Index du Forum » » Initiatives positives et signes d'espoir

Auteur

Naissance et progression d'une nouvelle façon de penser juste
Alain
10426       

  Posté : 13-07-2009 04:06



Merci beaucoup cher Patrick.

Surtout lorsque tu dis :

"Le consommateur lui ne voit que le montant du produit - mais ce montant n'est qu'une valeur monétaire fictive et n'indique pas les ressources réelles que nous avons utilisées pour créer et vendre ce produit."

Cette remarque qui porte sur la non prise en compte financière de toutes les ressources naturelles utilisées, est le COEUR, de ce qu'il nous faut comprendre pour changer ce système fondé sur un gaspillage absurde. Toutes tes participations vont exactement dans le bon sens.

Bravo!


Pour en revenir à notre sujet, qui est l’analyse des changements positifs à l’œuvre dans les esprits, aujourd’hui, je vais vous parler de ceci :

Retour de la prise de conscience de la nécessité de l’humus naturel qui permet l’abandon des engrais chimiques.



Le dictionnaire Robert dit :
"L'humus représente la matière organique du sol provenant de la décomposition partielle des matières animales et végétales ". Le Robert dit vrai mais il ne dit pas tout. L'humus, c'est avant tout la clé de la fertilité des sols, la base nourricière de la terre nécessaire à l'alimentation des plantes. Sans lui point de culture durable, les plantes sont nourries artificiellement par les engrais chimiques, ce qui aboutit finalement - et on le sait très bien - à des sols sans vie, morts.

En France, selon l'Inra, 7 millions d'hectares – environ un tiers des sols cultivés – auraient une teneur insuffisante en humus. Ceci est probablement trompeur par excès d’optimisme. Car qu’elle est cette valeur suffisante ? L’INRA qui ne peut trop contrer les intérêts de l’industrie, ne le précise guère. Tous les sols ayant besoin d’un apport d’engrais chimique ont forcément une teneur en humus insuffisante.

A l'échelle mondiale on estime qu’au moins 50 % à 60 % des sols sont dégradés.

Et "lorsque l'humus s'en va, l'homme s'en va". Un agriculteur Marcel Mézy a décidé de lutter contre cela.

Autodidacte complet, il se passionne pour l'agriculture biologique et comprend vite que le compost agit comme un catalyseur de la vie du sol, capable de lui rendre sa capacité naturelle à retenir les éléments fertilisants. Il découvre aussi un accélérateur d'humus extraordinaire avec un cocktail de compost mélangeant des plantes originaires des bois ou des prairies, dont la formule reste un secret absolu, connu seulement de trois personnes. Il se lance dans la production et la vente de Bactériolit pour le fumier et Bactériosol pour la terre, un "intrant" en granulés qui "agit naturellement sur la fertilité du sol, améliore sa qualité et permet une récolte abondante". Bref l'engrais magique, certifié de surcroît par Ecocert pour l'agriculture biologique.

Marcel Mazoyer, professeur à l'Inra Paris-Grignon et expert en économie rurale, a étudié les résultats sur le terrain, dans le Limousin et en Bretagne. A chaque fois, ses conclusions sont identiques : "Bactériolit et Bactériosol améliorent la fertilité des sols, la quantité et la qualité des productions tout en réduisant les charges et en préservant l'environnement. Et: "Cette technologie est donc un bon outil de développement d'une agriculture durable, économe et autonome."



Lisez : L'"Homo humus" de l'Aveyron




Amitiés à tous





http://www.sens-de-la-vie.com/
http://www.salvation-of-humans.com/
Sources d'inspiration pour tous



[ Message édité par : Alain : 13-07-2009 04:37 ]



Cet article provient de Forums de sens-de-la-vie.com

http://sensdelavie.greentic.net/forums/viewtopic.php?topic=8609&forum=15