Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

21 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  lundi 21 septembre 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 26 422 457
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Initiatives positives et signes d'espoir » » Naissance et progression d'une nouvelle façon de penser juste  
    5 pages [ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 ]
    AuteurNaissance et progression d'une nouvelle façon de penser juste
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 04-04-2010 23:30



    Bonjour à tous,

    Suite de la prise de conscience des causes de la situation actuelle

    Vers une responsabilisation des entreprises pour l’environnement



    Une initiative du Québec : la facture du recyclage transmise aux entreprises




    Les entreprises qui produisent des contenants et des emballages devront payer 100% des coûts de recyclage de leurs produits à compter de 2015. Photo: Alain Roberge, La Presse



    Assumée à moitié par les villes, la facture du recyclage, qui atteint plus de 125 millions de dollars aujourd'hui, sera graduellement refilée aux entreprises qui mettent en marché les contenants, emballages et imprimés qui se retrouvent dans le bac vert.

    Le gouvernement Charest a déposé mercredi matin un projet de loi prévoyant le transfert au privé de la totalité des coûts de collecte, de transport et de tri des matières recyclables en 2015. Il honore ainsi une promesse faite il y a quatre ans déjà.

    En plus d'alléger les municipalités d'une importante responsabilité financière, cette mesure aura pour effet de réduire la quantité d'emballage qui se retrouve sur les tablettes, selon la ministre de l'Environnement, Line Beauchamp.

    «Je suis convaincue qu'une plus grande participation des entreprises au financement de la collecte sélective favorisera l'écoconception et la réduction des emballages et qu'elle aura pour effet d'augmenter le taux de récupération des matières recyclables», a indiqué la ministre.

    ***



    Par ailleurs, le projet de loi déposé mercredi prévoit la fin de la clémence accordée aux municipalités qui recyclent moins. À compter de 2012, Québec souhaite en effet éliminer la garantie faite aux villes qui recyclent peu de recevoir une compensation équivalant à au moins 70% de leurs coûts de collecte, de transport, de tri.

    «L'abolition de ce plancher incitera les municipalités qui en bénéficiaient à réduire leurs coûts et à devenir plus performantes», estime le ministère.
    Aussi, le nouveau régime continuera à accorder un avantage aux journaux, au grand dam des villes. Au cours de la période 2005-2009, ces derniers ont vu leur contribution être plafonnée à 1,3 million de dollars par année (payés en argent ou en espace publicitaire). Le projet de loi établit cette fois des plafonds de contribution annuels, qui passeront de 2,66 millions cette année à 3,80 millions pour 2015 et pour les années subséquentes.

    Lire la suite


    Aux consommateurs eux aussi de préférer acheter des produits avec le moins d’emballage possible

    Amitiés
    Patrick




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 25-02-2012 10:12 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 09-04-2010 01:21



    Bonjour à tous,

    Suite de la prise de conscience des causes de la situation actuelle

    Vers la reconnaissance de la complexité des mécanismes climatiques


    Les « apprentis sorciers » du climat révisent leurs jugements et renoncent à certains projets de géo-ingénierie.





    Les adeptes de la géo-ingénierie ont dû se rendre à l'évidence : ils ne sont pas encore en mesure d'apporter une solution crédible au réchauffement climatique. Le jour où l'homme pourra refroidir la Terre n'est donc pas arrivé...

    L'homme est-il capable de refroidir la planète ? Jusqu'à présent, les adeptes de la géo-ingénierie (autrement dit, l'ensemble des techniques visant à manipuler l'environnement sur de grandes échelles) en étaient persuadés. Prônant une forme d' «interventionnisme climatique», ils se proposaient de stopper le réchauffement actuel en transformant notre environnement (injections de grandes quantités de soufre dans la stratosphère ou déploiements de grands miroirs dans l'espace afin de repousser le rayonnement solaire).

    Réunis en congrès près de San Franciso la semaine dernière, 175 des plus grands spécialistes de la discipline souhaitaient se mettre d'accord sur des directive permettant d'encadrer les recherches à venir dans le domaine. A la surprise générale, les conclusions de l'ambitieuse Asilomar International Conference on Climate Intervention Technologies ont sonné comme un aveu d'échec.

    Si les membres du comité persistent à penser que la géo-ingénierie est une solution parmi d'autres pour «atténuer» le réchauffement climatique ils reconnaissent «ne pas connaître suffisamment les risques associées à ces méthodes[…], ni leur efficacité pour assurer qu'il faille, ou non, les mettre en œuvre.» Une douche froide.

    Lire la suite


    La prise de conscience se poursuit, malheureusement à un rythme encore trop lent.

    Amitiés
    Patrick



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 27-04-2010 10:19 ]

      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 10-04-2010 16:46




    Bonjour amis du bon sens,

    Merci Patrick pour cet article: vouloir lutter contre le réchauffement climatique par des solutions à grande échelle telles que verser du fer dans l’océan ou du souffre dans l’atmosphère sont tout simplement très dangereuses car les scientifiques ne savent pas quelles pourraient être les conséquences, peut-être dramatiques, de tout cela comme il est dit dans l’article.

    Un peu de bon sens et d'humilité est encourageant.

    Amitiés





    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com




    [ Message édité par : chenoa : 12-04-2010 09:09 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 11-04-2010 16:41



    Bonjour à tous,

    Merci chère Chenoa, le mieux serait bien sûr qu'ils abandonnent cette idée, issue de croyances absurdes... Ce n'est pas encore clairement le cas mais ne désespérons pas



    Début de la prise de conscience de la nocivité des pesticides

    Développement durable : neuf villes créent un label pour leurs espaces verts





    Neuf grandes villes françaises dont Paris, Lyon et Marseille, ont signé un partenariat afin de créer un label de gestion écologique de leurs espaces verts. Elles renonceront ainsi à l'utilisation de produits phytosanitaires et s'engageront à former leurs agents au jardinage bio.

    Lyon, Lille, Besançon, Paris, Montpellier, Marseille, Orléans, Nantes et Rennes travaillent à la création d'un label qui garantira la gestion écologique de leurs espaces verts. Toutes espèrent lancer ce label courant 2011.

    "On a engagé, depuis plusieurs années, la gestion écologique de nos espaces verts mais maintenant, il est important que cette démarche ne se fasse pas ville par ville" a expliqué Fabienne Giboudeaux, adjointe au maire de Paris Bertrand Delanoë. Et de souligner "l'impact négatif des pesticides sur la nature et les agents qui travaillent dans les espaces verts".



    Article source - Maxisciences


    Il s’agit d’une excellente nouvelle, car les autorités dont les municipalités se doivent de montrer l’exemple.

    Amitiés

    Patrick




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 14-06-2010 07:53 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 10-05-2010 10:20



    Bonjour à tous,

    Vers la prise de conscience des causes de la situation actuelle (suite)


    Développement : Il faut changer les modes de consommation et de production





    Le changement des modes de consommation et de production est au centre des débats de la Commission de l'ONU sur le développement durable qui se réunit depuis lundi au siège de l'Organisation à New York jusqu'au 14 mai.

    " Changer les modes de consommation non-durables est décisif pour maintenir l'équilibre écologique de notre planète ", a déclaré le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires économiques et sociales, Sha Zukang. " Si nous voulons atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), faire face au changement climatique et garantir que chaque personne puisse avoir une chance équitable pour un meilleur avenir, nous avons sérieusement besoin de changer la manière dont nous consommons les ressources de la Terre ".

    La Commission souhaite examiner les différentes pistes pour changer les modes de consommation globaux et pour aider les pays à 'verdir' leurs économies notamment en assistant les entreprises à développer des modèles commerciaux relatifs à l'utilisation durable des ressources.

    Avec une population mondiale qui a atteint les 6,75 milliards d'être humains, les volumes de consommation et la production risquent d'augmenter accentuant la pression sur les écosystèmes. On estime que 60% des écosystèmes sont dégradés ou utilisés de manière non-durable.


    Lire la suite



    Amitiés
    Patrick



    [ Message édité par : Pat : 10-05-2010 10:20 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 20-07-2010 04:09



    Cher Patrick le travail que tu as accompli ici, ainsi que la participation de Chenoa, sont si bien dans l'esprit de sens de la vie que vous me faites chaud au cœur.

    Un grand MERCI à vous deux pour avoir alimenté cette rubrique afin qu'elle continue de vivre.

    Continuez !

    Amitiés à tous


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 01-08-2010 14:17




    Bonjour à tous,

    Merci cher Alain de ces encouragements


    Le début de la reconnaissance des 6 droits humains essentiels




    Rappel sur ces 6 droits humains fondamentaux exposés dans VSV ici :

    Le Challenge de Vers un Sens de la Vie


    1) Le premier est la reconnaissance du Droit pour tous les peuples, et tous les individus qui le demandent, de pouvoir disposer gratuitement de leurs terres, ou d'une terre, et ce comme ils l'entendent, afin de subvenir eux-mêmes à leurs besoins, notamment alimentaires, librement et indépendamment de toute industrie.

    2) Le second est la reconnaissance du Droit pour tous les peuples, et tous les individus, à ce que les éléments minimum vitaux indispensables à l'existence humaine, que sont: l'air, l'eau et la nourriture, ainsi que l'espace naturel - propres et sains - soient disponibles et accessibles pour tous en étant exempts de pollution quelconque, notamment chimique, nucléaire, ou électromagnétique.

    3) Le troisième est la reconnaissance pour tous les peuples, et tous les individus, au Droit de contrôle par des organismes - indépendants de l'État et des compagnies pharmaceutiques - de la composition de tout les médicaments, ou vaccins et produits injectables, associé au Droit du refus sans conditions pour les adultes de toute introduction obligatoire dans eux-mêmes de ces médicaments ou vaccins et produits injectables, ainsi qu'au Droit du refus pour les parents de toute introduction obligatoire dans le corps de leurs enfants de médicaments ou vaccins et produits injectables n'ayant pas subi ce contrôle, ou issus d'un contrôle ayant décelé qu'il contenaient une molécule toxique ou un composant dangereux pour la santé, ou ayant démontré leur inutilité.

    4) Le quatrième est la reconnaissance pour tous les peuples, et tous les individus, au Droit de contrôle par des organismes - indépendants de l'État et des compagnies qui les produisent - de la composition de tout composant électronique ou nanotechnologique d'usage obligatoire (comme dans les documents d'identité ou de voyage) associé au Droit Absolu du refus de toute introduction obligatoire dans le corps humain de tout produit, ou objet, quel qu'il soit, comportant ces mêmes composants électroniques ou nanotechnologiques.

    5) Le cinquième est la reconnaissance du Droit pour tous les peuples, et tous les individus, de choisir le mode de vie et le type de médecine, qu'ils désirent, dès lors que ceux-ci ne portent aucun tort démontrable aux autres éléments de la population.

    6) Le sixième est la reconnaissance du Droit à l'Autonomie et à l'Indépendance pour tous les peuples, et tous les individus qui les désirent face aux états - ou collectivités territoriales - et aux industries ne respectant pas les cinq points ci-dessus.


    Ces deux dernières choses ne sont-elles pas des évidences ?


    Voici le début de l’application et de la reconnaissance de ces 6 droits basiques :


    L'Assemblée générale de l’ONU déclare que l'accès à l'eau potable est un droit fondamental




    Accès à l’eau potable dans le monde - Source : Le monde diplomatique





    28 juillet 2010 – L'Assemblée générale de l'ONU a adopté mercredi une résolution dans laquelle elle déclare que le droit à une eau potable, salubre et propre est un « droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l'homme ».

    La résolution appelle les États et les organisations internationales à « fournir des ressources financières, à renforcer les capacités et à procéder à des transferts de technologies, grâce à l'aide et à la coopération internationales, en particulier en faveur des pays en développement ». L'objectif est d'accroître les efforts pour fournir « de l'eau potable, salubre, propre, accessible et abordable et l'assainissement pour tous ».

    Environ 884 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et salubre et plus de 2,6 milliards n'ont pas accès à des services d'assainissement. « Près de 1,5 million d'enfants âgés de moins de 5 ans meurent chaque année (?) du fait de maladies d'origine hydrique ou liées à l'absence de services d'assainissement », énonce la résolution.

    Dans sa résolution, qui a obtenu 122 votes pour, 0 contre et 41 abstentions, l'Assemblée générale reconnaît « l'importance que revêt l'accès équitable à une eau potable salubre et propre et à des services d'assainissement, qui fait partie intégrante de la réalisation de tous les droits de l'homme ». Le texte réaffirme aussi la responsabilité des Etats dans « la promotion et la protection de tous les droits humains qui sont universels, indivisibles, interdépendants et intimement liés qui doivent être traités globalement, de manière juste et égale, sur un pied d'égalité et avec la même priorité ».

    L'Assemblée avait proclamé « la période 2005-2015 Décennie internationale d'action,'L'eau, source de vie' » et avait décidé que la Décennie avait « pour objectif d'appeler davantage l'attention sur les questions relatives aux ressources en eau, à tous les niveaux, et sur l'exécution de programmes et de projets relatifs à l'eau, tout en visant à garantir la participation des femmes aux activités de développement concernant l'eau, et la poursuite de la coopération à tous les niveaux, en vue de la réalisation des objectifs relatifs aux ressources en eau convenus sur le plan international ».


    Source


    Il faut bien un début à tout


    Amitiés

    Patrick




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Moderateur : 26-09-2010 02:25 ]

      Profil  Citation   
    Francoise
    10274       

    Francoise
      Posté : 02-08-2010 08:39

    Citation : Pat 
    L'Assemblée générale de l’ONU déclare que l'accès à l'eau potable est un droit fondamental

    Merci, cher Pat de nous transmettre cette excellente nouvelle !!!

    Bien que cela aille de soi, en effet, j'entendais encore voici quelques jours dans un reportage, un haut responsable d'une multinationale déclarer que c'était une idée "un peu extrémiste" et que l'eau devait être une marchandise à vendre comme les autres ...

    Je me réjouis vivement de voir que l'ONU vient de courcircuiter ce genre de pensée perverse !



    [ Message édité par : Francoise : 02-08-2010 08:46 ]

      Profil  Citation   
    Francoise
    10274       

    Francoise
      Posté : 13-08-2010 09:11

    Début de la prise de conscience que la Nature est une ressource renouvelable
    qui ne doit pas être détruite par l’exploitation du sous-sol. (2)



    Sur la première page de ce post, le 10/07/2009, Alain signalait que L’Equateur renonce à exploiter le pétrole du Yasuni

    On en reparle aujourd'hui . Les négociations avec le PNUD (*) ont duré 6 mois. A titre de compensation, Quito demande 3,6 milliards de dollars (2,7 millions d'euros) à la communauté internationale. Un Fonds Yasuni ITT a été créé . La signature de l'accord devait avoir lieu le 3 Août.


    "Administré par le PNUD sous contrôle équatorien, le Fonds est appelé à recueillir et à gérer les apports des pays, des entreprises et des individus qui souhaitent soutenir ce projet innovant. L'Allemagne, l'Espagne, la Belgique, la France et la Suède ont notamment annoncé leur soutien. Quito reste discret sur les montants négociés."
    ........

    "L'accord et les documents annexes font au total 200 pages. Energies renouvelables, reforestation, réserves naturelles, développement social de l'Amazonie, sciences et technologie : cinq domaines prioritaires d'investissement ont été définis pour l'utilisation des fonds."
    ........

    "Sur la base du prix de la tonne de carbone sur le marché des "droits à polluer", Quito évalue à environ 7 milliards de dollars la valeur de la non-émission de carbone résultant de l'absence d'exploitation du pétrole. L'Equateur demande à la communauté internationale d'en assumer la moitié, payable en douze ans."
    .......

    ""Le drame de BP dans le golfe du Mexique montre que la technologie la plus perfectionnée ne supprime pas le danger potentiel de l'extraction pétrolière", (...) . De fait, le gouvernement de Barack Obama a récemment manifesté son "intérêt" pour l'initiative Yasuni. Plusieurs pays – l'Indonésie, le Vietnam, le Guatemala – envisagent d'emboîter le pas à l'Equateur. Et de "yasuniser" certaines de leurs ressources non renouvelables."

    Lire l’article ici

    (*) PNUD | Programme des Nations Unies pour le développement

    [ Message édité par : Francoise : 13-08-2010 09:13 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 13-08-2010 10:01



    Merci chère Françoise.

    Une petite correction toutefois: l'article mentionne bien que "3,6 milliards de dollars (2,7 millions d'euros)"; mais il s'agit d'une erreur grossière : 1$ = 0.775608 €, d'où 3.6 milliards de dollars valent 2,79 milliards d'euros (et non millions).

    Les erreurs sont fréquentes dans TOUS les articles, cela oblige à relire consciencieusement n'importe quel article même de bonne source.

    Amitiés à tous.

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 13-08-2010 10:02 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Francoise
    10274       

    Francoise
      Posté : 14-08-2010 07:56


    En effet ! Merci de ta vigilance, cher Alain.

    J'ajoute que si cet exemple est à encourager, c'est tout de même une bien drôle de chose que d'avoir créé un "marché des droits à polluer" !!!

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 14-09-2010 03:50



    Merci chère Françoise.

    Et oui le droit à polluer est une bien drôle de chose. Je continue mon inventaire des des initiatives bénéfiques.


    Début de la prise de conscience de la valeur du savoir traditionnel – Part II

    Lancement d’un Institut international des savoirs traditionnels.



    Au cœur de l’été, la nouvelle est passée relativement inaperçue. À l’occasion du programme de la Banque mondiale des savoirs traditionnels, dont la mise en place a tout juste commencé dans le cadre de l’UNESCO, un nouveau dispositif a en effet été annoncé. Un « Institut international des savoirs traditionnels » sera installé en Italie. Il devrait gérer la collecte des données relatives à ces savoirs, mais également assurer leur promotion.

    Cette nouvelle est loin d’être anodine : elle s’inscrit dans le mouvement de reconnaissance et de valorisation de ces savoirs et savoirs-faire produits de l’activité intellectuelle d’individus ou de communautés et détenus par eux selon des règles coutumières depuis des millénaires. Ces savoirs traditionnels, longtemps préoccupation des seuls anthropologues, sont désormais l’objet d’attention des juristes en propriété intellectuelle.



    Savoir traditionnel : la reconnaissance



    Rizières en terrasse dans le Yunnan, en Chine. Quelle beauté !



    Voici ce qu’en dit National Geographic :

    Le plus grand répertoire des savoirs traditionnels

    Inventorier, sauvegarder et promouvoir les techniques durables : l’Institut international des savoirs traditionnels représente une nouvelle étape dans la protection de l’environnement.

    Réintoduire des techniques traditionnelles préhistoriques, autrefois utilisées pour bâtir le paysage agricole comme les cultures en terrasses ou les systèmes de recueil de l’eau de pluie, est l’un des nombreux objectifs de l’Institut international des savoirs traditionnels (International Traditional Knowledge Institue, ITKI). « L’Institut vise à créer un centre international pour l’étude et la diffusion des savoir-faire du monde entier et de les réhabiliter dans un usage novateur », explique Giulia Dagliana, en charge des activités de développement et de coopération de l’ITKI. A l’instar des méthodes d’irrigation vieilles de 3 000 ans, comme les galeries drainantes souterraines utilisées au Sahara, en Chine ou en Iran, des milliers de solutions anciennes ou actuelles à la désertification, au manque d’eau, aux éboulements ou au gaspillage d’énergie sont à préserver.

    « Ce que nous voulons, c’est reprendre le fil de la tradition, expliquait Pietro Laureano, président de l’ITKI, lors de la présentation officielle du projet en mai dernier. Le patrimoine culturel ne se trouve pas seulement dans les monuments ou les galeries. Il est inscrit dans le territoire, les ouvrages et les paysages façonnés par l’homme. » Soutenu par l’Unesco, l’Institut, installé près de Florence, en Italie, collectera les techniques anciennes mais aussi les réalisations modernes qui viendront enrichir la banque mondiale des savoirs traditionnels (Traditional Knowledge World Bank, TKWB), créée en 2005. Pour Giulia Dagliana, la conservation et la diffusion des savoirs traditionnels sont aujourd’hui une priorité « si nous voulons que les innovations, anciennes ou à venir soient au service d’un monde durable. »

    Oriane Laromiguière

    Je me réjouis de tout ceci qui est bien. Encore fauda-t-il remettre certaines de ces connaissances en pratique partout où cela se pourra..

    Amitiés à tous

    Lisez National Geographic un magazine d’une qualité irremplaçable.



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Alain : 18-09-2010 03:55 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 18-09-2010 04:19



    Les bonnes initiatives du dernier sujet se multiplient. Tant Mieux !

    Début de la prise de conscience de la valeur du savoir traditionnel – Part III

    La protection des savoirs traditionnels en Afrique.



    Le directeur général de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), M. Francis Gurry, s’est félicité de l’adoption par les États membres de l’Organisation régionale africaine de la propriété intellectuelle (ARIPO) d’un nouvel instrument juridique qui tend à protéger les savoirs et le folklore traditionnel. Sa version anglophone est l’AIPO pour African Intellectual Property Organizations -



    La situation de la propriété intellectuelle en Afrique



    Des progrès restent visiblement à accomplir et sur la carte AIPO et ARIPO sont inversés.



    Citation :

    La protection des savoirs traditionnels renforcée en Afrique

    M. Gurry a qualifié l’adoption, en début du mois, à Swakopmund (Namibie), du Protocole de Swakopmund relatif à la protection des savoirs traditionnels et des expressions du folklore d’étape historique pour les 17 États membres de l’ARIPO et de “tournant dans l’évolution de la propriété intellectuelle”.

    Le Protocole, dont l’objet est de préserver et de protéger l’utilisation des différents systèmes de savoir et des diverses cultures de l’Afrique pour le développement durable du continent, entrera en vigueur après avoir été ratifié par six États membres de l’ARIPO.

    Élaboré par des experts africains pendant une période de six ans, le Protocole de Swakopmund est une solution adoptée pour faire face à l’appropriation illicite ou à l’utilisation abusive des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles du continent.

    Le Protocole a été élaboré en coordination avec un instrument similaire mis au point pendant la même période par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), qui rassemble 16 pays d’Afrique de l’Ouest, et adopté en juillet 2007. L’OMPI a contribué aux deux processus d’élaboration, à la demande de l’ARIPO et de l’OAPI.

    M. Gurry a souligné que l’OMPI était prête à apporter son soutien aux États membres de l’ARIPO et de l’OAPI dans l’élaboration de législations nationales visant à protéger les savoirs traditionnels et les expressions culturelles traditionnelles.

    Des négociations sont en cours au sein du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore de l’OMPI (IGC) en vue de l’élaboration d’un instrument juridique international qui permettrait de protéger efficacement les savoirs traditionnels et les expressions culturelles traditionnelles. À la suite de la réunion fructueuse du groupe de travail intersessions tenue en juillet 2010, l’IGC de l’OMPI se réunira de nouveau en décembre 2010.

    La reconnaissance des apports des peuples premiers et non occidentaux progresse rapidement, c’est bien.

    Amitiés à tous.

    Veuillez consulter le site de l’ICRA pour plus d'information http://www.icrainternational.org/


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Alain : 18-09-2010 04:34 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 25-09-2010 03:38



    Les bonnes initiatives continuent. Tant Mieux !


    Le début de la reconnaissance officielle des droits des peuples premiers – Part II

    La République centrafricaine ratifie la Convention 169 de l’OIT sur les droits sur les peuples indigènes et tribaux



    RAPPEL : Depuis 2001, Sens de la vie a, pour sa part, beaucoup fait aussi pour eux, notamment dans la « Faculté du Cosmos », la « Piste rouge », enfin et surtout en développant quelques idées qui ne figurent pas (étonnamment) dans les Droits de l’homme, ce sont au sein de la page où le site fait appel à le soutenir : les 6 Droits humains basiques


    Extrait : Le premier est la reconnaissance du Droit pour tous les peuples, et tous les individus qui le demandent, de pouvoir disposer gratuitement de leurs terres, ou d'une terre, et ce comme ils l'entendent afin de subvenir eux-mêmes à leurs besoins, notamment alimentaires, librement et indépendamment de toute industrie.

    De même que la Déclaration de l’ONU sur les peuples autochtones, il s’agit d’un instrument international qui concerne spécifiquement les droits de ces peuples et prévoit de nombreuses mesures pour la protection de ces droits. La convention est fondée sur la reconnaissance de la diversité culturelle et ethnique et met l’accent sur les principes de la consultation et de l’autodétermination.


    L'Organisation internationale du travail



    Créée pour promouvoir le travail décent à travers le monde protège maintenant les peuples premiers.



    Citation :

    La République centrafricaine ratifie la Convention 169 de l’OIT

    Dans le cas de la RCA, la ratification de la Convention engage le gouvernement à prendre des mesures systématiques pour protéger les droits des peuples de cueilleurs-chasseurs des forêts tropicales humides et des bergers nomades mbororos, à garantir le respect de leur intégrité et à créer des mécanismes appropriés et efficaces qui permettent leur consultation et leur participation aux affaires qui les concernent.

    Les chasseurs - cueilleurs autochtones des forêts tropicales humides, notamment les communautés pygmées, mènent une vie semi-nomade au cœur de la forêt à laquelle ils sont inextricablement liés. Il s’agit de 3,8 millions d’hectares de forêt dense, situés dans le sud-ouest de la RCA (Ombella-M’Poko, Lobaye, Sangha-Mbaéré et Mambere-Kadei).

    Ces communautés chassent avec des filets, des lances, des arcs et des flèches, ou en enfumant des terriers. Elles pratiquent également l’agriculture sur brûlis, qui consiste à défricher une zone de la forêt, et à rassembler et brûler la biomasse qui en résulte, pour y cultiver du manioc, des bananes, du taro, de l’igname, du maïs, des cacahuètes, des palmiers à huile, du café et des arbres fruitiers, comme par exemple le manguier et le mandarinier.

    “La forêt est notre foyer (ndima); nous en sommes les propriétaires et nous la préservons”, disent les peuples autochtones des forêts de la RCA. Pour eux, la notion de propriété individuelle n’existe pas ; la forêt appartient à toutes les communautés.

    Pourtant, la presque totalité des 3,8 millions d’hectares de forêt dense du sud-ouest du pays appartient légalement à l’État, seul propriétaire de la terre. L’État cède des portions de forêt à des fins d’exploitation, “pour une période égale à la durée de vie de l’entreprise”, ou à des organisations et projets de conservation, limitant de ce fait l’accès des peuples autochtones à de grandes étendues de leurs terres ancestrales et à leurs ressources.

    Les peuples autochtones affirment en général, par exemple, que “l’abattage d’arbres à chenilles et l’ouverture de pistes que font les travailleurs des entreprises forestières, ce qui encourage le braconnage, et la demande toujours plus grande de produits forestiers, tout cela influe sur la disponibilité de gibier et des produits que nous cueillons. Les chenilles se raréfient, de même que le gibier”.

    À Bayanga, les peuples de Mossapoula, qui vivent à un kilomètre du parc national de Dsangha-Sangha, ont déclaré qu’ils avaient des difficultés pour trouver de la viande d’animaux sauvages.
    En vertu de la loi coutumière, qui continue de jouer un rôle important, les terres où habitent les peuples autochtones sont souvent les jachères des Bantous ; cela provoque des conflits parce que la jachère appartient à la personne qui l’a défrichée (suivant la “loi de la hache”).

    Pour les peuples autochtones de la RCA, qui ont toujours été marginalisés de la société centrafricaine, la ratification de la Convention 169 de l’OIT pourrait bien être le tremplin qui leur permettrait de revendiquer la possibilité d’exercer leurs droits, surtout en ce qui concerne l’accès à la terre et aux ressources naturelles dont ils dépendent, mais aussi leurs droits civiques, sociaux et économiques.

    The Rainforest Foundation

    La RCA occupe une place particulière dans mon cœur, comme vous allez en juger.

    - Parti deux fois à la chasse en R.C.A dans le but de tuer un lion à l'arc, il m'a fallu changer d'idée prestement et définitivement, car en fait j'ai réalisé sur place à quel point j'étais vulnérable face à eux. Si on les chasse sportivement à pied, les lions sont toujours des animaux très dangereux, du reste ils ont tué beaucoup de chasseurs, j'en connais moi-même. Dont un qui a survécu, car le lion le croyant mort, et n'étant pas affamé, s'est contenté de lui manger une fesse, ce qui lui a quand même ôté deux kilos de chair ! C'est ce qui rend cette chasse passionnante

    - Ces chasses m'ont aussi permis de vivre auprès de peuples admirables particulièrement en RCA. Peu touchés par notre civilisation. Je n'ai rencontré parmi eux de primitifs. Ces gens ont suivi des voies d'évolution différentes de la nôtre, c'est tout. Il sont civilisés eux aussi: souvent plus propres, toujours plus polis, plus gais et surtout moins agressifs que nous. Pourquoi le blanc veut-il, toujours et à tout prix que le monde entier se conforme à ses préjugés, et adopte son mode de vie ? Les peuples chasseurs ont leurs compétences propres. Il faut chasser avec un Youlou ou un Pygmée Baminga de Centrafrique pour le comprendre et voir à quel point nous sommes dégénérés.

    Amitiés à tous.


    Veuillez consulter le site de l’ICRA pour plus d'information http://www.icrainternational.org/


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 18-11-2010 02:16 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Francoise
    10274       

    Francoise
      Posté : 29-09-2010 05:03

    Début de la prise de conscience de la valeur du savoir traditionnel – Part IV

    Les savoirs kanak bientôt « brevetés ».



    Encore une nouvelle encourageante !

    Au cours du mois de septembre ,
    "le gouvernement a examiné le premier jet d’un projet de loi qui invente le concept de droits intellectuels autochtones, taillé sur mesure pour défendre et valoriser les savoirs coutumiers kanak. Lorsque cette loi du pays aura abouti, la Nouvelle-Calédonie sera à l’avant-garde de la protection des savoirs traditionnels."
    ............
    "Il s’agit de tailler sur mesure un système juridique protégeant les savoirs kanak, dans le respect de l’esprit et des valeurs de la coutume. Des savoirs, artistiques, culturels et biologiques, qui se transmettent oralement de génération en génération et que d’autres s’approprient pour en tirer seuls les bénéfices."
    ..........
    "« L’idée, c’était de partir de la pratique, des questions soulevées par nos vieux, par nos clans »"
    .......
    "Pas question d’appliquer ici la notion de propriété intellectuelle du Code civil français pour protéger la culture traditionnelle kanak. D’abord parce que « ces savoirs ne sont pas la création d’individus, mais sont hérités des générations antérieures », précise Régis Lafargue. Ensuite parce que « la Nouvelle-Calédonie a, de toute façon, compétence en droit coutumier et pas en droit civil ».../...

    La solution passe alors par l’invention du concept de droits intellectuels autochtones, complètement modelé sur la situation calédonienne.
    « Chaque génération présente est le dépositaire et le gardien de ce patrimoine collectif autochtone inaliénable », pose le conseiller à la Cour de cassation"


    Lire tout ici

    Informations Wikipédia sur la Nouvelle-Calédonie


    [ Message édité par : Francoise : 29-09-2010 05:05 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 22-10-2010 07:24




    Début de prise en compte de la valeur économique de la Nature - Part III

    La Norvège crée un indice pour évaluer l'état de la nature



    Reuters/François Lenoir



    Se considérant elle-même comme un terrain d'expérimentation, la Norvège a créé un indice qui permet d'évaluer l'état de la nature, qu'elle présente comme une première étape avant une éventuelle valorisation économique de "services gratuits" comme la pollinisation des insectes ou l'expansion des forêts. Mis au point cette année, cet indice sera présenté lors de la convention sur la diversité biologique de l'ONU qui se tient jusqu'au 29 octobre à Nagoya, au Japon.

    Cet indice révèle que les mers, les eaux côtières, les eaux douces et les montagnes de Norvège sont en bon état, contrairement à ses forêts et à ses plaines. Oslo dit avoir utilisé 309 indicateurs pour obtenir ce qu'il qualifie de "premier indice de nature au monde", qui compare 2010 à 2000 et 1990. Sur une échelle de 0 à 1, l'eau douce obtient l'indice 0,8, loin devant les forêts avec 0,4.

    La mauvaise connaissance de l'état de la nature va peser sur la conférence de Nagoya, dont les participants vont tenter de fixer de nouveaux objectifs concernant la disparition d'espèces d'ici à 2020. Un rapport de l'ONU présenté mercredi chiffre à entre 2 et 4,5 milliards de dollars par an le coût des dégâts causés au capital de la nature. Or, ces pertes ne sont pas prises en compte dans le calcul du PIB.


    Source


    Rassembler tous ces indices en un seul et intégrer la Nature dans le calcul du PIB est l’objectif de la Norvège. Ce serait une grande première si cela venait à être appliqué véritablement et par de nombreux pays.

    L’idée n’est cependant pas nouvelle, en effet un rapport datant de 2009 posaient les bases de cette évaluation économique de la Nature. Preuve chiffrée de tout ce qu’elle nous apporte, ou plutôt de ce qu’on lui prend: Début de la prise en compte économique de la Nature

    La conscience progresse mais il reste du chemin

    Amitiés

    Patrick


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Moderateur : 26-10-2010 03:07 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 26-10-2010 02:27



    Merci cher Patrick

    Les bonnes initiatives continuent encore et encore. Tant Mieux !


    Début de prise en compte de la valeur économique de la Nature - Part IV

    La biodiversité nous offre 23.500 milliards d'euros par an



    RAPPEL : Une des raisons majeures de la destruction aveugle des écosystèmes, ou plus simplement de la surexploitation de certains produits naturels, est que la valeur de ceux-ci ne figurent pas à charge dans aucun bilan pour ceux qui les détruisent ou les exploitent. Par exemple : les comptes d'une pêcherie industrielle mentionnent toutes sortes de charges (salaires, fuel, taxes, etc..) SAUF le poisson lui-même qui est supposé être gratuit pour celui qui le capture.

    Mais le principe même de cette gratuité fausse tout, puisque prélever quoi que ce soit sur le milieu naturel, équivaut à prendre sans payer une partie d’un bien commun à toute l’humanité. Certains commencent à s’en rendre compte sérieusemen : présenté mercredi à Nagoya, le rapport Sukhdev prône l'intégration des services rendus par les écosystèmes dans l'économie.

    2010, l'année internationale de la biodiversité



    La nature est si riche que nous sommes très loin de la connaître



    Extrait :
    La question se fait de plus en plus insistante : faut-il s'intéresser à la valeur des services rendus par les éco­systèmes ? Faut-il donner un prix à la nature ? Mercredi, la synthèse du rapport final sur l'économie de la biodiversité a été rendue publique, à la faveur du sommet international sur la biodiversité qui se tient à Nagoya (Japon) sous l'égide de l'ONU. Commandé par l'Europe à un groupe de travail piloté par l'économiste indien Pavan Sukhdev, le document, fruit de trois ans de travail, entend démontrer l'intérêt qu'il y a à évaluer ce que peut coûter la non-préservation de la biodiversité. Un travail inspiré par celui rendu en 2006 par Nicholas Stern sur le climat. «Cette nouvelle approche peut réinitialiser la boussole de l'économie et ouvrir une nouvelle ère dans laquelle la valeur des services de la nature est rendue visible et devient une composante explicite du processus de décision dans le monde politique comme dans le monde des affaires», a expliqué Pavan Sukhdev.

    «Il existe aujourd'hui un très grand nombre d'études sur ces questions», précise de son côté Bernard Chevassus-au-Louis, qui a présidé une commission du conseil d'analyse stratégique sur l'économie de la biodiversité. Le rapport a été publié en 2009. Dans sa dernière lettre, le Commissariat général au développement durable, reprenant un chiffrage de la commission Sukhdev, rappelle que les services rendus par la nature sont estimés «à 23.500 milliards d'euros par an», soit la moitié du PIB mondial.


    Reste en amont un problème essentiel : «la méconnaissance que l'on a encore souvent de la biodiversité», a rappellé Flora Pelegrin, l'une des représentantes de la Fondation pour la biodiversité.

    Il faudra bien commencer par là.

    Amitiés à tous.

    Lire 23.500 milliards d'euros par an grâce à la biodiversité



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 27-10-2010 02:23 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 06-11-2010 12:45



    Bonjour à tous,


    Suite de la prise de conscience des causes de la situation actuelle

    Vers une protection plus importante de la biodiversité


    L'ONU salue le succès historique de la Conférence de Nagoya sur la biodiversité




    2010, l’année internationale de la biodiversité





    "C'était une conférence historique. Historique pour la participation, avec près de 15 000 personnes. Historique pour la variété de cette participation, avec la présence de ministres et membres de gouvernement, de représentants de collectivités locales, d'organisations non gouvernementales, du secteur privé ou de la jeunesse. Historique pour le résultat : avec deux accords majeurs", a déclaré mardi 2 novembre le Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique (CDB), Ahmed Djoghlaf. Il revenait de Nagoya, au Japon, où s'est déroulée du 18 au 29 octobre la 10ème Conférence des parties à la Convention de l'ONU sur la diversité biologique, au terme de laquelle les 193 Etats parties ont adopté deux traités internationaux d'importance majeure pour la protection de la biodiversité.


    Le premier traité est un nouveau plan stratégique pour lutter contre la perte de biodiversité d'ici à 2020. Il prévoit notamment d'augmenter la superficie des terres protégées et des parcs nationaux à 17% de la surface terrestre de la Terre, contre près de 12,5% aujourd'hui, et d'étendre les zones marines protégées à 10% de la surface maritime de la planète, contre moins de 1% actuellement.

    Avec ce plan stratégique, les Etats s'engagent également à sauver d'ici à 2020 toutes les espèces connues qui sont à l'heure actuelle menacées d'un risque d'extinction. Ils entérinent le principe d'une "approche de précaution" dans l'exploitation des zones riches en biodiversité dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et le développement des biocarburants de synthèse.


    Le second traité adopté à Nagoya et qualifié par Ahmed Djoghlaf "d'historique" est un protocole additionnel à la Convention sur la diversité biologique, destiné à régir l'accès aux ressources génétiques et le partage des bénéfices de leur exploitation.

    "Après 18 ans de discussions, quatre ans de rédaction du texte, ce protocole voit finalement le jour, c'est un énorme succès, la première fois dans l'histoire qu'un traité sur les ressources génétiques est signé"

    « Avec le partage des bénéfices issus de la nature, on donne une raison aux populations autochtones de protéger ces plantes qui nous procurent du bien-être et on donne à ces hommes les moyens de le faire"
    , a souligné Ahmed Djoghlaf.



    Article source



    La prise de conscience se poursuit !

    Amitiés

    Patrick



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 18-11-2010 03:02



    Bonjour à tous et merci cher Patrick


    Le début de la reconnaissance officielle des droits des peuples premiers – Part III

    L’Australie va reconnaître les Aborigènes dans sa Constitution



    RAPPEL : depuis 2001, Sens de la vie a beaucoup fait aussi pour eux, notamment dans la Faculté du Cosmos, cours 8 où sont évoqués mon témoignage et mon ami François Giner ainsi que la Fondation qu'il a créée pour aider les peuples Ngalabon et Murrango de la terre d'Arnheim (Australie du nord), dans le but de conserver leur culture et sauver leur territoire. Visitez les au Bodeidei camp



    Reconnaissance des Aborigènes



    Un aborigène typique.



    Citation :

    Australie: référendum prévu pour reconnaître les Aborigènes dans la Constitution

    L'Australie va organiser un référendum national pour l'introduction dans la Constitution du pays d'un paragraphe sur la reconnaissance des Aborigènes, a annoncé ce lundi le Premier ministre Julia Gillard, près de trois ans après la présentation d'excuses publiques aux premiers habitants du pays.Pour le Premier ministre, “Le gouvernement Gillard s'est engagé à renforcer les relations entre les Australiens indigènes et les Australiens non indigènes, en organisant un référendum à ce sujet”.

    L'Australie est face “à une occasion qui ne se présente que tous les 50 ans”, avec un parlement favorable et le soutien de la population, a ajouté Mme Gillard. “Nous sommes arrivés au pouvoir en sachant que des changements étaient nécessaires, sur un plan émotionnel, et pratique”, a-t-elle ajouté. “La reconnaissance des Australiens indigènes - Aborigènes et peuples du détroit de Torrès - dans la Constitution australienne est la prochaine étape de ce voyage”, selon elle. Il s'agira du premier référendum organisé en Australie depuis 1999.

    Julia Gillard a indiqué qu'il était primordial de construire un consensus avant la tenu du vote, qui ne se déroulera pas avant au moins un an. Un groupe d'experts va examiner le sujet et rendre son rapport d'ici la fin de 2011.


    C’est un changement d’attitude notable.

    Il faut savoir aussi qu’en 40.000 ans leurs sociétés n'ont jamais connu la guerre, car ces peuples sans écriture ont inventé une structure sociale très complexe rendant ce phénomène impossible ; celle-ci étant - en simplifiant à l'extrême - liée au devoir pour chacun d'appartenir à une "terre" qu'il doit servir à des instants et lieux précis et ne jamais abandonner, et aussi de ne pouvoir contracter mariage qu'avec des partenaires d'un clan donné liés eux aussi à une terre donnée, ces obligations étant nées des ancêtres du "temps du rêve" Niyunghyunggi.

    Amitiés à tous.


    Veuillez consulter le site de l’ICRA pour plus d'information http://www.icrainternational.org/


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Alain : 02-12-2010 03:34 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 23-11-2010 06:35



    Bonjour à tous,


    Suite de la prise de conscience des causes de la situation actuelle


    Vers des villes plus proches de la Nature



    Grenelle de l'Environnement : comment restaurer la nature en ville ?






    Dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, la désormais ancienne secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a présenté vendredi dernier les grandes lignes d'un plan d'action visant à "restaurer et valoriser la nature en ville".

    Elaboré pendant un an pour la période 2010-2012, ce plan est né d'une concertation entre élus, experts, chercheurs, entrepreneurs, agriculteurs, urbanistes, ou encore architectes. Il s'agit de la traduction de l'engagement 76 du Grenelle de l'environnement, qui prévoyait de restaurer la nature en ville et donc ses diverses fonctions à la fois énergétique, thermique, sanitaire (eau, air, bruit, déchets), esthétique, ou encore psychologique, précise dans un communiqué le ministère de l'Ecologie. Ce dernier souligne qu'il a pour visée d'"ancrer la ville dans sa géographie et son milieu naturel" et de "développer les espaces de nature en quantité et en qualité".

    Au total, ce sont 37 actions qui ont été intégrées à ce plan.

    Lire la suite


    Amitiés

    Patrick




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 23-11-2010 06:36 ]

      Profil  Citation   
    Aller à la page : [ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 ]
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.