Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

25 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  dimanche 23 février 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 24 737 598
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Initiatives positives et signes d'espoir » » Réintroductions et aides au peuple animal co-héritier de la Terre !  
    3 pages [ 1 | 2 | 3 ]
    Auteur Réintroductions et aides au peuple animal co-héritier de la Terre !
    Francoise
    10272       

    Francoise
      Posté : 23-09-2008 09:16

    Sur de multiples autres posts du forum, nous constatons chaque jour à quel point les humains ont mis les autres espèces en danger de disparition ! La leur aussi du reste. Nous voyons également quelles souffrances, souvent inutiles, nous leur infligeons d'une manière révoltante :

    L'agonie du peuple animal a lieu en notre nom ! Voulons nous cela ?

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=1657&forum=22&a_p=1



    Une erreur qui a très souvent été commise fut de considérer les animaux comme des sortes d'objets sans sensibilité . Quelle erreur! Il suffit de les fréquenter pour prendre conscience de leur sensibilité , de leur intelligence et, parfois de leur bonté supérieure à la nôtre !

    Tout en se gardant de projections à la "Walt Disney"... qui ont fait énormément de tort aux animaux réels... Il est grand temps d'intégrer dans nos consciences que - si les animaux peuvent nous rendre service et nous nourrir lorsque certaines conditions de respect sont remplies - ils ne sont pas des choses à notre merci, mais héritiers autant que nous de la planète !


    Une occasion de découvrir, ou de redécouvrir , cette belle page du site : "Les Animaux, nos Frères Sacrés, et un tout autre mode de Vie."

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/022_homme-et-animaux.htm

    Heureusement, il y a des initiatives qui tentent de redonner leur place à ceux à qui nous avons tant pris.


    ****************************************





    Naissance d'un premier gypaète barbu dans les Alpes du Sud





    "Récompensant les efforts menés depuis plus de 20 ans par les diverses associations et collectivités impliquées dans le cadre d’un vaste programme de réintroduction, le premier gypaète, fruit d’une reproduction spontanée dans la région des Alpes du Sud, a pris son envol le 16 août dernier. Installé dans la Haute Ubaye, à proximité du Parc National du Mercantour, le couple reproducteur avait en effet donné naissance à un unique œuf en février de cette année.

    Reconnu comme le plus grand vautour européen avec ses 2,80 mètres d’envergure, le gypaète barbu n’en reste pas moins une espèce extrêmement rare et menacée. ""

    Lire la suite sur :

    -> http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3364

    Posts Associés

    L'Inde tente d'évacuer les populations humaines des réserves de tigres

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=8147&forum=15&a_p=1


    Les troupeaux de bisons pourraient faire leur retour dans l'Ouest américain

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=8146&forum=15&a_p=1


    Le grand gibier de France se porte bien, et même trop bien.

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=8045&forum=15&a_p=1


    Le loup réapparaît dans le centre de la France

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=7847&forum=15&a_p=1

    Le retour des loups en France
    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=1829&forum=15&a_p=1

    Auchan arrête de vendre du thon rouge, espèce très menacée.

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=7628&forum=15&a_p=1

    L’Islande arrête la pêche à la baleine

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=7218&forum=15&a_p=1

    Une espèce de tortue réputée disparue est découverte en Thaïlande

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=6350&forum=15&a_p=1

    Manifeste pour l'interdiction de l'élevage intensif des poulets de chair.

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=4086&forum=15&a_p=1

    Une pétition pour sauver les abeilles

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=625&forum=15&a_p=1


    Paris veut défendre ses petits animaux et sa flore.

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=991&forum=15&a_p=1

    Animaux : les protéger des cruautés évitables et inutiles.

    -> http://www.sens-de-la-vie.com/forums/viewtopic.php?topic=61&forum=15&a_p=1



    Message édité par : Francoise / 23-09-2014 07:38


      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 23-03-2009 11:40



    Des castors pour réduire les factures d'eau ?



    Des scientifiques affirment que la réintroduction des castors au Royaume-Uni, en plus d'être bénéfique à l'environnement, pourrait avoir des répercussions positives sur la facture d'eau des particuliers. 





    En aidant au maintien de la qualité de l'eau dans les milieux qu'ils peuplent, les castors participeraient indirectement à réduire les coûts des fournisseurs d'eau et donc, les factures des ménages britanniques.

    Chassés jusqu'à l'extinction au XVIe siècle, les castors pourraient donc faire leur come-back outre-Manche, un plan de réintroduction de 2 millions de livres (2,1 millions d'euros) devant en effet débuter en Écosse cet été.

    S'opposant aux arguments des détracteurs du projet, une étude réalisée pour Natural England par des scientifiques indépendants prouve que les bénéfices de la présence des animaux surpassent largement les dommages que les rongeurs feront subir aux bois, aux berges ou aux cultures.

    Le professeur John Gurnell, biologiste au Queen Mary College de Londres et auteur de l'étude, explique : "Ils peuvent améliorer la qualité de l'eau, freiner les inondations et réguler le niveau de l'eau durant les sécheresses".


    Lire la suite



    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 02-08-2009 12:19 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 24-03-2009 04:37



    Merci beaucoup chenoa.

    Je confirme que la protection des castors lancée au Canada au début du XX ème siècle par un métis Ecossais-Iroquois, nommé Grey Owl, (lire son best seller "Récits de la cabane abandonnée") alors que l'espèce était quasiment éteinte, a si bien réussi que leur oeuvre à relevé de plus de deux mètres le niveau des lacs qu'ils créent partout, et étendu leur surface d'eau dans des proportions gigantesques.

    Et voici une autre initiative qui fait chaud au cœur.


    Réintroduction de léopards asiatiques dans le Caucase

    Une excellente nouvelle !




    Voici l'espèce qui est aussi appelée panthère des neiges


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° °°°




    RUSSIE • Des léopards turkmènes pour le Caucase

    A deux jours de sa visite officielle à Moscou, le 25 mars, le président du Turkménistan Gourbangouly Berdymoukhammedov annonce un beau cadeau à la Russie : quatre léopards d'Asie centrale, qui serviront à "reconstituer la population de léopards caucasiens quasiment disparus dans le Caucase russe", rapporte le journal turkmène indépendant Khronika Tourkmenistana.

    Ce programme mis sur pied par le World Wildlife Fund et financé par des hommes d'affaires russes prévoit la réintroduction du léopard [dans les montagnes du Nord-Caucase] en quatre étapes, dont la dernière – le relâchement d'animaux dans la nature – aura lieu en 2013, précise le site d'information russe Kavkaz-uzel.ru.

    Alors qu'il ne reste plus aujourd'hui qu'un ou deux léopards dans la Nord-Caucase, l'objectif est de repartir d'une population de 30 à 50 individus. La Russie, qui accueillera les JO d'hiver de 2014 à Sotchi, souhaite profiter de cette occasion pour réintroduire sur son territoire national certaines espèces disparues.

    Source





    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 24-03-2009 06:07 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 23-05-2009 03:49





    Réintroduction de castors en Belgique





    Un amoureux de la nature, Olivier Rubbers a réintroduit en douce une centaine de castors dans les Ardennes belges.

    D'octobre 1998 à juin 2000, la bande du " mercanti " – comme les ennemis d'Olivier Rubbers l'ont surnommé en référence à son passé d'ingénieur commercial – a réintroduit en Belgique cent un castors. Pas à cause des 101 Dalmatiens. Juste un hasard : le nombre de têtes que les services des eaux et forêts allemands pouvaient fournir.

    Des actions commando faites non pas illégalement, puisqu'à l'époque la réintroduction d'espèces n'est pas interdite par la loi, mais en cachette car, après avoir demandé l'autorisation officielle – et s'être fait éconduire –, Olivier Rubbers a compris que son action serait perçue comme un crime de lèse-majesté par une administration soucieuse de ses prérogatives.

    L'auteur est poursuivi par la justice qui lui réclame 380 000 euros de dommages et intérêts, non pour réintroduction mais pour " transport et détention d'une espèce protégée ". Bienvenue chez Kafka. Illégale ou pas, l'opération a été une parfaite réussite écologique.

    C'est que les cent un castors ont proliféré et transformé la géographie de la Belgique. On en compte aujourd'hui 800 dans les Ardennes répartis en 170 familles. Qui dit famille dit un territoire de 2 à 5 kilomètres le long d'un ruisseau, où le père, la mère (le castor est monogame et reste avec la même compagne toute sa vie) et leurs enfants (pendant deux ans) vont aménager le territoire à leur guise. Oubliez votre haie de bouleaux et votre pelouse en miroir !

    Les arbres sont coupés, transportés, leur écorce est mangée ; et les tiges servent d'armature aux barrages cimentés par la terre. Les terrains sont inondés, transformés en marais, le lit des rivières est dévié…

    Mais voilà que s'opère une étonnante métamorphose : le fond des vallées s'éclaire, l'eau se clarifie, les poissons et les grenouilles se multiplient, pour le plus grand plaisir des martins-pêcheurs, des hérons et des cigognes qui s'en repaissent, les cerfs y gambadent. Et paradoxalement, alors que la justice suit, elle, son cours, les services de l'Etat virent leur cuti : les offices du tourisme prônent la visite des sites de castors, la région subventionne la diffusion de DVD dans les écoles, et l'on peut lire dans un rapport du très officiel Centre de recherche de la nature, des forêts et du bois : " C'est toute la gestion de nos cours d'eau qui doit être réfléchie. Accepter le retour du castor, c'est accepter de laisser vivre nos rivières."



    Lisez cet article pour en savoir plus




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Francoise
    10272       

    Francoise
      Posté : 17-06-2009 10:46

    Les premiers bonobos réintroduits dans la forêt congolaise




    "Neuf bonobos, petits singes spécifiques à la République démocratique du Congo (RDC), ont été pour la première fois réintroduits dans une forêt primaire du nord-ouest du pays"
    ...........
    ""La sauvegarde de l'espèce passe par la réintroduction de groupes socialement stables dans un environnement approprié de la forêt primaire""
    ......................
    "Identifié en 1929 dans l'ex-Congo belge, le bonobo a été décimé par des années de guerre et de braconnage intensif. Sa population, autrefois dénombrée en 1980 à 100.000 singes, est aujourd'hui estimée entre 10.000 et 20.000."

    Lire l’article ici





      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 02-08-2009 04:01




    Merci beaucoup chère Françoise.

    On estime à 100 000 le nombre de panthères nébuleuses à travers le monde, et dans certains pays elle est considérée comme ayant disparu. Mais parfois des espèces ayant disparu reviennent d'elles-mêmes, comme ce fut le cas pour le loup en France.

    Et voici une information de ce type qui fait chaud au cœur.


    Réapparition de la panthère nébuleuse au Bangladesh

    Une excellente nouvelle !



    Cette espèce de panthère très discrète n’est généralement observable que la nuit.


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




    Bangladesh - Des villageois ont capturé une panthère nébuleuse.

    C'est dans le petit village de Rangamati que cette espèce a été retrouvée. Les villageois avaient capturé une mère et ses deux petits. Surpris par une espèce qu'ils ne connaissaient pas, ils ne savaient pas qu'ils venaient de redonner espoir aux scientifiques qui craignent pour la diversité de la faune au Bangladesh.

    En effet, depuis vingt ans, les conservateurs avaient fini par admettre que la panthère nébuleuse, aussi appelée léopard tacheté, avait disparu du pays. Aujourd'hui, à la Wildlife Trust of Bangladesh, on se félicite : "C'est bon de savoir qu'elles sont toujours présentes et qu'elles grandissent", explique le Professeur Anwarul Islam.


    Source et photos




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 16-08-2009 03:49



    Autrefois disparus de France avant les années 2000, les saumons atlantiques reviennent. Des captures ont été réalisées dans la Seine. Un signe encourageant en matière de qualité des eaux fluviales françaises. Mais ces poissons restent menacés en Europe.


    Renaissance du saumon dans la Seine

    Une autre excellente nouvelle !


    Saumon, aussi appelé "ouananiche" au Québec



    Saumon sauvage


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° °°°°




    France : le saumon atlantique est de retour


    SAUVEGARDE :

    Le saumon atlantique (Salmo salar L.) est une espèce en danger, inscrit depuis les années 1990 sur la liste des poissons menacés d'Europe. Multiplication des obstacles, canalisation des rivières et baisse de la qualité de l'eau sont autant de facteurs responsables de cette situation.

    La régression progressive du saumon date du milieu de XVIIIe siècle, conduisant à la disparition de l'espèce dans la plupart des grands bassins fluviaux comme ceux de la Seine, du Rhin, de la Garonne ou de la Dordogne. Historiquement, la Seine était un fleuve colonisé par une abondante population de saumons mais les aménagements humains et la pollution ont conduit à l'extinction de l'espèce au début du 20e siècle.

    Depuis les années 1990, la qualité de l'eau de la Seine s'est fortement améliorée, notamment grâce aux efforts de traitement des effluents, ce qui s'est traduit par la recolonisation de nombreuses espèces dont le saumon atlantique. En effet, depuis le début des années 2000, des adultes sont parfois capturés par des pêcheurs à la ligne, lors d'inventaires d'espèces ou à l'occasion de contrôles de la qualité de l'eau. En 2008, 260 poissons ont été observés par vidéocomptage au barrage de Poses, en amont de Rouen.

    Les chercheurs de l'Inra, sollicités pour confirmer la présence de l'espèce dans la Seine, ont travaillé sur sept saumons adultes. Les analyses génétiques menées sur ces animaux prouvent leur origine diverse : rivières de Basse-Normandie, bassin de l'Allier, voire rivières étrangères. Ces résultats suggèrent également qu'il pourrait exister un "embryon" de population spécifique de la Seine, sachant qu'aucun poisson issu d'élevage n'y a été déversé depuis 1895.

    Une amélioration de la qualité de l'eau et de l'habitat pourrait donc suffire à rendre la Seine, et d'autres rivières, attractives pour les saumons des cours d'eau proches. Ceci indique que le repeuplement ne doit pas être considéré comme une méthode incontournable de gestion et qu'une restauration de l'habitat peut être privilégiée.

    Source


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 05-07-2011 03:03 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 16-08-2009 09:11

    Bonjour à tous,

    Que ces nouvelles font chaud au coeur !


    Amitiés

    Patrick


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 17-08-2009 02:29



    Merci beaucoup cher Patrick

    Et bien voici encore une excellente nouvelle.

    Pour les poissons, c’est une bonne nouvelle. Et pour les humains aussi. Les efforts pour lutter contre la surpêche servent à quelque chose. Tel est le verdict d’une longue étude publiée le 31 juillet dans la revue américaine Science. Vingt-et-un chercheurs dressent un bilan positif pour plusieurs pêcheries, aux Etats-Unis, en Islande et en Nouvelle-Zélande. Mais ils constatent aussi qu’ailleurs, ça ne va pas fort.


    Les stocks renaissent



    Là où la gestion est bonne


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° °°




    Contre la surpêche, agir c’est réussir


    SAUVEGARDE :

    L’histoire de ce papier remonte à presque trois ans. En novembre 2006, Boris Worm, un chercheur canadien (1) avait co-signé un papier très pessimiste dans la revue Science: Il annonçait alors un épuisement de l’ensemble des stocks de pêche dès 2048. Une vive polémique avait suivi dans la communauté scientifique et de nombreux chercheurs avaient critiqué les travaux de Worm et de ses collègues (2). Dans le lot, l’américain Ray Hilborn (University of Washington). Pour trancher, les Hilborn et Worm ont décidé d’approfondir ensemble la question. Ils publient donc, avec 19 autres co-auteurs, le resultat de deux ans d’investigations.

    Leur verdict est teinté d’optimisme. Pour avoir agi avant d’atteindre un seuil irréversible, les autorités qui gèrent la pêche dans le nord-est des Etats-Unis, près de la Californie et en Islande ont renversé la tendance: les stocks de pêche y seraient désormais au dessus de la moyenne relevée à long-terme. Ce serait aussi le cas au large de l’Alaska et de la Nouvelle-Zélande. Les chercheurs relèvent aussi qu’au Kenya, la décision de fermer certaines zones de pêche et d’interdire plusieurs types de filets a permis d’augmenter la taille moyenne des prises, et le revenu des pêcheurs. Les chercheurs ont d’ailleurs listé, région par région, les principales actions entreprises pour réduire l’impact de la pêche (quotas, mailles de filets, fermeture de régions, certification de pêcheries, etc.) Ils soulignent aussi le poids des flottes de pêche des pays riches qui croisent au large de l’Afrique, et donc le rôle qu’ils doivent jouer dans la préservation des stocks.

    Il reste qu’en dépit des succès, moins de 1% des océans voient leurs stocks de pêche repartir à la hausse. A l’Est du Canada, la morue n’est toujours pas revenue. A l’Ouest de l’Europe, la pression des pêcheries reste forte, ainsi que dans la mer Baltique. Les scientifiques demandent donc aux gouvernements et organismes de régulation des pêches d’accroître leurs efforts. Il en va de l’état des océans, mais aussi de la survie d’une activité économique précieuse.

    (1) Dalhousie University (Halifax)

    (2) Lire aussi l’article de Sylvestre Huet, qui a interrogé le chercheur canadien Daniel Pauly, un spécialiste reconnu de l’épuisement des ressources halieutiques (Libération du 30 juin 2009).


    Source




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous




    [ Message édité par : Alain : 17-08-2009 02:30 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 17-08-2009 07:25



    Une excellente nouvelle, ça oui!

    La nature, une fois libérée du "joug humain" grâce à des méthodes plus respectueuses et réfléchies, retrouve vite ses droits. Les exemples du retour du saumon en France et de l'augmentation des stocks de poissons aux endroits cités dans l'article précedent sont probants!

    Observation importante: gérer intelligemment la pêche permet une meilleure santé économique :


    "Les chercheurs relèvent aussi qu’au Kenya, la décision de fermer certaines zones de pêche et d’interdire plusieurs types de filets a permis d’augmenter la taille moyenne des prises, et le revenu des pêcheurs. "

    Il faudrait que ces conclusions soient prises en compte par la communauté mondiale pour la reconstruction des stocks de poissons et de la vie sous-marine.

    Amitiés



    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com

      Profil  Citation   
    Francoise
    10272       

    Francoise
      Posté : 20-08-2009 06:54

    Hier, j'ai vu quelques minutes d'un reportage sur la réhabilitation écologique de certaines des îles des Seychelles:



    On peut voir Ici qu'il y a notamment depuis quelques années un programme visant à redonner sa place à l'oiseau-lunettes des Seychelles (Zosterops modestus)



    Non seulement en réintroduisant l'oiseau physiquement, mais pour que cette réintroduction soit durable,
    en recréant de bonnes conditions écologiques pour sa survie et sa reproduction:

    "En 2005, le projet "Réhabilitation des Ecosystèmes Insulaires", co-financé par le FFEM (Fonds Français pour l'Environnement Mondial), mais aussi la CEPA et la fondation Miguel Torres, et impliquant de nombreux partenaires locaux, a permis l'éradication du rat noir de l'Ile du Nord (North Island, 201 hectares), où a lieu un programme intensif d'élimination des plantes envahissantes et de replantation d'essences indigènes (dont certaines productrices de baies pour l'oiseau-lunettes) soutenu par l'ONG Plant Conservation Action Group."

    Un autre projet pour la réhabilitation écologique de ces îles concerne la protection des tortues , notamment de la tortue géante des Seychelles :



    Deux espèces de tortues géantes vivent aujourd’hui sur terre. La première est la tortue géante des Galápagos, dans l’océan Pacifique. La deuxième est la tortue géante des Seychelles, au nord de Madagascar, dans l’océan indien.

    L’une et l’autre ne doivent leur survie qu’à la protection totale dont elles bénéficient aujourd’hui.
    Très proche parente de la tortue géante des Galápagos, la tortue des Seychelles (Dipsochelys elephantina) a failli être décimée par les marins autrefois. En effet, elle était chassée pour servir de stock de nourriture sur les navires.

    Aujourd’hui, la tortue géante des Seychelles ne vit plus que sur l’île d’Aldabra. Autrefois, elle peuplait toutes les îles des Seychelles et Madagascar. Toutefois à Aldabra, grâce aux mesures de protection, cette espèce vit encore en assez grand nombre et n’est plus menacée d’extinction.

    Voir plus ici

    et aussi sur :

    -> http://www.islandconservationsociety.com/cons_projects.html
    -> http://www.islandconservationsociety.com/conserv_turtle.html

    La réintroduction des animaux indigènes et leur protection est bien entendu étroitement liée à la réintroduction si nécessaire des plantes indigènes et à leur protection et à un tourisme adapté voire à pas de tourisme du tout en certains endroits.

    En tous cas, cela fait du bien de savoir qu'il y a de par le monde des personnes qui consacrent leur énergies et leurs vies à cela !




    [ Message édité par : Francoise : 20-08-2009 06:57 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 16-12-2009 05:06



    Merci beaucoup chère Françoise.

    Un de mes amis qui fut consul des Seychelles m’avais dit à quel point cet archipel est splendide et sa nature très bien protégée.

    Et voici une autre belle initiative qui nous fait chaud au cœur.


    Chine/Laos: création d'une réserve naturelle pour l'éléphant d'Asie.



    Un éléphant d’Asie sauvage que j’ai photographié dans le Parc National de Kaeng Krachan - Thaïland


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




    CHINE et LAOS créent une réserve transfrontalière

    La Chine et le Laos ont signé un accord sur la construction d'une réserve naturelle transfrontalière afin de mieux protéger les éléphants d'Asie et d'autres animaux rares.

    Cette réserve s'étendra sur 31 300 hectares de forêts en Chine et 23 400 hectares au Laos, a précisé Tang Zhongming, directeur adjoint de l'administration de la réserve naturelle nationale de Xishuangbanna (province du Yunnan). La protection des animaux rares, dont l'éléphant d'Asie et le tigre d'Indochine, est de plus en plus difficile en raison du développement socio-économique et du déplacement humain croissant.

    "La réserve naturelle est un projet pionnier et nécessaire", a souligné Tang Zhongming.

    Dans le cadre de l'accord, les deux pays fourniront une formation technique aux employés de la réserve, sensibiliseront les villageois à la protection des animaux et encourageront les échanges entre les deux peuples.

    De plus, les deux parties tenteront de résoudre les conflits qui opposent l'homme à l'éléphant et enquêteront sur la biodiversité de la réserve. Un système de partage d'informations géographiques sera également mis en place.

    Environ 250 éléphants d'Asie, le plus grand animal terrestre du continent, vivent à l'état sauvage à l'extrême sud-ouest de la province chinoise du Yunnan. Ils traversent souvent les forêts frontalières.

    Selon un recensement du Fonds mondial pour la nature, entre 25 600 et 32 750 éléphants d'Asie vivaient à l'état sauvage de l'Inde au Vietnam en 1995."Protéger les animaux sauvages et maintenir l'équilibre écologique dans la région frontalière est notre responsabilité", a fait remarquer Yang Songhai, directeur de l'administration de la réserve de Xishuangbanna.

    La future réserve naturelle fait partie des efforts visant à construire un meilleur habitat pour les animaux des forêts tropicales.La Banque asiatique de Développement financera également la mise en place de corridors de protection reliant la réserve de Xishuangbanna à la province de Luangnamtha, au Laos, a-t-il ajouté.

    Source



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 16-12-2009 05:08 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 21-12-2009 05:00



    Bonjour amis de la nature.

    Et voici encore une belle initiative qui nous fait chaud au cœur.


    Quatre rhinocéros blancs retrouvent l'Afrique pour sauver leur espèce


    Rhinocéros blancs



    C'est une espèce rarissime. Il n'existe plus que huit rhinocéros blancs du nord à l'existence avérée au monde, et tous vivaient à ce jour en captivité. Quatre d’entre eux ont retrouvé, dimanche 20 décembre au Kenya, la terre africaine de leurs ancêtres, en provenance d'un zoo tchèque. Leur mission : se reproduire pour éviter l'extinction de leur espèce. Les deux mâles et les deux femelles ont parcouru 7 300 km, du zoo de Dvur Kralove à la réserve d'Ol Pejeta, au pied du Mont Kenya, au nom d'un projet baptisé "Ultime chance de survie" par ses promoteurs.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




    Quatre rhinocéros retrouvent l'Afrique pour sauver leur espèce

    Le déracinement et l'enfermement dépriment les animaux et leur ôtent le plus souvent l'envie de se reproduire. "J'espère qu'en suscitant un changement climatique positif, ces animaux seront capables de se reproduire et de maintenir l'espèce", a déclaré le ministre kényan en charge du patrimoine animalier, Noah Wekesa, en accueillant les bêtes.

    Encore sous le coup des tranquillisants qui leur avaient été administrés pour le voyage, les quatre rhinocéros blancs – même s'ils paraissent plutôt gris aux yeux du profane – ont quitté paisiblement leur cage l'un après l'autre, pour rejoindre leur enclos au milieu de la savane.


    Le braconnage, c'est précisément ce qui a amené au bord de l'extinction cette espèce de rhinocéros recherchée, comme les autres, pour les vertus, notamment aphrodisiaques, attribuées à leur corne par la pharmacopée asiatique.

    Des 20 000 rhinocéros noirs qui peuplaient le Kenya en 1973, il n'en reste ainsi plus que 609 aujourd'hui.

    Amitiés à tous



    Source



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 21-12-2009 05:02 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 23-01-2011 07:32




    Bonjour les amis,

    Précédemment nous avions vu que la réintroduction des castors, que ce soit en Angleterre ou en Belgique, apportait de multiples avantages écologiques : le fond des vallées s'éclaire, l'eau se clarifie, les poissons et les grenouilles se multiplient…

    Et bien voici une découverte qui vient conforter cela :


    La réintroduction du castor favorise les chauves-souris insectivores




    Le castor favorise la biodiversité là où il s’installe



    Extraits :


    « Publiée dans l’European Journal of Wildlife Research, une étude polonaise montre que le castor, réintroduit dans le pays, en abattant des arbres et en construisant des barrages, crée des terrains de chasse idéaux pour de nombreuses espèces de chauves-souris.

    En abattant des arbres, le castor rend plus espacée la couverture forestière, et donc la canopée, libérant le passage aux chauves-souris volant à ces hauteurs, qui, en outre, sont moins gênées par la réflexion de leurs signaux d’écholocalisation sur les branchages, lorsqu’elles traquent les insectes. De plus, en construisant des barrages, les castors créent des zones d’eau stagnante propices à la prolifération des insectes dont se nourrissent les chauves-souris, tels les moucherons.»


    Comme quoi l’apparition ou la disparition d’une espère peut avoir de grandes conséquences, d’où l’importance de connaître la nature avant de la transformer.

    Amitiés



    Lire l’article


    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 23-01-2011 07:33 ]

      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 27-01-2011 07:43




    Bonjour à tous,

    Un des critères qui sert à mesurer la santé des cours d’eau est –en dehors du niveau des polluants chimiques - la quantité d’espèces qui y vivent, autrement dit leur qualité écologique.

    Et bien voilà que celle des rivières du sud de l’Angleterre s’est considérablement améliorée :


    Les espèces sauvages se réinstallent dans les rivières d’outre-Manche

    L’eau moins polluée a vu le retour des saumons, truites, loutres dans ses bassins





    Beaucoup de rivières de l’Angleterre et du Pays de Galles sont si propres qu’on y voit à nouveau des espèces sauvages qui avaient disparu



    Extraits :


    «Il y a une génération, de nombreuses rivières britanniques n’étaient plus que des égouts nauséabonds. Ces niveaux de pollution appartiennent aujourd’hui au passé grâce aux mesures prises par l’Agence de l’environnement, aux investissements effectués par les compagnies de distribution d’eau ainsi qu’à la disparition de la plupart des industries lourdes traditionnelles, qui étaient l’une des principales sources de pollution.

    Même dans des fleuves traversant de grandes villes, comme la Tamise à Londres, la Mersey à Liverpool et Manchester, ou la Tyne à Newcastle, on assiste aujourd’hui à un retour de la vie. Alors que, en 1958, une enquête réalisée dans les environs du Tower Bridge avait mis en évidence la disparition des poissons, le fleuve est aujourd’hui peuplé de plus de 125 espèces différentes, dont l’éperlan et l’alose, et son estuaire abrite des élevages de coquillages, de soles et de perches destinés au commerce. Ses eaux sont suffisamment propres pour que les saumons remontent à nouveau le fleuve, même si trente ans d’efforts n’ont pas encore réussi à produire une population autonome de saumons. Des affluents jadis pollués, comme la Wandle, sont à nouveau peuplés de truites saumonées.

    Le retour des loutres, dont la population avait terriblement décliné à cause des pesticides, est une autre preuve de l’amélioration de la qualité de l’eau. Le nombre de sites où l’on a constaté la présence de ces mammifères aquatiques a décuplé au cours des trente dernières années, leur proportion passant de 5,8 % entre 1977 et 1979 à 58,8 % en 2009 et 2010. Des rivières du nord et du sud-ouest du pays qui constituent leur habitat traditionnel, les loutres sont en train de gagner celles du sud-est.

    Les nouvelles sont également encourageantes en ce qui concerne le rat d’eau. Ce rongeur était autrefois très commun au Royaume-Uni, mais sa population a décliné dans les années 1990, au point de disparaître à 90 %."


    N’est-ce pas plus gai que l’environnement soit plein de vie plutôt qu’un monde mort ?

    Amitiés



    Lire l’article


    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 27-01-2011 07:43 ]

      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 06-06-2011 19:59





    Bonjour les amis,

    En voici une autre nouvelle positive :


    Le G8 des éléphants voit le jour à New Delhi


    Eléphants dans le Masai Mara, au Kenya. SUPERSTOCK/SIPA



    Citation :

    Pour protéger les éléphants, menacés de disparition à cause du braconnage et de la destruction de leurs milieux naturels, les huit pays qui abritent la majorité de la population des pachydermes dans le monde se sont réunis mardi à New Delhi pour créer le Elephant-8. Ce groupe de spécialistes, réunissant l’Inde, le Botswana, le Congo, l’Indonésie, le Kenya, le Sri Lanka, la Tanzanie et la Thaïlande, va travailler sur des mesures de protection des éléphants.

    «Les délégués présents représentent les deux-tiers de la population d'éléphants sauvages de la planète», a indiqué le ministre indien de l'Environnement, Jairam Ramesh, cité par l’AFP. «Du braconnage pour leur ivoire à la destruction de leur habitat, toutes les questions concernant la protection de l'éléphant doivent être abordées», a-t-il ajouté.


    C'est bien, non?

    Amitiés


    Source


    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 06-06-2011 20:00 ]

      Profil  Citation   
    Francoise
    10272       

    Francoise
      Posté : 17-06-2011 13:23


    Sauver les ânes sauvages de l'extinction

    "Les chevaux et les ânes modernes sauvages sont de proches parents de l'âne sauvage, une espèce en danger d'extinction. La nécessité d'agir pour la sauver s'intensifie alors que l'homme continue de la chasser ou de détruire son habitat.

    Sous la direction de l'institut de recherche d'écologie de la faune de l'université de médecine vétérinaire de Vienne (Autriche), des chercheurs ont étudié les facteurs impliqués dans la disparition de l'espèce. Présentée dans la revue Biological Conservation, l'étude cherche à savoir comment favoriser la survie de cette espèce."


    Lire l’article ici

    Merci à Alain d'avoir signalé ce sujet.


    -> http://www.sens-de-la-vie.com
    Heureusement, Wakan Tanka a prévu l' impermanence !!!

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 05-07-2011 02:55



    Bonjou mes amis, et merci Françoise. Voici encore une bonne nouvelle.


    Le retour de l’Oryx d’Arabie



    Oryx d’Arabie dit aussi Oryx algazelle



    L'Oryx algazelle était une espèce typique des steppes pré-désertiques et des plaines herbeuses qui bordent les zones désertiques. Jadis, très répandus dans ces zones, les derniers oryx ont disparu du Niger et du Tchad dans les années 1990. Oryx dammah. Elle se déplaçait en fonction du renouvèlement des pâturages. Sur le plan physiologique, la robe de couleur pâle reflète les rayons du soleil, tandis que les portions noires et la pointe de la langue confèrent une protection contre les coups de soleil. Ces caractéristiques, en conjonction avec des onglons bien développés qui permettent à l’Oryx de se déplacer aisément sur le sable, sont des adaptations à l’environnement aride où vit l’animal. L’Oryx, bien adapté aux steppes et savanes Sahéliennes, peut rester de nombreux jours sans boire.

    Avec une note d’optimisme : selon la dernière mise à jour de la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées, l'Oryx d'Arabie (Oryx leucoryx), qui avait été poussé au bord de l'extinction par la chasse, a devant lui aujourd'hui un avenir plus rassurant. Sa population sauvage compte maintenant un millier d'individus. Cependant, le déclin se poursuit pour bien d'autres espèces dans le monde.

    Citations :


    Liste rouge 2011 des espèces menacées : une lueur d’espoir dans le désert

    "Avoir ramené l'oryx des limites de l'extinction est un événement majeur. C'est un véritable succès pour la conservation, une histoire que nous souhaiterions voir se répéter de nombreuses fois pour d'autres espèces menacées," dit Mme Razan Khalifa Al Mubarak, Directrice générale de l'Agence de l'Environnement d'Abu Dhabi. "C'est un exemple classique de la façon dont des données fournies par l'UICN peuvent s'intégrer dans les actions de conservation sur le terrain pour produire des résultats tangibles et très positifs."

    L'Oryx d'Arabie, une espèce d'antilope qui ne vit que dans la Péninsule arabique, est connu localement sous le nom d'Al Maha. On pense que le dernier spécimen sauvage a été abattu en 1972. Cette année, grâce aux succès de la reproduction en captivité et aux efforts de réintroduction, l'oryx passe enfin de la catégorie des espèces En danger à celle des espèces Vulnérables sur la Liste rouge de l'UICN – c'est la première fois qu'une espèce qui était Eteinte à l'état sauvage progresse de trois catégories.

    .../.....

    Toutefois même si nous connaissons des réussites, certaines découvertes récentes sont alarmantes. Sur les 19 espèces d'amphibiens (crapauds, grenouilles et salamandres) qui ont été ajoutées à la Liste rouge de l'UICN cette année, huit sont classées En danger critique d'extinction, y compris Atelopus patazensis, une espèce de crapaud arlequin du Pérou, et Dendrotriton chujorum, une espèce naine de salamandre du Guatemala. Les amphibiens restent un des groupes d'espèces les plus menacés, avec 41% estimé d'être menacés d'extinction. Les principaux dangers qui les menacent sont la perte d'habitat, la pollution, les maladies et les espèces envahissantes.

    .../....

    La perte de biodiversité est une des crises mondiales les plus urgentes ; de nombreuses espèces atteignent des niveaux de population dramatiquement bas. Nombre d'extinctions surviennent sans que l'on s'en rende compte, et le nombre d'espèces En danger critique d'extinction (celles qui risquent le plus gravement de s'éteindre) augmente sans cesse. Les estimations tirées de la Liste rouge de l'UICN indiquent que des extinctions surviennent à un rythme qui se situe quelque part entre 100 et 1000 fois le rythme « originel » ou naturel. Les causes en sont multiples, tels la destruction de l'habitat, la conversion des terres pour l'agriculture et le développement, les changements climatiques, la pollution, le commerce illégal de la faune et la dispersion des espèces envahissantes.

    "La conservation, ça marche, et des espèces peuvent se rétablir, comme le montre le cas de l'Oryx d'Arabie. En utilisant des données de la Liste rouge de l'UICN, les gouvernements et la société ont l'occasion d'orienter des programmes de conservation de façon à mettre un frein à l'extinction des espèces," a dit Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l'UICN.

    Chiffres globaux pour la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2011

    * Nombre total des espèces évaluées : 59 508
    * Éteintes : 797
    * Éteintes à l'état sauvage : 64
    * En danger critique d'extinction : 3 801
    * En danger : 5 566
    * Vulnérables : 9 898
    * Quasi menacées : 4 273
    * Faible risque/dépendant de la conservation : 260 (ceci est une ancienne catégorie qui est
    * progressivement retirée de la Liste rouge)
    * Données insuffisantes : 8 996
    * Préoccupation mineure : 25 853

    Les chiffres indiqués ci-dessus ne concernent que les espèces qui ont été évaluées à ce jour pour la Liste rouge de l'UICN. Même si toutes les espèces du monde n'ont pas été évaluées, la Liste rouge de l'UICN donne néanmoins un aperçu très utile de ce qui arrive aux espèces aujourd'hui et souligne l'urgente nécessité des actions de conservation.

    Amitiés à tous


    Lire l’ensemble de cet article

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 05-07-2011 09:39 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 13-08-2011 06:15



    Voici encore une bonne nouvelle dans le domaine des réintroductions


    Le retour du Bison en République tchèque


    Le bison d’Europe n’existe plus à l’état sauvage qu’en Pologne, où je les ai vus



    Le bison européen, disparu de République tchèque, est de retour: Kahunka, Kartinka, Karvina, Kasztelanka et Porto, quatre femelles et un mâle originaires de Pologne, s'acclimatent dans l'ancienne zone militaire de Ralsko occupée en 1968-1991 par l'armée soviétique. Les quatre femelles viennent du parc polonais de Bialowieza (est) qui abrite la plus grande population de ce cousin germain du bison d'Amérique. Porto, lui, arrive de Kampinos, un autre parc national près de Varsovie. «Le bison d'Europe avait depuis toujours vécu en Bohême, jusqu'à son extermination au 19e siècle. Il faut donc qu'il y retourne. En plus, c'est l'un des plus beaux animaux qui existent», explique Jiri Janota, à l'origine de ce projet de réintroduction du plus gros mammifère terrestre du vieux continent.

    Citations :


    Le bison européen élit domicile dans une ex-zone militaire tchèque

    Jusqu'à présent, seuls les noms de quelque villages comme Zubri et Zubrnice, mais aussi la popularité de la bière de marque Zubr et de la vodka Zubrovka ont fait penser au bison d'Europe («zubr» en tchèque), jadis abondant dans ce pays mais disparu suite à la surchasse et la déforestation. Cinq géants à la toison brune épaisse, et avec eux deux nouveaux-nés, savourent paisiblement leur nourriture végétale dans un enclos de six hectares, avec des bois de pin, d'épicéa et de bouleau, un petit ruisseau et une prairie.

    Derrière une clôture haute de trois mètres, ils attendent d'être relâchés pour profiter d'une liberté contrôlée au sein d'une vaste réserve de Zidlov, s'étendant sur quelque 3.800 hectares à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Prague. «Le projet prévoit l'élargissement du troupeau à 25-30 animaux», précise Jiri Janota, directeur de la société d'Etat «Forêts et biens militaires» (VLS). «Parmi les tâches qui nous incombent figure aussi celle d'inventer vingt noms de femelles qui commenceront par Ka et de mâles qui commenceront par Po», sourit-il, en allusion aux directives du livre généalogique de l'espèce.

    Le bison d'Europe était très répandu sur tout le continent européen, de l'Atlantique à l'Oural (excepté le sud de la péninsule ibérique, le sud de l'Italie, la péninsule scandinave et les îles britanniques), et ce jusqu'au Moyen Âge. Il est également possible qu'il ait peuplé la Sibérie, mais ce point demande à être confirmé [Wikipédia]. Charlemagne chassait le bison ainsi que l'aurochs, dans la région de Liège et d'Aix-la-Chapelle.

    Exterminé après la Première Guerre mondiale, le bison d'Europe ne survivait alors plus qu'en captivité. Il a été progressivement réintroduit dans la nature après la Seconde Guerre mondiale.

    Amitiés à tous


    Lire la suite de cet article

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous



    [ Message édité par : Alain : 17-08-2011 02:11 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 21-08-2011 03:19





    Bonjour les amis,

    Voici un exemple que l'on ferait fort bien d'appliquer à d'autres zones sous-marines où la vie s'épuise :


    En dix ans, le nombre de poissons du parc sous-marin de Cabo Pulmo, au Mexique, a augmenté de 460%

    le mérite en revient à la surveillance de la population locale




    Le parc de Cabo Pulmo, niché près de la pointe sud de la péninsule de Baja au Mexique, est désormais considéré comme la réserve marine la
    plus “robuste” du monde selon une étude menée sur dix ans par les scientifiques de la Scripps Institution of Oceanography. Photo: Octavio Aburto




    Citation intégrale :

    Une renaissance inespérée

    La zone était en déperdition, épuisée par des années de pêche intensive, quand les populations vivant autour ont décidé de créer cette réserve en 1995. “A l’époque nous avons décidé d’aller de l’avant parce que les gens étaient déterminés mais le site n’était pas en bonne santé environnementale” se rappelle Exequiel Ezcurra , Directeur de l’Institut de l'Université de Californie pour le Mexique et les États-Unis.

    N’y subsistaient plus que des poissons de taille moyenne. Aujourd’hui “la zone est pleine de grands poissons-perroquets, de mérous, de vivaneaux, elle est aussi occupée par plusieurs espèces de requins. Une augmentation de la biomasse de 463 pour cent dans une réserve aussi importante que Cabo Pulmo (71 kilomètres carrés) représente des tonnes de poissons nouveaux chaque année. Aucune réserve marine dans le monde n’a montré une telle reprise du poisson” s’étonne Octavio Aburto-Oropeza, de la Scripps Institution.

    Créatrice de ressources nouvelles

    Dans un article publié dans la revue Public Library of Science (PLoS), les chercheurs estiment que cette formidable renaissance doit beaucoup aux populations locales qui ont assuré la surveillance, l’entretien et le respect des règlements du parc.

    Une surveillance qui s’avère rentable puisque de nouvelles activités liées à cette embellie apparaissent. L’écotourisme se développe avec notamment des plongées près des récifs coralliens, qui abritent maintenant homards, poulpes, raies ainsi que pleins de poissons de petite taille. En surface, les bateaux sont peu nombreux contrairement aux kayaks loués par les visiteurs.

    "Peu de décideurs sont conscients que la taille des poissons et leur abondance peuvent augmenter à l'intérieur des réserves marines à des niveaux extraordinaires en seulement une décennie, une fois la protection établie. Ils ont encore moins nombreux à savoir que ces augmentations se traduisent souvent par des avantages économiques pour les communautés côtières", souligne Aburto-Oropeza. Un exemple comme celui-la devrait assurément les interpeller.


    La preuve de cette renaissance : Voir les images

    C'est bien, non?

    Amitiés


    Source


    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com


    [ Message édité par : chenoa : 22-08-2011 04:05 ]

      Profil  Citation   
    Aller à la page : [ 1 | 2 | 3 ]
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.