Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

27 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  jeudi 20 février 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 24 670 012
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » L'actualité scientifique peu connue » » Les croyants n’utilisent pas les facultés cognitives de leur cerveau.  
    AuteurLes croyants n’utilisent pas les facultés cognitives de leur cerveau.
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 26-01-2010 04:46



    Bonjour à tous les amis de VSV.

    Récemment j’ai traité de De l’utilité des croyances et du doute, et de la nécessité de s’en défaire.

    Citation : « Il est aisé de constater tout autour de nous, à quel point la plupart des gens fondent leurs opinions sur de simples croyances, fausses la plupart du temps, mais profondément ancrées en eux. En conséquence ils doutent immédiatement de tous les faits n’entrant pas dans le cadre de celles-ci, quand bien même ces faits seraient-ils incontestables. Ils rejettent tout sans aucun examen. Entre ce qu’ils voient et ce qu’ils croient, c’est ce qu’ils croient qui l’emporte. Ils ne voient aucun illogisme en cela, car c’est leur mode de fonctionnement pathétique. Du reste dans le vocabulaire courant être « croyant » est considéré comme une noble qualité tandis que le mot « incroyant » est entaché d’infamie.

    Cette attitude ne fait pas que nuire à une perception juste, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques, elle a aussi d’autres aspects très néfastes.

    Ce sont les suivants:

    - Elle inhibe la joie de vivre et la spontanéité, ces facteurs d’Eveil et de qualité d’existence, si importants.

    - Elle envenime les relations humaines sous toutes leurs formes.

    - Elle créé des générations successives de personnes névrosées et inadaptées.

    - Elle empêche d’apprendre, puisque le sujet qui croit savoir n’en éprouve pas le besoin.

    Pensez au fait qu’il y a de fortes chances que vous soyez concernés, et donc que vous avez un intérêt personnel indéniable à lire ce qui suit. Cet intérêt ne se limite pas à votre seule personne, il s’étend aussi à l’éducation juste de vos enfants, pour ceux d’entre vous qui êtes parents. »

    A ceci je vient de découvrir qu’il s’ajoute une raison néfaste de plus :


    Les croyants n’utilisent pas les facultés cognitives de leur cerveau.



    L'athéisme stimulerait le cortex cingulaire antérieur selon les chercheurs de Toronto



    Sauvegarde :


    La croyance en Dieu modifierait une partie du cerveau

    Canada - Des neurologues de l’université de Toronto ont découvert que l’activité du cerveau humain était liée aux croyances religieuses des individus.

    Pour démontrer cela, les scientifiques ont fait passer des tests à différentes personnes divisées en 2 catégories : les croyants et les athées. Toutes ont été placées dans des scanners afin de mesurer l’activité de leur cerveau durant les tests. L’épreuve consistait en une série de questions dont il fallait anticiper la réponse. Les candidats prenaient ensuite connaissance de cette dernière.

    Les chercheurs ont remarqué que chez les athées, une zone du cerveau appelée cortex cingulaire antérieur était beaucoup plus fortement stimulée que chez les croyants.

    Le cortex cingulaire antérieur régule des fonctions comme la pression artérielle, le rythme cardiaque et certaines fonctions cognitives comme les émotions, la prise de décision, l’empathie mais surtout elle est la zone qui nous permet d’anticiper l’avenir.

    Selon les conclusions des auteurs de l'étude, parues dans la revue Psychological Science, quand un croyant s’attendant à avoir la bonne réponse se rend compte du contraire, cette aire du cerveau s’active beaucoup moins car il réagit plus faiblement à l’imprévu que le cerveau d’une personne athée. En effet, chez les croyants, tout évènement peut être reconsidéré de manière à rendre Dieu acteur de celui-ci. S’il vous arrive quelque chose de totalement inattendu et que vous croyez en Dieu, le scénario peut-être remanié car Dieu "a voulu que cela arrive". Il n’y a alors pas de question à se poser, d'où une activation moindre de cette région du cortex.


    Amitiés à tous


    Source

    De l’utilité des croyances et du doute, et de la nécessité de s’en défaire



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 14-11-2010 00:44 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 26-01-2010 09:49



    Merci beaucoup cher Alain pour cette découverte majeure.

    Celle-ci mérite que l’on s’intéresse un peu mieux à la structure de notre cerveau et aux rôles de cette zone le cortex cingulaire.




    Cartographie d’un cerveau humain montrant les principales zones cognitives





    Les résultats de l'expérience de l’Université de Toronto sont très précieux car ils démontrent de façon irréfutable l’impact néfaste des croyances sur nos capacités avec les conséquences mauvaises que tu as décrites sur la vie personnelle et sociale comme l’inhibition de la joie de vivre et la spontanéité ou bien l’incapacité d’apprendre.

    En effet, une activité anormale du cortex cingulaire (zone en bleu dans le shéma ci-dessus) semble avoir des conséquences très importantes :



    - Le cortex cingulaire semble impliqué dans la dépression. Comme l’explique le site canadien « Cerveau à tous les niveaux » :


    Citation: Le cortex cingulaire est une autre structure cérébrale qui semble impliquée dans la dépression. Cette région ancienne du cortex est située sur la route de nombreuses voies remontant du cerveau émotionnel limbique inconscient ainsi que sur celle d’autres voies descendantes, conscientes, et impliquées dans la planification de l’action, en provenance du cortex préfontal.

    Chez les personnes en dépression, on a observé une baisse d’activité dans le cortex cingulaire et, dans l’état inverse, la crise maniaque, on observe le contraire, soit une hyperactivité dans cette région.

    Les régions cérébrales qui se taisent ou s'emballent durant la dépression



    - Ce même site nous décrit les rôles de cette partie du cerveau que tu as déjà cité Alain mais ajoute qu’elle entre dans le mécanisme de la reconnaissance de nos erreurs et de la capacité à moduler nos réponses ou nos attitudes selon les conditions de l’environnement.

    Citation: Ceci nous amène justement à dire quelques mots sur le cortex cingulaire antérieur qui joue lui aussi un rôle d’interface important entre l’émotion et la cognition, plus précisément dans la transformation de nos sentiments en intentions et en actions. Il est impliqué dans des fonctions supérieures comme le contrôle de soi sur ses émotions, la concentration sur la résolution d’un problème, la reconnaissance de nos erreurs, la promotion de réponses adaptatives en réponse à des conditions changeantes. Des fonctions qui toutes impliquent un lien étroit avec nos émotions.

    Son rôle dans l’empathie est également démontré grâce à une expérience réalisée, elle aussi, à l’Université de Toronto, selon le même article :

    Lorsqu’on pique un sujet avec une aiguille, son cortex cingulaire augmente son activité, si bien qu’on réfère souvent à ces neurones comme aux « neurones de la douleur ». Détail pour le moins intéressant, William Hutchison et ses collègues de l'Université de Toronto ont montré en 1999 que ces mêmes neurones du cortex cingulaire vont également s’activer lorsque le sujet voit quelqu’un se faire piquer avec une aiguille. Pour ce type de neurones, appelés neurones miroirs, il n’y a donc pas de frontière entre soi et l’autre…

    C’est rappeler aussi l’importance de l’empathie comme fonction sociale :

    Les primates, et donc les humains, sont des créatures hautement sociales. Connaître les intentions des autres a de tout temps été crucial pour notre survie. Voilà pourquoi nous sommes passé maître, peut-être avec l’aide des neurones miroirs, dans l’art de la simulation interne de l’esprit des autres.

    Certains, comme V.S. Ramachandran, suggèrent même que cette capacité à décoder les états d’esprits d’autrui aurait été la première à évoluer et qu’elle aurait été par la suite appliquée à nous-même, pour devenir ce que nous appelons la conscience de soi. Et pour Ramachandran, non seulement les neurones miroirs mais toutes les aires qui contribuent au langage, comme celle de Wernicke située dans le lobe temporal par exemple, seraient des joueurs incontournables dans cette aventure.

    Une importance du langage que l’on retrouve dans plusieurs modèles de cette conscience supérieure, dont celui de Michael Gazzaniga, connu pour son travail avec les patients au «cerveau divisé». Mais si Gazzaniga localise dans l’hémisphère du langage «l’interprète» qui nous rendrait conscient de nous-même, d’autres comme Edelman affirment que la conscience n’est le fait d’aucune structure précise du cerveau.*

    Vers une cartographie cérébrale des états de conscience ?


    On constate combien cette zone du cerveau est cruciale. Le cerveau est une fantastique machine organique qui a encore bien des secrets pour nous.
    Cela dit, nous avons ici même les preuves scientifiques sur le rôle néfaste de la croyance et de la nécessité de changer cette attitude.


    Et de plus, il faut souligner aussi que les chercheurs ont décelé un changement d’activité du cortex cingulaire lors de scéances d’hypnose, la partie antérieure de cette zone serait plus fortement stimulée tandis que la partie postérieure diminue son activité :



    - Dans l’article Vers une cartographie cérébrale des états de conscience cité ci-dessus :

    Citation: Cette hypothèse s’accorde aussi avec les études ayant démontrée une baisse d’activité dans le cortex pariétal postéro-médian dans de nombreux états de conscience altérée, comme le sommeil, l’anesthésie ou l’état végétatif.
    D’autres études ont également mis en évidence une baisse d’activité dans le précunéus et le cortex cingulaire postérieur lorsque le sujet est sous hypnose, un état de conscience également modifié.


    - Ainsi que sur le site hypno-solutions.net :

    Citation: «Le sentiment d’“absorption mentale” pendant l’hypnose est apparu lié avec une augmentation de l’activité dans le cortex cingulaire antérieur, dans le thalamus et dans certaines régions du tronc cérébral, de même qu’avec une diminution de l’activité dans les lobes pariétaux, précise Pierre Rainville. Une corrélation a également été observée entre le degré de relaxation et une hausse d’activité dans le cortex visuel et une diminution dans d’autres régions pariétales et du tronc cérébral.»

    L’activité importante de cette zone du cerveau est fortement impliquée dans l’attention et donc la capacité de percevoir :

    Le cortex cingulaire antérieur est une structure du système limbique qui joue un rôle dans l’attention et dans le contrôle du mouvement au cours de tâches cognitives. Le surcroît d’activité dans cette zone peut découler de l’attention portée aux consignes de l’hypnotiseur.

    Le cerveau sous hypnose



    L’hypnose induit donc une modification sur l’activité de cette zone. On peut donc en déduire un lien entre notre état de conscience et le fonctionnement du cortex cingulaire.

    De même peut-on en conclure que si cette zone est atrophiée le fonctionnement normal de notre cerveau est altéré.

    La taille du cerveau n’a pas d’importance dans ce cas car une zone relais ne transmettant pas les informations paralyse tout le système.




    Pour en apprendre plus sur le fonctionnement de notre cerveau, visitez cet excellent site canadien : Le cerveau à tous les niveaux

    A lire également (pour les anglophones), un dossier sur le cortex cigulaire antérieur de l’Université de Toronto :
    Primate anterior cingulate cortex: where motor control, drive and cognition interface



    Amitiés à tous
    Patrick



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    * Nota: Ceci est donc un fait. Les chercheurs ne peuvent prétendre qu’une seule partie précise du cerveau soit le siège de la conscience.


    [ Message édité par : Pat : 27-01-2010 08:01 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 11-04-2010 15:23



    Capacités cognitives et raisonnement

    Précédemment nous avions montré les résultats surprenant des chercheurs de l’Université de Torronto sur la différence d’activité du cerveau entre les croyants et les non-croyants.

    Cette différence d’activité a été détectée au niveau du cortex cingulaire antérieur qui s’avère être un des centres vital du cerveau. Il s’agit d’une ancienne région du cortex cérébral impliquée dans de nombreuses fonctions cognitives.

    Nous avons donc la preuve scientifique de l’effet néfaste que produit le système de croyance, qui est la base même des religions. Lesquelles prétendent réunir et unifier des peuples pour leur bien alors qu’en vérité il s’agit d’adhérer à des croyances, sans fondements, et contre-nature.


    Citation:

    Définition de la religion

    Le mot religion est le mot le plus ambigu de notre vocabulaire, car aujourd'hui il sert à désigner à peu près n'importe quoi qui n'est pas l'athéisme. Il convient donc de rappeler d'abord ce qu'est une religion et de comprendre son fonctionnement, ce qui est loin d'être négligeable si l'on considère l'influence qu'elles ont sur nos vies et le nombre de gens tués en leur noms, ou sous leurs ordres.

    Il y a donc dans ce mot ces concepts:

    1° celui de lier, c'est à dire rassembler, les hommes entre eux pour former une collectivité,

    2° celui de lier et relier les hommes aux puissances supérieures régissant leur destinée, nous savons que c'est au moyen de cultes propitiatoires rendus aux divinités ou à la Divinité, la fonction spécialisé du pontife étant précisément d'établir un pont entre les deux.

    3° de ligoter les hommes, nous savons que c'est au moyen d'obligations liées à ces cultes,

    4 ° de ligaturer les esprits, bien sûr, afin de les empêcher de Réfléchir !

    5° de former une ligue entre les fidèles, le propre d'une ligue étant d'être une coalition d'intérêts.

    VSV: la vérité interdite sur toutes les religions


    Le mécanisme religieux est extrêmement ancien, mais plus ancien encore est le système de croyance en général et dont la religion n’est qu’une conséquence. En effet, seuls des individus qui donnent le prima au fait de « croire » et non à celui de Voir et d’analyser les éléments selon son propre jugement permettent le développement des religions.

    Il ne faut pas seulement dénoncer les religions mais montrer ce qui est la source du problème : une personne qui ne Voit pas est un jouet pour ceux qui savent exploiter sa psyché. Et ce constat de fait n’est pas dépendant du niveau d’étude ou de culture, car l’activité du cortex cingulaire antérieur peut également être altérée chez une personne qui a beaucoup de connaissances. Il s’agit d’une ancienne région du cortex qui n’est pas assujettie à la taille du cerveau ou ses capacités.

    Il n’y a, semble-t-il, aucun lien direct entre la somme de connaissance, voir les capacités intellectuelles, et cette aire du cerveau. Du reste, l’intellect ne permet pas de Voir.


    ***




    Le mode de vie que l’Homme s’est créé aujourd’hui le conduit à perdre ce qui fait de lui un être évolué. La preuve en est que les comportements ne cessent de se dégrader, que les facultés d’empathie et d’intellect, elles aussi disparaissent. Ce constat associé à une absence d’éducation nous conduit au désastre : les gens ne se soucient plus de l’environnement ni même de leurs pairs et ils sont le jouet des puissances économiques ou religieuses actuelles. De plus, certains particulièrement fragilisés sont capable de tout…

    Un constat qu’il ne faut pas généraliser bien sûr, car fort heureusement certaines personnes font encore preuve de bon sens mais elles sont mêlées dans la masse. Ce qui serait très positif sauf que la masse est un danger du point de vue psychologique ; c'est-à-dire : la somme totale des consciences individuelles du groupe sera toujours inférieure à la moyenne du niveau de conscience.

    Autrement dit, la masse est toujours une entité plus infra consciente que chaque individu isolé. Le danger de la surpopulation n’est-il pas évident ?



    « Jeu de la mort » : Quand le candidat télé devient un loup pour l'homme




    C. RUSSEIL / FRANCE 2

    Dans ce faux jeu, les candidats peuvent s'infliger des décharges électriques.

    C’est certain que la télévision ne produit pas des lumières !




    Créer l'électrochoc à coups d'électrochocs. Ce soir, sur France 2, c'est la mission de «Jusqu'où va la télé? Le jeu de la mort». Une transposition de l'expérience scientifique de l'américain Stanley Milgram en 1963.

    Objectif? «Démontrer le pouvoir de la télé, dont celui d'organiser un jeu fondé sur la mort», explique son auteur, Christophe Nick. Il a recruté 80 volontaires, persuadés de venir participer au pilote d'un jeu. Il leur fallait infliger des secousses électriques de 20 à 460 volts à leur partenaire (un acteur, qui n'a jamais été soumis à ces décharges) à chaque fois que celui-ci donnait une mauvaise réponse.

    Malgré ses cris, ses supplications, puis son absence totale de réaction, 81% d'entre eux ont continué jusqu'à la dernière manette, encouragés par le public et l'animatrice. « Ce programme, c'est un terrible pavé dans la mare lance Patricia Boutinard Rouelle, directrice de l'unité documentaires de France Télés, nous voulons provoquer un débat sur la télévision». L'ensemble du dispositif a été filmé, accompagné des explications des scientifiques qui ont encadré l'expérience, et des réactions des candidats, une fois la supercherie dévoilée.

    «J'ai l'habitude d'obéir»

    «Seuls trois d'entre eux ont refusé qu'on diffuse leur image, précise Christophe Nick. Les autres ont compris avoir participé à une remise en question salutaire de l'emprise de la télé». Certains ont témoigné, dans L'Expérience extrême, (Ed. Don Quichotte), livre tiré de l'expérience. «De toute façon, moi, j'ai l'habitude d'obéir, j'ai toujours obéi» lance ainsi Philippe, conducteur de métro qui est allé jusqu'à la décharge maximale.

    Lire l'article


    La télévision est un danger certes. Mais les comportements mis en exergues dans l’expérience de Milgram sont beaucoup plus anciens et expliquent en partie : massacres entre religion, voire entre ethnies et plus encore.


    L’expérience de Milgram

    L'expérience de Milgram est une expérience de psychologie réalisée entre 1960 et 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Cette expérience cherchait à évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet.

    Les résultats ont suscité beaucoup de commentaires dans l’opinion publique, mais la méthode utilisée a fait naître critiques et controverses chez les psychologues et les philosophes des sciences.

    Source - Wikipédia


    Des controverses sont sans doute possible, il n’en reste pas moins que presque personne ne s’insurge contre les conditions mêmes de l’expérience à cause de l'influence que l'autorité exerce sur eux. Vous imaginez-vous torturer quelqu’un avec des chocs électriques fussent-ils faibles pour qu’il apprenne mieux ?

    Cette expérience a été reconstituée dans le film « I comme Icare » dans lequel Yves Montand joue le premier rôle :

    Extrait du film I comme Icare


    A votre avis, est-ce la véritable nature humaine ? Permettez-moi d’en douter en vertu de ce que je sens au fond de moi comme juste et d’après les résultats de l’expérience à l’Université de Torronto sur le cerveau humain et les conséquences de la croyance sur celui-ci.

    Amitiés à toutes les personnes de bon sens




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 14-04-2010 15:01 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 14-11-2010 00:31



    Bonjour amis lecteurs

    Cher Patrick merci infiniment d’avoir alimenté ce sujet en articles de qualité

    En complément du thème Les croyants n’utilisent pas les facultés cognitives de leur cerveau, mais aussi de la page La vérité interdite sur toutes les religions je viens de dégoter pour vous un petit chef d’oeuvre qui illustre à la perfection l’aveuglement des personnes croyantes face à la connerie de certaines idées religieuses.

    Religolo



    Un moment de bonheur



    Présentation : Le maître de l'irrévérence américaine, Bill Maher, dresse un état des lieux de toutes les religions du monde en parcourant la planète et en interrogeant des spécialistes et des gens de la rue. Fascinant, instructif, décapant, hilarant, inquiétant et passionnant, Religolo est un instantané de la spiritualité humaine comme personne n'en a jamais vu...

    Voici qui en est l’auteur selon Wikipédia :


    Bill Maher, né le 20 janvier 1956 à New York, est un acteur, animateur de télévision, scénariste, humoriste et producteur américain. Il est connu pour ses prises de position polémiques. Fils d'un journaliste catholique et d'une infirmière juive, Bill Maher grandit dans le New Jersey. Durant ses études à l'université, il s'essaie à une carrière d'humoriste à New York, dans le club « Catch a Rising Star » (littéralement « Attraper l'étoile montante », un vivier de comiques).


    Je vous suggère de voir ou télécharger ce petit film grâce au lien ci-dessous

    Amitiés à tous.


    Télécharger Religolo


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 14-11-2010 00:33 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.