Index du Forum » » Racine des erreurs actuelles

Auteur

Nos erreurs sont nos meilleurs guides
jeremiahterre
1445       

  Posté : 02-10-2006 12:16

Bonjour

Voila donc ,le débat est véritablement lançé,cela faisait vraiment longtemps que cela n'était pas arrivé...
je m'en réjouis,surtout pour toi Alain,je ne serai pas du tout étonné que cela te fasse le même effet

Je suis satisfais de ta réponse Mandrack,tu as bien analysé mes quelques paroles.
En ce qui concerne la réponse que je devais apparement donner,puisque j'en avais effectivement une,
cette même réponse ,je l'ai très souvent donné,mais je te pardonne puisque tu es nouvelle ici sur même ce forum

-Citation:J’en ai compris que tu voulais me faire répondre à la question que tu m’a posé.
Donc, tu voulais me faire faire quelque chose. Tu attendais quelque chose de moi. Ne serait-on pas ici dans le cas de moi-je veux et moi-j’attend, dont on a parlé plus haut ?

Oui je voulais effectivement te faire faire quelque chose comme tu dis.

Comme j'ai pu le constater effectivement l'ego est en cours de domptage

-Citation:tu dois savoir qu'il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose, et moi ni personne n’échappe à cette règle

Sincèrement,je ne suis pas né avec cette règle,mais je comprend tout à fait que cela soit la tienne,c'est même très juste de ce que je perçois,
maintenant en ce qui concerne ta propre histoire ,je ne t'ai posé aucune question et ne t'ai demandé aucun détails.
quand je veux savoir quelque chose je m'y prend toujours autrement...

Puisque que tu apprécies particulièrement les références,permets moi de te faire à mon tour ce cadeau:

* (Don Juan :) " Un apprenti est quelqu'un qui s'efforce de clarifier et de ranimer son lien avec l'esprit. Une fois que le lien revit, il n'est plus un apprenti, mais jusque-là, pour avancer, il a besoin d'une résolution féroce, ce qui, évidemment, lui manque. Alors il permet au nagual de lui procurer la résolution et, pour ce faire, il doit renoncer à son individualité. Voilà la difficulté. [...] Les volontaires ne sont pas bien accueillis dans le monde des sorciers parce qu'ils ont déjà une résolution propre, ce qui leur rend la tâche particulièrement difficile lorsqu'il s'agit de renoncer à leur individualité. " La force du silence, p.57


(Don Juan :) " La guerre, pour un guerrier, ne se traduit pas par des actes individuels ou collectifs stupides ou par une violence gratuite. La guerre, pour un guerrier, est la lutte totale contre le moi individuel qui a privé l'homme de son pouvoir.

(Don Juan :) " Cette terre, ce monde. Il n'y a pas d'amour plus grand pour un guerrier. [...] Un guerrier est toujours heureux parce que son amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre, l'embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. La tristesse n'appartient qu'à ceux qui détestent ce qui les abrite. "


Florinda* :) " Le premier principe de l'art du traqueur, c'est que le guerrier ne se lance jamais dans le combat sans connaître les lieux. [...] Écarter tout ce qui n'est pas nécessaire est le deuxième principe de l'art du traqueur. [...] Appliquez toute la concentration que vous possédez à décider si vous engagez la bataille ou si vous la refusez, car toute bataille est une lutte pour la vie. Tel est ce troisième principe de l'art du traqueur. Un guerrier doit toujours être prêt à prendre sa dernière attitude ici et maintenant. Mais non point à la débandade. Se détendre, se laisser aller, ne rien craindre, voilà le quatrième principe de l'art du traqueur. Le cinquième principe est le suivant : quand il est placé devant des risques qu'il ne peut pas résoudre, le guerrier bat en retraite pendant un instant. [...] Mais après avoir appliqué le cinquième principe, il faut passer au sixième : le guerrier comprime le temps; le moindre instant compte. Dans une bataille pour la vie, une seconde est une éternité – une éternité qui peut décider de l'issue. Le guerrier a pour objectif la victoire, donc il comprime le temps. Il ne perd pas un seul instant. […] Appliquer ces principes provoque trois résultats : le premier, c'est que les traqueurs apprennent à ne jamais se prendre au sérieux; ils savent rire d'eux-mêmes. [...] Deuxième résultat : les traqueurs apprennent à avoir une patience sans fin. Les traqueurs ne se hâtent jamais, ne se rongent jamais. Et le troisième résultat, c'est que les traqueurs apprennent à acquérir une capacité d'improvisation infinie. "


" La vie d'un homme de savoir est une lutte perpétuelle. L'idée que c'est un guerrier menant la vie du guerrier permettait d'atteindre la stabilité des émotions.

(Don Juan :) " Rien ne peut mieux tremper l'âme d'un guerrier que le défi qui consiste à traiter avec des gens impossibles qui se trouvent en position de pouvoir. Seules de telles conditions peuvent faire acquérir aux guerriers la modération et la sérénité nécessaires pour supporter le poids de l'inconnaissable.

(Don Juan :) " Dans la pratique, un guerrier prend des décisions avec une telle prudence que rien de ce qui peut se produire ne peut par conséquent le surprendre et encore moins épuiser son pouvoir. "

Un guerrier ne peut pas être désemparé. Dans aucune circonstance, il ne peut être ni étonné, ni effrayé. Un guerrier ne peut consacrer son temps qu'à être impeccable; tout le reste épuise son pouvoir, alors que l'impeccabilité le nourrit.

(Don Juan :) " Les guerriers ne gagnent pas leurs victoires en se cognant la tête contre les murs, mais en les franchissant. Les guerriers sautent par-dessus les murs, mais il ne les démolissent pas. "

Don Juan :) " Un guerrier est un chasseur. Il calcule tout. Ça, c'est le contrôle. Mais une fois tout calculé, il agit. Il se laisse aller. Ça, c'est l'abandon. Un guerrier n'est pas une feuille à la merci du vent. Personne ne peut le pousser. Personne ne peut rien lui faire accomplir contre lui-même ou contre son jugement réfléchi. Un guerrier est accordé à sa survie, et il survit au mieux de toutes les manières possibles. "

(Don Juan :) " La confiance en soi d'un guerrier n'est pas celle de l'homme moyen. L'homme moyen cherche la certitude dans les yeux d'un spectateur et nomme cela confiance en soi. Le guerrier cherche à être impeccable à ses propres yeux et appelle cela humilité. L'homme moyen est suspendu à son semblable, tandis que le guerrier n'est suspendu qu'à lui-même. "

Don Juan :) " Je ne connais que l'humilité du guerrier, et cette humilité m'empêchera toujours de dominer qui que ce soit par mon savoir. "

Don Juan :) " Un guerrier se tient constamment en garde contre la grossièreté du comportement humain. Un guerrier est magique et implacable, c'est un non-conformiste aux goûts et aux manières extrêmement raffinés, dont la tâche mondaine consiste à aiguiser, mais aussi à camoufler ses piquants afin que nul ne puisse soupçonner son implacabilité. "



* (Don Juan) : " Un maître ne cherche jamais d'apprentis et personne ne peut solliciter

ses enseignements.' ' Histoires de pouvoir, p.308

* (Don Juan) : " Un nagual (chef, maître de clan) ne peut pas choisir ses apprentis de son propre gré ou selon ses propres calculs. Mais une fois que la volonté de l'esprit lui est révélée par des présages, le nagual n'épargne aucun effort pour le satisfaire. " La force du silence, p.56

* (Don Juan) : " Seul un toqué entreprendrait volontairement la tâche de devenir un homme de connaissance. C'est par la ruse qu'on y engage l'homme équilibré. " Voir p.43


Don Juan) : " La difficulté que nous éprouvons [...] vient de ce que la plupart d'entre nous refusent d'accepter que nous ayons besoin de si peu pour poursuivre notre chemin. Nous sommes conditionnés à attendre une instruction, un enseignement, des guides, des maîtres. Et quand on nous dit que nous n'avons besoin de personne, nous ne le croyons pas. Cela nous inquiète, puis nous rend méfiants, et finalement furieux et déçus. Si nous avons besoin d'aide, ce n'est pas de celle des méthodes, mais de celle de l'intensité. Si quelqu'un nous rend conscients du fait que nous devons réduire notre suffisance, alors il s'agit d'une aide véritable

Don Juan déclara indispensable une certaine légèreté et docilité pour pouvoir résister au choc et à l'étrangeté de la connaissance qu'il enseignait


# Don Juan :) " L'accès au monde des sorciers s'ouvre lorsque le guerrier a appris à arrêter son dialogue intérieur. Changer notre représentation du monde, voilà le point crucial de la sorcellerie. Et la seule façon d'y parvenir c'est d'interrompre le dialogue intérieur. " Histoires de pouvoir, p.27

# (Don Juan :) " Interrompre le dialogue intérieur est effectivement la clé du monde des sorciers. Les autres activités ne sont que des soutiens; elles ne servent qu'à hâter l'effet de l'interruption du dialogue intérieur.





Cet article provient de Forums de sens-de-la-vie.com

http://sensdelavie.greentic.net/forums/viewtopic.php?topic=5424&forum=19