Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

28 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  samedi 22 février 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 24 728 109
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Initiatives positives et signes d'espoir » » Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la biodiversité  
    AuteurRestitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la biodiversité
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 16-07-2008 05:20



    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    La Réunion gèle 40 % de ses terres pour protéger la biodiversité



    Pour un botaniste, la Réunion est un terrain rêvé. Elle est, avec les autres îles de l'archipel des Mascareignes, l'un des 34 "points chauds" de la biodiversité mondiale reconnus pour abriter un nombre exceptionnellement élevé d'espèces uniques. Des espèces qui figurent aussi parmi les plus menacées.

    A la Réunion, un tiers encore de la végétation primaire est resté intact, soit bien davantage qu'à Maurice ou à Madagascar. En 2007, un parc national naturel a été créé pour la protéger. Il épouse grosso modo les limites du domaine forestier géré jusqu'alors par l'Office national des forêts (ONF), couvre 100 000 hectares, soit plus de 40 % de la superficie de l'île. Le 9e parc national français a été officiellement inauguré mercredi 9 juillet.

    Bravo et amitiés à tous


    Lire l'article



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Moderateur : 01-02-2010 05:27 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 01-02-2010 05:49



    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Douglas Tompkins un mécène pionnier de l'écologie radicale




    Douglas et Kris Tompkins qui ont fait don au Chili et à l’Argentine de deux nouveaux parcs nationaux.



    Notre civilisation industrielle, qui nous incite de moins en moins à être en contact avec la nature, est porteuse d’une vision du monde qui réduit cette nature à un ensemble de ressources exclusivement économiques, voire esthétiques. La vision du monde des Tompkins est différente ; en partie, semble-t-il, parce que - tout comme sens de la vie - ces derniers voient la Terre comme une planète blessée.

    Doug Tompkins, créateur de la ligne North Face, la marque de vêtements et d’équipements de sport mondialement connue, a également été le co-fondateur de la ligne Esprit. Quant à son épouse, Kris Tompkins, elle a été longtemps à la tête de la compagnie Patagonia, le fabricant de vêtements pour activités de plein air. Amoureux de la nature depuis toujours, amateur de grimpe, de kayak en eaux vives, pilote, et, même, ex-skieur olympique, Doug Tompkins connaît bien les fjords déchiquetés du sud du Chili qu’il a visités à plusieurs reprises dans les années 1960 et dont il s’est, depuis, littéralement épris. C’est en 1989 que les Tompkins décident de tout laisser derrière eux : ils vendent les participations qu’il détiennent dans leurs entreprises respectives et quittent San Francisco pour s’installer dans cette région isolée du Chili où ils vivent actuellement et où ils adoptent un style de vie simple (sans électricité), en harmonie avec la nature.

    Voici un article qui leur est consacré :


    Le milliardaire qui achète la terre pour sauver la planète

    En Argentine, dans le sanctuaire de Los Esteros del Ibera, l'Américain Douglas Tompkins, fondateur de la marque Esprit, affronte les fermiers pour rendre leurs exploitations à la nature sauvage.

    La péninsule d'Ibera est un bout du monde. Peuplée de carpinchos (capybaras), - une variété de rongeur au corps d'ourson - de caïmans et d'oiseaux rares, cette contrée vaste comme dix fois la Camargue, forme un royaume lagunaire dont le prophète est un milliardaire philanthrope.

    L'Américain, Douglas Tompkins, 66 ans, rachète les terres cultivables du sanctuaire de Los Esteros del Ibera, l'«eau qui brille» dans la langue des Indiens Guaranis, pour les convertir en un parc national de 1,3 million d'hectares. Il acquiert les unes après les autres les fermes d'élevage et les démantèle. Il retire le bétail, démonte les barbelés, laisse à l'abandon les rizières pour rendre les terrains aux espèces en voie d'extinction. Le seigneur des marais veut réintroduire des espèces disparues comme le fourmilier et peut-être un jour le jaguar. Une utopie qui suscite la méfiance et l'hostilité parmi les petits exploitants agricoles de la Mésopotamie argentine.

    À Esteros del Ibera, chaque camp défend sa vision de la nature. Celle des autochtones partis en croisade contre le nabab «yankee» est traditionaliste. Ils combattent pour continuer à exploiter leurs terres comme ils l'entendent. Celle de Douglas Tompkins et de sa femme, Kristine McDivitt, est universelle. Le couple est convaincu que la course à la consommation conduit à la catastrophe. «Nous les humains, nous nous construisons un magnifique cercueil dans l'espace appelé planète Terre», affirme-t-il. L'ex-homme d'affaires américain, fondateur des marques de vêtements Esprit et The North Face et son épouse, ancienne patronne de la firme Patagonia, se sont reconvertis en pionniers de l'écologie «profonde», une philosophie new âge. Leurs partisans en pantalon de toile plissée et chapeau à bord large de gaucho n'hésitent pas à descendre dans la rue à cheval lorsqu'il s'agit de protester devant un tribunal contre la construction d'un barrage par un grand propriétaire.

    Voici peu, le conflit a pris une tournure politique. Un groupe de députés allant des nationalistes péronistes à la gauche a monté, sans succès, une campagne au Congrès pour confisquer les biens de Douglas Tompkins au nom de l'intérêt supérieur de la nation. Le magnat a riposté en précisant qu'il était disposé à léguer sa réserve à l'État dans quinze ou vingt ans…


    Au début des années 1990, D. Tompkins a créé la Foundation for Deep Ecology, une organisation à but non lucratif visant à promouvoir les idées du Norvégien Arne Naess, un philosophe qui s’oppose à tout ce qui est “ méga-technologie ” (soit aussi bien aux centrales nucléaires qu’aux postes de télévision ou aux turbines à vent) et en appelle à un démantèlement de la “ société techno-industrielle ”. (Tompkins, moins extrême, n’a banni ni les ordinateurs ni les petits avions qu’il utilise pour se déplacer entre le Chili et l’Argentine mais cette “ étreinte stratégique ” de la technologie reste au service de la mission particulière qu’il s’est donnée il y a quinze ans et qui consiste à préserver du mieux qu’il peut une nature vierge.)

    Selon D. Tompkins, nous nous sommes éloignés de la nature. “ Nous imaginons que nous pouvons la mettre sous verre et vivre au-dessus d’elle. Nous avons placé l’intelligence humaine au-dessus de la sagesse de la nature ”, regrette-t-il. Pour le millionnaire activiste, tout autre acte charitable, comme le combat pour l’éradication de la pauvreté ou de l’analphabétisme ou la lutte contre le travail des enfants, est secondaire au regard de la sauvegarde de la biodiversité. “ Il ne peut y avoir de justice sociale sur une planète morte ”, rappelle-t-il, non sans ironie. D’où sa décision de joindre l’acte à la parole et d’acquérir le plus possible de terres sauvages, vierges et peuplées d’espèces de toutes sortes.

    Je vous conseille de lire la totalité de ces articles.

    Amitiés à tous



    Pour sauver la nature, achetez-la !


    Le milliardaire qui achète la terre pour sauver la planète

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 01-02-2010 06:37 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   

      

      Posté : 01-02-2010 06:38

    Il a l'air sympas ce milliardaire. je vais peut-être prendre exemple sur lui. En plus ça tombe bien je suis en plein milieu des rizières. Par-contre, sans vouloir déranger, si a l'occasion tu pouvais lui demander de m'envoyer quelques millions.

      Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 02-02-2010 04:26



    Bonjour mes amis.

    Merci Éric, oui cet homme est fort sympathique et il pourrait tout aussi bien aider également de cette façon en Asie, comme dans ce cas.


    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Treize pays s'engagent dans la sauvegarde des tigres sauvages




    Tigre d’Asie.



    Dans le forum Ecologie, les menaces sur le vivant et sur le sujet L'extinction des espèces en cours, partout sur terre, j’ai écrit récemment ceci :

    "Les tigres présents dans la région du Grand Mékong, en Indochine, sont au bord de l'extinction. Leur population ayant diminué de plus de 70% en un peu plus de dix ans à cause du braconnage et de la destruction de leur biotope, indique le WWF. Le nombre de tigres dans la région, qui comprend le Cambodge, le Laos, la Birmanie, la Thaïlande et le Vietnam est passé de1.200 en 1998 à 350 aujourd'hui, selon les estimations effectuées par le Fonds mondial pour la nature.

    "Il faut prendre des mesures décisives pour que cette sous-espèce n'atteigne pas le point de non retour", a déclaré le coordinateur du programme du WWF en Indochine. Au marché noir, dans des pays comme la Chine, une peau de tigre peut atteindre les 20.000 dollars.

    Il reste au total 3.200 tigres dans le monde, contre encore 5.000 à 7.000 vers 1998."

    Heureusement les pays concernés ont décidé de prendre les mesures nécessaire pour enrayer cette extinction. Voici la sauvegarde de l’article consacré à ce sujet:



    HUA HIN, Thaïlande — Treize pays d'Asie font part de leur intention de doubler d'ici 2022 le nombre de tigres sauvages dans une déclaration qui a été adoptée vendredi. La construction de certaines routes, ponts ou autres infrastructures pouvant porter atteinte à leur habitat serait ainsi interdite.

    Le texte ne prévoit pas de nouveaux financements pour atteindre cet objectif. Les pays s'engagent simplement à utiliser l'argent de l'écotourisme, de la lutte contre les gaz à effet de serre et de projets d'infrastructures pour financer leurs programmes. Ils ont également l'intention d'approcher des institutions internationales, comme la Banque mondiale, pour obtenir des fonds.

    "Avec une volonté politique et la mise en oeuvre des actions nécessaires, l'extinction des tigres sauvages (...) peut être évitée", écrivent les 13 pays réunis en conférence à Hua Hin, en Thaïlande. "La conservation du tigre est importante pour protéger la biodiversité et préserver une part vitale de notre héritage national".

    Cette déclaration sera soumise pour approbation aux chefs d'Etat de ces pays en septembre, lors d'une réunion à Vladivostok, en Russie.
    Le nombre de tigres sauvages a fortement chuté ces dernières décennies à cause de l'intrusion humaine, qui a fait perdre les neuf dixièmes de leur habitat, et du braconnage. Alors qu'on en dénombrait 100.000 au début du XXe siècle, ils seraient moins de 3.500 aujourd'hui.

    Voici la liste des 13 pays concernés: Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar (ex-Birmanie), Népal, Russie, Thaïlande et Vietnam.


    Espérons que tout cela sera suivi d’effets.

    Amitiés à tous



    Source




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 02-02-2010 04:34 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 08-02-2010 05:48



    Bonjour mes amis.

    Encore une heureuse nouvelle !

    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Thon rouge : la France s'engage enfin vers une interdiction de la pêche industrielle





    Vers la fin de la pêche aux thons avec des filets



    Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer a annoncé hier que la France soutenait, à certaines conditions, l'inscription du thon rouge à l'Annexe I de la Convention Internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore menacées d'extinction (CITES).

    Voici des extraits de l’article consacré à ce sujet:


    Cette annonce constitue une première concrétisation de l'engagement présidentiel du 16 juillet dernier. La France apporte pour la première fois son soutien à la proposition de Monaco d'une inscription de l'espèce en annexe I de la CITES, ce qu'elle s'était refusée à faire en septembre dernier lors d'un vote à Bruxelles. La France est le premier pays méditerranéen de l'Union européenne à se prononcer dans ce sens et à ainsi afficher sa préoccupation pour la sauvegarde de l'espèce. C'est un pas décisif qui devrait débloquer la situation au sein de la Commission européenne et qui entraînera le reste de l'Europe. C'est essentiel pour l'emporter lors de la prochaine réunion de la CITES à Doha, en mars prochain.

    Maintenant que la France a ouvert la voie, notre inquiétude réside principalement dans la façon dont l'Espagne, qui assure la présidence tournante du Conseil, mais qui est farouchement opposée à une inscription à l'annexe I, va agir. Nous appelons la France à mettre dès maintenant sa machine diplomatique en marche pour qu'une inscription en annexe I soit adoptée à Doha.

    Nous espérons que cette décision annonce un tournant dans la gestion de la pêche en France. La France, qui dispose du deuxième domaine public maritime mondial, a en effet une lourde responsabilité dans la protection de la biodiversité marine que seules une approche écosystémique et une gestion durable des ressources halieutique pourront protéger.

    Il est grand temps que les pouvoirs publics, français et européens, fassent la différence entre la pêche industrielle destructrice et la pêche artisanale qui représente 80% des embarcations en France et en Europe. Les responsables politiques portent une lourde responsabilité dans l'effondrement de l'espèce car ils ont favorisé par les subventions publiques la surcapacité de pêche et le développement de la pêche industrielle. Nous demandons à ce que tout financement public qui aurait pour conséquence le soutien de la pêche industrielle cesse.

    NOTA :

    Cette pêche à l'hameçon n'est pas celle qui nuit à l'espèce. En 2009, il lui avait été attribué moins de 300 tonnes de quotas de pêche quand les thoniers senneurs en recevaient 3000 tonnes. C'est la pêche industrielle, tournée vers le marché japonais et pour ses fameux sushis, qui a détruit la ressource. L'interdiction de son commerce international y mettrait un coup d'arrêt définitif.

    Espérons que tout cela sera suivi d’effets (bis).

    Amitiés à tous



    Lire la suite de l’article



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 08-02-2010 05:50 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 17-02-2010 04:18



    Bonjour mes amis.

    Encore une initiative sympa.

    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Bientôt un code éthique international pour préserver la biodiversité ?




    Le muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) organisent un atelier de travail réunissant une quinzaine d’experts internationaux. Objectif : finaliser un document de référence pour l’éthique de la conservation de la biodiversité, lequel pourra par la suite être partagé par tous les membres de l’UICN, dont quatre-vingt gouvernements.


    C’est à la demande de son comité français que l’assemblée générale de l’UICN a adopté, en 2004, une résolution demandant la rédaction d’un code éthique de la conservation de la biodiversité. Dans cette optique, un groupe de travail international a été constitué. Des réunions et ateliers organisés sur différents continents, tout comme la consultation d’un réseau mondial de correspondants ont permis, depuis 2005, d’aboutir à la rédaction préliminaire d'un document intitulé The Biosphere Ethics Initiative (BEI).

    L’objectif : faire partager par tous les membres de l’UICN soit quatre-vingt États, 120 organismes publics, plus de 1000 ONG et 10.000 experts, les fondements éthiques de la conservation de la biodiversité. En février 2010, l’étape finale d’élaboration de ce document de référence aura lieu à Paris, au muséum national d’Histoire naturelle. Il est en outre envisagé que la France porte le projet BEI auprès de la Convention sur la diversité biologique, lors de la Conférence des Parties qui aura lieu à l’automne 2010 à Nagoya, au Japon.

    Demain 18 février, le texte sera officiellement remis à la directrice générale de l’UICN, Julia Marton-Lefèvre.


    Espérons que tout cela sera suivi d’effets (bis).

    Amitiés à tous



    Source



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 17-02-2010 04:19 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 19-02-2010 04:57



    Bonjour mes amis.

    Et encore une initiative sympa, une !

    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Plus de 100 pays s'engagent à protéger les espèces de requins menacées


    Cela va inciter encore plus d’entreprises à imiter Auchan



    Sauvegarde :


    17 février 2010. Sous l'égide du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), plus de 100 pays ont signé un accord visant à protéger les requins en voie d'extinction lors d'une réunion des Etats signataires de la Convention sur la conservation des espèces migratoires appartenant à la faune sauvage (CMS) qui se déroulait à Manille, aux Philippines.

    Les 113 pays signataires de l'accord s'engagent à interdire la chasse, la pêche et le massacre du requin blanc, du requin-pèlerin, du requin-taupe et de l'aiguillat commun. Il vient renforcer le dispositif juridique international déjà existant sur la pêche et le commerce illégal des requins et développe une stratégie de préservation durable de ces espèces en danger.

    « Ce premier accord global sur les espèces exploitées commercialement est une étape importante pour la préservation des requins », a déclaré la secrétaire exécutive de la Convention au sein du PNUE, Elizabeth Mrema.

    La surpêche, le commerce illégal, la pollution générée par le trafic des navires ainsi que l'impact des changements climatiques sur l'environnement marin menacent sérieusement la survie des requins, constate le PNUE. En 15 ans, la population des requins a diminué de 90% dans le Golfe du Mexique et en mer Méditerranée et de 75% au nord ouest de l'océan Atlantique, selon le PNUE.

    Ces requins sont naturellement plus vulnérables à la surpêche que d'autres espèces : leur période de gestation très longue augmente le risque d'être tué et leur grande mobilité les rend difficilement localisable pour assurer leur défense. Autant d'obstacles supplémentaires à la protection de ces espèces dont la viande est très prisée depuis la fin des années 1980. Selon l'organisation non gouvernementale TRAFFIC, les 2 tonnes de viande de requin-baleine ont ainsi atteint les 7.000 dollars sur les marchés de Taiwan.

    D'après l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), plus de 900.000 tonnes de viande de requins ont été pêchées chaque année depuis 20 ans. Et si l'on tient compte de la pêche et du commerce illégal, ce chiffre serait deux fois supérieur, estime la FAO.


    Espérons que tout cela sera suivi d’effets (ter).

    Amitiés à tous



    Source



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 19-02-2010 04:58 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 28-02-2010 05:03



    Bonjour mes amis.

    La campagne de reboisement de l’ONU est un franc succès


    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    L'Inde rejoint la campagne de l'ONU 'Plantons un milliard d'arbres pour la planète'





    Quand la campagne pour un milliard d'arbres a été lancée lors de la réunion sur la convention du climat à Nairobi en 2006, personne n'aurait imaginé qu'elle se développerait avec tant de vigueur et si rapidement, suscitant engouement et espoir. Cette initiative a été un vecteur d'expression pour des millions de personnes de par le monde.

    Sauvegarde :


    25 février 2010 – Le ministère indien de l'environnement et des forêts a annoncé jeudi que l'Inde rejoignait la campagne « Plantons un milliard d'arbres pour la planète », une initiative lancée en 2006 par le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE) et qui a dépassé son objectif initial depuis un certain temps.

    En plantant depuis 2007 deux milliards d'arbres, l'Inde permet aujourd'hui d'atteindre le nombre de 10 milliards d'arbres plantés. « C'est merveilleux que l'Inde ait rejoint la campagne », s'est réjoui le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

    L'Inde, qui est le deuxième pays le plus peuplé au monde, est un grand consommateur de bois. De plus, une grande partie de sa population vit de l'agriculture ce qui accélère la déforestation. C'est pourquoi le pays s'est doté d'un programme national de plantation d'arbres et mis en place un système de compensation de reboisement pour lutter contre la désertification et le déboisement.

    « En septembre dernier nous pensions que planter 7 milliards d'arbres serait un énorme exploit, mais avec les dernières plantations de l'Inde nous avons maintenant atteint les 10 milliards d'arbres », a déclaré M. Steiner.

    Depuis le lancement de l'opération à la fin de l'année 2006, des centaines de millions de personnes aussi divers que des groupes de scouts, des écoliers ou même des présidents ont retroussé leurs manches et plongé leurs mains dans la terre pour planter des arbres.

    « C'est ce genre de solidarité qui fera la différence pour transformer les économies, limiter les émissions de carbone et évoluer vers un monde durable », a souligné M. Steiner.

    La Chine a rejoint l'initiative en 2009 en plantant 6,1 milliards d'arbres dont 2,6 milliards dans le cadre de la campagne lancée par le PNUE.

    Le but de ce projet est de catalyser l'engagement de millions de citoyens en faveur de la protection de l'environnement. En mobilisant des personnes de 170 pays différents, et en ayant multiplié par dix l'objectif initial, cette campagne est un véritable succès.

    Les Indiens avaient déjà démontré leur engagement dans la lutte contre le changement climatique en lançant au début de l'année un partenariat avec le PNUE dont le but est de favoriser, à travers l'Indian Premier League, qui est une compétition de cricket annuelle très populaire, une prise de conscience environnementale auprès de ses millions de fans.


    Et voici une excellente chose de plus.

    Amitiés à tous



    Veuillez consulter le site du Centre de nouvelles ONU pour plus d'information http://www.un.org/french/newscentre/



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 28-02-2010 05:07 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 06-03-2010 12:08



    Bonjour à tous,


    Excellente nouvelle ce succès de la campagne de reboisement !

    En voici une autre :


    Restitution d'espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    L'avenir de la perdrix grise, gibier roi du Centre-Nord, est lié aux pratiques agricoles

    Ou le Retour de pratiques agricoles respectant la biodiversité






    La perdrix grise est le gibier roi des chasseurs du Centre-Nord. AFP/DENIS CHARLET





    C'est probablement l'oiseau de la plaine cultivée le mieux connu. Celui pour lequel les principes de gestion des populations ont été le mieux établis. La perdrix grise, gibier roi des chasseurs du Centre-Nord qui la tirent "au cul levé", est une espèce banale, vivant dans un paysage agricole ordinaire de la France. C'est pourquoi sa préservation est essentielle, et fait l'objet, de longue date, de l'attention soutenue de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)

    L'espèce a beau avoir trouvé ses défenseurs, sa santé n'en est pas moins fragile. Nichant au sol, principalement en lisière des cultures céréalières, ses poussins sont particulièrement sensibles à la prédation et aux pratiques agricoles.

    Dans ce contexte, l'attitude des chasseurs est déterminante pour l'avenir de la perdrix grise. La gestion par quotas des prélèvements cynégétiques, mise en oeuvre à partir du milieu des années 1980, est maintenant bien éprouvée. Mais elle demande beaucoup d'efforts et d'implication.

    Le petit village picard de Bouzincourt (Somme) présente des atouts majeurs pour la perdrix grise, et le tableau de chasse, les années fastes, dépasse les dix têtes par chasseur. Mais 2008 a été une année sombre pour l'espèce, qui a connu, sur l'ensemble de la France, sa plus mauvaise reproduction depuis trente ans. Les comptages réalisés au printemps 2009 ont ainsi montré une diminution des effectifs de 10 % à 50 %, malgré une absence presque totale de chasse à l'automne 2008.

    Pourquoi une si mauvaise passe, venant après huit bonnes, voire très bonnes années ? Météorologie chaotique ? Moissons précoces ? Taux de pesticides trop élevés ? Plusieurs paramètres se sont sans doute conjugués pour aboutir à cette année noire. Laquelle est venue brutalement rappeler que l'avenir de la perdrix grise ne dépendait pas seulement des chasseurs, mais aussi, et peut-être surtout, des orientations agricoles.

    Meilleure couverture des sols en hiver, diminution de la taille des parcelles, implantation de couverts interculturaux : si les solutions pour concilier agriculture et biodiversité dans les régions de plaines cultivées sont connues, leur mise en oeuvre est moins évidente. Mais ces aménagements peuvent aussi constituer des atouts pour le bon fonctionnement des exploitations.

    Nombre d'agriculteurs de Picardie semblent l'avoir compris, qui ont passé un accord de partenariat avec chasseurs et naturalistes dans le cadre des contrats Gestions de territoire 2007-2013, financés par le conseil régional. "En adaptant mes pratiques et en aménageant ma plaine, je suis arrivé à 90 couples de perdrix grises naturelles pour 100 hectares !", témoigne Jacques Hicter, agriculteur dans l'Aisne.


    La chercheuse Elisabeth Bro, spécialiste du petit gibier à l'ONCFS nous explique :

    "La perdrix grise est une espèce à la fois "drapeau" et "parapluie"

    "Drapeau" parce qu'elle peut servir comme symbole pour collecter des fonds pour la protection de la biodiversité.

    "Parapluie" parce que les moyens d'action mis en oeuvre pour sa conservation sont susceptibles de bénéficier à d'autres espèces de la faune et la flore." Gérer l'habitat de la perdrix implique, par exemple, de préserver ses ressources alimentaires, et donc d'agir pour la préservation des fleurs des champs et des insectes.



    Selon un article de Catherine Vincent, que nous remercions vivement !

    Voilà qui donne chaud au cœur



    Lire l'article



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 06-03-2010 13:45 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 06-03-2010 14:00



    Bonjour à tous,

    Des initiatives positives en faveur de la biodiversité sont possibles !

    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Thon rouge (suite) : Pêche au thon, vers un consensus ?




    Les Etats-Unis se sont prononcés, ce jeudi, en faveur du classement du thon rouge dans la liste des espèces menacées. Ce qui aboutirait à l’interdiction du commerce international de ce poisson dès 2011.

    Après la Commission européenne c’est au tour des Etats-Unis de se prononcer en faveur de l'interdiction du commerce international du thon rouge. Avec plusieurs autres pays, dont ceux de l’Union européenne, ils demanderont le classement du thon rouge dans l’annexe 1 de la CITES lors de la prochaine réunion qui aura lieu à Doha, au Quatar.

    La CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, contrôle et réglemente le commerce international des spécimens des espèces protégées. La prochaine réunion de la CITES aura lieu du 13 au 25 mars, les européens devraient donc y demander le classement du thon rouge dans l’annexe 1 des espèces protégées. Ce classement entrainera de facto l’interdiction du commerce international du thon.

    Néanmoins les discussions au sein de cette instance promettent d’être houleuses car le Japon a d’ores et déjà annoncé son intention de tout faire pour éviter ce classement. Ce pays est en effet le premier importateur et consommateur de thon rouge au monde. Certains pays européens, dont la France, entendent également se battre pour faire autoriser une pêche traditionnelle dans les eaux européennes pour une consommation au sein de l’Union.

    La surpêche menace à courte échéance les stocks de thons et pourrait aboutir à la disparition de l'espèce comme cela s'est produit dans l'ouest de l'Atlantique. L'interdiction de toute capture vise à rétablir les populations de thon également menacées par la pêche de poisson juvéniles qui sont ensuite engraissés en bassin d'élevage.



    C’est bien la surpêche qui détruit les populations de poisson !

    Espérons que la prochaine réunion de la CITES aura une issue positive.

    Le temps presse car l’espèce pourrait disparaître définitivement


    Lire l'article



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 06-03-2010 14:18 ]

      Profil  Citation   
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 24-03-2010 10:16



    Bonjour à tous,

    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Mister Goodfish : une campagne pour une consommation durable du poisson



    Il ne faut pas manger n'importe quel poisson !



    « Bien choisir son poisson, c'est bon pour la mer, c'est bon pour vous" ! C'est le slogan de la campagne "Mister Goodfish" lancée officiellement hier matin à Nausicaa1. Cette démarche est effectuée sur 3 pays en même temps : la France, l'Espagne et l'Italie. Elle a pour but d'inciter les habitants à consommer du poisson de façon plus responsable : privilégier des espèces qui ne sont pas menacées, consommer le bon poisson selon la saison, manger des variétés pêchées à proximité de chez soi…

    Lire la suite

    1: Nausicaa est le Centre National de la Mer situé à Boulogne-sur-Mer (92). C’est un aquarium magnifique. Un endroit à visiter :
    http://www.nausicaa.fr


    ***




    Comme vous avez pu le lire, la proposition pour l’interdiction du commerce international du thon rouge n’a pas réuni suffisamment de voix lors de la dernière réunion du CITES, qui se tiendra jusqu’au 25 mars.

    Sur ce sujet : L’extinction des espèces en cours, partout sur Terre

    C’est un constat d’échec mais qui doit nous permettre de mieux rebondir sur une nouvelle approche du problème :

    - Une interdiction pure et simple serait sans doute la solution idéale mais elle pénalise tous ceux qui vivent uniquement du commerce du thon rouge. Beaucoup de familles se trouveraient sans ressource.

    - Les quotas de pêche sont difficiles à faire respecter car l’océan ou la mer étant immenses, on ne peut pas tout contrôler mais ils sont nécessaires.

    - On ne peut pas interdire aux gens de consommer du poisson surtout s’il s’agit d’une tradition. Les habitudes ont la vie dure. Cela dit lorsque les conditions changent il faut s’adapter.

    La solution du problème de surpêche passe par une responsabilisation de tout le monde et le consommateur y compris. N’oublions pas que c’est la demande qui faut augmenter la production ou le prélèvement.

    Le consommateur peut donc exercer une influence directe sur la pêche.

    Est-ce votre avis ?


    Ça l’est en tout cas pour les amis de la Mer qui ont lancé le programme Mr Goodfish dont voici la description :


    La campagne « MrGoodfish », lancée par le Réseau Océan Mondial, a pour but de sensibiliser le public et les professionnels de l’industrie poissonnière à la consommation durable de produits de la mer.

    A court terme, l’objectif est de développer des moyens de communication et de sensibilisation appropriés pour mettre le public et les professionnels en capacité de faire des choix informés et responsables lorsqu’ils achètent des produits de la mer et ce, de manière à réduire la pression humaine sur réserves de pêches non durables.
    A moyen terme, l’objectif est de valider ces outils lors de la phase pilote à trois endroits : l’Acquario di Genova (Italie), l’Aquarium de Finisterrae (Espagne) et Nausicaä, Centre National de la Mer (France).

    MrGood fish – Site officiel




    La campagne européenne « Mr Goodfish » a été lancée officiellement jeudi à Nausicaà en présence de représentants des pêcheurs et des restaurateurs. L'opération, portée par les membres du réseau Océan mondial, veut inciter les consommateurs à acheter les poissons dont les stocks ne sont pas menacés par la surpêche.



    Lire la suite


    Saluons leur initiative positive !

    La prise de conscience avance



    Amitiés
    Patrick




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels


    [ Message édité par : Pat : 24-03-2010 10:41 ]

      Profil  Citation   
    chenoa
    1217       

    chenoa
      Posté : 29-03-2010 11:28



    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    Le Jardin des plantes se visite en ligne




    La page d'accueil du nouveau site. (© MNHN).




    Evolutif et participatif: voilà les deux points clés du site internet du Jardin des plantes, lancé ce samedi 20 mars à 6h54 précise, heure officielle du début du printemps. Les passionnés de botanique et autres amis de la nature pourront découvrir ou redécouvrir le célèbre jardin parisien devant leur écran d’ordinateur, sur http://www.jardindesplantes.net/.

    «L’une des missions du Jardin des plantes est de contribuer à la diffusion des connaissances scientifiques vers le grand public. Avec ce site web, nous souhaitons sensibiliser plus de personnes aux enjeux liés à la biodiversité et aider les passionnés de jardinage à entretenir leurs plantes» explique Eric Joly, directeur du Jardin des Plantes.

    Visite virtuelle

    Pour remplir sa mission de transmission des savoirs, le Jardin des plantes version numérique propose notamment des fiches pédagogiques sur les plantes, des vidéos des coulisses du jardin où jardiniers, botanistes et techniciens racontent comment ils font vivre leur jardin, des podcasts pour guider le visiteur dans sa visite du Jardin des plantes et bien d’autres ressources qui seront ajoutées au fil du temps sur ce site qui se veut évolutif. Pour preuve, la visite virtuelle du jardin sera mise à jour au fil des saisons.


    Un réseau social de jardinautes

    Mais la partie la plus innovante du site reste sans doute «Mon jardin» où, à l’instar des autres réseaux sociaux, les passionnés de la nature pourront créer leur profil et ouvrir leur blog pour communiquer avec d’autres amateurs. Donner des conseils ou présenter son propre jardin par exemple se fera dans cet espace dynamique.



    Voici un excellent moyen pour connaître notre environnement, le protéger et éveiller l'intérêt pour la nature au plus grand nombre.

    Je vous conseille de lire en complément: Le manque de connaissances sur la nature: comment combler les lacunes

    Bonne découverte !


    Lire l’article

    Découvrir le Jardin des plantes est l’héritier du Jardin royal des plantes médicinales créé par Louis XIII en 1635 et accueille le public depuis près de quatre cents ans.






    Pour apprendre à Voir :

    http://www.sens-de-la-vie.com





    [ Message édité par : chenoa : 18-12-2010 09:55 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 14-12-2010 00:14



    Bonjour mes amis.

    Merci vivement Chenoa et Patrick de tenir à jour ce thème si important.

    Voici encore une information satisfaisante. Des chercheurs en collaboration avec la Wildlife Conservation Society ont défini une nouvelle carte de la distribution des populations de tigres sur l’île de Sumatra. Il en résulte une bonne nouvelle, pour une fois !, puisque ces derniers seraient plus nombreux que prévu. Sumatra abriterait même la deuxième population mondiale de tigre après l’Inde.


    Restitution d’espaces à la Nature et initiatives pour la Biodiversité

    A Sumatra, les tigres se portent mieux que prévu, bien que encore menacés




    Tigre de Sumatra.



    Le tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae) vit en Indonésie. Il se distingue des autres sous-espèces de tigres par une robe orange marquée de rayures noires épaisses et rapprochées et il est un peu plus petit.

    Citation:


    A Sumatra, les tigres se portent plutôt bien

    Sur tout le territoire de l’île qui constitue encore un habitat disponible pour le tigre (environ 140 000 Km²), l’animal en occupe plus de 97%. « Ces résultats impliquent que la population de tigres de Sumatra pourrait être beaucoup plus grande que nous avons cru, et pourrait être la population de tigres au deuxième rang dans le monde après l'Inde, » a déclaré Hariyo T. Wibisono, un des auteurs de l’étude à paraître dans la revue Integrative Zoology.

    L'enquête a également révélé que les tigres occupent une grande diversité d'écosystèmes. Des tigres ont été recensés de 0 mètres d'altitude dans les forêts de plaine côtière à 3200 mètresd'altitude dans les forêts de haute montagne et dans chaque éco-région entre les deux. « Il y a nécessité d'une évaluation scientifique plus approfondie de la population », a déclaré Hariyo T. Wibisono, " « mais si la population de tigres est en effet aussi importante que le suggère cette nouvelle enquête, des actions réelles et plus de soutien de la part des experts du tigre et de la communauté internationale doivent être mobilisées pour la conservation des tigres de Sumatra. »


    La vie résiste partout, si l’homme relâche ses pressions elle reviendra partout.

    Amitiés à tous

    Lisez la Source



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 18-12-2010 02:44 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.