Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

15 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  mercredi 22 novembre 2017
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 19 228 482
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » O.G.M » » OGF, biologie 'synthétique', mutations, irradiations et PRIVATISATION du vivant !
    Auteur OGF, biologie 'synthétique', mutations, irradiations et PRIVATISATION du vivant !
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 27-02-2009 05:41

    Après les OGM, voici à l'horizon, les OGF ou Organismes Génétiquement Fabriqués ! Un beau bordel de plus en perpective !

    ***

    Le cycle INGENIERIE DU VIVANT 2.0 porté par VivAgora, La Cité des Sciences et de l’industrie et l’Institut de recherche sur l’innovation du Centre Pompidou propose de mettre en débat les perspectives et enjeux de la biologie synthétique.

    La BIOLOGIE SYNTHETIQUE en question
    Cycle 2009 de Débats Publics de mars à décembre 2009
    co-organisé par VivAgora, La Cité des sciences et de l’industrie,
    L’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou
    Une conférence de lancement le mardi 3 mars 2009 de 9h30 à 13h00


    Une première en France : " La biologie synthétique, qui permet de construire artificiellement des êtres vivants inédits , est mise en débat, alors que le Groupe d’éthique européen s’empare de ce sujet comme le Comité d’experts sur les risques émergents (SCENHIR) de la Commission Européenne."

    "Des inventions qui nous concernent : Alors que la création des OGM (organismes génétiquement modifiés) se limite à des transferts de portions de gènes, la biologie synthétique élabore sur mesure des « OGF », organismes génétiquement fabriqués. On construit déjà des virus au génome synthétique, des biobriques qui réalisent des fonctions originales, des bactéries devenues « bio-raffineries miniatures» pour obtenir des produits pharmaceutiques, réparer des tissus, décontaminer des sites pollués, élaborer des biosenseurs, produire de l’énergie (biocarburants)….

    Ces projets marient l’électronique, l’informatique, la cybernétique et le vivant. De ce fait, ils brouillent les repères entre le naturel et l’artificiel, entre le vivant et l’inanimé. Ils confrontent nos sociétés à d’importantes questions en matière de sécurité, de contrôle et de responsabilité.

    Les prochains OGM en question : Pour contribuer à une gouvernance coopérative, VivAgora met en relation les acteurs de la biologie synthétique (chercheurs, industriels…) et la société civile afin de débattre des fins et moyens et de contribuer à des politiques durables et éthiques , fondées sur la confiance."

    L’association VivAgora pour l’engagement citoyen dans la gouvernance des technologies invite les médias à jouer leur rôle d’information et de vigilance sur les enjeux essentiels de la transformation du vivant.

    En savoir plus ici :
    -> http://www.vivagora.org





    [ Message édité par : Moderateur : 20-04-2009 15:35 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 20-04-2009 15:32

    L'article qui suit, dont j'ai repris de larges extraits montre à quel point il est urgent que ceux qui le peuvent conservent d'année en année leurs propres semences et de s'unir pour le faire ! La "privatisation" de la Vie poursuit son cours... Pouvions nous imaginer il y a encore 20 ans d'avoir un jour à écrire des mots aussi horribles que ceux là !?

    MENACES SUR LA BIODIVERSITÉ
    « L’industrie génétique remet en cause la possibilité pour nos enfants de se nourrir »


    "OGM de deuxième génération, plantes mutées à coup de radiations, semences de synthèse dont les gènes seront numérisés et privatisés Guy Kastler nous décrit ce que préparent les multinationales de l’industrie génétique et agroalimentaire. Des projets à faire frémir. Le délégué général du Réseau semences paysannes explique également comment nous, jardiniers paysans ou simples citoyens urbains, pouvons empêcher cette destruction programmée du vivant."
    .........
    "...nous mangeons tous des blés mutés ou des potagères mutées. Contrairement aux plantes transgéniques, il n’y a aucune obligation d’information du consommateur.
    ............
    "Depuis les années 1950, les chercheurs travaillent sur des cellules qu’ils soumettent à un stress important : par irradiations – bombardements au cobalt ou rayons gamma – ou avec des produits chimiques très agressifs comme la colchicine. C’est ce stress qui provoque une mutation de gènes aussi appelée « mutation incitée » par l’AIEA.../... La connaissance aujourd’hui du génome de la plante rend la méthode de la mutagénèse intéressante économiquement et industrialisable..../...La mutation incitée est considérée comme une « méthode de sélection traditionnelle », une tradition pourtant bien récente.
    .........

    "La bagarre contre les OGM de première génération – OGM pesticides et/ou OGM résistants à un herbicide – n’est pas gagnée en Europe. Depuis 15 ans cependant, nous maintenons un rapport de force qui nous est favorable et qui est important pour les pays du Sud car il justifie leurs moratoires. Mais cela risque d’évoluer avec l’arrivée sur le marché des OGM de deuxième génération. Ces Ogm sont dits « sécurisés » et « éco-compatibles » car ils sont censés garantir l’absence de risque pour l’environnement et la coexistence entre les cultures OGM et les autres cultures. Leur transgène deviendrait inactif avant la floraison ou la récolte, ou ne serait pas activé sans l’usage d’un produit chimique. Cela empêcherait toute contamination. Actuellement, ces OGM de deuxième génération font l’objet de recherches dans le cadre d’un programme appelé « Transcontainer » financé par la Commission européenne.
    ..........

    (Biologie synthétique)

    " la plante entière étant fabriquée par synthèse, les chercheurs n’ont plus besoin de graines vivantes mais seulement de leur séquence génétique numérisée dans un ordinateur."

    Les banques de semences, qui conservent la biodiversité des plantes cultivées, risquent-elles d’être abandonnées au profit de semences « numériques » privatisées ?

    C’est déjà le cas, notamment dans les pays du Sud. C’est la mission des Etats de préserver les ressources génétiques – animaux, microbes, plantes – et de les mettre à disposition de tous. Cette mission est d’autant plus essentielle dans les pays qui ont industrialisé leur agriculture que la biodiversité cultivée dans les champs a disparu. Cette mission est pourtant délaissée progressivement au prétexte de manque de crédits. Une partie des banques de gènes est aujourd’hui privatisée, avec un accès de plus en plus restreint pour l’agriculteur ou le jardiner. Toutes les firmes ont construit leurs propres banques de gènes grâce à leur accès facilité aux banques de semences publiques.

    Sur l’île de Svalbard en Norvège, les fondations Bill Gates et Rockefeller ont financé une banque de gènes dans laquelle sont entreposés dans le froid plus de 4,5 millions d’échantillons de semences. L’accès à cette banque est réservé aux institutions contrôlées par les multinationales semencières. Ces semences ne seront pas ressemées : elles perdront rapidement toute leur capacité de germination. Même mortes, elles pourront livrer leurs séquences génétiques aux ordinateurs de l’industrie, convaincue de sa capacité à recréer un monde artificiel à partir de ces seules séquences. Un monde qui sera totalement fiché par la marque des droits de propriété industrielle sur les gènes.

    Mais l’industrie ne pourra jamais faire des plantes capables de s’adapter partout. Elle en fabriquera quelques-unes pour toute la planète, qui ne pousseront qu’avec davantage d’engrais chimiques et de pesticides. En agissant ainsi, elle remet en cause la possibilité même de nos enfants de se nourrir.

    Comment éviter cette destruction du vivant ?

    "Créé en 2003, le Réseau Semences Paysannes s’est développé très rapidement avec l’apparition des OGM. Paysans et jardiniers ont pris conscience que s’ils ne voulaient pas avoir d’OGM, ils devaient s’emparer du travail de conservation, de sélection et de multiplication des semences. La première étape a donc été de se réapproprier les savoirs et les ressources génétiques pour les remettre dans les champs. Tout en continuant ce travail de réappropriation, nous sommes en train de passer à une deuxième étape. Face au risque de disparition de milliers de graines enfermées dans des banques, face à l’impossibilité de sélectionner des plantes saines à partir de semences commerciales modernes trafiquées – à cause de la perte de leur qualité nutritionnelle et du besoin d’engrais chimiques pour pousser – nous appelons à vider les banques de semences pour faire des maisons de la semence."
    ............

    Les lois actuelles empêchent (elles) les paysans de ressemer leur propre récolte !?

    "Le verrouillage juridique est de pire en pire. En France, les agriculteurs n’ont pas le droit d’échanger des semences. Ils ne peuvent plus ressemer une partie de leur récolte sans payer de royalties, c’est à dire une redevance aux semenciers. On parle de « contribution volontaire obligatoire » pour le blé tendre. C’est un système qui pourrait être étendu à toutes les espèces. On a encore le droit aujourd’hui d’échanger des semences qui ne sont pas inscrites au catalogue à titre payant ou gratuit si c’est pour une exploitation non commerciale. On peut par exemple vendre une semence à un jardinier amateur car il va consommer sa propre récolte et ne pas la vendre sur un marché. Mais cette dernière marge de manœuvre risque aussi de disparaître avec une réforme actuelle des règlements européens.

    Lire tout ici
    -> http://www.bastamag.net/spip.php?article477

    + le 19/05 Post associé :

    Menace de privatisation du vivant dit 'conventionnel' . Appel.
    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=8606&forum=7&a_p=


    [ Message édité par : Francoise : 19-05-2009 17:25 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 23-05-2010 10:38


    Création d'une cellule vivante avec un génome synthétique

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=8889&forum=25&a_p=1

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 25-07-2012 13:33




    Les plantes mutées arrivent en force



    "Elles ont tout des OGM, mais ne sont pas considérées comme tels. Les plantes mutées sont pourtant conçues en laboratoire, soumises à des évolutions génétiques à coups de pesticides, de chimie ou de rayons X, par mutagenèse. Elles arrivent maintenant dans nos assiettes.

    Sans réglementation, sans traçabilité, les plantes mutées pourraient même envahir la filière bio.

    Lire l’article +reportage video ici

    Ca n'arrête plus....
    Gardez précieusement les semences dont vous êtes certains de la provenance !



    [ Message édité par : Francoise : 25-07-2012 13:34 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 11-04-2013 17:25

    Alerte à la biologie de synthèse



    Voici deux phrases "édifiantes", vous ne trouvez pas ?


    "Avec la biologie de synthèse, vous avez un avantage, c’est que le grand public pour le moment ne connaît pas."

    (D. R, Sénateur, vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques)

    ***



    "J’estime essentiel de désamorcer les craintes que l’opinion publique peut éprouver à l’égard d’un domaine émergent, sur lequel elle n’est pas pour l’heure informée".

    (G F, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche - Assemblée nationale, 4 mai 2011)

    ***




    "Vous connaissez les OGM : des organismes vivants dont on modifie le patrimoine génétique, par exemple en y introduisant un gène d’une autre espèce. Avec la biologie de synthèse, les chercheurs poussent la folie au-delà de la manipulation : ils fabriquent de la vie en laboratoire. Ils créent de toutes pièces des organismes vivants artificiels (bactéries, micro-organismes, virus, etc.), dont l’ADN est assemblé comme un mécano. Ce n’est plus la nature qui organise le code génétique universel – qui sous-tend toutes les formes de vie sur Terre –, mais les ordinateurs qui en combinent de nouveaux. La machine, pilotée par des savants fous, prend le pouvoir sur l’évolution.

    Selon le patron du Génopole d’Évry, principal centre de recherche français dans ce domaine, il faut « considérer le vivant comme un immense mécano, à partir duquel sont imaginés et construits de nouvelles entités (bactéries), des micromachines (autoreproductibles ou pas), des systèmes qui n’existent pas dans la nature ». Bref, des aliens microscopiques. Les bactéries sont partout, jusque dans nos corps. On estime leur nombre entre 4 et 6 mille milliards de milliards de milliards à un instant donné. Elles sont essentielles à la fertilité des sols et à la croissance des végétaux, à l’autoépuration des milieux aquatiques, à notre digestion. C’est au socle de l’équilibre biologique sur Terre, à ce bien commun du vivant, que s’attaquent les chercheurs pour en tirer profit et puissance. Qui contrôle les bactéries, contrôle la vie.

    L’industrie utilise les micro-organismes artificiels pour produire les carburants, plastiques, médicaments et substances chimiques de demain. Ayant épuisé les ressources fossiles (pétrole, gaz), elle compte sur ces monstres pour fabriquer des molécules chimiques à partir de végétaux, comme on fait du vin à partir de raisin grâce aux levures naturelles.

    (Les grandes multinationales) et des dizaines de start-up pillent le vivant jusqu’au dernier brin d’herbe afin d’alimenter leurs « bio-usines ». Elles s’emparent des terres agricoles du Sud pour produire les plantes à faire « digérer » par leurs bactéries. Tant pis pour l’alimentation des humains. Elles saccagent le végétal qui permet notre vie sur Terre. Faut-il préciser que ces sources d’énergie, de plastiques, de composés chimiques ne sont ni propres, ni renouvelables, ni durables ? Elles sont le dernier progrès – et le nouveau nom de la catastrophe écologique : « l’industrie verte ».

    Les bactéries synthétiques servent aussi de « capteurs » pour détecter des polluants dans l’environnement. Que deviennent ces aliens lâchés dans la nature ? Qui l’emportera, entre organismes vivants et Terminators de laboratoire en guerre pour l’accès aux nutriments vitaux ?

    Ecoutez les apprentis-sorciers :
    « On a fait un “winner”, c’est-à-dire un Schwarzenegger des bactéries, tel que si on met en compétition [l’espèce] sauvage de départ et l’organisme reprogrammé, l’organisme reprogrammé gagne à tous les coups dans la compétition évolutive ».

    Non seulement une prolifération des organismes « reprogrammés » menacerait l’écosystème, mais nul ne sait à quoi aboutirait l’hybridation entre organismes vivants et artificiels – y compris dans notre intestin. Les scientifiques appellent ça des « propriétés émergentes inattendues ». Notre expérience de cobayes du mondelaboratoire nous rappelle que rien, en matière techno-industrielle, n’est plus attendu que l’inattendu (voir Seveso, Bhopal, Tchernobyl, AZF, Fukushima, l’amiante, le DDT, les pesticides).

    « Si les biologistes sont sur le point de synthétiser de nouvelles formes de vie, l’étendue des désastres qui pourraient être provoqués volontairement ou par inadvertance est potentiellement immense », avouait la revue scientifique Nature dès 2004.

    La société techno-industrielle nous contraint au toujours « plus vite, plus haut, plus fort ». Qu’importe la direction, seule la vitesse compte. Après la chimie, le nucléaire et les OGM, voici les nanotechnologies et la biologie de synthèse. Cette folie qui nous épuise, épuise aussi la Terre : pénurie des ressources, pollutions, contaminations, dérèglement climatique, extinction des espèces. La raison et l’instinct de survie nous commandent d’enrayer la destruction de la planète, de nos liens sociaux, de nos vies. Au contraire, chercheurs et industriels accélèrent la course à la mort, fascinés par leurs créatures et le pouvoir qu’ils en attendent. Puisque la biodiversité s’épuise, il faut « déployer une biodiversité artificielle », selon Philippe M , l’inventeur des bactéries Schwarzenegger. Une biodiversité artificielle rivale de la nature, au profit de l’industrie, vous en rêviez ?

    Déjà les transhumanistes, un puissant réseau de scientifiques qui vise l’hybridation de notre espèce avec des machines, afin de l’améliorer, militent pour doter l’humain de nouvelles fonctionnalités. Modifier notre génome par la biologie synthétique est une voie envisagée. Le généticien George Church, 4 créateur d’une « machine à évolution », défend l’idée eugéniste d’une sélection dirigée, par la fabrication artificielle de parties du génome humain. Il évoque aussi la « recréation » artificielle d’espèces disparues. Voulons-nous une vie synthétique d’hommes-machines dans un monde-machine ? Qu’importe notre avis, notre liberté s’arrête où commence celle des chercheurs."






    Lire l’article complet ici

    Source

    Transmission



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!




    [ Message édité par : Francoise : 12-04-2013 05:51 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 16-04-2013 07:31

    Allez, ça continue.....

    USA : La Cour suprême se demande si l’ADN humain peut être breveté...

    "Produit de la nature ou résultat d’une découverte scientifique, l’ADN humain peut-il être l’objet de brevets?
    C’est la question que s’est posée lundi la Cour suprême des Etats-Unis, dans un litige portant sur deux gènes liés aux cancers de l’ovaire et du sein.


    Lors d’une audience d’un peu plus d’une heure, les neuf sages ont semblé hésitants à prendre une décision radicale sur ce litige, qui pourrait avoir des répercussions importantes en biotechnologie et en recherche génétique.

    Ils ont examiné tour à tour l’exemple de l’or, produit naturel que l’on extrait du sol à des fins commerciales, d’une batte de baseball que l’on découpe dans le tronc de l’arbre, ou encore d’une plante que l’on retire de l’Amazonie à des fins médicales.

    « Extraire simplement un produit naturel n’est pas suffisant », ces produits tous issus de la nature ne peuvent pas être brevetés, a affirmé devant la haute Cour (...) l’avocat de l’Association de pathologie moléculaire qui, avec des chercheurs et des malades, conteste la décision de la société Myriad Genetics de breveter deux gènes permettant d’identifier un cancer du sein ou de l’ovaire.

    De son côté, l’avocat de Myriad, (...) a affirmé que les gènes étaient des « constructions humaines » et ne pouvaient pas être comparés à des organes humains, comme le foie ou le rein, qui ne peuvent pas être brevetés. Myriad a déposé neuf brevets pour ces deux gènes, qu’elle a isolés dans les années 90 et dont des mutations héréditaires accroissent fortement le risque de développer un cancer du sein ou de l’ovaire.

    Sur les marches de l’édifice, des chercheurs, des médecins et des femmes souffrant ou ayant souffert de ces cancers ont estimé que le monopole de Myriad empêchait la mise au point d’autres tests médicaux et entravait la recherche fondamentale.

    « La connaissance ne peut pas se breveter », a déclaré James W. , prix Nobel pour avoir co-découvert en 1953 la structure de l’ADN, auquel il « ne serait jamais venu à l’idée » de breveter sa découverte. Le Pr Harry O. , médecin et professeur de pathologie et génétique à New York s’est inquiété de l’absence de concurrence, qui l’empêche de proposer d’autres tests à ses « patients pauvres du Bronx ».

    Dans la majestueuse salle d’audience, la majorité des juges de la haute Cour n’ont pas caché leur inquiétude de voir Myriad s’octroyer la propriété d’un gène qu’elle a simplement isolé. Evoquant une nouvelle recette de biscuits au chocolat, la juge Sonia Sotomayor a estimé qu’elle pourrait déposer « un brevet sur l’invention » de la recette mais pas « sur le sel, la farine ou les oeufs ».

    L’avocat du gouvernement Obama, (...) , a prôné le compromis, estimant que « le matériel génétique synthétique » pouvait être breveté car il était la création de l’homme, par opposition aux gènes isolés du corps humain. Une voie médiane que les juges pourraient être tentés d’adopter. (*)

    Lire tout ici

    Voir : Supreme Court to decide if human genes can be patented

    (*) Voilà donc bien le but de la "biologie synthétique" et pour quoi la destruction de la nature a été voulue !



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

    [ Message édité par : Francoise : 16-04-2013 07:35 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 11-05-2013 14:46

    Semences: "la Commission européenne balaye 10.000 ans d'histoire agricole"





    Réduire comme peau de chagrin le droit des paysans à réutiliser leurs propres semences, rendre presque inaccessible au petit agriculteur ou maraîcher indépendant la reconnaissance de variétés et extrêmement difficile le troc de semences entre associations et planteurs.... c'est ce que la commission européenne tenterait de faire en ce moment même " balayant 10000 ans d'histoire agricole" de l'avis de José Bové !

    Une évolution monstrueuse , hallucinante et inacceptable qui n'a cependant rien pour étonner ceux qui suivent de près l'actualité sur la privatisation en cours du vivant.

    La Commission tente de justifier ses "propositions" en arguant qu'elles permettront de "simplifier" le régime d'enregistrement des semences et certifie que les petites entreprises et certaines semences de niche seront exemptées des obligations coûteuses de tests et d'enregistrement.

    Il est cependant bien plus probable - et c'est l'avis de l'association Kokopelli et d'autres petits associations oeuvrant dans ce domaine - que cela facilitera surtout les avancées des "poids lourds" de l'industrie de la semence et donc des plantes OGM et de tous les engrais chimiques et des pesticides qui vont avec !

    La biodiversité est de plus en plus en danger !

    "Les eurodéputés verts promettent quant à eux de combattre une proposition "contreproductive et dangereuse", mais....


    Lire l'article ici

    ""Cette loi stoppera immédiatement le développement professionnel des variétés de légumes pour les jardiniers amateurs, les producteurs bio, et les petits maraîchers", a déclaré (un) cultivateur cultive de légumes directeur d'un catalogue des semences naturelles. ""
    ..............

    "Bien que cette loi peut ne viser au début que les jardiniers professionnels, elle constitue un précédent pour se poursuivre tôt ou tard par les jardiniers amateurs et exiger qu'ils respectent ces mêmes stupides règlements."

    Lire : Vient de tomber : La Commission Européenne va criminaliser presque toutes les semences et plantes non enregistrées auprès des gouvernements

    Affaire à suivre....



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!



    [ Message édité par : Francoise : 11-05-2013 14:50 ]

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 17-10-2013 09:07


    Lettre de diffusion de Kokopelli





    SOS - la réforme de la législation (UE) sur le commerce des semences est une catastrophe !


    Chers adhérents, chers sympathisants, che(è)r(e)s ami(e)s,

    Voilà maintenant pratiquement deux ans qu’une réforme de la législation européenne sur le commerce des semences est ‘dans les tuyaux’ à Bruxelles. Après plus de 50 ans d’application d’un carcan législatif autoritaire et préjudiciable à la biodiversité, l’enjeu est important.

    Après des mois de discussions internes, la Commission Européenne a finalement publié sa proposition de Règlement, le 6 mai dernier.

    Le dossier se trouve maintenant entre les mains du Parlement Européen et du Conseil de l’Union Européenne.

    Au Parlement Européen, c’est la Commission Agriculture qui est chargée d’examiner ce dossier, sous le rapport du député italien Silvestris, du parti de Berlusconi. Celui-ci doit avoir déposé son rapport pour le 24 octobre. Le 26 novembre, il devrait être présenté en séance publique et le vote des députés, au sein de la Commission Agriculture, devrait intervenir le 4 décembre prochain.

    Nous avons donc très peu de temps pour faire connaître nos positions par rapport à ce texte.

    Sur le fond, la proposition de réforme est tout à fait inacceptable au regard de la préservation de la biodiversité et de la libération de nos semences de variétés anciennes, patrimoine de tous. Vous trouverez nos explications ci-dessous.

    Nous vous sollicitons tout spécialement aujourd’hui pour faire connaître à nos députés français siégeant à la Commission Agriculture du Parlement Européen notre rejet de ce texte et nos propositions.

    Si vous adhérez à nos positions, en totalité ou en partie seulement, vous êtes invités à leur écrire.

    Les modalités de votre participation sont expliquées ici

    L’Équipe de Kokopelli

    * * *




    La législation européenne sur le commerce des semences :
    une réforme écrite par et pour l’industrie semencière.


    Les variétés anciennes appartenant au domaine public toujours interdites de cité



    La Commission Européenne (DG SANCO), le 6 mai dernier, a finalement fait connaître sa dernière proposition de réforme (la 4e version) de la législation sur le commerce des semences. C’est le Collège des Commissaires Européens qui a fini par trancher, dans un contexte difficile où la DG SANCO était soupçonnée de couvrir une situation de conflits d’intérêts (participation de l’ancienne Directrice des Relations Internationales du GNIS, Groupement d’intérêt de l’industrie semencière française, en tant qu’« expert national », à la rédaction de la proposition), et où les DG Agriculture et Environnement, directement concernées par les mesures proposées, s’opposaient à l’adoption du texte en l’état.

    Le compromis trouvé n’a rien d’une simplification ou d’un progrès et la proposition législative aggrave le cadre normatif actuel. Il n’y a pas de refonte du système en profondeur : il s’agit du même cadre normatif actuel, assorti d’un chapelet de facilités offertes à l’industrie semencière, selon un modèle proposé par ses représentants.

    Pourquoi une aggravation du cadre normatif actuel ?

    La définition de la « commercialisation » des semences s’élargit, pour inclure désormais les transferts de semences non destinées à une utilisation commerciale.

    Or, actuellement, la définition de la commercialisation est la suivante :

    « Commercialisation: on entend la vente, la détention en vue de la vente, l'offre de vente et toute cession, toute fourniture ou tout transfert, en vue d'une exploitation commerciale, de semences à des tiers, que ce soit contre rémunération ou non.
    Ne relèvent pas de la commercialisation les échanges de semences qui ne visent pas une exploitation commerciale de la variété »
    La référence à une « exploitation commerciale de la variété », dans la définition actuelle de la législation, permettait d’exclure de son champ d’application les échanges de semences entre jardiniers amateurs, mais aussi la vente de semences à des utilisateurs non professionnels, en général. Cette exception, d’importance majeure, disparaît dans la proposition de la Commission.

    Des facilités nouvelles pour l’industrie semencière ?

    Un subtil changement dans la définition de la « variété » et du critère de « distinction », pour faire maintenant référence au « génotype », et non plus seulement aux « taxons botaniques », va permettre à l’industrie semencière de créer des centaines de variétés « nouvelles » absolument identiques entre elles sur le plan botanique, mais « différentes » sur le plan génétique.

    L’obtention de Droits de Propriété Intellectuelle (COV : Certificat d’Obtention Végétale) sur les variétés va donner un accès direct au Catalogue Officiel, ce qui va finir d’opérer la confusion totale entre régime de Droits de Propriété Intellectuelle et régulation du marché des semences.

    L’industrie semencière aura la possibilité de réaliser les examens et tests officiels obligatoires elle-même (pour l’enregistrement des variétés au Catalogue et la certification des semences), sans avoir à passer par l’administration, au moyen d’une « habilitation officielle » préalable.

    Les variétés anciennes : toujours dans le collimateur du législateur

    Deux pseudo brèches sont ouvertes dans le système :

    « le matériel pour marchés de niche » (art. 36) : Il s’agit d’une minuscule niche pour la vente de petits sachets de semences (aujourd’hui non concernés par la législation). Aucun enregistrement obligatoire au Catalogue Officiel n’est prévu les concernant, mais cette niche est réservée aux MICRO entreprises (un maximum de 10 salariés et pas plus de 2 millions d’€ de chiffre d’affaires). Et pourquoi pas les PETITES entreprises, ou bien même les MOYENNES entreprises, s’il s’agit de petits sachets ??? Ces dispositions visent à évincer du marché tous les opérateurs qui, en Europe, diffusent une large collection de variétés anciennes, et, qui, par conséquent, ont besoin de plus de personnel. Ex : Kokopelli, association de plus de 20 salariés.

    « les variétés avec description officiellement reconnue » (art. 57) : leur enregistrement sera obligatoire, mais sans application des critères DHS.

    Problème : les variétés doivent être reproduites dans leur « région d’origine » !!! Mais QUI a les moyens d’avoir des agriculteurs-mainteneurs dans toutes les régions d’origine d’une vaste collection ??? La « rose de Berne » à Berne, la « tomate Marmande » à Marmande, le haricot « tarbais » à Tarbes, la « cornue des Andes » dans les Andes ???

    Ce genre d’obligation, posée dans le but de conserver leurs caractéristiques d’origine aux variétés anciennes, doit être assumé par des conservatoires botaniques publics, pas par des petits opérateurs privés !!! Ces dispositions viseraient-elles en fait à évincer, ici encore, les acteurs dont la collection dépasse la dizaine de variétés ?

    Autre problème : il faut payer des frais d’inscription, alors que les variétés anciennes sont le patrimoine de tous et appartiennent au domaine public ! Voilà de quoi dissuader les opérateurs aux vastes collections.

    Ce que nous demandons :

    La législation européenne sur le commerce des semences s’applique, depuis 50 ans, à dérouler le tapis rouge aux variétés modernes protégées par des droits de propriété intellectuelle. Elle n’a jamais concerné nos variétés du domaine public. Et quand elle ne les a pas ignorées, elle les a rendues illégales.

    Nous demandons donc que les variétés appartenant au domaine public sortent purement et simplement du champ d’application de cette législation. Pour la régulation de certains paramètres essentiels comme la faculté germinative ou la qualité sanitaire, les garanties applicables aux « semences standards » suffisent largement.

    Subsidiairement, l’exception créée pour les « marchés de niche » doit être applicable également aux petites et moyennes entreprises, dès lors qu’il s’agit de petites quantités de semences, qui ne seront diffusées, vraisemblablement, qu’aux jardiniers amateurs.

    Lien permanent en ligne


    Savez vous qu'il y avait autrefois au Pérou 4.000 variétés de pommes de terre ayant chacune son goût et son usage particuliers : Il en reste 12 !!!

    Il est grand temps d'agir comme il se doit si nous ne voulons pas aller droit à une gigantesque famine généralisée en passant par la mort de la biodiversité et des sols !

    Des "maisons de la semence" se créent un peu partout. Chacun(e) peut participer - même sans jardin - à la préservation des semences anciennes dans une jardinière sur son balcon, en parrainant ou marrainant une semence ancienne, en en offrant à des amis comme cadeau (pourquoi pas de Noël ? ), en soutenant les associations en achetant des semées, en se faisant membre ou autrement.

    Nous sommes le plus grand nombre !
    Nous avons la capacité de protéger la Vie !



    Kokopelli France
    -> http://kokopelli-semences.fr/
    La Boutique
    -> http://kokopelli-semences.fr/boutique
    Parrainer (ou marrainer) une semence

    Kokopelli Belgique
    -> http://www.kokopelli-be.com
    Liste boutique 2013
    -> https://kokopelli-semences.fr/medias/liste.pdf

    Semailles (Belgique)
    -> http://www.semaille.com
    Catalogue d'automne - plus de 600 variétés
    -> http://www.semaille.com/catalogue.html



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 13-03-2014 08:11



    L’Europe interdit la biopiraterie mais ne sanctionnera pas les multinationales spoliatrices

    "Les brevets déposés sur les végétaux font l’objet d’une compétition acharnée entre les multinationales. « Un médicament sur deux vient d’une plante », rappelle le chercheur Pierre J .

    « Cherchez l’erreur : 90 % du patrimoine biologique mondial se trouve dans les pays dits "en voie de développement", quand 97 % des brevets sont détenus par les pays industrialisés », alertait Catherine G, eurodéputée (...)

    Face à cette « colonisation des savoirs », le Parlement européen vient d’adopter le 11 mars un nouveau règlement pour lutter contre la
    « biopiraterie », c’est-à-dire l’appropriation d’une ressource génétique (ou d’un savoir lié à une ressource) par une entreprise ou un laboratoire sans accord ni rémunération du pays ou de la communauté locale qui les détient.

    Par ce règlement, l’Union européenne veut interdire « toute utilisation de ressources génétiques qui auraient été acquises illégalement ».../...« Il s’agit du premier mécanisme en faveur de la biodiversité adopté par l’Union européenne depuis 1992 ».

    Le cadre juridique adopté reste néanmoins « imparfait », (...) Le Conseil européen a en effet refusé toutes les propositions de sanctions en cas d’accès illégal aux ressources. Ainsi, tout ce qui pouvait préciser la mise en œuvre du règlement a été écarté. Derrière ces blocages (...) pointe « le poids du lobby pharmaceutique et agroalimentaire » (...) Chaque État-membre va donc devoir désormais préciser les règles de contrôle sur son territoire pour que le règlement soit appliqué.

    Bien que le texte manque d’ambition, il va permettre à l’Union européenne de ne pas arriver les mains vides lors de la prochaine réunion de la Convention internationale sur la biodiversité, à Séoul en octobre 2014. A cette occasion, le protocole de Nagoya, premier instrument international contraignant de protection de la biodiversité, pourrait entrer en vigueur. A condition que cinquante États le ratifient d’ici là."

    Lire l’article ici

    Pas très convaincant comme prise de position, ne trouvez vous pas ?


    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 24-04-2014 06:14


    Réflexion sur un problème infiniment redoutable :

    Le brevetage du vivant: le contrôle de la vie dans les mains des transnationales?





    "L’un des derniers bastions qui concerne l’humanité est la manipulation génétique du vivant à des fins de brevets. L’homme en Prométhée des temps modernes rentre en compétition avec la nature «La brevetabilité du vivant lit-on sur Wikipédia, désigne la possibilité de déposer un brevet sur un organisme vivant, animal ou végétal, qu’il soit pluricellulaire ou non. Longtemps exclus du domaine d’application des brevets ou de tout autre système semblable, les organismes vivants font aujourd’hui l’objet de multiples demandes de brevets qui varient en fonction des systèmes juridiques, parfois concurrents, et de la nature des organismes visés. Ce développement, accéléré par celui des biotechnologies, pose des questions non seulement économiques et commerciales, mais aussi éthiques."

    Lire la suite ici

    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 09-05-2014 07:47

    Le code génétique a été violé avec succès. L’ADN ne sera plus jamais ce qu’il a été…




    La bactérie «Escherichia Coli » a été modifiée par des chercheurs californiens
    pour pouvoir intégrer dans son génome deux nouvelles bases synthétiques,
    qui sont maintenues de génération en génération. (123RF)





    "Des biologistes californiens viennent d’annoncer avoir créé une bactérie dotée d’un code génétique d’un nouveau genre, inventé par l’homme. Un autre alphabet, "enrichi", de la vie.
    Une prouesse technique ? Une folie demain incontrôlable ?
    ........

    "Des chercheurs (californiens) annoncent la création d’une bactérie porteuse d’un patrimoine génétique qui n’a jamais existé depuis le début de la vie sur la Terre : une bactérie dont le code génétique n’est plus seulement constitué des « quatre lettres de l’alphabet du vivant » : les quatre « bases azotées » A, T, C, G structurant la célèbre hélice de l’ADN. Mais une bactérie comportant en son sein ces quatre « lettres » associées à deux autres, synthétiques, créées par les chercheurs américains."
    ..........

    "En pratique l’équipe américaine annonce avoir réussi à intégrer dans le génome d’une Escherichia coli, une nouvelle paire de bases baptisées « d5SICS » et « dNaM ». La prouesse technique réside dans le fait que ces deux éléments ont non seulement été « tolérés » par Escherischia coli mais que cette bactérie les a intégré au sein de son propre mécanisme de reproduction d’elle-même. En d’autres termes ces structures artificielles sont présentes dans la quasi-totalité de la descendance des bactéries artificiellement « augmentées ». C’est cette transmission au fil de la réplication bactérienne qui constitue une première."


    Lire l’article ici

    SOURCE

    First life with 'alien' DNA

    Depuis sa création, "Sens-de-la-Vie" a constamment mis en garde contre la manipulation du vivant ! Le moteur de recherche vous mènera à bien des propos en ce sens.

    Rappelons, entre autres : La raison majeure pour laquelle on ne doit pas modifier l'ADN


    Et Lao Tseu , qui nous a déjà mis en garde voici 25 siècles, dans le Tao Te King :

    " Vouloir conquérir le monde et le manipuler,
    c’est courir à l’échec, je l’ai vécu d’expérience.
    Le monde est chose spirituelle,
    qu’on n’a pas le droit de manipuler.
    Qui le manipule le fait périr,
    à qui veut s’en saisir il s’échappe. "







    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

    Message édité par : Francoise / 09-05-2014 08:00


      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 04-11-2014 06:16


    L’ONU organise un accord pour la régulation de la biologie de synthèse

    "Lors de la dernière convention des Nations Unies pour la diversité biologique, 195 Etats ont signé un accord exhortant toutes les parties à mettre en place des systèmes d’évaluation des risques afin de réguler la diffusion d’organismes, composants ou produits résultant de techniques de biologie de synthèse et d’appliquer le principe de précaution. Un plan international de régulation de ces organismes est actuellement à l’étude sous l’égide de l’ONU.

    Beaucoup de diplomates réunis à cette convention avaient pour instruction d’établir un moratoire complet sur la création d’organismes modifiés par la biologie de synthèse. Ils ont rencontré une forte opposition d’un petit groupe de pays : le Brésil, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Royaume-Unis, abritant tous de grosses industries de biotechnologies.

    Malgré les dangers unanimement reconnus de telles pratiques, l’accord prévoit donc de les réguler et non de les interdire…

    Trois pays seulement n’ont pas signé cet accord : les Etats-Unis, Andorre et le Vatican."

    SOURCE




    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 25-04-2015 20:33

    J'avais du mal à y croire, mais cela se confirme !!!
    L'Union Européenne semble décidément avoir choisi son camp : celui de la guerre au(x) vivant(s) !


    L’OFFICE EUROPÉEN DES BREVETS IMPOSE LE BREVETAGE DU VIVANT EN EUROPE

    "Après des années de batailles juridiques, la grande chambre de l’Office européen des brevets (OEB) vient de reconnaitre deux brevets sur un brocoli et une tomate obtenus par des méthodes de sélection classiques.

    Avec cette décision, qui fait jurisprudence, le cadre européen vole en éclat.
    Il destinait jusqu’à présent les brevets sur le vivant aux organismes génétiquement modifiés.

    ........

    "en Europe, les variétés ne peuvent pas être brevetées parce qu’elles sont déjà protégées par le système européen de certificat d’obtention végétal (COV).

    Mais l’obtention d’une plante avec un caractère précis qui ne relève pas d’une variété à proprement parler est brevetable. Ainsi, un brocoli sauvage riche en antioxydants, croisé avec une variété cultivée, devient le monopole (d'une compagnie) pour 20 ans. Une décision qui s’appuie sur le fait qu’elle a sélectionné ce caractère nutritionnel intéressant."
    ......

    ".... la décision de la Grande chambre marque un tournant, car elle court-circuite les débats en Europe sur les risques liés à l’extension des brevets aux plantes non-OGM..../...Pour les pays opposés aux brevets, les recours sont aujourd’hui peu nombreux.../...Il faudra probablement des années avant que les législations ne soient revues. D’ici là, les brevets pourront s’être imposés. .../... il s’agit d’un passage en force..../...Le brevetage des plantes conventionnelles va aussi multiplier les contrefaçons involontaires"

    Lire l'entièreté de l’article ici

    "On croyait le brevetage des plantes non modifiées génétiquement impossible en Europe. Pourtant, l'Office européen des brevets (OEB) vient d'octroyer plusieurs brevets pour des légumes au profit de firmes internationales. Comment cette décision a-t-elle été possible et avec quelles conséquences ?"

    "C'est une décision de la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets datée du 25 mars 2015 qui a permis de faire avancer "la cause" des multinationales sur le brevetage du vivant .

    A la question "si l'on découvre un lien entre une séquence génétique existant naturellement dans une plante cultivée et un caractère particulier de cette plante, peut-on devenir propriétaire de toutes les plantes qui expriment ce caractère" , la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets a répondu …"oui"."

    Lire : Europe : les multinationales peuvent désormais breveter le vivant

    "Les sociétés multinationales disposant des moyens technologiques de décoder les séquences génétiques des plantes cultivées et des animaux d'élevage vont ainsi pouvoir s'approprier tout ce que nous mangeons.

    Les paysans ne pourront plus semer ou faire naître des animaux sans d'abord obtenir l'autorisation de la part du détenteur du brevet contre monnaie sonnante et trébuchante.

    « C'est un bond en arrière de trois siècles qui rétablit la dîme versée par les paysans aux seigneurs du moyen-âge et la porte ouverte à une biopiraterie généralisée » dénonce (l') administrateur du Réseau Semences Paysannes."




    ***




    +"La brevetabilité des processus naturels de création de variétés de plantes a marqué un point dans la jurisprudence européenne : dans les décisions prises le 25 mars dernier à propos des tomates ridées (G2/12) et de brocolis (G2/13), la grande chambre de recours de l’Office européen des brevets a interprété dans ce sens la convention pour le brevet européen, qui associe 38 pays. Dans l’Europe des 27, ce texte fondateur trouve sa légitimité juridique dans la directive communautaire 98/44/EC, transcrite en droit national en 2004. La brevetabilité progresse en Europe"

    Lire : Brevetage du vivant : une digue saute



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!


    Message édité par : Francoise / 05-05-2015 09:28


      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 10-05-2015 06:38


    Soi disant pour "lutter contre la stérilité"....!
    Une stérilité qu'on ne cesse par ailleurs de provoquer et d'entretenir en refusant d'agir sur ses causes connues
    et ce dans un contexte mondial de volonté de "dépopulation"....


    Des spermatozoïdes créés in vitro par un laboratoire français





    "Des chercheurs français (*) ont affirmé avoir créé des spermatozoïdes humains in vitro à partir de cellules testiculaires «immatures». Cette annonce a été accueillie avec prudence mais saluée comme prometteuse par des spécialistes vendredi. Il s'agirait d'un grand pas dans le traitement de la stérilité masculine."

    Lire l’article ici

    Autre article ici

    (*) D'une société de biotechnologie basée à Lyon



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!



    Message édité par : Francoise / 10-05-2015 06:42


      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 08-08-2015 07:56

    On a vu récemment que Monsanto veut modifier génétiquement les abeilles pour qu’elles résistent à ses pesticides

    L’Espagne prévoit une dissémination expérimentale de mouches de l’olivier génétiquement modifiées

    De temps à autre, on découvre ici ou là une créature bizarre et inconnue sortie d'on ne sait quel laboratoire à la Frankenstein... Les "savants" n'en finissent plus de jouer avec ce nouveau "jouet" de la modification génétique, tels des enfants qui ont reçu une boîte d'expériences chimiques à la Noël.

    Hélas, cela n'aura pas les mêmes conséquences anodines. Certains d'entre eux, tout de même ! , en sont conscients.


    Des généticiens avertissent que les manipulations génétiques dans la nature peuvent résulter en un cauchemar digne des films de science-fiction





    "Le 30 juillet, l'Académie nationale des sciences, de l'ingénierie et de la médecine (NAS) a tenu la première d'une série de réunions destinées à trouver des moyens d'équilibrer les promesses et périls technologiques de la «route des gènes».

    Ce procédé utilisé en biotechnologie, l'édition du gène qui vise des changements précis dans l'ADN d'un organisme, peut modifier rapidement non pas seulement un seul organisme, mais toute une population, par l'insertion d'une modification génétique dans un organisme avec un ADN qui augmente la vitesse à laquelle le changement est transmis à la génération suivante.

    La technique pourrait être utilisée pour rendre les moustiques incapables de transporter les parasites du paludisme ou pour faire disparaître les espèces nuisibles, mais elle pourrait aussi avoir des coûts environnementaux imprévus et peut-être impossible à inverser. "
    .......

    " La technologie génique se développe à un rythme effréné, et a le potentiel de modifier radicalement les écosystèmes de façons inattendues. "

    Lire tout en anglais ici

    Vu ici




    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 21-09-2015 06:01


    Dans la série : "remplaçons ce qui est gratuit et naturel par des technologies artificielles payantes....."

    Vers des spermatozoïdes humains " artificiels"

    "Des chercheurs sont parvenus à créer des cellules génératrices de spermatozoïdes à partir de cellules de la peau."





    Lire l’article ici


    Lire : Percevons bien que la destruction de la Nature est VOULUE !


    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 24-11-2015 09:53



    La Chine construira le plus grand centre de clonage au monde

    "Les travaux de construction de l'usine de clonage qui produira notamment 100.000 embryons bovins par an, ont déjà La Chine envisage de construire le plus grand centre de clonage commerciale d'animaux au monde à Tianjin, a rapporté lundi l'agence Chine nouvelle se référant au comité d'administration de la zone de développement économique et technologique de Tianjin."

    Lire la suite ici



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 01-03-2016 09:43


    Création de sperme de souris in vitro

    "Des scientifiques ont réussi à rendre fertiles des cellules souches embryonnaires ; ils ont obtenu... des souriceaux."

    Lire l’article ici


    Toujours le prétexte de soigner « l’infertilité »...
    Vous y croyez vous, dans un monde surpeuplé où l’on n’a de cesse de stériliser et de trouver comment tuer du monde ?


    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 20-05-2016 07:16


    Une bonne nouvelle cette fois !

    Les brevets sur les animaux et les végétaux enfin interdits en France





    "Le Sénat a voté un amendement au projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de nature et du paysage visant à interdire le brevetage des gènes des êtres vivants.

    La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et du paysage traitée en deuxième lecture par les sénateurs vise à interdire entre autre la brevetabilité de gènes dit natifs, c’est-à-dire qui n’ont pas fait l’objet de modifications biotechnologiques. Il ne sera bientôt plus légal de déposer un brevet sur les composantes génétiques naturelles d’un animal ou d’un végétal."
    .....

    "(La ministre de l'Ecologie) souhaite agir dès maintenant afin de “lutter contre la biopiraterie et garantir un cadre juridique clair à la recherche et au développement, s’appliquant sur le territoire national et concernant les acteurs français et internationaux”.

    Lire l’article ici

    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  
    Francoise
    10264       

    Francoise
      Posté : 22-09-2016 07:01

    Comment on se moque de ceux qui veulent protéger l'enfant et la Vie de la marchandisation !







    " L'association américaine Men Having Babies organise un salon à Bruxelles pour parler de la gestation pour autrui (GPA)." La "gestation pour autrui", l'achat (à 120.000 euros...) et la possession des enfants (*) par des couples gays ou non, tristes ou non , la sexualité débridée, le n'importe quoi...voire bientôt la pédophilie...voilà ce qui est considéré comme "progrès", "moderne" et "in" (**) par notre société au bord du gouffre.

    Dire que ces pratiques mettent en danger l'avenir de l'humain !? Bouh que c'est vilain selon eux, ringard, rétrograde ... cela ne peut bien entendu venir que de "chrétiens arrièrés "...
    Comme s'il fallait être chrétien pour s'aperçevoir que nous allons à la catastrophe en violant sans cesse et de plus en plus les lois de La Vie ! Le simple bon sens ne suffit-il pas ?

    Lire l’article ici


    (*) Le fameux prétendu "droit" à l'enfant qui a tendance à remplacer les droits de l'enfant...
    (**) En attendant que l'utérus artificiel soit au point, of course...



    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!



    Message édité par : Francoise / 22-09-2016 07:09


      Profil  
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.