qui savez. Si je vous écris ce n'est pas que vous ne connaissiez pas la vérité ; c'est parce que vous la connaissez et vous savez qu'aucun mensonge ne procède de la vérité.(...) Pour vous l'onction que vous avez reçue de Lui demeure en vous, et vous n'avez besoin de l'enseignement de personne. Mais comme l'onction que vous avez reçue de Lui vous enseigne sur tout, qu'elle est véridique et qu'elle n'est pas mensonge, selon ses enseignements demeurez en lui" (1Ep. de Jean, 2-20 à 22 et 28).

    La réticence à l'hétéroformation dans les modes d'éducation amérindienne n'est bien entendu pas une forme d'individualisme ou un refus des autres. Nous avons déjà vu combien la dimension communautaire est fondamentale. Il faudrait ici distinguer, comme le suggère Gaston Pineau, entre une hétéroformation qui s'oppose à l'autoformation et une co-formation qui en est le complément vital. Il n'est aucun rituel qui n'implique pas "les autres" et l'in-formation spirituelle reçue par chacun n'a de sens que dans l'épanouissement du cercle de la nation (.i.ELAN NOIR;, 1992)


    Le silence dans l'organisation sociale

    Le silence se manifeste donc aussi dans l'organisation sociale qui n'est ni verticale ni autoritaire : "je l'appellerais une «conscience collective». Ce type de société peut exister, fonctionner et résoudre tous ses problèmes sans signaux d'aucune sorte, tel un banc de poisson. Sans crier gare, vous les voyez qui changent de direction ; ils se déplacent ensemble. Voilà exactement la façon dont la plupart des collectivités indiennes fonctionnent." (.i.PELLETIER;, 1985, p.56).

    Fondamentalement, l'éducation indienne est un apprentissage de la vie. Dans son dernier chapitre intitulé : "l'éducation pour la survie" Wilfried Pelletier insiste sur le fait que l'éducation a toujours existé, bien avant les écoles et les institutions éducatives, bien avant les livres même. L'éducation ce n'est pas les connaissances isolées qui se transmettent en classe, c'est le type de comportements et de valeurs qu'inculque le fonctionnement social global. "Dans la communauté qui m'a vu naître, les gens âgés sont nombreux à ne savoir toujours pas lire et écrire. Malgré tout, ils sont très instruits sur leur propre genre de vie et cela les assure de survivre. Ils ne sont pas uniquement une partie de la communauté, ils sont la communauté même. (...) C'est ce qui en fait des personnes entières qui partagent leurs relations et leurs dépendances avec toutes les autres. Il semble que le processus qui a créé cette sorte de communauté permettait l'exploration, c'est-à-dire qu'il permettait de faire ses propres découvertes, et qu'il se poursuivait jusqu'au terme de la vie. Ce processus a engendré une sorte d'être humain préoccupé d'écologie au lieu d'être préoccupé d'économie. Il m'est difficile de décrire exactement ici ce que je veux dire, quoique je pourrais peut-être dire qu'il s'agit d'un courant plutôt que d'un concept. J'ai aussi le sentiment que lorsque je ressens ce courant, il m'est impossible d'en parler. Je crois bien que ce que je veux vous dire, c'est qu'il s'agit d'un sentiment et je ne sais pas si vous comprenez cela. Ce n'est pas comme se fixer un but dans la vie mais bien de ressentir quelque chose tout au long de sa vie et nos cérémonies comptent pour beaucoup dans ce processus. C'est une chose qui nous est donnée gratuitement quand nous partageons un sentiment d'appartenance qui crée une communauté." (.i.PELLETIER;, 1985, p.97).

    La réalité de la vie amérindienne se laisse difficilement découper. Il est impossible de parler d'éducation sans parler de l'organisation sociale et des rapports à l'environnement. Autrement dit les Indiens se situent dans une perspective de formation globale qui se fonde sur les rapports entre soi, les autres et le monde.

    Dans cette perspective, le silence apparaît comme le fondement de tous les échanges.

    Le silence est tout à la fois :


    - la manifestation du respect dû aux autres êtres vivants,
    - la condition de réceptivité et d'attention aux signes du monde spirituel,
    - la disponibilité au mystère de la vie.


    Le Cercle, symbole d'une auto/éco/formation

    L'éducation amérindienne, comme celle de toutes cultures, est le reflet exact de ses valeurs essentielles. L'historien Huron Georges Sioui nous en donne un exposé magistral dans son ouvrage "Pour une autohistoire amérindienne".

    "Ce qui fait la force singulière de la philosophie amérindienne est la capacité de toutes les nations amérindiennes de s'entendre quant à l'idée de l'unité et la dignité de tous les êtres. L'Amérindien, lorsqu’il se recueille pour prier, adresse une salutation à tout l'univers. Cela lui permet de reconnaître sa place dans la création, c'est –à- dire, comme l'explique un chef spirituel onontagué, que nous ne sommes pas ceux qui dirigent ; nous devons fonctionner ensemble afin de survivre. Nous sommes assis avec le Grand Cercle universel de la vie." (.i.SIOUI;,1989, p.33).

    Cette notion de cercle est une des valeurs fondamentales amérindiennes, comme celle de la souveraineté de la personne humaine. "Les amérindiens de tous temps, insistent sur la souveraineté de leurs peuples devant le Grand Esprit, le seul être auquel chaque humain soit tenu de répondre de ses actes". (.i.SIOUI;, 1989, p.96).

    Ces valeurs fondamentales du cercle du vivant et de la personne humaine donnent leur sens aux pratiques éducatives indiennes. "Les Amérindiennes, en vertu de l'extrême importance attachée à l'humain dans le système de valeurs de leur civilisation, accueillaient leurs enfants avec la plus grande reconnaissance et manifestaient envers eux la plus grande patience et une tendresse admirables." (.i.SIOUI;, 1989, p.105).

    "Dans le monde d'abondance de l'Amérindien, personne n'est tenu de croire en l'idéologie de quelqu'un d'autre; Chaque personne est une vision, un système, un monde. Par contre, lorsque l'homme a relativement appauvri son environnement, surgissent des querelles pour déterminer qui aura la haute main sur les ressources restantes et qui ce «vainqueur» sera en mesure de soumettre. Aux yeux des Amérindiens, de telles «nations», qui n'ont d'ailleurs pas le droit de s'appeler ainsi puisqu'elle exploitent leurs membres les plus démunis, peuvent afficher un succès technique et matériel, mais elles connaissent un désastre social. Qui peut blâmer l'Amérindien de vouloir préserver un sens moral dont on sait qu'il peut produire un ordre social (au sens «écologique» du Grand Cercle de la vie) heureux et durable ?" (.i.SIOUI;, 1989, p;137).

    Pour l'ethnologue Rémi Savard "la véritable dimension américaine, à laquelle nous convient encore aujourd'hui les peuples issus de ce continent , n'est ni anglaise, ni française ni indienne, ni inuit ; elle tient dans la notion autochtone de Grand Cercle, selon laquelle le respect obsessif de la spécificité de chaque chaînon devient la condition indispensable au maintien de l'ensemble. Nous n'avons plus le choix ; c'est dans cette Amérique-là qu'il nous faut songer sérieusement à débarquer enfin". (.i.SAVARD;, 1979, p.15).

    16 Juin 1994 (*)

    …….

    Posté par Chenoa

    J’ai lu récemment cet article entièrement et le recommande fortement pour tous les enseignements précieux qu’il fournit sur l’éducation amérindienne. Il met en avant de nombreux paradoxes sur nos propres modèles.


    L’ENFANCE





    Fillette amérindienne,
    une peinture d’Alfredo Rodriguez





    L'autoformation de la personne commence à l'âge adulte

    Le premier paradoxe est la différence entre l’importance donnée à l’enfance amérindienne et notre propre conception de ce moment clé de notre vie. En occident, l’enfance détermine en grande partie qui nous sommes, les traumatismes ou joies de cette période sont motifs à expliquer le caractère de l’un ou de l’autre. C’est la BASE de toute biographie. L’amérindien, lui, commencera par ses actes accomplis en tant qu’adulte autonome : « En effet, dans les récits de vie indiens l'autoformation de la personne commence à l'âge adulte ». C’est plutôt une bonne nouvelle, nous ne sommes pas tous foutus dès le plus jeune âge, comme voudraient nous le faire croire certains ! :)


    Une alternative aux familles mononucléaires

    Le petit indien est élevé par les anciens, grands-parents et arrière grands-parents, garants de la tradition. C’est apparemment une marque de garantie de sa véritable éducation amérindienne. Il est intéressant de noter qu’en Thaïlande, certains enfants sont également élevés de la même façon. N’ayant pas de système de retraite similaire au nôtre (français), les parents travaillent et envoient de l’argent à leur famille. Pendant ce temps, les enfants disposent du temps des grands-parents qui se chargent de leur éducation. Cela a le double bénéfice de créer un lien intergénérationnel et de décharger les parents tout en donnant une grande valeur à ces derniers aux yeux de l’enfant.





    Jeune thaï avec son arrière grand-mère.
    Copyright Vers un Sens de la Vie





    A l’heure où nos « vieux » se retrouvent abandonnés empreints d’une grande solitude, ce mode de vie est une alternative aux maisons de retraite qui mènent à une mort triste. Il redonne également la possibilité aux personnes âgées de jouer le rôle qui leur est donné : TRANSMETTRE.


    La répugnance de la contrainte et des punitions

    "Dans les cultures amérindiennes, le processus est plus important que le contenu. Les Amérindiens «apprennent en faisant» à partir de la conviction que nous avons en nous les énergies nécessaires pour faire face à tous les aspects de la vie." (.i.PEELMAN;, 1991, p.155).(2)


    ********




    (1) Extrait de
    -> http://www.barbier-rd.nom.fr/PGalvaniSilenceAmerindien.html
    (2) Ce sujet a été traité dans le forum
    et plus haut dans ce chapitre au point 2.3.



    -> http://www.sens-de-la-vie.com/
    -> http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Francoise : 12-09-2012 07:35 ]

      Profil  
    Aller à la page : [ 1 | 2 ]
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.