Index du Forum » » Une autre façon de penser, source de développement personnel

Auteur

Cessez d'être con ! - Cours N° 2
Pat
1274       

  Posté : 25-11-2005 00:23

Voici une carte qui pourrait nous éclairer sur l’empreinte qu’a pu laisser l’agriculture et l’élevage sur l’environnement :





Elle vient de ce livre que je recommande à tous ceux que cela intéresse. Il a le mérite de faire le bilan de l’action de l’homme sur l’environnement de façon tout à fait exhaustive :



Développement durable - Avenir incertain de Christian Lévêque et Yves Sciama aux éditions Dunod.



Sur la carte : on voit combien les zones où les traces de l'homme sont les plus anciennes sont particulièrement touchées.

Les auteurs disent que la désertification est un processus initié par l'homme et peut être aggravées par des phénomènes naturels comme la sécheresse :

"On peut craindre que le processus s'accélère au cours des prochaines décennies avec le réchauffement climatique et ses conséquences au niveau des zones arides."

Pas de quoi nous réjouir…

Cette dégradation de l’environnement n’est pas un phénomène récent car il découle d’une façon de penser et donc de vivre fortement enraciner dans la mentalité de l’homme actuel :

Les auteurs citent Platon qui voilà 2500 ans se plaignait de la destruction des forêts en Attique.
« Les montagnes, autrefois boisées, étaient devenues selon le philosophe "le squelette d'un corps émacié par la maladie". Le remplacement des forêts par des pâturages ou des terres arables n'est donc pas une nouveauté. »

Et aucun autre des philosophes grecs ne fut entendu :

On a retrouvé des traces de cuivre importante dans les calottes polaires causée par la production de ce métal dont les plus grandes dataient de l’Empire romain, avec une production de 15 000 tonnes par an, les émissions atteignaient 15%.

Mais c'est timide comparé aux exploits actuels…

La seule différence avec aujourd’hui, c’est que les moyens de l’homme sont devenus immenses.
Tout découle d'une façon de penser fausse basée sur des spéculats tout aussi faux parfois savamment entretenus par les institutions religieuses lesquelles ne furent pas remises en question pour des raisons "psychologiques" et dont le phénomène s'est aujourd'hui transposé sur l'Etat, devenu une entité en lui-même à laquelle tout doit être sacrifié ou encore des courants de pensées qui riment en -isme auxquels on s'adonne avec une ferveur toute religieuse, illustrent un ensemble de façon de pensée et d'agir qui nous conduit à la catastrophe.


Car il ne faut pas oublier de souligner le rapport environnement - santé:

Page 65 :

"Les liens entre santé et environnement sont attestés entre autres par l'histoire des maladies infectieuses humaines.
Les scientifiques ont identifié trois grands tournants, ou transitions, dans les rapports entre l'homme et ses pathogènes, qui se sont à chaque fois traduits par de spectaculaires épidémies, résultant de changements dans les rapports homme/nature.
Le premier de ces tournants date de l'invention de l'agriculture, il y a environ 10 000 ans. C'est en effet à travers cette transformation que l'homme s'est mis à cohabiter étroitement et durablement avec des animaux domestiques, dont les virus et les bactéries (ainsi que les parasites tels que puces et poux) ont pu ainsi franchir parfois la barrière de l'espèce.
Ceci a donné naissance à une longue série de maladies qui ont été durant des millénaires la principale cause de mortalité dans les communautés urbaines: grippe, peste, variole, malaria, tuberculose...
"


Et ces éléments pathogènes ont été transmis aux autres population par le biais des occidentaux et leurs échanges avec les populations mondiales (notamment en Amérique où le désastre a été énorme: 90% de la pop indigène décimée au XVIème siècle).
Ces passages dans d’autres continents constituent les deux autres transitions dans les rapports entre l’homme et ses pathogènes dont parlent les auteurs.

La malaria et la fièvre jaune seraient d'origine africaine.

Mais cela est peu dire l’importance néfaste de l’agriculture et du mode de vie correspondant car les habitats de grande densité comme les villes constituèrent (et constituent toujours !) de véritables boîtes de pétri pour ces pathogènes.


http://www.sens-de-la-vie.com/
http://www.salvation-of-humans.com/
Pour comprendre les enjeux actuels



[ Message édité par : Pat : 25-11-2005 00:47 ]



Cet article provient de Forums de sens-de-la-vie.com

http://sensdelavie.greentic.net/forums/viewtopic.php?topic=4867&forum=42