Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

21 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  mercredi 23 septembre 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 26 432 543
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » L'actualité scientifique peu connue » » L’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie  
    AuteurL’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 27-10-2010 01:02



    Bonjour amis de VSV.

    Afin de lutter contre la sinistrose envahissante je souhaite vous rappeler que de nombreuses bonnes initiatives et découvertes positives ont lieu actuellement, lesquelles sont toujours mentionnées sur sens de la vie, autant que cela soit possible. Tant Mieux pour vous car un regard juste explore aussi bien l’ombre que la lumière. Ne voir que l’ombre conduit à la paranoïa, tandis que ne voir que la lumière conduit à la niaiserie.


    L’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie - Part I

    Le bond en avant de nos connaissances sur la vie océanique





    La nature est si riche que nous sommes très loin de la connaître (bis) Voir légende en bas de page



    RAPPEL : La biologie marine est la science qui a pour objet d'étudier la vie marine, et donc océanique, sous toutes ses formes. Alors que la mer recouvre 71 % de la surface de notre planète, de par leur profondeur, les océans représentent un volume habitable 300 fois supérieur à celui des habitats terrestres. C'est en cela que la vie océanique est particulière : les 3 dimensions de l'espace sont beaucoup plus occupées que sur Terre. La profondeur joue un rôle très important dans la répartition des espèces.

    Les espèces sont en général réparties en fonction de leurs rapports avec le milieu. Une dichotomie est réalisée entre le domaine pélagique, peuplé par le pélagos, et le domaine benthique, peuplé par le benthos. Le pélagos est l'ensemble des organismes occupant une colonne d'eau, alors que le benthos est l'ensemble des organismes occupant les fonds marins ou leur surface.

    En général toute cette vie est mal connue, mais c’est entrain de changer. Voici :



    Extrait :
    La mer est l'avenir de l'homme

    Tout au fond des océans, dans des eaux sombres et glacées, se cache une vie insoupçonnée : des organismes aux facultés incroyables qui intéressent à la fois les secteurs des médicaments, des minerais, des carburants... Et si les clés du futur se cachaient dans les abysses ?

    Jiaolong... Ce mot est gravé sur la coque du sous-marin d'exploration chinois de 22 tonnes qui a officiellement réussi une plongée à 3759 mètres cet été. En mandarin, Jiaolong veut dire dragon des mers. Tout un symbole. Grâce à ce sous-marin, l'empire du Milieu entre dans le petit cercle des nations capables d'atteindre les profondeurs mystérieuses des océans. Il est conçu pour descendre jusqu'à 7000 mètres. Mieux que le Nautile français (6000 mètres) ou que le Shinkaï nippon, qui plonge à 6500 mètres. Dans cette course vers les grands fonds, Pékin veut la meilleure place. Cinquante-cinq millions d'euros ont été investis dans une base de recherche sur les mers profondes. Elle se construit dans la baie de Quingdao et n'est pas sans inquiéter les Américains du Nord, les Russes ou même les Coréens, autres challengers de ces explorations de l'extrême. Mais que cherchent-ils tous au fond des océans, là où la lumière du soleil n'existe pas et où la vie semble aussi rare que dans les déserts les plus chauds de la planète ?

    «Les clés de notre avenir», répond simplement Françoise Latour, spécialiste du monde marin et auteur d'Au cœur des océans, qui vient de paraître.



    Comme le dit Christophe Doré l’auteur de cet article : "Jiaolong, le sous-marin chinois, aura pour mision d'explorer la biodiversité des fonds abyssaux. Mais pas seulement. Les autorités de Pékin imaginent déjà des mines de cuivre ou des forages de gaz et de pétrole à des profondeurs extrêmes. Et les Chinois ne sont pas les seuls à lorgner sur ces ressources. Exploiter ou protéger, la dernière frontière de notre planète n'échappera pas au dilemme".

    Amitiés à tous.


    Lire l’article


    LEGENDE IMAGE :

    - A gauche : Le requin lézard. Mi-anguille, mi-requin, il peut atteindre 2 mètres et possède 300 dents implantées en tridents et particulièrement acérées.
    - À droite : l'entéropneuste. Découvert dans le nord de l'océan Atlantique, l'entéropneuste rouge glisse au gré des courants marins à des profondeurs de 2 700 mètres. Ni vraiment végétal ni tout à fait animal, il se nourrit de sédiments récupérés et filtrés grâce à une trompe en forme de fleur.


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 28-10-2010 03:40 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 08-12-2010 00:19



    Bonjour amis de VSV

    Dans ma jeunesse je fus un grand amateur de science fiction. Dans les thèmes récurrents de celle-ci figurait la découverte de formes de vie fondée sur d’autres éléments que la chimie organique terrestre. Comme on le sait celle-ci est basée sur le carbone, l’hydrogène, l’azote, l’oxygène, le phosphore et le soufre qui sont les six composants de base de toutes les formes connues de la vie sur Terre. Or la NASA vient de découvrir un microbe où l’arsenic remplace le phosphore, un alien terrestre en somme.


    L’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie - Part II

    Découverte de la première forme de vie possédant une chimie alternative




    Mono lake en Californie et l’étrange microbe GFAJ-1



    "L'idée d'une biochimie alternative pour la vie est commune dans la science-fiction", a déclaré Carl Pilcher, directeur de l'Institut d'astrobiologie de la NASA au Ames Research Center de Moffett Field, en Californie. "Jusqu'à présent, l'existence d'une forme de vie utilisant l'arsenic comme bloc de construction était seulement théorique, mais maintenant nous savons qu'une telle vie existe dans le Mono Lake."

    Extrait :


    Une bactérie peut vivre et se développer entièrement à partir d’arsenic annoncent des chercheurs dans une nouvelle étude.

    C’est la Nasa qui a annoncé, jeudi, cette découverte lors d’une conférence de presse qui a fait couler beaucoup d’encre, car il était annoncé une découverte importante dans le domaine de l’astrobiologie, c’est-à-dire l’étude des formes de vie extraterrestres. Ce n’est pourtant pas des petits hommes verts qu’ont décelé Felisa Wolfe-Simon, spécialiste en astrobiologie à l'USGS, et ses collègues mais une bactérie bien terrestre qui a remplacé dans son mode de vie le phosphate par l’arsenic.

    C’est la première fois qu’un micro-organisme capable d’utiliser un élément chimique toxique en lieu et place du phosphate habituel pour croître est découvert. L’arsenic est normalement très toxique pour les organismes vivants car il bloque la chaîne respiratoire des cellules, se comportant en analogue du phosphate. Des organismes capables de modifier chimiquement l’arsenic avaient déjà été trouvés suite aux empoisonnements par l’eau au Bengladesh et ailleurs en Asie, quand les gens ont voulu utiliser l’eau de puits pour éviter le choléra associé aux eaux de surface..


    La science c’est super, non ?

    Amitiés à tous


    Lire l’article


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 17-02-2011 23:18 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 16-02-2011 10:30





    Bonjour les amis,

    Ce n’est pas encore la saison, mais tout le monde a déjà eu la joie de savourer une pêche gorgée de soleil pendant l’été. Saviez-vous que c’est en partie grâce à la pollinisation des chauves-souris ? En fait, plus de 75% des plantes cultivées dans le monde, de même que de nombreuses plantes à la base de produits pharmaceutiques, dépend de la pollinisation effectuée par les animaux.

    Et oui, ce mammifère assimilée à un vampire et peu aimé des populations est en fait un allié pour la nature et fournit un large éventail de services écosystémiques dont l'humanité bénéficie en permanence comme repousser les invasions d’insectes ou encore produire de l'engrais grâce au guano de chauve-souris.


    L’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie - Part III

    Les incroyables apports des chauves-souris à l’écosystème mondial



    Vol de chauves-souris en Thaïlande. By Kiwi Mikex



    Citation :

    Il existe plus de 1 200 espèces de chauves-souris différentes : soit près d'un quart de toutes les espèces de mammifères recensées. Les services écologiques que ces animaux produisent sont essentiels pour les économies de tous les pays et pour la santé de tous les écosystèmes dans le monde. Sans les chauves-souris, les parasites qui ravagent les cultures seraient plus nombreux, ce qui entrainerait une utilisation (voire une dépendance) de pesticides dangereux. Sans ce mammifère, nous verrions disparaître une partie de nos aliments et boissons préférées et nous subirions de plein fouet les conséquences d’une diminution rapide de la biodiversité.

    La plupart de nos denrées alimentaires de base proviennent de plantes qui dépendent de la pollinisation des chauves-souris. Citons notamment les bananes, le plantain, les fruits à pain, les pêches, les mangues, les dattes, les figues, les noix de cajou et beaucoup d’autres. En fait, dans les marchés alimentaires tropicaux, environ 70 pour cent des fruits vendus proviennent d'arbres ou d'arbustes qui reposent fortement sur les chauves-souris pour se reproduire dans la nature. Certaines espèces, comme le célèbre durian, dépendent encore de l’action de pollinisation des chauves-souris, et cela même dans les vergers commerciaux. Ce fruit asiatique, rois des marchés, se vend pour un milliard de dollars chaque année, mais pourrait être amené à disparaitre si la santé des populations pollinisatrices de chauves-souris venait à se dégrader.

    Les chauves-souris: un pesticide naturel

    Une seule chauve-souris murin (largement répandue en Europe et en Amérique du Nord) peut capturer pas moins de 1 000 insectes de la taille d’un moustique en une heure. 150 grandes chauves-souris brunes, une colonie qui pourrait facilement vivre cachée à l’arrière d’un abris de jardin, peuvent capturer suffisamment de chrysomèles du concombre en un été pour les empêcher de pondre 33 millions d'œufs qui, autrement, détruiraient les racines des plantes de maïs. Ces chrysomèles causent des dégâts équivalant à des milliards de dollars par an aux États-Unis.
    L’engrais des chauves-souris

    Les chauves-souris produisent des ressources primaires pour les écosystèmes de nombreuses grottes. Les amas de guano gisant sous les perchoirs de ces animaux fournissent de l'énergie soutenant des milliers de formes de vie unique et différentes, et ce via les bactéries et les champignons contenus dans les selles, dont les arthropodes et les petits vertébrés ont besoin pour vivre. Ces organismes sont souvent endémiques de ces grottes. Ils sont un trésor en matière de biodiversité et sont indispensable pour résoudre les problèmes de l'homme, de la production de nouveaux antibiotiques à la production de détergents, en passant par la détoxification des déchets.


    Lisez la suite dans cet article complet.

    Vous ne verrez plus cet animal du même œil maintenant

    Sans la connaissance de son environnement, l'homme aura toujours - même sans le vouloir - une action qui pourra être dangereuse sur ce qui l'entoure.

    Amitiés



    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : Moderateur : 16-02-2011 11:33 ]

      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 04-03-2011 08:15





    Bonjour les curieux de la nature,

    Comment une plante rare que l'on croyait disparue, le cynoglosse, est réapparue dans la forêt domaniale d'Arc-en-Barrois en Haute-Marne ? Certainement par le transport de ses graines sur le dos ou le pelage d’un ongulé !

    Le croiriez-vous : des chercheurs ont trouvé une quarantaine d'espèces de graines différentes dans les poils du sanglier allant du plantain au trèfle en passant par le cynoglosse.

    N’est-ce pas un moyen ingénieux d’assurer la biodiversité ?


    L’actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie - Part IV

    Maintien de la biodiversité : le voyage des graines sur le dos des ongulés





    Citation :

    En coopération avec l'Office national de la Chasse, qui prévient les chercheurs lorsque des animaux sont tués, une cinquantaine d'ongulés ont ainsi été brossés l'an dernier dans trois massifs forestiers en Haute-Marne, en forêt domaniale de Montargis et celle d'Orléans.

    "On les a peignés avec un petit peigne très fin, toujours dans le même sens, pour récupérer la terre et des graines dans les poils", souligne Philippe Ballon. Le brossage des sangliers en particulier a donné des résultats intéressants.

    "On a trouvé une quarantaine d'espèces de graines différentes dans les poils du sanglier", selon le chercheur, allant du plantain au trèfle en passant par le cynoglosse.

    Le sanglier a une double particularité. Son pelage est constitué d'une double strate de poils très épais, à l'extérieur les soies plus longues et à l'intérieur une bourre constituée de poils beaucoup plus fins auxquels s'accrochent les graines. En outre il parcourt plusieurs kilomètres entre le lieu où il se nourrit et celui où il se repose.

    "Sur son itinéraire, il y a des zones où il va se bauger (bains de boue), se gratter, etc. et donc, il peut ainsi permettre la dissémination des espèces végétales", explique M. Ballon.

    "Les ongulés ont un rôle particulier dans les écosystèmes qui mérite qu'on se penche dessus", selon lui.



    Lisez la suite dans cet article complet.

    Ne restez-vous pas bouche bée devant les interactions observées dans la nature ?

    Amitiés



    NB : Cette information ne serait sans doute pas à placer dans la série "Actualité concernant la biodiversité et les sciences de la Vie" pour les personnes connaissant la nature. Mais pour celles qui vivent en ville, c'est une découverte...!


    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com



    [ Message édité par : chenoa : 05-03-2011 09:47 ]

      Profil  Citation   
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.