Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

24 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  mercredi 21 août 2019
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 23 328 031
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Une autre façon de penser, source de développement personnel » » Cessez d'être con ! - Cours N° 2
    2 pages [ 1 | 2 ]
    AuteurCessez d'être con ! - Cours N° 2
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 04-11-2005 07:45

    Cessez d'être con ! - Cours N° 2
    Lisez le cours précédent, c'est indispensable à votre compréhension. Merci.

    "Apprenez à penser par vous-même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous" (Jean Pierre Petit)


    EXERCICE :



    Répondez à cette question:

    Voici quelles sont les 2 pratiques les plus destructrices de la nature:

    - L'agriculture

    - L'élevage


    POURQUOI ?

    (Surprenant mais vrai !)






    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 29-11-2005 07:55 ]


    [ Message édité par : Moderateur : 17-07-2009 15:16 ]

      Profil  E-mail  www  
    Etherique
    218     

    Etherique
      Posté : 04-11-2005 14:37

    Bonjour Alain,

    L'élevage et l'agriculture intensifs déteriorent et aliènent le patrimoine génétique des animaux d'élevage et des plantes/céréales/fruits car ils sont coupés de leur environnement et de leur mode de vie donc de leur source d'épanouissement.
    Par extension, c'est le patrimoine génétique des consommateurs qui est lui aussi atteint : "nous sommes ce que nous mangeons" !!

    L'élevage intensif appauvri le sol et le pollu, des forêts entières sont rasées pour être transformées en champs et leur résidents sont chassés ou disparaissent.

    Avec l'extension de l'élevage et de l'agriculture de masse, les serf-veaux se sont de plus en plus coupés de leur véritable environnement pour s'enfermer dans les villes, ils sont devenus arrogants envers la nature, croyant pouvoir se couper de la terre et de ses "contraintes" en la manipulant et en la méprisant comme des enfants ingrats.

    C'est toute la chaine de la vie qui est atteinte

    Et ce mode de pensée ne date pas d'hier... Le désir de vie tue la vie.

    [ Message édité par : Etherique : 04-11-2005 14:47 ]

      Profil  
    labuse
    211     

    labuse
      Posté : 04-11-2005 15:34

    Bonjour Alain et Etherique

    C'est encore le mot " intensif" qui est à l'origine de la destruction , il me semble.

    Les élevages nomades ne détruisaient rien, et cultiver intelligemment ne doit pas être destructeur non plus .

    je crois que la sédentarisation des peuples à aussi une responsabilité .

    Ramener l'élevage et la culture à l'échelle humaine et non plus industrielle.

    Point de vue Delaware.
    Transmis par la tradition orale, lors de la premiere arivée des Hollandais sur l'île de Manhattan , vers 1609:

    " Le grand homme ne voulait qu'une petite, toute petite terre de la taille d'une peau de buffle où il ferait pousser les légumes pour sa soupe.
    C'est alors que nous aurions du découvrir la fourberie de son esprit. "



    il n'arrive pas aux gens ce qu'ils méritent , mais ce qui leur ressemble...

      Profil  
    Finkel
    453      

    Finkel
      Posté : 04-11-2005 17:56

    Coucou dan la Joie !

    Vivre en harmonie avec la Nature c'est l'imiter et non pas la transformer.

    Or les arbres et les plantes sont tout autour de nous, ya qu'à ce servir, pas besoin de les ordonner en rangées, de les dupliquer génétiquement; PAS BESOIN d'Agriculture intensive ou OGMifiée.

    Or tout comme la lionne chasse la gazelle, ya qu'à se bouger le cul (si vous tenez à votre steak quotidien) pour chasser votre viande, pas besoin des les industrialiser, de les cloner; PAS BESOIN d'Elevage intensif.

    Ces deux conneries ont émanées d'une plus grosse encore, l'idée selon laquelle l'Homme est le Maitre de la Nature (de l'Univers ! ) alors qu'il n'en est qu'un des élèves.

    Faut etre sacrément Con pour vouloir Transformer la Perfection et l'Abondance en une Usine à excréments

    Voir, Comprendre, Agir !
    http://www.sens-de-la-vie.com/

      Profil  www  
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 05-11-2005 04:28

    Merci de vos belles réponses

    Mais il faut creuser la réflexion plus encore

    Citation : "04-11-2005 15:34, labuse a écrit :
    C'est encore le mot " intensif" qui est à l'origine de la destruction , il me semble.
    Les élevages nomades ne détruisaient rien, et cultiver intelligemment ne doit pas être destructeur non plus .


    Ceci n'est pas tout à fait exact chère Dom.

    Je précise ma pensée: l'agriculture ancienne (sauf quelques exceptions, dont je parlerai plus tard), tout comme l'élevage nomade sont également destructeurs de la nature. En Afrique les troupeaux de moutons, d'ânes et de chèvres créent un désastre écologique que j'ai vu de mes yeux. Littéralement ce sont ces troupeaux qui créent le désert.

    Aujourd'hui, l'Irak est devenu un de ces désert, mais il y a 6000 ans la vallée du Tigre et de l'Euphrate était un Paradis qui fut détruit par des pratiques traditionnelles (puisque autrefois l'industrie chimique n'existait pas).

    Il est très intéressant d'analyser techniquement pourquoi c'est ainsi.

    Amitié à tous

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 05-11-2005 04:31 ]

      Profil  E-mail  www  
    labuse
    211     

    labuse
      Posté : 05-11-2005 23:10

    J'ai trouvééééééééééééééééééé

    C'est la PARESSE ,mère du progrès , qui a fait ke les hommes on préféré domestiquer la nature plutot que de courrir apres le gibier et les baies sauvages .

    Et depuis cela n'a pas cesser .... tout est fait pour que nous ayons le moins d'effort possible à faire , pour ke tout aille de plus en plus vite, en bref pour ke nous devenions des flaques

    je continu plus tard , je suis au taf , et j'ai oublié mes lunettes

    il n'arrive pas aux gens ce qu'ils méritent , mais ce qui leur ressemble...

      Profil  
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 05-11-2005 23:28

    Hello les amis!

    Je vais essayer d'apporter une contribution à cette réflexion:

    Oui chère Dom', la paresse mêlée d'une volonté de contrôle et de puissance surtout!

    Comme le dit Phil, l'agriculture et l'élevage conduisent à un apprauvissement génétique des espèces végétales et animales - c'est-à-dire une modification du vivant qui donne du "dégénéré".

    Quelques exemples frappants:
    - comparons un mouton avec son ancêtre le mouflon en terme de performance physique
    - comparons la qualité nutritive des plantes sauvages avec celle des cultures; les premières n'ont pas besoin d'engrais chimiques ou de soins particuliers

    Il paraît que l'épinard sauvage est très bon et en plus il pousse tout seul.
    Mais beurk! c'est une mauvaise herbe!

    - et comparons un bushmen du Kalahari avec un new-yorkais ???

    Quid: où est l'erreur?

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels

      Profil  
    Etherique
    218     

    Etherique
      Posté : 06-11-2005 16:28

    L'agriculture et l'élevage sont mauvais car ils résultent d'une recherche de POUVOIR.

    Je m'explique :
    Lorsqu'on cherche à avoir un POUVOIR sur "quelque-chose", quelque-soit le but, malélfique ou bénéfique, les résultats sont toujours catastrophiques car cette attitude, dans l'absolu, entre en conflit avec la vie dans son sens le plus profond.
    En effet, une recherche de pouvoir, implique forcément la MANIPULATION. La MANIPULATION de forces cosmiques bien plus grandes que nous, d'un équilibre puissant mais délicat. Même si nous faisons partie intégrante de ce TOUT cosmique et que nous pouvons influer dessus nous n'avons pas le droit d'agir de la sorte car ça créé une gangrène qui au final atteint toutes les sphères d'existance partout dans l'univers.

    C'est comme le Taiji Quan, la méditation, ou les autres pratiques de ce genre. Par ces pratiques, beaucoup recherchent en fait - sans forcément en avoir conscience - un POUVOIR, une EMPRISE sur par exemple les autres, les évènements, une maladie, une faiblesse physique ou psychologique, etc.
    De prime abord, ca peut paraitre bien de chercher à être plus "performant" dans sa manière de se comporter. Mais la pensée première qui a été moteur dans cette démarche a été la quête d'un POUVOIR.

      Profil  
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 06-11-2005 18:09

    Merci à vous tous

    Etherique a bien analysé l'origine des comportements, mais il reste à comprendre de manière technique (et donc à expliquer) en quoi les pratiques de l'agriculture et de l'élevage détruisent la nature, et aussi à percevoir l'énorme ampleur de ce phénomène.

    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

      Profil  E-mail  www  
    Etherique
    218     

    Etherique
      Posté : 06-11-2005 18:31

    Entre autre : on ne respecte pas les CYCLES nécessaires à la régénération de la nature ?
    La nature s'appauvrit et à terme la terre se désertifie ?

    Je cale un peu

    EDIT : Je crois que les mayas ont édité des calendriers sur les cycles des plantes à cet effet .


    [ Message édité par : Etherique : 06-11-2005 19:42 ]

      Profil  
    celia
    184     

    celia
      Posté : 06-11-2005 18:51

    Sans doute que la réponse se trouve dans la définition meme de ce que sont l'agriculture et l'élevage.


    "L'agriculture (du latin agricultura) est l'ensemble des activités économiques ayant principalement pour objet la culture des terres, et d'une manière générale « l'ensemble des travaux transformant le milieu naturel pour la production de végétaux et d'animaux utiles à l'Homme »....



    L'homme, est devenu culturellement omnivore il y a environ 3 millions d'années et a vécu de la chasse, de la pêche et de la cueillette pendant des milliers d'années. Si la collecte de graines sauvages a commencé il y a 23000 ans en Israël, l'agriculture proprement dite est apparue entre le VIe et le Ier millénaire avant JeanClaude ...

    L'objectif de l'activité agricole est essentiellement d'assurer la sécurité alimentaire des humains et des animaux d'élevage...

    Le Proche-Orient fut probablement la première région où l'agriculture apparut. La domestication a consisté à observer, puis sélectionner les espèces présentant le plus d'intérêt, puis à modifier le comportement naturel de celles-ci. Pour l'orge, le blé et le seigle, la domestication a commencé entre 9500 et 9000 av. J.-C. autour de la vallée du Jourdain, de l'oasis de Damas et du moyen Euphrate. Vers 8000 av. J.-C., l'élevage se développe et débute par la domestication du chien..."



    Go >> http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture#Articles_connexe


      Profil  
    labuse
    211     

    labuse
      Posté : 06-11-2005 19:31

    La société se projette sur le territoire qu'elle aménage. Elle exprime par son comportement ce qu'elle pense de la nature.

    Encore faudrait il savoir ce que c'est la NATURE?

    La nature, c'est ce qui existe en dehors de toute action de la part de l'homme.

    La nature c'est ce qui ne dépend pas de notre volonté.

    Détruire la nature, c'est la condition même pour arriver à produire de quoi nourrir les hommes....

    Et nous voyons des paysages complètement différents dans leurs manières de traiter la nature pour en tirer une production.

    bon , moi aussi je cale , à vous ............;

    il n'arrive pas aux gens ce qu'ils méritent , mais ce qui leur ressemble...

      Profil  
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 06-11-2005 23:31

    Je me permets de faire une petite parenthèse au sujet de la notion de « recherche de pouvoir » pour suivre un peu ce qu'a dit Ethérique.

    Je crois qu’il ne faut pas trop se leurrer la face :

    L’instinct de puissance est dans un certain sens tout à fait naturel car nécessaire à la survivance d’une espèce ou plus simplement d’un groupe. (comme la sexualité est liée à l’instinct de reproduction)
    Il faut que le groupe soit fort, discret, ou efficace à la chasse, rapide à la fuite etc… c’est une recherche de pouvoir - même s'il n'est que physique.

    De la même manière qu’un humain a besoin d’acquérir des savoirs particuliers pour vivre dans la société. C’est toujours une recherche de pouvoir.

    Le problème se situe vraisemblablement lorsqu’il devient une obsession névrotique parce que lié à un complexe d’infériorité/supériorité ou tout autre, débouchant sur une volonté de domination.
    L’exemple des gens qui cherchent des pouvoirs pour devenir des dieux est notoire !

    Soit une certaine méconnaissance de soi-même ou bien que l'on s'identifie carrément à la nature démoniaque, me semble lié aussi à ce problème de "recherche de pouvoir".
    Mais de toute manière, il est de près ou de loin lié à une Ignorance et cette recherche de pouvoir va de travers*.

    L’instinct est naturel, donc il semble être œuvre de la Source-Mère. C’est être en accord avec lui que de ne pas vouloir le réduire à néant ou le négliger.

    Je crois qu’à l’origine de la civilisation de Cain, il y a un certain refoulement de l’instinct primaire qui a débouché sur l’avatar de la névrose qu’on appelle l’ « homme moderne ».
    Les instincts se sont comme vengés en prenant possession de façon complètement subversive de ce dernier.

    Il n’y a qu’à voir comment on traite les animaux qui sont pourtant nos ancêtres et de toutes manières nos frères, pour comprendre la tendre image que l’homme moderne a de ses origines.

    L’agriculture, l’élevage et d’autres choses, seraient des épiphénomènes de ce changement.

    Qu'en pensez-vous?

    --> Je ne crois pas que cela explique tout mais d'une lumière différente.

    *Nota: Quel pouvoir chercher et pourquoi? Y-a-t'il des bons pouvoirs et des mauvais? certains à ne pas désirer et d'autres dont on peut largement se passer?
    Voilà toutes les questions qu'il faudrait se poser.



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels



    [ Message édité par : Pat : 06-11-2005 23:43 ]

      Profil  
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 07-11-2005 05:54

    Merci encore une fois de vos réflexions enrichissantes.

    En paraphrasant le célèbre adage du cardinal Mazarin, je vais vous démontrer que labourage et pâturage (tels qu'ils furent pratiqués) sont les deux mamelles du malheur. Quant à l'élevage industriel des animaux, dont on connaît l'atrocité des pratiques et les conséquences négatives écologiques et pour la santé humaine, il ne devrait même pas exister ! Je ne le cite pour mémoire que parce qu'il fait partie du sujet.

    Le processus d'évolution qui a commencé il y a 400 millions d'années pour aboutir aux espèces actuelles s'est inversé il y a 10 000 ans environ, avec l'arrivée d'une forme de vie appelée "le paysan". Le soc de la charrue a sans doute plus privé d'avenir les futures générations que l'épée. La prairie vit du revenu de ses intérêts, tandis que le champ de blé vit sur le capital.

    DÉMONSTRATION :

    I- Labourage :

    A l'exception très rare des vallées alluviales aux limons perpétuellement renouvelés par l'apport des crues, comme dans la vallée du Nil, l'agriculture - quelle qu'elle soit - détruit la terre du seul fait que par l'acte de la récolte on lui retire les substances indispensables à son renouvellement, ce que n'importe quel paysan sait.

    Remédier à cela a été le principal souci des agriculteurs de tous les temps qui ont inventé de multiples solutions dans ce but - la meilleure étant peut-être le recours aux engrais organiques naturels comme le faisaient les Incas, en allant sur des îlots du Pacifique récolter le guano des oiseaux marins -, mais il n'y a qu'un seul palliatif réellement parfait: c'est d'abandonner la terre à elle-même pendant une vingtaine d'années le temps qu'elle se régénère, ce que faisaient certaines nations amérindiennes comme les Iroquois.

    L'agriculture ne peut se pratiquer qu'en cercle, et non pas de la façon linéaire qu'implique le mythe du "progrès" (sauf exceptions décrites en préambule), ce que dans ma jeunesse tous les anciens paysans faisaient peu ou prou par la pratique des jachères.

    Étant donné que nous n'avons pas continué à procéder ainsi, le jour inévitable où la production d'engrais chimique s'arrêtera, l'humanité mourra de famine, car les terres devenues stériles ne peuvent plus être cultivées de façon traditionnelle en surface suffisante pour la population actuelle.

    Cette activité a détruit 11 % de la surface des terres émergées de notre planète.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



    II - Pâturage :

    Au Sénégal en 1993, allant en minibus de Dakar à un camp de chasse situé près de Tambacounda, je fus étonné d'apercevoir au loin que le côté droit de la route était vert, très arboré avec des herbes de deux mètres de haut, tandis que le côté gauche était un désert sans herbe, parsemé de rares Baobabs, depuis plus de 400 km.

    En arrivant à hauteur de ce phénomène étonnant je compris vite la raison : à droite le Parc du Niokolo Koba - réserve de faune était clôturé d'un haut grillage qui empêchait les troupeaux domestiques d'entrer - de sorte que la nature s'était régénérée d'elle-même - tandis qu'à gauche j'observais les effets du surpâturage. Le chauffeur noir à qui je dis cela, me fit savoir que les pasteurs préféraient se priver de tout plutôt que de se séparer d'une seule bête pour la vendre ou la manger.

    Le pâturage fait disparaître les forêts par la destruction de tous les jeunes plants brouté par les bêtes et dame les sols par l'effet de tassement produit par les sabots, ceci étant vrai sur tous les continents.

    Il ne devrait se pratiquer qu'en cercle lui aussi, les bêtes ne devant pas séjourner trop longtemps aux mêmes endroits, car les terres consacrées au pâturages se stérilisent et se désertifient de la même manière que celles qui sont labourées. Ce que tous les anciens éleveurs (à l'exception des Arabes semble-t-il) appliquaient plus ou moins bien.

    Cette activité a détruit 26 % de la surface des terres émergées de notre planète

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Labourage et pâturage ont donc anéanti 37 % des terres émergées de notre planète

    ce qui avec les surfaces bétonnées monte le total à 40 % !




    Lisez ou relisez http://www.sens-de-la-vie.com/Archepages/020_alimentation_juste.htm

    "Il est une question qui m'intéresse tout autrement, et dont le "salut de l'humanité" dépend beaucoup plus que de n'importe quelle ancienne subtilité de théologien: c'est la question du régime alimentaire" Frédéric Nietzshe.


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 07-11-2005 09:56 ]

      Profil  E-mail  www  
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 08-11-2005 09:06

    Suite des réflexions ...

    Dom a écrit: "Détruire la nature, c'est la condition même pour arriver à produire de quoi nourrir les hommes...".

    Réponse: pour nourrir 6 milliards d'hommes, sans doute, mais pas en général, car sinon nous ne serions même pas là pour en débattre. Les chasseurs ont vécu sur les ressources naturelles au moins 1.800.000 ans sans rien détruire, mais il n' y a pas qu'eux!

    Lorsque les blancs arrivent aux Amériques au XVIème siècle, ils découvrent une nature intacte, et pourtant les Amérindiens s'en nourrissaient depuis 40.000 ans de multiples manières sans que tous soient uniquement chasseurs.

    QUESTION : par quelles techniques ?

    Nota: elles furent adaptées à chaque région




    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 08-11-2005 09:17 ]

      Profil  E-mail  www  
    labuse
    211     

    labuse
      Posté : 10-11-2005 21:24

    on dirait qu'il y a un blanc là nan ?????

    il n'arrive pas aux gens ce qu'ils méritent , mais ce qui leur ressemble...

      Profil  
    labuse
    211     

    labuse
      Posté : 10-11-2005 21:26

    ou alors ca cogite dur

    il n'arrive pas aux gens ce qu'ils méritent , mais ce qui leur ressemble...

      Profil  
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 18-11-2005 13:17

    Bon puisque ça cale commençons par la chasse

    Les ethnologues ont constaté que les peuples premiers ne "travaillent" généralement que 2 à 3 heures par jour pour couvrir l'ensemble de leurs besoins, et ce point de vue est confirmé par les paléontologues. Je dois aussi préciser que dans le texte ci-dessous j'ai choisi un tableau de chasse relativement bas.


    L'économie du chasseur préhistorique, comparée à celle du salarié actuel



    Extrait de "La grande aventure des Indiens d'Amérique du Nord"
    Sélection du Reader's Digest



    Aux USA des archéologues ont découvert les vestiges d'un peuple qui vécut il y a 12.000 ans et qu'ils nommèrent Folstom (du nom du premier site où fut découvert leur outillage hautement élaboré), et du gibier qu'il chassait. Ces gens pratiquaient des battues à pieds en poussant de grands bisons - qui adultes pesaient une tonne ou plus - vers un précipice ou un fossé.

    Les ossements d'animaux trouvés, ainsi que les pointes de lance en silex, ont permis de se faire une idée assez juste du déroulement d'une chasse normale d'une journée pour un groupe estimé à 50 chasseurs (compte tenu du nombre de chasseurs paraissant nécessaires), il semble qu'ils obtenaient en moyenne 40 bisons par chasse, mais souvent bien plus. Supposant que chaque chasseur nourrisse 4 personnes en plus de lui-même, pour un clan de 250 personnes cela fait une part de viande par individu de 64 Kg, au moins trois mois de provision ! Bien entendu en faisant sécher la viande. J'ai basé ce calcul sur un poids net de 400 Kg de viande fraîche par bison abattu. (*) Bien entendu en faisant sécher la viande.

    En termes modernes, économiquement cela peut s'analyser ainsi :

    Une récolte de viande en un jour de 40 bisons de 500 Kg de poids moyen entier (entre les mâles, les femelles et les veaux), au poids net de 400 Kg (25% de moins, vidés de leurs viscères) donne un poids total de = 16.000 Kg.

    La valeur totale - au cours actuel - de la viande en FF est de 45 F/kg au prix de gros = 720.000 FF (**) (ou 18.000 FF par bison, ce qui correspond au prix de vente sur pied que je connais)

    Ces gens pratiquant un partage équitable, chaque chasseur a donc droit à une part de 320 Kg de viande fraîche, et il a donc gagné l'équivalent de 14.400 FF en un seul jour. S'il le faisait tous les jours (ce qui n'était pas le cas: des chasses de ce genre devait avoir lieu 3 à 4 fois par an) cela correspondrait pour lui à un salaire de 432.000 Frcs par mois.

    Par comparaison, un salarié moderne payé 8000 FF par mois devrait donc travailler 54 mois pour obtenir la même somme.




    NOTA:

    (*) 700 Gr de viande par jour

    (**) J'ai négligé la valeur des peaux, des tendons et autres matières utilisables.

    Il existe un site (voir texte ci-dessus, où environ 200 bisons furent tués en un jour, je ne l'ai pas pris comme référence d'une journée ordinaire.

    J'ai utilisé les valeurs en FF car je les ignore en €

    Les techniques excellentes de gestion de la nature des peuples premiers sont traitées en détail dans le cours 6 de la Faculté du Cosmos (pour abonnés), voir sommaire noir ci-contre.



    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous


    [ Message édité par : Alain : 18-11-2005 16:31 ]

    [ Message édité par : Moderateur : 17-07-2009 13:08 ]

      Profil  E-mail  www  
    Francoise
    10272       

    Francoise
      Posté : 18-11-2005 15:56

    Citation : "18-11-2005 13:17, Alain a écrit :
    Les ethnologues ont constaté que les peuples premiers ne "travaillent" généralement que 2 à 3 heures par jour pour couvrir l'ensemble de leurs besoins, et ce point de vue est confirmé par les paléontologues.
    ----------

    La manière dont notre civilisation envisage le "travail" relève de la maladie mentale.
    C'est malheureusement une maladie mentale extrêmement destructrice pour notre environnement et pour les rapports humains. L'implant est très profond, en sorte que ceux qui començent à douter de son bien-fondé éprouvent d'abord une immense culpabilité.

    Je me souviens avoir commencé à me poser des questions en lisant l'ouvrage d'un sociologue; un essai intitulé : 'L'allergie au travail". Si je le retrouve, j'ajouterai la référence. Il est paru dans une collection de poche. Sans doute "Points".



      Profil  
    Pat
    1274       

    Pat
      Posté : 25-11-2005 00:23

    Voici une carte qui pourrait nous éclairer sur l’empreinte qu’a pu laisser l’agriculture et l’élevage sur l’environnement :





    Elle vient de ce livre que je recommande à tous ceux que cela intéresse. Il a le mérite de faire le bilan de l’action de l’homme sur l’environnement de façon tout à fait exhaustive :



    Développement durable - Avenir incertain de Christian Lévêque et Yves Sciama aux éditions Dunod.



    Sur la carte : on voit combien les zones où les traces de l'homme sont les plus anciennes sont particulièrement touchées.

    Les auteurs disent que la désertification est un processus initié par l'homme et peut être aggravées par des phénomènes naturels comme la sécheresse :

    "On peut craindre que le processus s'accélère au cours des prochaines décennies avec le réchauffement climatique et ses conséquences au niveau des zones arides."

    Pas de quoi nous réjouir…

    Cette dégradation de l’environnement n’est pas un phénomène récent car il découle d’une façon de penser et donc de vivre fortement enraciner dans la mentalité de l’homme actuel :

    Les auteurs citent Platon qui voilà 2500 ans se plaignait de la destruction des forêts en Attique.
    « Les montagnes, autrefois boisées, étaient devenues selon le philosophe "le squelette d'un corps émacié par la maladie". Le remplacement des forêts par des pâturages ou des terres arables n'est donc pas une nouveauté. »

    Et aucun autre des philosophes grecs ne fut entendu :

    On a retrouvé des traces de cuivre importante dans les calottes polaires causée par la production de ce métal dont les plus grandes dataient de l’Empire romain, avec une production de 15 000 tonnes par an, les émissions atteignaient 15%.

    Mais c'est timide comparé aux exploits actuels…

    La seule différence avec aujourd’hui, c’est que les moyens de l’homme sont devenus immenses.
    Tout découle d'une façon de penser fausse basée sur des spéculats tout aussi faux parfois savamment entretenus par les institutions religieuses lesquelles ne furent pas remises en question pour des raisons "psychologiques" et dont le phénomène s'est aujourd'hui transposé sur l'Etat, devenu une entité en lui-même à laquelle tout doit être sacrifié ou encore des courants de pensées qui riment en -isme auxquels on s'adonne avec une ferveur toute religieuse, illustrent un ensemble de façon de pensée et d'agir qui nous conduit à la catastrophe.


    Car il ne faut pas oublier de souligner le rapport environnement - santé:

    Page 65 :

    "Les liens entre santé et environnement sont attestés entre autres par l'histoire des maladies infectieuses humaines.
    Les scientifiques ont identifié trois grands tournants, ou transitions, dans les rapports entre l'homme et ses pathogènes, qui se sont à chaque fois traduits par de spectaculaires épidémies, résultant de changements dans les rapports homme/nature.
    Le premier de ces tournants date de l'invention de l'agriculture, il y a environ 10 000 ans. C'est en effet à travers cette transformation que l'homme s'est mis à cohabiter étroitement et durablement avec des animaux domestiques, dont les virus et les bactéries (ainsi que les parasites tels que puces et poux) ont pu ainsi franchir parfois la barrière de l'espèce.
    Ceci a donné naissance à une longue série de maladies qui ont été durant des millénaires la principale cause de mortalité dans les communautés urbaines: grippe, peste, variole, malaria, tuberculose...
    "


    Et ces éléments pathogènes ont été transmis aux autres population par le biais des occidentaux et leurs échanges avec les populations mondiales (notamment en Amérique où le désastre a été énorme: 90% de la pop indigène décimée au XVIème siècle).
    Ces passages dans d’autres continents constituent les deux autres transitions dans les rapports entre l’homme et ses pathogènes dont parlent les auteurs.

    La malaria et la fièvre jaune seraient d'origine africaine.

    Mais cela est peu dire l’importance néfaste de l’agriculture et du mode de vie correspondant car les habitats de grande densité comme les villes constituèrent (et constituent toujours !) de véritables boîtes de pétri pour ces pathogènes.


    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Pour comprendre les enjeux actuels



    [ Message édité par : Pat : 25-11-2005 00:47 ]

      Profil  
    Aller à la page : [ 1 | 2 ]
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.